Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 10:04

Les informations contenues ci-dessous peuvent compléter l'article "Que répondre à un Témoin de Jéhovah ?"

Que répondre aux Témoins de Jéhovah sur le Christ cloué "à un poteau" ?

"C'est là qu'ils le crucifièrent, ainsi que deux autres avec lui, un de chaque côté et Jésus au milieu." JEAN 19:18 (Osty)

 

"Alors sont crucifiés avec lui deux brigands, un à droite et un à gauche." (Matthieu 27:38 Osty)

 

"Les passants l'insultaient, hochant la tête et disant : 'Toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi même, si tu es le Fils de Dieu, et descends de la Croix !'" (Matthieu, 27:39 - Traduction oecuménique biblique)

 

"[I]l (Thomas) leur répondit : 'Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous et si je n'enfonce pas ma main dans son côté, je ne croirai pas!'" (Jean, 20, 25 - T.O.B.)

 

"Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté" (Jean, 20, 27)

 

"Ils placèrent au-dessus de sa tête le motif de sa condamnation ainsi libellé :''Celui-ci est Jésus, le Roi des Juifs'." (Matthieu, 27, 37 - Bible de Jérusalem)

 

D'après les Témoins de Jéhovah, Jésus ne serait pas mort sur une croix mais cloué à un poteau comme le montre la représentation ci-dessus.

D'après les Témoins de Jéhovah, Jésus ne serait pas mort sur une croix mais cloué à un poteau comme le montre la représentation ci-dessus.

Voici ce que vous pouvez lire dans la brochure des témoins de Jéhovah "Ce que Dieu attend de nous" (1996) à la page 23:

 

"La Croix: Jésus n'est pas mort sur une croix. Il est mort sur un poteau, un pieu. Le mot grec traduit par "croix" dans beaucoup de bibles désigne une seule pièce de bois. Le symbole de la croix vient des fausses religions du passé; les premiers chrétiens ne se servaient pas de la croix et ne l'adoraient pas. pour cette raison, croyez-vous qu'il serait bien de se servir d'une croix pour adorer Dieu? -deutéronome 7:26; 1 cor. 10:14". [1]

 

La Watch Tower cite Tite-Live, un historien romain

 

"Dans les écrits de Tite-Live, historien romain du 1er siècle de n. è., crux désigne un simple poteau. Ce n'est que plus tard que le terme a pris le sens de croix." (Appendice TMN -page 1703).

 

Où sont les références de cette citation ? Bizarrement ils n'en donnent pas ! Tite-Live est mort en l'an 17 de notre ère, donc bien avant la mort de Jésus. Par conséquent, il est impossible qu'il y ait un lien entre cette citation (soit disant de Tite-Live) et la crucifiction du Christ.

 

Témoins de Jéhovah: croix ou poteau? [2]

 

La question de savoir si Jésus a été mis sur une croix ou un poteau montre la puissance de séduction de "l'esclave fidèle et avisé" : selon l'enseignement des "Témoins de Jéhovah" les chrétiens sont dans l'erreur car ils disent que Jésus est mort sur une croix, or il est mort sur un poteau, disent-ils. Que répondre à cette assertion ?

 

Tout d'abord disons que la manière dont Jésus est mort n'est pas le plus important dans l'Evangile. Seul son sacrifice l'est : c'est grâce à lui que nous entrons dans le royaume de Dieu.

 

C'est contre une connaissance historique élémentaire qu'ils disent que la croix serait un "symbole chrétien", mettant de côté le fait qu'avant de devenir le signe du salut, la Croix était un symbole païen et non chrétien. Jésus a été crucifié par des Romains qui étaient païens. (Matthieu 27, 27-38,54). Des dizaines de milliers de personnes ont été crucifiées par les romains. C'est donc faire preuve d'une singulière ignorance historique que d'affirmer le contraire.

L'assertion va contre une connaissance élémentaire du grec : les Témoins de Jéhovah disent que le mot "stauros" veut dire pieu et non croix. Cela est vrai comme sens premier mais les dictionnaires mettent le mot croix comme sens secondaire du mot "stauros". Ainsi, ce que les Témoins de Jéhovah ne disent pas c'est que si vous prenez un dictionnaire français-grec et que vous y cherchez le mot "croix", vous trouverez le mot "stauros". Pourquoi ? Parce que les grecs n'ont qu'un seul terme pour croix et poteau (comme les français n'ont qu'un seul terme pour aimer la nourriture et aimer une personne (alors que l'anglais a "like" et "love" par exemple.)

L'assertion va contre les preuves linguistiques: S'il peut y avoir une équivoque en grec il n'y en a plus en latin; En effet, les documents latins de l'époque romaine emploient le mot "crux". Les Romains avaient même un terme précis pour mentionner la poutre transversale sur les épaules attachée aux bras : le patibulum.

Les récits anciens du monde romain sont nombreux et clairs sur ce patibulum, qui pouvait déjà faire de 37 à 55 Kg (Dr. Andreas Lambrianides, The Cross of Christ, William Edwards, Wesley Gabel, Floyd Hosmer, On the Physical Death of Jesus Christ, Journal of the American Medical Association, vol. 255, no 11,‎ mars 1986, p. 1455-1463.) Si le poteau d’exécution des Romains était un simple poteau vertical, pourquoi les Romains parlaient-ils du “patibulum” ?

L'assertion va contre les découvertes archéologiques de 1968 près de Jérusalem, à Giv’at mivtar, qui démontrent que les crucifiés contemporains du Christ étaient exécutés sur une croix. (Source: Les Dossiers de l'Archéologie n°10 page 107. Article du professeur N. Haas de l'Université Hébraïque de Jérusalem.) Les crucifiés avaient les bras étendus à l’horizontale et non comme l’affirme sans preuve l’organisation des témoins de Jéhovah, à la verticale, au-dessus de la tête. (Cf. Voir un peu plus bas le paragraphe "Découvertes archéologiques")

"Les dossiers de l’archéologie", n°10, page 107, mai-juin 1975

"Les dossiers de l’archéologie", n°10, page 107, mai-juin 1975

L'assertion va contre l'enseignement biblique qui parle de la marque "des" clous dans les mains de Jésus et non de la marque "du" clou, comme se plaisent à le montrer les Témoins de Jéhovah (Jean 20, 25.) [Cf. Voir un peu plus loin pour une analyse plus poussée de cet argument]

 

Les Témoins de Jéhovah croient que le corps de Jésus a disparu et qu'il n'est pas ressuscité corporellement! (Matthieu 27.64; 28.6; Luc 24.36-40). Pour le chrétien, le sépulcre est vide, l'oeuvre de la rédemption est terminée, Jésus est ressuscité corporellement. Il s'est assis à la droite de la majesté dans les hauts lieux. Jésus ressuscité a dit: Voyez mes mains et mes pieds; -que c'est moi-même: touchez-moi, et voyez; car un esprit n'a pas de la chair et des os, comme vous voyez que j'ai. (Luc 24:39)

 

Et, lorsque je [Jean] le vis, je tombai à ses pieds comme mort; et il mit sa droite sur moi, disant: Ne crains point; moi, je suis le premier et le dernier, et le vivant; et j'ai été mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles; et je tiens les clefs de la mort et du hadès. (Apocalypse 1:17-18).

 

Suggérons le livre: La crucifixion de M. Hengel (Lectio divina n° 105, editions du Cerf), ou plus simplement le livre de Christian Piette Lumière sur les Témoins de Jéhovah, p. 157 à 162. Les Témoins de Jéhovah érudits savent qu'ils ont dit des bêtises et on peut même trouver cette déclaration sous leur plume: "Les dessins représentant la mise à mort de Jésus .... ne sont pas destinés à fournir des indications anatomiques péremptoires" (Tour de Garde, Mai 1969 page 304) et pour cause!

 

Les données scientifiques et médicales [3]

 

Poids et taille de l'instrument

 

(Note de Christ-Roi. Les éléments apportés ci-dessous "poids et taille de l'instrument" sont tirés du site " "tj-encyclopedie.org, encyclopédie libre, collaborative et critique sur les Témoins de Jéhovah"").

 

Il apparaît qu'il était impossible pour un condamné à mort de porter un poteau de supplice jusqu'au lieu de l'exécution. En effet, le poteau devait être imposant au niveau de ses dimensions et de son poids pour pouvoir soutenir le corps entier. Il est possible de définir approximativement sa longueur comme suit, en imaginant des longueurs les plus petites possibles :

 

1 m: longueur enfouie en terre pour qu'il tienne au sol et soit capable de soutenir un corps d'environ 80 kg;

10 cm: entre le sol et les pieds du supplicié;

1,80 m: taille du supplicié;

30 cm: longueur des bras étendus;

10 cm: entre les mains du supplicié et l'écriteau;

20 cm: hauteur de l'écriteau comportant une inscription en trois langues qui puisse être lisible par les passants.

 

Cela fait donc un total de 3,50 m pour la longueur minimum du poteau. À ceci s'ajoute le fait qu'un supplicié devait pouvoir être fixé dessus, autrement dit que le poteau ait une circonférence telle qu'il offre une surface suffisante pour que les clous puissent s'enfoncer et maintenir le supplicié, ce qui indique un diamètre du poteau d'environ 30 cm. Ainsi, on arrive à un volume équivalent à 0,247275 m3 (volume d'un cylindre: hauteur x rayon² x π = 3,50 x 0,15² x 3,14).

 

Pour calculer la masse du poteau, il faudrait savoir quel bois fut utilisé pour l'exécution, sachant que la masse volumique varie aussi en fonction de l'essence, de la partie du bois utilisée et de la teneur en eau qui peut aller de 0 à 50% suivant les espèces. Il est raisonnable de penser que le bois utilisé pour mettre à mort Jésus était un bois commun en Israël à l'époque, tels que le chêne ou le pin. On arrive donc facilement à une masse de plus de cent kilos pour le poteau de supplice:

 

Bois

masse volumique
kg/m3

masse en kg pour 0,247275 m3

cèdre

490

121

chêne

610 - 980

150 (min)

Frêne

840

207

Hêtre

800

197

Pin

500

123

Platane

650

160

Sapin

450

111

Dès lors se pose la question: comment un condamné à mort aurait-il pu transporter un rondin de bois aussi gigantesque et lourd, affaibli après une flagellation, sur les dizaines de mètres de dénivellement menant au Golgotha, à travers les ruelles étroites de la ville, parmi la foule de personnes qui se rendait à l'exécution ? Même les champions d'haltérophilie, qui arrivent à soulever des poids très lourds, n'y parviennent que pendant quelques secondes et grâce à un entrainement intensif pendant des années; ce n'était bien sûr pas le cas des malheureux condamnés à mort à l'époque du Christ.

 

De plus, au niveau physique, il est impossible de tirer un poteau posé sur l'épaule, car celui-ci aura tendance, à cause du poids, à repousser en arrière la personne qui le porte, et rapidement il deviendra nécessaire de se retourner et, pour pouvoir déplacer le poteau, abaisser la hauteur de celui-ci afin de réduire au maximum l'angle formé au sol par le poteau, à moins carrément de ramper à terre. Mais cela sera impossible en station debout.

 

C'est donc là l'aporie devant laquelle la Watch Tower est confrontée: selon sa doctrine, il fallait que le poteau soit suffisamment léger pour avoir été transporté sur une bonne distance par un seul homme adulte déjà affaibli, et en même temps qu'il soit suffisamment lourd et imposant pour pouvoir supporter le poids de cet homme pendu en l'air. Voilà pourquoi les publications jéhovistes ne contiennent généralement pas d'illustrations du portage du poteau: tout simplement parce que cela donnerait une idée de la taille de celui-ci et mettrait à mal leur théorie.

 

Selon le site "tj-encyclopedie.org, encyclopédie libre, collaborative et critique sur les Témoins de Jéhovah", dont sont tirés les éléments ci-dessus, "concrètement, le portage de l'instrument de torture par le condamné ne concernait pas la croix dans son intégralité, car la masse et les dimensions de celle-ci constituaient des facteurs rédhibitoires; seule la barre transversale faisait l'objet du portage, après quoi celle-ci était fixée au pieu se trouvant déjà sur le lieu de l'exécution."

 

Note de Christ-Roi. Dans le cas d'une barre transversale (patibulum), les bras étant tenus sur la barre transversale, la largeur du poteau nécessiterait d'être moins importante pour soutenir le corps entier, et le poids de l'ensemble pourrait être moins important, mais resterait fort important. Ainsi, selon le récit des Évangiles synoptiques (Luc:23:26; Marc:15:21), Jésus n'a pas été capable de transporter sa croix puisqu'il a fallu réquisitionner Simon de Cyrène. Les éléments ci-dessus, hormis l'argument du poteau tirant le supplicié vers l'arrière, s'il le portait, n'apportent donc pas d'argument décisif.

 

Temps d'agonie [4]

 

Deux expériences à caractère scientifique et médicale intitulées "Les cinq plaies du Christ: étude anatomique et expérimentale" et "La Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ selon le chirurgien" ont été dirigées par le docteur chirurgien honoraire de l'Hôpital Saint-Joseph de Paris, Pierre Barbet. Ces expériences démontrèrent que, dans le cas d'un clouage sur un poteau, il était impossible de survivre au-delà de quelques minutes en étant attaché avec les bras à la verticale car l'asphyxie gagnait très rapidement le supplicié. En effet, le poids de corps entier étant soutenu par les bras étirés, cela occasionnait une hyper-expansion des poumons qui n'arrivaient plus à se remplir, d'où une rapide carence en oxygène dans le sang suivie d'une crampe des muscles respiratoires et d'une transpiration intense. Il aurait fallu, pour qu'il puisse reprendre son souffle, que le condamné parvienne à contracter ses poumons en levant les jambes, ce qui était déjà particulièrement difficile dans le cas d'une pendaison par les mains uniquement, mais quasiment impossible dans le cas où les pieds étaient également cloués au poteau. Voilà pourquoi le fait de briser les jambes des condamnés, pratique évoquée en Jean 19:31,32, accélérait la mort: une fois privé d'un appui et étant incapable de se soulever, le condamné finissait de s'asphyxier en quelques minutes.[5]

 

Frederick T. Zugibe, professeur de pathologie à l'Université de Colombia et médecin légiste dans l'État de New York, a effectué de nombreuses recherches afin d'expliquer les causes de la mort par crucifixion. Bien qu'il ait contredit les arguments de Barbet [6] - selon lui, la mort ne résultait pas de l'asphyxie, mais d'un choc hypovolémique et traumatique -, il démontra 1/ que la personne clouée avec ses bras ouverts dans un angle d'environ 60 à 70° par rapport au tronc pouvait survivre pendant plusieurs heures; [7][8] 2/ qu'il était possible de clouer quelqu'un à une croix par les mains, et pas forcément par les poignets.[9]

 

Ainsi, que la mort soit due à l'asphyxie, aux conséquences de la flagellation, au clouage, à la déshydratation, à l'épuisement ou à quoi que ce soit d'autre, le fait est que, dans le cas d'une mise à mort telle qu'elle est dépeinte dans les publications jéhovistes, le supplicié ne survivait que quelques minutes, tandis que la mise en croix permettait de prolonger l'agonie de plusieurs heures.

 

Or, selon le récit biblique, Jésus avait non seulement la force de pouvoir parler à plusieurs reprises alors qu'il ne bénéficiait d'aucune aide divine (Matthieu 27:46; Marc 15:34), mais en plus il décéda après une agonie d'environ trois heures (Luc 23:44-46. Toujours selon la Bible, ce temps parut assez court à Ponce Pilate puisqu'il s'étonna qu'il soit déjà mort (Marc 15:44). Cela signifiait donc que les condamnés qui mourraient dans sa position avaient l'habitude de résister plus de trois heures, ce qui aurait été impossible dans le cas d'un clouage tel que défini par la Watch Tower.

 

Autres éléments de réflexion

 

Si chaque supplicié devait transporter son poteau sur le lieu de l'exécution, alors il faudrait en déduire qu'un nombre impressionnant d'arbres était utilisé lors de chaque mise à mort collective. Les Romains se seraient-ils à ce point compliqué la tâche en abattant un arbre pour chaque condamné à mort, alors qu'ils procédaient parfois à des mises à mort de plus de 2000 personnes ? Par ailleurs, que devenaient les poteaux après l'exécution: étaient-ils enlevés de terre et redescendus du Golgotha pour les réutiliser suivant le même protocole lors d'une prochaine exécution, ou attendait-on qu'ils se désintègrent naturellement sur le lieu où ils étaient plantés? Là encore, ces hypothèses contreviennent au bon sens: il est plus raisonnable de penser que des poteaux verticaux (appelés stipes) - toujours les mêmes - attendaient les suppliciés sur le lieu de l'exécution et que ces derniers ne portaient que la barre transversale (patibulum) beaucoup plus légère, barre qui était ensuite fixée au pieu droit, ce qui formait une croix. Après quoi on ne détachait que cette barre transversale, et les mêmes poteaux déjà en terre étaient ensuite réutilisés.

 

 

Il n'y a jamais eu de débat lors des premiers siècles de notre ère quant à savoir sur quel instrument le Christ était mort. Si les auteurs anciens ne s'accordaient sur la forme précise de la croix, il n'empêche qu'aucun d'eux n'optait pour le poteau comme le font les Témoins de Jéhovah aujourd'hui.

 

Lorsque Jésus annonce sa passion et sa résurrection il parle de croix et non de poteau : "Alors Jésus dit à ses disciples : 'Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie lui-même et prenne sa croix, et qu'il me suive." (Mt, 16 ,24.).

Dans l'annonce des persécutions pour les missionnaires, Jésus parle de croix : "Qui ne se charge pas de sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi" (Mt, 10, 37.) Il ne dit pas "qui ne se charge pas de son poteau".

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b5/Labarum.svg/117px-Labarum.svg.pngEn 312 lors de la bataille du Pont Milvius, les armées gauloises et chrétiennes de Constantin l'emportèrent sur les armées païennes de Maxence après que Constantin ait vu le chrisme dans le ciel [monogramme du Christ : un X traversé d’un P, (chi) et Ρ (rhô), la première apposée sur la seconde. Les deux premières lettres du mot Χριστός (Christ)], avec ce message : "Par ce signe tu vaincras". Ce signe fut frappé ensuite sur tous les boucliers des soldats romains (labarum).

Labarum de Constantin I, surmonté du chrisme remplaçant l'aigle de Jupiter. Le Chrisme forme une croix, pas un poteau.

Labarum de Constantin I, surmonté du chrisme remplaçant l'aigle de Jupiter. Le Chrisme forme une croix, pas un poteau.

Depuis 1936,[10] les Témoins de Jéhovah considèrent que Jésus Christ est mort sur un poteau et non sur une croix. Ce point de vue a été officialisé dans le livre Richesses, un livre de Joseph Rutherford, deuxième président des Témoins de Jéovah.[11] Partant du principe que la croix est un symbole païen, ils considèrent avoir purifié leur mouvement d'une erreur doctrinale et d'une idolâtrie contraire aux Saintes Écritures.[12][13][14]

 

Le premier argument des Témoins de Jéhovah pour ce changement est d'ordre étymologique; le terme grec σταυροσ, traduit dans nos bibles par "croix" aurait comme signification principale "poteau". Le second vient du fait que les Romains auraient bien utilisé ce mode d'exécution, et ce aux temps de Jésus. Les sources qu'ils utilisent datent néanmoins du XIXème siècle ou du début du XXème. Il s'agit notamment du dictionnaire de William Edwy (Edwin) Vine (1940), d'un ouvrage de Hermann Fulda (1878), d'un ouvrage du spirite John Denham Parsons (1898) et du dictionnaire The Companion Bible de Ethelbert William Bullinger (1909-1922) qui est la première source citée par le mouvement dans la revue L'Age d'Or en novembre 1935.

 

Lorsque Joseph Rutherford fit le revirement à propos de l'instrument de torture du Christ, déclarant qu'il s'agissait d'un poteau et non d'une croix, avait-il soudainement disposé de nouvelles preuves irréfutables sur les plans archéologique, scientifique, étymologique, etc., qui aurait justifié la remise en cause d'une conviction partagée par tous les chrétiens depuis 1900 ans ? L'examen des écrits du mouvement de cette époque fait répondre par la négative : il ne s'agissait que d'une lubie du dirigeant. [15]

Des symboles francs-maçons dans les publications des Témoins de Jéhovah

 

Que fait donc ce symbole bizarre (croix penchée insérée dans une couronne) sur la couverture de ce volume ancien de la Tour de Garde (magazine des témoins de Jéhovah) :

 

De 1891 à 1931, Le symbole maçonnique des chevaliers templiers figura sur la couverture de la Tour de Garde.

De 1891 à 1931, Le symbole maçonnique des chevaliers templiers figura sur la couverture de la Tour de Garde.

Vue en gros plan du symbole (en haut à gauche de la page).

Vue en gros plan du symbole (en haut à gauche de la page).

Exemple d'utilisation de ce même symbole dans la littérature des franc-maçons

Exemple d'utilisation de ce même symbole dans la littérature des franc-maçons

Cliquez ici pour voir ce même symbole de l'ordre des Chevaliers Templiers (la croix dans la couronne), tout au sommet (en haut à gauche) sur l'échelle des différents degrés d'une loge franc-maçonne..

Hasard? Coïncidence? ou signification occulte?

 

Si les Témoins de Jéhovah dénoncent dans leurs publications l'occultisme et la franc-maçonnerie, certains faits concernant Charles Taze Russell - le fondateur des Témoins de Jéhovah - sont troublants :

 

Des réunions dans des temples maçonniques

Lancer une nouvelle religion demande de la logistique. Il est étonnant de constater que la plupart des réunions des premiers Témoins de Jéhovah se tenaient dans des temples franc-maçons ou sociétés secrètes apparentées. Voici quelques exemples tirés de leurs propres publications:

 

8 mars 1903 Fort Wayne

Une réunion pour les amis intéressés se tiendra au Hall des "Maccabées"*, 917 Calhoun St. à 10h. Les réunions de l'après midi ... se tiendront au Temple Maçonnique, cor. Wayne and Clinton Sts.

(Speakers Itinaries, Watchtower Bible & Tract Society 1901-1916, page 96)

 

1903 Convention générale à Atlanta

Toutes les autres réunions se tiendront au Hall des "Knights of Pythias"*, cor. Pryor and Unter Sts.

(Speakers Itinaries, Watchtower Bible & Tract Society 1901-1916, page 96)

 

1904, Convention de Washington

La convention de Washington se tiendra au Hall des "Odd Fellows"*.

(Speakers Itinaries, Watchtower Bible & Tract Society 1901-1916, page 240)

 

9 février 1908, Paterson

La session du matin se tiendra au Hall maçonnique.

(Speakers Itinaries, Watchtower Bible & Tract Society 1901-1916, page 383)

 

Source: http://www.info-sectes.org/tj/russel.htm

Le "motif de la condamnation" "celui-ci est Jésus, le roi des Juifs" a été placé "au-dessus de sa tête" (Matthieu, 27, 37).

La "Watch Tower" représente Jésus sur un poteau, avec les mains au-dessus de la tête

La "Watch Tower" représente Jésus sur un poteau, avec les mains au-dessus de la tête

Or, si l'écriteau avait dû être placé au-dessus des mains de Jésus, comme le représentent les Témoins de Jéhovah, les Saintes Ecritures auraient précisé que l'écriteau a été placé au-dessus des mains et non "au-dessus de sa tête".

Rubens, la Crucifixion (Musée de Bruxelles)

Rubens, la Crucifixion (Musée de Bruxelles)

Images sorties de leur contexte

Poteau selon Justus Lupsius, illustration souvent reprise par les Témoins de Jéhovah

Poteau selon Justus Lupsius, illustration souvent reprise par les Témoins de Jéhovah

Une autre technique similaire de la part de la Watch Tower consiste à se servir d'images totalement sorties de leur contexte.

Un cas évident est l'illustration du livre De cruce liber de Justus Lipsius présentant un homme cloué à un poteau, et qui figure dans l'Appendice de la Bible à références de 1995 et dans La Tour de Garde du 1er mars 2011, page 18 (voir image ci-dessus), ce qui laisse à penser que l'auteur pensait que le Christ était mort de cette manière. Toutefois, certaines informations essentielles ne sont pas fournies au lecteur, notamment que...:

 

En réalité, le livre de Justus Lipsius présentait 16 illustrations dépeignant des hommes cloués à différentes formes de croix, et que c'est uniquement celle-là qui a été choisie par la Watch Tower que parce qu'elle semble corroborer sa doctrine du poteau;

Sous l'image dépeignant un homme mort sur une croix, il est dit dans le livre de Justus Lipsius: "Dans la croix du seigneur il y avait quatre pièces de bois: le poteau droit, la barre transversale, un morceau de bois placé en dessous et le titre placé au-dessus", preuve que l'auteur pensait que Jésus était mort sur une croix;

Dans The Kingdom Interlinear Translation of the Greek Scriptures de 1969, il était précisé sous l'image: "C'est de cette manière que Jésus a été empalé", mais que ces mots ont été supprimés dans l'Appendice de la Bible de 1995, probablement parce qu'entre temps, des personnes avaient procédé à une vérification dans le livre original et s'étaient rendu compte de la présentation trompeuse faite par la Watch Tower.

 

Sources douteuses

 

Afin de soutenir leur point de vue sur la croix, les Témoins de Jéhovah citent souvent plusieurs vieux livres à leur appui: The Companion Bible, publié à titre posthume en 1922 de Bullinger (qui inspira aussi Rutherford sur le nom "Jéhovah"), un livre de 1898 attribué à Parsons The Non-christian Cross, le livre de 1853 d'A. Hislop The Two Babylons et des passages de Vine. Outre l'ancienneté des sources, on peut relever le parti-pris de ces auteurs, entaché par leurs convictions personnelles:

 

John Denham Parsons (né en 1861), qui publia en 1896 le livre The Non-Christian Cross, n'était pas compétent sur le sujet de l'historique de la croix: il n'avait aucune formation pour les questions théologiques qu'il abordait, et n'était ni linguiste ni historien. De plus, Parsons n'était pas chrétien; il fut influencé par les idées théosophiques et avait un net penchant pour le spiritisme [qui n'est "ni plus ni moins, le commerce avec les démons" (Mgr Gaume, Le Traité du Saint-Esprit, 1865, troisième édition, Gaume et Cie Editeurs, 3 rue de l'Abbaye, tome 1, Paris 1890, p. 51.], étant lui-même membre de la Society for Psychical Research, société s'occupant d'études et pratiques du paranormal. En 1906, il publia The Nature and the Purpose of the Universe dans lequel il spéculait, entre autres, sur la température dans le monde des esprits. Parsons adopta son point de vue sur la croix, non pour un motif religieux, à savoir retirer les éléments païens du christianisme, mais parce qu'il croyait que le christianisme n'était rien d'autre que la continuité du paganisme: il voulait prouver que la croix était un symbole millénaire, qui avait servi dans toutes les civilisations préchrétiennes et qu'elle avait été adoptée par les premiers chrétiens en guise d'hommage à ce paganisme ancestral. Autrement dit, son rejet de la croix en tant qu'instrument de torture du Christ était motivé par ses conceptions d'ordre spirite, et non par une recherche de vérité historique. De façon similaire, Parsons croyait aussi que Jésus n'avait jamais existé, mais que le Christ des Évangiles était inspiré par d'autres divinités païennes et représentait le Dieu-Soleil des païens adoré avant son arrivée sur terre, comme il l'écrivit dans son livre de 1895 Our Sun-God: Or Christianity Before Christ. Ces derniers temps, le livre de Parsons est devenue une "autorité" parmi ceux qui pensent que Jésus était un mythe. À la lumière de ces éléments, on comprend mieux pourquoi la Watch Tower se garde bien de préciser en quoi cet homme, qui contredisait le conscensus général sur cette question, pouvait bien faire autorité sur ce sujet.

E.W. Bullinger (1837–1913) était un pasteur anglican qui fut étroitement associé avec le mouvement des Frères de Plymouth en Grande-Bretagne. Or, ce mouvement cherchait à éviter le plus possible les symboles traditionnels du christianisme, puisqu'ordinairement, leurs lieux de culte ne comportaient aucun symbole religieux. Nelson Darby, qui innova le concept d'ultradispensationalisme, était également membre des Frères de Plymouth, de sorte que le mouvement en vinn à mettre l'accent sur le dispensationalisme et millénarisme. Bullinger fut donc influencé par le dispensationalisme de Darby et fut un proche collaborateur de Charles W. Welch, un autre adepte du ultradispensationalisme ayant des vues similaires, y compris à propos de l'annihilationisme. En fait, son travail pour The Companion Bible fut achevé à titre posthume par Welch. Bullinger, qui adopta le point de vue selon lequel la croix était païenne, fut influencé notamment par le spirite Parsons: d'ailleurs, le passage sur la croix dans The Companion Bible constitue presque la reprise mot pour mot du livre de Parsons. Il est possible que Bullinger n'en fut pas l'auteur mais que ce soit Welch qui copia les écrits de Parsons afin d'achever les travaux de Bullinger à titre posthume. Les avis similaires dans Critical Lexicon and Concordance to the English and Greek New Testament montrent cependant que Bullinger avait lui-même adopté ces points de vue. Ainsi, la Watch Tower cite Bullinger comme un chercheur indépendant afin de soutenir sa doctrine, alors que celui-ci avait été clairement influencé par le spirite Parsons et que ce dernier n'était pas un spécialiste de la Bible.

Alexander Hislop (1807-1865) était un ministre de l'Église libre d'Écosse et publia en 1853 The Two Babylons, livre qui exprimait l'idée que presque tout ce qui était en lien avec le catholicisme, notamment la croix, était d'origine païenne, et que le T ou Tau était le symbole du dieu Tammouz. Cet auteur n'était probablement pas membre des Frères de Plymouth, mais ses vues étaient très en phase avec les leurs, et son livre fut réimprimé par la suite par une presse appartenant à ce mouvement, les éditions Loizeaux Brothers. Il est à noter que ce livre fut tout autant sévèrement critiqué lors de sa parution [16] qu'à l'époque contemporaine, présenté comme étant un "hommage à l'inexactitude historique", de mauvaise qualité, avec une malhonnêteté flagrante et défendant une thèse absurde.[17] Longtemps cité par la Watch Tower parce qu'il semblait soutenir ses propres vues (on trouve 22 occurrences dans la littérature jéhoviste entre 1950 et 1978), ce livre n'est même plus mentionné dans ses publications depuis 1989 tant il n'a plus aucune crédibilité, bien qu'il reste célèbre chez les fondamentalistes cherchant à discréditer le catholicisme.

W.E. Vine (1873-1949) était un théologien qui reçut le baptême au sein des Frères de Plymouth et ses opinions étaient très semblables à Bullinger, y compris sur l'annihilationisme, l'idée que l'enfer était "la fosse commune", le dispensationalisme, etc. Vine, en réitérant le point de vue que la croix était le symbole de Tammouz, fut clairement influencée par Alexander Hislop.

 

Ainsi, tous les auteurs cités correctement par la Watch Tower sur la question de la croix étaient soit des membres de Frères de Plymouth ou qui étaient étroitement associés à eux (Vine, Bullinger, Welch, Hislop), soit un spirite (Parsons) qui a directement influencé les premiers. Le point de vue de ces auteurs qui s'influençaient mutuellement relevait donc de conceptions théologiques particulières, et non d'un examen impartial de la question.

 

Conclusion provisoire

 

Le principal, voire l'unique argument des Témoins de Jéhovah est celui de l'étymologie des termes grecs du Nouveau Testament, ainsi que certains termes latins. Après étude, il ressort que la plupart des mots en présence ne s'occupent pas de la forme de l'instrument de supplice qu'ils décrivent: Stauros, tout comme crux, peut très bien signifier un pieu, un poteau, une croix, la partie transversale d'une croix. Xylon est un terme générique pour gibet (en bois) qui n'indique rien sur la forme de celui-ci. Patibulum définit quelquefois la partie transversale d'une croix, mais parfois la totalité du gibet. Afin de cacher cette complexité à leurs lecteurs, les dirigeants Témoins de Jéhovah ont décidé de ne fournir qu'une partie des indications des dictionnaires qu'ils citent. Ils tentent de faire croire que les mots crux en latin et stauros en grec ne signifiaient au temps de Jésus que le terme "poteau". En fait, ces mots pouvaient déjà désigner un gibet en forme de croix.

 

Découvertes archéologiques [18]

 

L’organisation des témoins de Jéhovah assure catégoriquement que Jésus fut pendu sur un simple poteau vertical et pourtant, de l'archéologie, rien ne le confirme : que du contraire.

 

Les découvertes archéologiques démontrent que des crucifiés contemporains du Christ furent exécutés sur une croix. En 1968, on a découvert en effet près de Jérusalem à Giv’at mivtar, 15 sarcophages remplis de squelettes humains dont certains avaient subi le supplice de la crucifixion. Le travail d’étude fut rédigé par le Département d’anatomie de la « Hebrew University Hassadah School » sous la direction de Madame C. Salomon et les restes en question furent confiés au « Israël Museum » à la section Rockfeller.

 

Les crucifiés avaient les bras étendus à l’horizontale et non comme l’affirme sans preuve l’organisation des témoins de Jéhovah, à la verticale, au-dessus de la tête. Un long article éclairant sur cette importante découverte a été rédigé par le Professeur N. Haas de l’Université hébraïque de Jérusalem et ce, dans la revue française bien connue "Les dossiers de l’archéologie", n°10, page 107, mai-juin 1975.

 

Position des crucifiés de Giv’at mivtar

 

L’organisation des Témoins de Jéhovah va tenter lamentablement de s’attaquer et de réfuter les conclusions du Professeur Haas en assurant que trois autres chercheurs israéliens, à savoir Messieurs Yadin, Zias et Sekeles ont démonté les travaux de Haas. Or la controverse ne se situe qu’au niveau des jambes et surtout pas à celui des bras. Les quatre savants sont unanimes quant à la croix.

 

Les preuves sont fournies par l’organisation des témoins de Jéhovah elle-même !

 

 

Tour de Garde, 15 août 1987, page 28, point de vue du Professeur Haas

Tour de Garde, 15 août 1987, page 28, point de vue du Professeur Haas

Tour de Garde, 15 août 1987, page 29, point de vue des trois autres savants

Tour de Garde, 15 août 1987, page 29, point de vue des trois autres savants

Comme nous pouvons le constater immédiatement, la controverse ne se situe qu’au niveau des jambes et non sur la forme de l’instrument du supplice !

Un ou deux clous ?

 

Dans un ouvrage édité par les bons soins de l’organisation des Témoins de Jéhovah, nous découvrons la gravure suivante :

(Recueil d’histoires bibliques, 1980, page 100).

(Recueil d’histoires bibliques, 1980, page 100).

Cette illustration représente le Christ pendu avec un seul clou unique traversant les deux mains. Or la Bible contredit cette présentation mensongère :

 

"Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit (Thomas) : Si je ne vois pas dans ses mains la marque DES CLOUS". (Jean 20 :25). "Clou" est au pluriel dans l'original grec. [19] Il apparaît que ce mot conformément au mot "elon" (ἥλων) dans le texte grec d'origine est au pluriel (ἥλων : noun pl masc gen). [20]

 

On remarque directement que Thomas demande à voir la marque des clous (au pluriel) et ce, uniquement dans les mains du Seigneur : aucune mention n’est faite des pieds dans sa demande (pour suivre la thèse des Témoins de Jéhovah, Thomas aurait dû dire "si je ne vois pas dans ses mains la marque DU CLOU" ou "si je ne vois pas dans ses mains ET DANS SES PIEDS la marque des clous". C'est l'un ou l'autre, or Thomas a dit uniquement "si je ne vois pas dans ses mains la marque DES CLOUS); pas plus que dans la réponse très précise de Jésus, il n'est fait mention des pieds : "Voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté (Jean, 20, 27.)

 

Que va répondre l’organisation à cet argument ?

 

« Quelques-uns ont déduit de ce passage que deux clous ont été employés à cette fin, et qu’on lui a planté un dans chaque main. Toutefois, en parlant des clous au pluriel, Thomas faisait-il une description précise du supplice de Christ ? Voulait-il nécessairement dire qu’on lui avait cloué séparément les deux mains ? En Luc 24:39, Jésus, ressuscité, déclare : Voyez mes mains et mes pieds, c’est moi en personne ! Cela donne à penser que ses pieds avaient été également percés de clous. Puisque Thomas n’a pas mentionné les marques des pieds, il a peut-être utilisé le pluriel d’une manière générale, en PENSANT à tous les clous dont on s’était servi pour mettre Jésus au poteau ». (La Tour de Garde, 1er juillet 1984, page 31).

 

L’organisation des Témoins de Jéhovah a bien du mal avec Thomas. Pour elle, il est imprécis et on ne peut pas se baser sur lui pour déterminer la position du crucifié. Non seulement les Témoins de Jéhovah mettent en doute l’affirmation de foi concernant la pleine Divinité de Jésus (Jean 20,28 "Mon Seigneur et mon Dieu"), mais elle l’accuse d’imprécision aussi au niveau des clous. Nous croyons tout au contraire que l’apôtre Thomas est très clair et très précis sur ces deux points et que les Témoins de Jéhovah falsifient les Ecritures. En plus, dans sa fausse vision des choses avec Thomas, elle met en doute la pleine inspiration des Ecritures. Remarquons également au passage dans la citation de la Tour de Garde que vous avons citée cette reconnaissance de leur pauvre argument :

 

"Puisque Thomas n’a pas mentionné les marques des pieds, IL A PEUT-ÊTRE utilisé le pluriel d’une manière générale…"

 

Autrement dit, confrontée avec une évidence de plus en plus dévastatrice, l’organisation des Témoins de Jéhovah n’est plus du tout sûre de sa théorie et parle au conditionnel.

 

"Les dessins représentant la mise à mort de Jésus qui apparaissent dans nos publications, comme celui de la page 24, ont donc simplement pour but d’illustrer cet événement. Ils ne sont pas destinés à fournir des indications anatomiques péremptoires". (La Tour de Garde, 15 août 1987, page 29).

 

En un mot, l’organisation des Témoins de Jéhovah ne sait plus sur quel pied danser.

La plus ancienne représentation du Christ représente Jésus sur une Croix et non sur un poteau

 

La plus ancienne représentation du Christ connue est probablement ce graphiti injurieux, vers 150 ( https://oratoiredulouvre.fr/documents/paleochretien.php )

La plus ancienne représentation du Christ connue est probablement ce graphiti injurieux, vers 150 ( https://oratoiredulouvre.fr/documents/paleochretien.php )

Ce graphiti a été fait au 2e siècle sur un mur de Rome (colline Palatin). [21] La légende signifie "d'Alexamenos rend un culte à son Dieu". Alexamos est représenté à gauche, levant les bras en signe de prière, de louange, selon l'habitude des premiers chrétiens. L'homme crucifié avec une tête d'âne représente le Christ.

 

L'auteur du graphiti trouve donc complètement ridicule qu'Alexamenos puisse reconnaître comme sauveur un homme crucifié.

 

À cette époque, et en encore jusqu'au Ve siècle, un chrétien ne représentait jamais Jésus en croix. La croix était une réalité trop affreuse, trop diffamante (elle représentait encore un instrument de supplice et les persécutions n'étaient pas terminées). Ce n'est qu'à partir du IVe siècle, à la fin des persécutions, après l'édit de Milan (313) de Constantin Ier, qui donnait la liberté de culte aux chrétiens, que se diffusera l'image du Christ en croix.

 

Avant cette date de 313, les représentations artistiques ne sont pas libres. Les peintures, gravures, statues des catacombes sont à cette époque symboliques et étaient souvent utilisés les symboles de la nouvelle foi : le poisson, l'olivier, le pain, les rameaux, la vigne, la colombe (avec un rameau d'olivier dans son bec, elle symbolise l'âme dans la paix divine) et le bateau. Le "Bon Pasteur" représenté avec une brebis sur les épaules symbolise le Christ sauveur et l'animal qu'il a sauvé et on le retrouve fréquemment dans les fresques ou les bas-reliefs.

 

Après 313, les Chrétiens peuvent enfin s'exprimer librement ; l'iconographie change et des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament seront représentées.

"Alexamenos adore son dieu", fac-similé d'un graffiti du Palatin, première représentation connue de « croix chrétienne », IIe ou IIIe siècle (Martin Wallraff, « La Croix chrétienne dans la propagande impériale du IVe siècle », in La croix : représentations théologiques et symboliques , éd. Labor et Fides, 2004, p. 67 ; certains auteurs donnent également le IIe siècle, par exemple Everett Ferguson, Backgrounds of Early Christianity, éd. Wm. B. Eerdmans Publishing, 2003, p. 596.) ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Patibulum#/media/File:AlexGraffito.svg )

"Alexamenos adore son dieu", fac-similé d'un graffiti du Palatin, première représentation connue de « croix chrétienne », IIe ou IIIe siècle (Martin Wallraff, « La Croix chrétienne dans la propagande impériale du IVe siècle », in La croix : représentations théologiques et symboliques , éd. Labor et Fides, 2004, p. 67 ; certains auteurs donnent également le IIe siècle, par exemple Everett Ferguson, Backgrounds of Early Christianity, éd. Wm. B. Eerdmans Publishing, 2003, p. 596.) ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Patibulum#/media/File:AlexGraffito.svg )

Graffiti d'Alexamenos. Sur cette image, on voit une figure de forme humaine crucifiée et affublée d'une tête d'âne, envers laquelle un autre personnage fait un geste qui peut ressembler à un salut ou à une prière, interprétation qui correspond à l'inscription Αλεξαμενος ϲεβετε θεον qui, dans un grec approximatif (ϲεβετε devrait en fait être compris comme ϲεβεται - adore), signifie sans doute Alexamenos adore son dieu ou Alexamenos adore dieu. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Graffiti_d%27Alexamenos )

Graffiti d'Alexamenos. Sur cette image, on voit une figure de forme humaine crucifiée et affublée d'une tête d'âne, envers laquelle un autre personnage fait un geste qui peut ressembler à un salut ou à une prière, interprétation qui correspond à l'inscription Αλεξαμενος ϲεβετε θεον qui, dans un grec approximatif (ϲεβετε devrait en fait être compris comme ϲεβεται - adore), signifie sans doute Alexamenos adore son dieu ou Alexamenos adore dieu. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Graffiti_d%27Alexamenos )

Le graffiti d'Alexamenos a été découvert en 1856-1857, parmi de nombreux autres, lors de la mise au jour des vestiges de la domus Gelotiana, bâtiment liée au complexe palatial. Michael Gough, dans La Grèce et Rome (éd. Imprimerie des arts et manufactures, 1974, direction Marcel Brion, p. 364), suppose que Alexamenos était sans doute un esclave, que ses compagnons raillaient parce qu'il était chrétien. Daniel-Rops explique qu'Alexamenos fut un "page impérial" caricaturé par ses camarades. Le jeune chrétien d'alors n'avait guère à attendre que l'ironie et l'outrage. (DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 175)

 

Ce graffite est conservé au musée Kircher. C'est un témoin des railleries dont les chrétiens étaient l'objet dans "la maison de César." La chambre où il a été découvert fut probablement le pædagogium, ou appartement des pages : elle paraît appartenir à la fin du IIe siècle ou au commencement du IIIe. Spartien raconte que Caracalla, enfant, vit battre un de ses jeunes compagnons parce qu'il était chrétien.

 

Les murailles du palais impérial "furent sans doute les témoins de bien des souffrances cachées, de bien des traits d'un obscur héroïsme : un chapitre inconnu, un épisode peut-être bien éloquent de l'histoire des persécutions, est raconté par ce graffite.

 

Ce seul exemple suffit à faire comprendre pour quel motif les premiers chrétiens s'abstinrent de représenter la croix sur leurs monuments. Il est presque sans exemple qu'elle apparaisse sans déguisement sur un monument antérieur à Constantin.

 

On peut encore citer, comme exemples de croix, les pains représentant l'Eucharistie, et en particulier celui gravé sur une curieuse pierre tombale  : l'usage des anciens était de dessiner sur les pains plusieurs lignes, qui souvent se coupaient en croix : les chrétiens, en reproduisant de tels dessins sur leurs pains eucharistiques, se plaisaient à voir la croix dans cette combinaison de lignes, mais, en réalité, la déguisaient, ici encore, sous l'apparence d'un objet usuel. La croix grecque ou latine ne fut ouvertement représentée sur les monuments chrétiens qu'à partir du Ve siècle.

 

Une des formes cachées de la croix, reproduite sur quelques monuments du christianisme primitif, était le tau grec, T (fig. 28). Cette lettre offrait la forme véritable du gibet, de la potence à laquelle on crucifiait les condamnés. "Le tau des Grecs, dit Tertullien, le T des Latins, sont une figure de la croix."

 

Le T paraissait même probablement représenter trop fidèlement et, si l'on peut ainsi dire, trop crûment la croix : car on le trouve gravé, comme symbole isolé, sur deux épitaphes seulement du cimetière de Calliste.

Source : Rome souterraine, résumé des découvertes de M. de Rossi dans les catacombes romaines et en particulier dans le cimetière de Calliste, Par Rossi, Giovanni Battista de; Allard, Paul; Brownlow, W.-R. (William-R.); Northcote, J. Spencer (James Spencer), Librairie Académique Didier et Cie, Libraires éditeurs, Paris 1874. Lecture disponible en extrait sur http://messe.forumactif.org/t6421p30-lart-chretien-et-les-catacombes et en entier sur https://archive.org/details/a606743700rossuoft

Source : Rome souterraine, résumé des découvertes de M. de Rossi dans les catacombes romaines et en particulier dans le cimetière de Calliste, Par Rossi, Giovanni Battista de; Allard, Paul; Brownlow, W.-R. (William-R.); Northcote, J. Spencer (James Spencer), Librairie Académique Didier et Cie, Libraires éditeurs, Paris 1874. Lecture disponible en extrait sur http://messe.forumactif.org/t6421p30-lart-chretien-et-les-catacombes et en entier sur https://archive.org/details/a606743700rossuoft

Que répondre aux Témoins de Jéhovah sur le Christ cloué "à un poteau" ?

Ce fragment de linceul funéraire est visible au Musée du Louvre, avec cette légende : "Portrait dit d'Ammonios, IIIe siècle après J.-C."

Les communautés de judéo-chrétiens elles-mêmes (judaïsants non catholiques, communautés qui disparaîtront au IIIe siècle et se mêleront aux hérésies gnostiques) retrouvées « en Gaulanitide (plateau du Golan), de la fin du IIe siècle au début du Ve », suite à des recherches archéologiques, dans les localités de Farj et d’Er-Ramthaniyye au Golan par l'"Expédition Byzantine" (1978-1988) possédaient des linteaux de portes et de fenêtres ainsi que des pierres équarries gravés de « signes » judéo-chrétiens dans ces antiques bourgades juives, dont des « croix » et non des poteaux :

 

Extrait de l'article du Monde de la Bible :

 

« La pente septentrionale du promontoire volcanique sur la rive occidentale du wadi offre une forte concentration de fragments architecturaux de basalte gravés de symboles juifs et chrétiens juxtaposés sur les mêmes pierres, et parfois même superposés, décelés à la lumière rasante. Contrôlés au toucher et à l’estampage, ainsi que sous différents éclairages par chaque membre de l’Expédition Byzantine au Golan ..., ils ne sont donc pas le fruit d’une imagination débridée ou préconçue. Le répertoire iconographique comprend un « signe » purement juif : la menorah ; deux signes uniquement chrétiens : la croix et l’ancre ; des signes appartenant aux deux religions : la palme (lulab), le poisson, le navire, la grappe de raisin et la coupe ; enfin, des signes particuliers au judéo-christianisme analysés dans l’ouvrage fondamental du Père E. Testa, ofm, Il Simbolismo dei Giudeo-cristiani (1962), le waw – sixième lettre de l’alphabet hébraïque censée représenter le Christ -, la croix des vents, la croix-mat de navire, la hache et la charrue. Aucune inégalité dans la profondeur de la gravure ne permet de supposer le remplacement d’un « signe » d’une religion par celui d’une autre. Tous les « signes » gravés sur une même pierre sont contemporains entre eux. Quelques-uns de ces « signes » fournissent des repères chronologiques. Les menorot évasées sur un trépied triangulaire parfois flanquées d’un lulab sont caractéristiques de la fin du IIe siècle au milieu du IVe siècle ap. J.-C. ... L’ancre cruciforme fut employée à Rome comme symbole de l’espoir mis dans le Christ dès le milieu du IIe siècle ap. J.-C. Elle en disparut au début du IVe siècle. Un faisceau d’indices situe donc les fragments gravés de « signes » judéo-chrétiens à Farj entre la fin du IIe siècle et le début du Ve siècle. Recensant 80 hérésies en 376 dans son Panarion, Épiphane, natif d’Eleutheropolis en Palestine Seconde et évêque de Salamine de Chypre, localisait des Nazaréens et des Ébionites en Décapole autour de Pella et en Basanitide dans la région de Kokba au sud-ouest de Damas (Adv. Haeres. I.2 – Haeres. XXIX, 7-8 ; PG 41, cols 401-404 ; XXX, 2, PG 41, col. 408). Or, Farj se trouve précisément sur le bord occidental du Bashan, en Gaulanitide, où les « migrants de Pella » avaient essaimé, se trouvant alors en contact avec des dissidents du judaïsme canonique de Jérusalem – esséniens, baptistes, ... – qui avaient fait de la Pérée outre-Jourdain leur terre d’élection. Moins d’un demi-siècle après Épiphane, St Jérôme mentionnait les Nazaréens et les Ébionites dans sa Lettre 112 adressée en 404 à St Augustin, comme étant ses contemporains. Décrivant les pratiques des Ébionites « esséniens », Épiphane avait précisé : « Ils appellent synagogue, et non pas église, leur lieu de réunion » (Adv. Haeres. I. 2 – Haeres. XXX, 18 : 2 : PG 41, col. 436). La concentration de « signes » gravés judéo-chrétiens en Q.III, 21-22 à Farj, la position encore d’origine du linteau de porte de la face extérieure du mur nord de Q.III, 21, un linteau monumental gravé de croix et de lulabim remployé dans le plafond de la salle 21, ainsi que la stratigraphie architecturale de ces deux salles permettent de suggérer que le bâtiment comprenant les salles 21 et 22 renferme des vestiges de synagogue judéo-chrétienne. … À 7,5 km à vol d’oiseau au nord/nord-ouest de Farj, le mamelon volcanique sur lequel s’élève le village circassien d’Er-Ramthaniyye, désert depuis la Guerre des Six Jours (1967) et désormais dans une zone de manœuvres de l’armée israélienne, domine les gras pâturages du Golan oriental. Se serrant au sommet, sur les pentes et au pied du monticule, les maisons établies sur les ruines d’une localité antique, en incorporent les vestiges. L’examen minutieux de tous les bâtiments nous a permis de déceler majoritairement dans la zone sud-ouest de la localité (là où était également situé le village juif aux Ier-IIe siècles), juxtaposés sur un linteau de porte de basalte des symboles juifs (menorah, lulab) et chrétiens (poissons, croix), et sur des pierres équarries trois variations de la « croix des vents » ou « croix cosmique » , ainsi qu’une croix-taw hébraïque – chi grec dite crux decussata surmontant une croix à sérifs ou deux cornes évasées et concaves, qui est aussi peut-être une croix ancrée. Une menorah à sept branches stylisée à l’extrême et amalgamée à une coupe, ainsi qu’une croix chrétienne, étaient superposés sur un linteau. Enfin, sur deux linteaux étaient associées la croix avec deux palmes la flanquant de part et d’autre, ces dernières évoquant une combinaison conceptuelle de la menorah, du lulab et de l’Arbre de Vie. Comparés aux linteaux portant la marque incontestable du judaïsme normatif et de l’Église de la Gentilité également répertoriés à Er-Ramthaniyye, les huit fragments lapidaires aux « signes » disparates entremêlant judaïsme, gnose et christianisme affichent un répertoire iconographique hétérogène d’où se dégagent les thèmes de la Vie, par la végétation (lulab et Arbre de Vie), de l’eau dans laquelle nageaient les poissons, et de la Lumière divine resplendissant à travers les sept flammèches de la menorah. La forte coloration eschatologique et messianique de la comunauté qui, à Er-Ramthaniyye, affichait entre la fin du Ier siècle ap. J.-C. et le début du IVe siècle, ses croyances syncrétistes sur ses linteaux de portes, révélerait son appartenance au mouvement « ébionite essénien ». Le caractère judaïque très marqué des Ébionites esséniens et surtout leur rejet de la divinité de Jésus, leur auraient permis de s’intégrer à la population juive du village d’Er-Ramthaniyye beaucoup mieux que n’auraient pu le faire les Nazaréens.

... L’importance des pierres gravées judéo-chrétiennes de Farj et de Er-Ramthaniyye réside en leur apport des preuves archéologiques indéniables de l‘existence des Judéo-Chrétiens. »

 

(Fin de citation. Source : Où se trouvaient les judéo-chrétiens ?, Le Monde de la Bible, Claudine DAUPHIN, Chercheur du CNRS à l’UMR 8167, « Orient et Méditerranée – Monde byzantin », Paris)

 

Plus récemment, des croix gravées "en contexte daté de 470" ont été trouvées en 2014 au cœur du désert saoudien, en Arabie Saoudite (et non des poteaux) [D]es inscriptions du Ve siècle ornées de nombreuses croix ont été découvertes et attestent une présence chrétienne en Arabie du Sud dans la région du désert de Jabal Kawkab. Cette découverte a été présentée par Frédéric Imbert, spécialiste d’épigraphie arabe et islamique, professeur à l’université d’Aix et membre de la mission franco-saoudienne de prospection dans l’émirat de Najrân, au cours d’une conférence à l’Université américaine de Beyrouth et rapportée dans un article de l’Orient-Le jour. Les croix ont été découvertes en janvier 2014 sur la Montagne de l’Astre (Jabal Kawkab). Les parois rocheuses sont recouvertes sur plusieurs kilomètres de gravures de toutes les époques, depuis la préhistoire jusqu’à l’ère islamique. Des milliers de représentations humaines et animales, des versets, des croix, des vers de poésie et des textes en arabe, en sudarabique, en thamoudéen ou en nabatéen ont été mis à jour. Frédéric Imbert a déjà évoqué ce lieu comme étant le « plus vieux livre des Arabes, un livre écrit sur les pierres du désert par des hommes qui vécurent à l’époque où une certaine forme de monothéisme se met en place dans la douleur et l’opposition, les massacres et les guerres ». Les croix ne sont visibles que sur une petite partie du mur. Les écritures qui y ont été repérées sont difficiles à identifier. Ce sont en effet surtout des noms qui ont été déchiffrés, peu de phrases construites ou de textes qui racontent un événement, ce qui limite la capacité des chercheurs à établir exactement l’origine de ses inscriptions, et des alphabets utilisés. Il pourrait cependant s’agir « d’araméen tardif » ou de « nabatéo-arabe », selon les premières suppositions. Le site est situé sur une ancienne voie qui reliait le Yémen à Najran pour éviter le désert. Il était vraisemblablement une « halte majeure pour l’approvisionnement en eau ». C’est à proximité d’un puits que F. Imbert a retrouvé les gravures chrétiennes. « Elles ne sont pas les seules croix connues en Arabie du Sud et de l’Est, mais il s’agit sans doute des plus vieilles croix chrétiennes en contexte daté de 470 de notre ère », souligne le spécialiste. D’après F. Imbert, le christianisme s’est répandu en Arabie dès le IVe siècle, mais c’est au VIe qu’il prend tout son essor grâce en grande partie à l’activité missionnaire de chrétiens monophysites (qui ne croient qu’en la nature divine de Jésus) de Perse (Irak actuelle) et de Syrie qui ont en commun de rejeter le concile de Chalcédoine de 451. C’est alors la dynastie himyarite qui est au pouvoir à partir de la fin du IIIe siècle. Elle a fait le choix du judaïsme après avoir affirmé sa neutralité entre les empires byzantin et perse. C’est l’un des monarques de cette dynastie qui ordonne le massacre de chrétiens, attesté dans plusieurs écrits dont le Coran, dans la sourate des Constellations (al-Burug). Un petit nombre de chrétiens doit son salut à l’expédition du roi d’Ethiopie qui renverse le monarque et le remplace par un roi chrétien, en faisant de l’Arabie du Sud un protectorat éthiopien qui sera maintenu jusqu’à la conquête de l’Islam. D’autres découvertes dans le désert saoudien sauront peut-être approfondir encore la connaissance sur la présence chrétienne dans cette région qui n’en a plus vu depuis bien longtemps. (Source : Des Croix gravées au coeur du déset saoudien, Pierre Loup de Raucourt, Patriarcat latin de Jérusalem)

 

S'agissant des judéo-chrétiens à Jérusalem, on sait qu'ils se montrèrent épouvantés en apprenant que Pierre baptisa un centurion romain, ce qui ne relevait pas de la lettre des préceptes légaux juifs pour lesquels celui-ci était "impur" : c'était une souillure que de s'asseoir à sa table. http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3d/Baptism_of_cornelius.jpg/380px-Baptism_of_cornelius.jpgEt cependant, ce que Dieu attendait de Pierre, c'est qu'il l'accueille dans l'Eglise, le baptise, en fasse un chrétien. Si l'apôtre hésita, tant la décision à prendre l'inquiétait, Pierre baptisa Corneille, dépassant les observances juives, transcendant donc d'un seul coup "la Loi". Les judéo-chrétiens assaillirent Pierre de questions et de vifs reproches : "tu est entré chez des incirconcis, tu as mangé avec eux !".

St Ignace d'Antioche, disciple de saint Jean l'Evangéliste, mettra en garde les vrais fidèles contre les zélateurs des observances juives : "Apprenons à vivre selon le christianisme. Car celui qui s'appelle d'un autre nom en dehors de celui-ci, n'est pas à Dieu ! Rejetez donc le mauvais levain, vieilli et aigri ! (Cf. 1Co, 5: 6,7)" (St Ignace d'Antioche, Lettre aux Magnésiens 10:1,2)

Isolées, repliées sur elles-mêmes, ces communautés judéo-chrétiennes se laisseront contaminées et boiront aux sources maléfiques dès l'époque de Siméon, et bientôt ce sera par l'histoire des hérésies qu'on rejoindra les flaques de ce qui avait été un si "pur" courant. Il y aura parmi elles, les ébionites (la communauté dont l'Expédition Byzantine au Golan entre 1978 et 1988 a retrouvé des croix et non des poteaux). Ils étaient des puritains farouches qui nieront la divinité du Christ, sa naissance virginale, et surtout affirmeront que Jésus n'a été justifié que parce qu'il a strictement appliqué la Thora.

Il y a aura des mandéens, peut-être rameau détaché des sectes esséniennes, dont d'aucuns ont prétendu voir les descendants de Jean-Baptiste.

Il y aura des helchassaïtes ou Alexéites, disciples d'un Helchassaï ou Alexis, qui sous Trajan, prétendra avoir reçu d'un ange haut de cent kilomètres, la révélation d'une doctrine où observances juives, dogmes chrétiens et pratiques magiques se lient en un absurde fouillis. Toutes ces divagations n'auront aucune influence ni sur la vraie tradition, la tradition juive ni, a fortiori sur la tradition apostolique. (DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 41, 51, 52.)

Note à propos des ébionites. En 1874, le professeur Adolf von Harnack, dans sa thèse de Licence, déclarait que le mahométisme n'était qu'une lointaine dérivation de la Gnose judéo-chrétienne et non une religion nouvelle. [...] L'auteur du Coran est un religieux, moine judéo-chrétien appartenant à une communauté dérivée des anciens ébionites, dont S. Irénée, Martyr, nous disaient qu'ils niaient la divinité de Jésus et restaient très attachés à la pratique du Mosaïsme, reprochant aux Chrétiens leur abandon de la Loi de Moïse. (Etienne COUVERT, La Gnose universelle, De la Gnose à l'Oecuménisme, tome 3, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 1993, p. 57)

 

Sarcophage de la Passion Rome fin IVe s - Croix surmontée d'un Labarum ( http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2015/02/index.html )

Sarcophage de la Passion Rome fin IVe s - Croix surmontée d'un Labarum ( http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2015/02/index.html )

La croix est victorieuse : couronne, elle est devant le tombeau vide, c’est le signe de la résurrection. La croix prend sa signification de "Salus Mundi" (Salut du monde)

 

Le signe de croix lui-même était rapidement esquissé sur le front, les lèvres et la poitrine. Ce fut ainsi que les premiers chrétiens tracèrent d'abord le signe de la croix. Plusieurs textes font allusion à cette triple marque sur le front, les lèvres et la poitrine, les trois parties supérieures de l'homme - intelligence, amour, force - se trouvant ainsi placées sous la protection de la croix. C'est au IVe siècle que notre signe de croix actuel prévaudra. L'antique forme est cependant restée dans certains usages : par exemple, on le fait encore à la lecture de l'Evangile. (DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 177)

Mosaïque du Bon Pasteur - Mausolée de Galla Placidia (Ve s) v. 430ap.J.-C. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Mausol%C3%A9e_de_Galla_Placidia )

Mosaïque du Bon Pasteur - Mausolée de Galla Placidia (Ve s) v. 430ap.J.-C. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Mausol%C3%A9e_de_Galla_Placidia )

Église Sainte-Sabine de Rome (Ve siècle), représentation de la Crucifixion ( http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2015/02/index.html )

Église Sainte-Sabine de Rome (Ve siècle), représentation de la Crucifixion ( http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2015/02/index.html )

Crux Salus Mundi ( http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2015/02/index.html ) Mosaïque de l'abside de la Basilique St Apollinaire in classe, Ravenne (Italie) - VIe siècle

Crux Salus Mundi ( http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2015/02/index.html ) Mosaïque de l'abside de la Basilique St Apollinaire in classe, Ravenne (Italie) - VIe siècle

L’Eglise reprend à son compte celle que Constantin a eue en vision lors de la bataille du pont Milvius. C’est cette croix triomphale qui sera reproduite, embellie, ornée de pierres précieuses dans tous les monuments chrétiens de l’époque byzantine pour signifier la victoire glorieuse du Christ sur le mal. Basilique St Apollinaire in classe (Ravenne).

Les origines historiques de la croix [22]

 

La crucifixion était un moyen d'exécution courant dans le monde antique. Il semble qu'elle ait été d'abord pratiquée en Perse. Les condamnés étaient crucifiés sur des arbres. [23]

Elle fut en usage chez les "barbares" qui l'utilisaient comme un châtiment politique et militaire pour des personnes de haut rang. Les Grecs, les Carthaginois et les Romains l'adoptèrent.

Il semble bien pourtant que les Grecs, qui avaient la crucifixion en horreur, n'en aient pas usé chez eux. Il faut, en effet, en arriver aux conquêtes d'Alexandre le Grand (IVe s. av.J.-C.), qui l'emprunta aux Perses, pour la voir entrer dans l'histoire hellénique. Elle continue à y être infligée sous les Diadoques (successeurs d'Alexandre), en Syrie sous les Séleucides, comme Antiochus Epiphane, en Egypte sous les Ptolémées. A Syracuse, ville grecque, Denis le Tyran l'avait peut-être empruntée aux Carthaginois.[24]

Elle était pratiquée à Rome dès le VIe siècle av.J.-C. pour les criminels qui n'avaient pas la citoyenneté romaine, mais il y eut des exceptions.

La crucifxion sur la croix fut supprimée par l'empereur Constantin, le premier empereur chrétien, vers 320, et remplacée par un autre instrument de mort, la furca, ou pendaison à un gibet en forme de fourche en Y. Ceci probablement pour ne pas utiliser la croix devenue le symbole des chrétiens. La furca était un pieu assez haut, terminé en fourche, en Y. On y accrochait par le cou (la tête l'empêchant de retomber) le condamné, qui se trouvait rapidement étranglé. Cette punition plus humaine car la mort était rapide n'avait donc plus rien de commun avec la lente mort de la croix. 

Le terme crux (croix), disparaît même de la littérature juridique de l'époque. En 392 ap.J.-C., la mort par crucifixion fut abolie définitivement par l'empereur chrétien Théodose Ier. [25]

 

Témoignages d'auteurs chrétiens

 

Saint Ignace d'Antioche, disciple de saint Jean l'Evangéliste, mort martyr dévoré par les lions v. 110 ap.J.-C., dans sa Lettre aux Ephésiens (IX, 1.) écrit : 

 

"J’ai appris que certains venant de là-bas sont passés , porteurs d’une mauvaise doctrine, mais vous ne les avez pas laissés semer chez vous, vous bouchant les oreilles, pour ne pas recevoir ce qu’ils sèment, que vous êtes les pierres du temple du Père, préparés pour la construction de Dieu le Père, élevés jusqu’en haut par la machine deJésus-Christ, qui est la croix, vous servant comme câble de l’Esprit-Saint ; votre foi vous tire en haut, et la charité est le chemin qui vous élève vers Dieu."

 

Dans sa Lettre aux Tralliens (XI, 1), Ignace écrit :

 

"Fuyez donc ces mauvaises plantes parasites : elles portent un fruit qui donne la mort, et si quelqu’un en goûte, il meurt sur le champ. Ceux-là ne sont pas la plantation du Père (cf. Mt 15, 13 ; Jn 15, 1 ; 1 Co 3, 9). 2. S’ils l’étaient, ils apparaîtraient comme des rameaux de la croix, et leur fruit serait incorruptible. Par sa croix, le Christ en sa passion vous appelle, vous qui êtes ses membres ; c’est Dieu qui nous promet cette union, qu’il est lui-même."

 

Dans sa Lettre aux Romains, Ignace écrit :

 

"3. Pardonnez-moi ; ce qu’il me faut, je le sais, moi. C’est maintenant que je commence à être un disciple. Que rien, des êtres visibles et invisibles, ne m’empêche par jalousie, de trouver le Christ. Feu et croix, troupeaux de bêtes, lacérations, écartèlements, dislocation des os, mutilation des membres, mouture de tout le corps, que les pires fléaux du diable tombent sur moi, pourvu seulement que je trouve Jésus-Christ."

 

Dans sa Lettre aux Smyrniotes (I, 1), Ignace écrit :

 

"Je rends grâces à Jésus-Christ Dieu, qui vous a rendus si sages. Je me suis aperçu, en effet, que vous êtes achevés dans une foi inébranlable, comme si vous étiez doués de chair et d’esprit à la croix de Jésus-Christ, et solidement établis dans la charité par le sang du Christ, fermement convaincus au sujet de notre Seigneur qui est véritablement de la race 'de David selon la chair' (cf. Rm 1, 3), Fils de Dieu selon la volonté et la puissance de Dieu, véritablement né d’une vierge, baptisé par Jean pour que, par lui, 'fût accomplie toute justice'." (Mt 3, 15).

 

Saint Polycarpe, établi évêque de Smyrne par saint Jean l'Evangéliste, martyr livré au flammes v. 155 ap.J.-C. sur un poteau parce qu'il refusa d'être cloué, dans sa Lettre de Smyrne aux Philippiens (VII, 1), écrit :

 

"Quiconque, en effet, ne confesse pas que Jésus-Christ est venu dans la chair, est un antéchrist (cf. 1 Jn 4, 2-3), et celui qui ne confesse pas le témoignage de la croix est du diable, et celui qui détourne les dits du Seigneur selon ses propres désirs, et qui nie la résurrection et le jugement, est le premier-né de Satan."

 

"Celui qui me donne la force d’affronter le feu me donnera aussi celle de rester immobile sur le bûcher sans qu’il soit besoin de VOS CLOUS" (Lettre de Smyrne XIII, 3) Notez là aussi l'emploi du pluriel "vos clous". Martyrologe: "Polycarpe fut livré aux flammes; mais le feu ne lui ayant porté aucune atteinte, on le frappa du glaive et il reçut ainsi la couronne du martyre. Avec lui et dans la même ville de Smyrne, subirent aussi le martyre douze autres chrétiens venus de Philadelphie".

"Celui qui me donne la force d’affronter le feu me donnera aussi celle de rester immobile sur le bûcher sans qu’il soit besoin de VOS CLOUS" (Lettre de Smyrne XIII, 3) Notez là aussi l'emploi du pluriel "vos clous". Martyrologe: "Polycarpe fut livré aux flammes; mais le feu ne lui ayant porté aucune atteinte, on le frappa du glaive et il reçut ainsi la couronne du martyre. Avec lui et dans la même ville de Smyrne, subirent aussi le martyre douze autres chrétiens venus de Philadelphie".

 

http://magnificat.ca/cal/fr/saints/images/saint_polycarpe.jpg S. Polycarpe, martyr brûlé vif en 155, fut le premier à parler d'Eglise "catholique" pour définir l'Eglise "universelle" de Jésus-Christ :

 

"Partout où est le Christ Jésus, là est l’Église catholique" (Smyrn. 8, 2).

Saint Irénée, évêque de Lyon et Martyr (120-202 ap.J.-C.) dans Contre les hérésiescote II, 24,4, daté d'entre 175 et 189 ap. J.-C., explique que la croix a cinq extrémités ; sur la cinquième se repose le crucifié :

 

"La structure de la croix présente cinq extrémités, deux en longueur, deux en largeur, une cinquième sur laquelle s’appuie le crucifié."

 

Saint Justin, v. 150 après JC , dans son Dialogue avec Tryphon (cote 40 et 90) explique que le sens salvateur du Christ en Croix était déjà contenu dans la prière de Moïse combattant Amalek, en priant Dieu les mains étendues de chaque côté :

 

"De même la prescription de faire rôtir l’agneau tout entier : c’était un symbole de la souffrance de la Croix dont le Christ devait souffrir. L’agneau, lorsqu’il est rôti, est disposé de manière à figurer la croix : l’une des broches dressées le transperce depuis les membres inférieurs jusqu’à la tête, l’autre au travers du dos, et on y attache les pattes de l’agneau.

[...] Lorsque le peuple combattait Amalek, Moïse lui-même priait Dieu les mains étendues de chaque coté ; celui qui l’emportait, l’emportait par la croix. Ce n’est pas parce que Moïse priait ainsi que le peuple gagnait l’avantage, mais parce qu’en tête de combat était le nom de Jésus (= Josué) et que Moïse représentait la croix."

 

Tertullien, en 197 ap.J.-C., dans Ad Nationes (Aux nations), écrit :

 

"Le morceau de bois qui est fixé dans la terre en position droite est une partie de la croix, et la partie la plus grande de sa masse. Mais une croix entière nous est attribuée, avec sa poutre transversale, naturellement."

 

Le signe de la croix est très vite devenu le signe emblématique des chrétiens.

 

A la fin du IIe siècle, Tertullien écrit :

 

"Dans toutes nos démarches et nos actions, quoi que nous fassions, nous imprimons le signe de la croix sur nos fronts."

 

L'Epître de Barnabé, d'environ 130 ap.J.-C., cote 9.8 :

 

"La croix en forme de T devait apporter la grâce."

 

Témoignages d'auteurs romains

 

Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 106-107.

 

"Et n'oublions pas de mentionner une particularité même plus mémorable, car les plus célèbres historiens l'ont omise. Tarquin l'Ancien (5° roi de Rome, mort en 579 av. J.-C.) faisait exécuter cet ouvrage (construction d'un aqueduc) par les mains de la plèbe et, ne sachant ce qui l'emportait de la grandeur du travail ou de sa durée, de toutes parts, pour échapper à la lassitude, les citoyens se donnaient la mort. A cela, le roi trouva un remède nouveau et que nul n'imagina avant lui ni ne reprit : il fit clouer sur une croix le corps de tous ceux qui s'étaient donné la mort, pour en faire à la fois un spectacle pour les citoyens et une proie à déchirer pour les bêtes sauvages et les oiseaux." (Notes de l'historien : pour Tarquin, c'est la privation de sépulture et le corps donné en proie aux animaux qui sont une dissuasion au suicide. Il ne s'agit donc pas ici de supplice mais de l'infamie liée à la crucifixion).

 

La crucifixion fait alors partie de l’arsenal répressif de la justice romaine à côté du carcan, du pal ou de la potence. Cicéron en parle comme d'un supplice "extrémement cruel et abject".[26]

 

Cicéron, dans Pro Rabirio, 16, plaidant pour Rabinius, accusé de haute trahison, s'élèva violemment contre la crucifixion dont était menacé son client, un citoyen romain en 63 av. J.-C.

 

"C'est un malheur que la flétrissure d'une poursuite criminelle, un malheur que la confiscation des biens, un malheur que l'exil, mais dans tous ces malheurs on conserve toujours quelque apparence de liberté. Enfin si c'est de mort qu'on nous menace, mourons du moins en hommes libres. Oui, que le bourreau, que le voile qui enveloppe la tête (allusion aux modalités de l'exécution), que le nom même de croix soient écartés non seulement de la personne des citoyens romains, mais de leurs pensées, de leurs yeux, de leurs oreilles. Car pour de tels supplices, ce n'est pas seulement l'effet et l'exécution, c'est le caractère, l'attente, le nom seul qui sont indignes d'un citoyen romain et d'un homme libre. "

 

Sénèque, philosophe romain vivant du temps de l'empereur Néron, fait allusion à la variété des crucifixions dépendant de l'humeur des bourraux :

 

"victimes pendues la tête en bas, ou empalées, ou bras étendus sur une potence".

 

Ce type de mise à mort était réservé aux esclaves, aux étrangers, aux révolutionnaires et aux comploteurs contre l'Etat à la condition qu'ils ne fussent pas citoyens romains, sauf en cas de parricide ou de crime de haute trahison. 

Voulant justifier la possibilité du suicide, Sénèque décrit l'horreur de la mort progressive du crucifié.

 

Sénèque, Lettres à Lucilius, 101, 14.

 

"Se trouve-t-il donc un homme qui aime mieux fondre dans les tourments, périr membre à membre et répandre autant de fois sa vie goutte à goutte, que de l'exhaler d'un seul coup? Oui, qui attaché au gibet maudit, déjà infirme, déjà informe, les épaules et la poitrine remontée en deux bosses affreuses, ayant ainsi, même avant la croix, mille motifs de mourir, veut prolonger une existence qui prolongera tant de tortures ? "

 

À la cruauté propre du supplice de la crucifixion - supplice de la mort lente qui donnait libre cours à nombre de gestes sadiques -, correspondait son caractère infamant (Celse), scandaleux et même "obscène". Le crucifié était normalement privé de sépulcre et abandonné aux bêtes sauvages ou aux oiseaux de proie. La croix était "un signe de honte", un "infâme poteau", "un bois criminel" (Sénèque), "le supplice le plus cruel et le plus repoussant" (Cicéron). "La mort en croix, suprême infamie", dit Origène. [27]

 

Tacite (58 ap.J.-C.-120 ap.J.-C.), historien romain alors âgé de quelque 12 ou 13 ans au moment des faits, et étudiant à Rome, est probablement témoin oculaire de ce qui s’est passé. Il raconte la crucifixion des chrétiens accusés de l'incendie de Rome par Néron.

 

Tacite, Annales, Livre quinzième, XLIV.

 

"Pour mettre fin à ces rumeurs, Néron supposa des coupables et fit souffrir les tortures les plus raffinées à ces hommes détestés pour leurs abominations et que le vulgaire appelait chrétiens. Ce nom leur vient de Christ, qui, sous (l'empereur) Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Pontius Pilatus.. [...] beaucoup, mis en croix, étaient, lorsque le jour avait disparu, brûlés pour éclairer la nuit."

 

Les Romains introduisirent le crucifiement en Palestine au 1er siècle av.J-C

 

Le gouverneur romain de Syrie, Quintilius Varus, fit ainsi crucifier 2000 juifs, après la mort d'Hérode le Grand en 4 av.J-C.

 

Lors du siège de Jérusalem en 70 ap.J.-C., les Romains crucifiaient jusqu'à 500 juifs par jour, selon le témoignage de Flavius Josèphe, historien juif, mais favorables aux Romains.

On sait d'après les Manuscrits de la mer Morte, que certains juifs crucifiaient leurs condamnés à mort. Le rouleau du Temple (11 QT) en fait une partie de la législation d'alliance de Moïse [...] Pour les Juifs, le crucifiement était particulièrement horrible: 'Le pendu est une malédiction de Dieu' (Dt 21,23). Ce passage faisait initialement allusion aux criminels pendus à un arbre, mais, au 1er siècle ap. J.-C., il fut aussi appliqué aux crucifiés, comme Paul en témoigne dans sa lettre aux Galates 3,13.

L'historien juif romanisé, Flavius Josèphe (37-100 ap.J.-C.) raconte qu'Alexandre Jonathan (Jannée en grec, ou Yannaï en hébreu), roi hasmonéen de Judée et grand prêtre de Jérusalem (103–76 av. J.-C.) [notez que les deux pouvoirs temporel et spirituel était encore confondus sur une même tête avec la dernière dynastie juive de l'histoire des Hasmonéens (Maccabées)... Ce n'est qu'avec Jésus que viendra dans l'histoire cette révolution d'une distinction des deux pouvoirs dans son "Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu" (Lc, 20, 25.)] fit “crucifier 800 Juifs devant ses yeux et égorger en leur présence du temps qu’ils vivaient encore, leurs femmes et leurs enfants” (F. Josephe, Histoire ancienne, L XII, 5, 4)

Toujours d’après Flavius Josephe, Florus, gouverneur de Judée l'an 66 ap.J.-C., tourmenta les Juifs au point d’allumer une véritable rébellion qu’il mâta cruellement "en faisant crucifier 3630 hommes, femmes et enfants". Peu de temps plus tard, en 70, Titus entra dans Jérusalem et fit crucifier les assiégés qui tentaient de s’enfuir. Flavius Josephe en a dénombré jusqu’à 500 en une journée. "À peine pouvait-on suffire à faire des croix et trouver de la place pour les planter" (Guerre des Juifs, LV, 11, 1). Flavius Josephe parle de croix, pas de poteaux.

 

Il existait plusieurs types de crucifiement. Les condamnés pouvaient être empalés ou pendus à un poteau de bois; en cas d'exécution en masse, on fixait des poutres sur un échafaudage de planches de bois. Les suppliciés étaient liés et cloués avec leurs mains étendues au-dessus de la tête; ils étaient parfois crucifiés la tête en bas. Lorsqu'ils étaient crucifiés en position debout, la poutre était fixée sur le haut du poteau formant un T, ou bien plus bas, formant une croix classique. Les pieds des condamnés crucifiés ne s'élevaient pas à plus de 30 cm du sol [...] Parfois une petite barre de bois était fixée sur le poteau pour que le crucifié puisse s'y asseoir et mieux respirer [...] En 1968 (une découverte d'ossements) suggère que [les] pieds étaient cloués de chaque côté du poteau vertical." [28]

 

Les formes historiques des croix sont tellement variées que de nombreuses possibilités s'offrent à nous. Poteau, croix en T, croix classique, échafaudage, arbre, croix en x (dite croix de Saint-André)...

 

Scientifiquement, il est vain de trouver de manière certaine une forme à la croix de Jésus-Christ. La forme de l'instrument de ce supplice a trop varié au fil des siècles et au gré de l'imagination des bourreaux.

 

"Ce supplice de la croix, que la caste sacerdotale a suggéré à Pilate, ce sont les Romains qui en ont généralisé l'usage. D'autres l'avaient inventé, les Perses et les Carthaginois. L'empire en a fait la peine réservée aux révoltés ayant raté leur coup, à condition qu'ils ne fussent pas citoyens romains: elle eût été trop infamante pour eux.

Au 1er siècle av.J.-C., six mille esclaves parmi ceux qui s'étaient révoltés sous les ordres de Spartacus (100 av.J.-C.- 71 av.J.C.) et avaient plusieurs fois vaincu les légions romaines furent crucifiés, formant une immense haie de douleur et d'opprobre sur la route de Capoue à Rome.

 

L'ordre de crucifixion est du général romain Crassus (115 av. J.-C. - 53 av. J.-C.) qui remporta la victoire contre l'armée de Spartacus en Appulie en 72. Plus tard, les propriétaires reçurent le droit de vie et de mort sans appel sur leurs esclaves considérés comme un bétail.

 

Les esclaves de Spartacus crucifiés

Les esclaves de Spartacus crucifiés

Que répondre aux Témoins de Jéhovah sur le Christ cloué "à un poteau" ?

La mort par crucifixion était atroce, le plus terrible et le plus cruel des châtiments, dit Cicéron. On plantait un pieu dans le sol et quand le supplicié arrivait, portant une autre pièce de bois, le patibulum, on la fixait avec lui sur le pieu, pour former le plus souvent un T. Les condamnés étaient d'ordinaire attachés avec des cordes. Mais on utilisait aussi des clous. On a retrouvé près de Jérusalem les ossements d'un homme crucifié à l'époque de Jésus dont les pieds, posés l'un sur l'autre étaient attachés au bois (au pieu, car il n'exista pas de support pour les pieds avant le IIIe siècle) d'un seul clou.

La victime était ainsi maintenue au bord de la suffocation, tentait de reprendre souffle en s'appuyant sur les pieds - ce qui la blessait un peu plus - ou sur une sorte de sellette inclinée qui soutenait un peu les fesses et en même temps les coupait, la sedula. Elle mourait, non en raison des hémorragies causées par les clous plantés dans les avant-bras et les pieds, mais d'étouffement et d'épuisement. Et si elle survivait trop longtemps, les Romains lui brisaient les tibias, ce qui lui interdisait définitivement de prendre appui sur les pieds.

Les croix, contrairement à ce que l'on pense d'ordinaire, sont assez basses. Elles émergent à peine d'une foule disparate où se mêlent badauds et adversaires acharnés, pèlerins arrivant de la côte (le Golgotha est au bord de la route qui y mène) et une poignée de fidèles. Des femmes seulement semblent avoir eu ce courage. Aucun des textes ne cite un seul disciple. Sauf Jean, lequel indique la présence de "celui que Jésus aimait " et de Marie, mère de Jésus." [29]

Conclusion générale

 

La doctrine des Témoins de Jéhovah du Christ cloué "à un poteau", a chez eux valeur de dogme de foi. Elle serait le fruit d'une "purification" de la doctrine de ses éléments païens. Pourtant, certains Témoins de Jéhovah affirment qu'il ne s'agit pas d'"un dogme" et la Watch Tower elle-même se contredit. Suite à la controverse liée à la découverte archéologique de 1968, elle a tenté lamentablement de s’attaquer et de réfuter les conclusions du Professeur Haas pour finalement reconnaître elle-même que la controverse ne se situait qu’au niveau des jambes et surtout pas à celui des bras. Les quatre savants Yadin, Zias, Sekeles, et Haas, sont unanimes quant à la croix, barre transversale. (Tour de Garde, 15 août 1987, page 29, schémas à l'appui.) Les Témoins de Jéhovah érudits savent qu'ils ont dit des bêtises et on peut même trouver cette déclaration sous leur plume : "Les dessins représentant la mise à mort de Jésus .... ne sont pas destinés à fournir des indications anatomiques péremptoires" (Tour de Garde, Mai 1969, page 304.

Le graffiti d'Alexamenos, graffiti injurieux et moqueur réalisé entre le Ier le IIIe siècle ap.J.-C., soit bien avant la conversion de Constantin et la diffusion des croix stylisées au IVe siècle, représentant un Christ en âne crucifié, est la preuve irréfutable que la croix n'est pas une "invention des catholiques", et contredit complètement la doctrine jéhoviste.

Cette doctrine n'est fondée sur aucune source scripturaire, elle n'a par conséquent pour seul but que de détourner les gens de la vérité biblique de la Croix.

Les sources de cette fausse doctrine remontent à la fin du XIXe siècles. Les sources elles-mêmes sont plus que douteuses, elles doivent être rejetées par tout chrétien conséquent. Ces sources proviennent en effet, essentiellement, du livre de John Denham Parsons, The Non-Christian Cross (1896), qui était un spirite et a inspiré presque mot pour mot le passage sur la "croix" du dictionnaire The Companion Bible de Ethelbert William Bullinger (1909-1922), qui est la première source citée par le mouvement des Témoins de Jéhovah dans la revue L'Age d'Or en novembre 1935. John Denham Parsons a directement influencé les membres de Frères de Plymouth ou certains des auteurs cités par la Watch Tower qui étaient étroitement associés à eux (Vine, Bullinger, Welch, Hislop).

Or le spiritisme pratiqué par ce doctrinaire des Témoins de Jéhovah est interdit par Dieu ("Vous ne pratiquerez ni divination ni incantation. […] Vous ne vous tournerez pas vers les spectres et ne rechercherez pas les devins, ils vous souilleraient. Je suis Yahvé votre Dieu" (Lévitique, XIX, 26-31. Bible de Jérusalem).

De plus, Parsons n'était pas compétent sur le sujet de l'historique de la croix : il n'avait aucune formation pour les questions théologiques qu'il abordait, n'était ni linguiste ni historien... Et c'est pourtant lui qui a inspiré presque mot pour mot le passage sur la "croix" du dictionnaire The Companion Bible de Ethelbert William Bullinger (1909-1922), qui est la première source citée par le mouvement des Témoins de Jéhovah dans la revue L'Age d'Or en novembre 1935...

Tous les auteurs cités par la Watch Tower sur la question de la croix étaient soit des membres de Frères de Plymouth ou qui étaient étroitement associés à eux (Vine, Bullinger, Welch, Hislop), soit un spirite (Parsons) qui a directement influencé les premiers.

Le point de vue de ces auteurs qui s'influençaient mutuellement relevait donc de conceptions théologiques particulières, et non d'un examen impartial de la question.

Le spiritisme du doctrinaire des Témoins de Jéhovah suffit à discréditer totalement la doctrine du "poteau".

Notes

 

[1] http://chretien-biblique.clicforum.fr/t65-La-croix-ou-le-poteau.htm

[2] http://www.info-sectes.org/tj/poteau.htm

[3] http://www.tj-encyclopedie.org/Croix#Donn.C3.A9es_scientifiques_et_m.C3.A9dicales

[4] http://www.tj-encyclopedie.org/Croix

[5] Pierre Barbet, "The corporal passion of Jesus Christ, (1997).

[6]  Zugibe, Frederick T., "Pierre Barbet revisited", Sindon N. S., Quad. No. 8, sur e-forensicmedicine.net. (novembre 1995).

[7] Zugibe, Frederick T (1988) (anglais), The Cross and the Shroud: a Medical Inquiry into the Crucifixion, New York: Paragon House (ISBN 0913729752)

[8] Zugibe, Frederick T. (2005) (anglais), The Crucifixion of Jesus: A Forensic Inquiry, New York: M. Evans and Company (ISBN 1-59077-070-6)

[9] Zugibe, Frederick T. (avril 1989) (anglais), "Two questions about crucifixion", Bible Review

[10] La Tour de Garde, 15 février 2006, p. 29, § 14, article "Marchons dans la lumière qui va croissant": « L'année suivante, une autre vérité doctrinale a été expliquée, à savoir que Christ n'est pas mort sur une croix, mais sur un poteau. — Actes 10:39. »

[11] La Tour de Garde, 15 mai 1995, p. 20, article "Éclaircissements progressifs": « Le livre Richesses, publié en anglais en 1936, démontra que Jésus Christ avait été exécuté non sur une croix mais sur un bois vertical, ou poteau. »

[12] La Tour de Garde, 1er janvier 2000, p. 9, § 15, article "Servons Dieu au côté du guetteur": « Par exemple, dans les années 20 de nombreux Étudiants de la Bible arboraient une épinglette représentant une croix et une couronne, et ils célébraient Noël ainsi que d’autres fêtes païennes. Or, pour être pur, leur culte devait être débarrassé de tout vestige d’idolâtrie. »

[13] La Tour de Garde, 1er avril 1996, p. 24, article autobiographique de David Lunstrum intitulé "Travaillez, non pour la nourriture qui périt": « Il fut un temps, par exemple, où les Témoins de Jéhovah portaient une épinglette représentant une croix et une couronne. Quand nous avons compris que Jésus avait été exécuté sur un poteau et non sur une croix, nous nous sommes débarrassés de cet insigne (Actes 5:30). C'est moi qui ai été chargé de démonter les fermoirs, et plus tard l'or a été refondu et vendu. »

[14] La Tour de Garde, 1er juin 1996, pp. 18,19, article "La fuite vers un lieu sûr avant la grande tribulation": « Mais ils ont compris progressivement qu'ils étaient restés attachés à certaines de leurs coutumes et pratiques, comme l'utilisation de la croix et la célébration de Noël et d'autres fêtes païennes. Lorsqu'ils ont appris la vérité sur ces questions, ils ont agi rapidement. Ils ont pris à cœur le conseil consigné en Isaïe 52:11 : "Éloignez-vous, éloignez-vous, sortez de là, ne touchez rien d'impur ; sortez du milieu d'elle, gardez-vous purs, vous qui portez les ustensiles de Jéhovah !" »

[15] http://www.tj-encyclopedie.org/Croix#Autres_.C3.A9l.C3.A9ments_de_r.C3.A9flexion

[16] The Saturday Review, 17 septembre 1859, p. 340, cité dans "Origin of the Cross".

[17] Woodrow, Ralph (2000) (anglais), "A case study in poor research methodology", Christian Research Journal, volume 22. Consulté le 2 avril 2011.

[18] http://christianisme.skynetblogs.be/archive/2008/04/13/temoins-de-jehovah-croix-ou-poteau.html

[19] http://m.katabiblon.com/lexicon.php?search=%CE%B7%CE%BB%CF%89%CE%BD

[20] http://www.perseus.tufts.edu/hopper/morph?l=h%28%2Flwn&la=greek

[21] https://oratoiredulouvre.fr/documents/paleochretien.php

[22] http://www.ac-emmerich.fr/FORME%20DE%20LA%20CROIX.htm

[23] Jacques de Landsberg, L'art en croix: le thème de la crucifixion dans l'histoire de l'art, p. 11

[24] http://mondieuetmontout.com/Pierre-Barbet-Docteur-Archeologie-Crucifixion.htm

[25] Jacques de Landsberg, ibid.

[26] Cicéron, cité dans La croix, une puissance oubliée, Philippe Decorvet & Thierry Juvet, éditions Emmaüs, 2009, p 11.

[27] http://christianisme.homily-service.net/passion_histoire.html

[28] Le grand livre de la Bible" John Bowker Larousse-Bordas / Cerf 1999

[29] Jacques Duquesne, Jésus, Ed. Flammarion / Desclée de Brouwer 1994.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires

maeva 26/03/2016 16:39

super travail. Je viens d'une famille TJ et je cherche des argument pour leur prouver qu'il sont dans l'erreur.. c'est très dur car ils sont persuadé d’être les seul a avoir la "vérité" .. merci pour se travail.

aude 29/09/2016 17:55

je suis dans votre cas. Cette étude est très bien argumentée mais leur prouver qu'ils sont dans l'erreur c'est comme s'adresser à un mur persuadé d'être dans la seule et unique "vérité". Impossible de communiquer. Hélas!...

jims hamid 19/08/2015 13:43

les témoins de Jéhovah veulent juste falsifier la bible

ced 28/06/2015 10:14

génial résumé en un dessin de l'instabilité et de l'extrême volatilité de l'enseignement de la Watchtower.

http://image.noelshack.com/fichiers/2015/26/1435069334-wt-final.gif