Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 09:27

Dans une interview au journal Paris Match, le 30 septembre dernier, le juge Marc Trévidic affirmait : « On manque d’hommes pour neutraliser les terroristes. » Il faisait part, dans cette interview, du manque de moyens affectés au parquet antiterroriste pour arrêter, dans les règles d’un état de droit, les terroristes effectifs ou potentiels. C’était un mois et demi avant les attentats abominables du 13 novembre.

 

Un an auparavant, différentes informations circulaient sur le coût de l’organisation, pour l’État, de la fameuse COP21 (conférence mondiale sur le climat Ndlr.) qui commence le 30 novembre. Le chiffre tout à fait réaliste de 179 millions d’euros était avancé.

 

[L]’état d’urgence a été décrété et prolongé jusqu’en février. Dans une autre interview plus récente, le juge Trévidic expliquait que l’état d’urgence implique « la mise à l’écart des juges, et donc de la justice », et que « diminuer nos libertés n’empêchera pas de nouveaux attentats ».

 

"Diminuer nos libertés n’empêchera pas de nouveaux attentats" (Juge Trévidic)

Source : Les attentats, la COP21 et le mur de la réalité, Marc Le Menn, Boulevard Voltaire, 22/11/205

A l'intérieur, ce n'est pas en embauchant 10 000 forces de police de plus, qu'on empêchera des terroristes qui se trouvent partout de passer à l'acte et de passer à l'acte partout.

 

A l'extérieur, une fois le siège de l'Etat islamique rasé, d'autres têtes de l'hydre pousseront un peu partout et ce sera une guerre perpétuelle contre le terrorisme islamique.

 

Le tout sécuritaire ne vaut rien s'il n'est accompagné d'une prévention en amont, d'une éducation et d'une vraie civilisation. Cette civilisation que Christiane Taubira voulait supprimer et changer.

 

Lire : Les libertés et l'égalité : des principes monarchiques millénaires dévoyés ou le bilan effroyable de la République "française"

 

La république est incapable d'opposer une riposte au terrorisme pour plusieurs raisons. D'abord parce que les institutions républicaines sont en elles-mêmes d'une grande fragilité, d'une grande faiblesse. Regardez en effet l'Exécutif qui est complètement controversé. Nous pensons que pour traiter ces problèmes qui relèvent de la Souveraineté, il faut un souverain, parce que la souveraineté a été bradée. Et qu'elle seule peut donner une autorité pour lutter contre le terrorisme. Un chef de parti élu pour cinq ans peut-il incarner la Souveraineté ?

 

Cette république n'a aucune ambition, ni nationale ni internationale. Et on le voit parce qu'elle se met à la remorque des Etats-Unis et qu'elle s'est mise à la botte de groupes de pression qui sont complètement acquis au mondialisme.

 

La république est idéologiquement enfermée dans un cercle vicieux d'anti-valeurs, d'anti-principes que sont l'antiracisme, la politique communautariste et évidemment le laïcisme, qui entre parenthèses est la seule religion qu'on ne peut pas blasphémer en France. Donc, il faudrait renoncer à ces principes et cela elle ne le peut pas. Parce que si la république renonçait à ces principes, elle se renoncerait elle-même, elle se renierait.

 

L'islamisme dans nos territoires progresse grâce au vide spirituel laissé par la république "laïque". C'est pourquoi nous affirmons que la république nous a désarmé moralement et spirituellement, laissant les Français sans force spirituelle capable de les protéger. Car nous avons affaire à une guerre spirituelle avant tout entre le Royaume du Christ et les enfers.

 

Il faut que la France proclame que l'Evangile doit inspirer nos lois, parce que seule la lumière du Christ pourra s'opposer efficacement à la haine et à l'obscurantisme terroriste islamiste et, précisément, vaincre le vide laissé par le laïcisme et l'âge des ombres. La lumière du Christ viendra remplir ce vide dans lequel s'engouffre l'islamisme. Et les rayons de lumière sortant du coeur du Christ viendront guérir les blessures que la république a infligées à la France, fille aînée de l'Eglise.

 

La laïcité républicaine venant du même fond terroriste satanique que le califat islamique ne sera d'aucune efficacité. Satan ne se combat pas lui-même.

Revolution-de-1789---Coup-d-Etat.JPG

La Terreur, c'était la peur qui était institutionnalisée en 1793 et qui a été érigée en système de gouvernement. Et la décapitation a été systématiquement instrumentalisée par la Révolution française, et en a fait toute cette série de guillotinés et de victimes qui se comptaient par dizaines de milliers, où les ouvriers et les artisans étaient envoyés par charrettes entières à la guillotine, en mélangeant les innocents et les coupables (près de 80% des guillotinés étaient des petites gens). Comme l'Etat islamique, la république a transformé ces exécutions en grand spectacle à des fins de propagande (c'est Jacques Julliard qui écrit cela dans un numéro de Marianne, de cet hiver.) Et comme la Révolution "française", l'Etat islamique se servira du terrorisme et de la violence pour accoucher d'un nouvel ordre social... La ressemblance à ce point de vue est frappante. La république serait donc mal venue de reprocher des méthodes qu'elle a elle-même employées pour se construire.

 

La république ne peut et ne pourra jamais être un rempart à la barbarie parce qu'elle est issue en fait du même fond terroriste.

 

Lire: "Attentats du 13 novembre: communiqué de presse de l'Alliance Royale"

Partager cet article

Repost 0

commentaires