Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 00:00
Sainte Marthe, Vierge († v. l'an 81)

Sainte Marthe était soeur de Marie Madeleine et de Lazare. C'est elle qui dirigeait la maison de Béthanie et s'en montrait digne par sa douceur et son amabilité envers les siens, par sa charité envers les pauvres et par l'hospitalité si dévouée qu'elle offrait au Sauveur et à Ses disciples. Un jour, Marthe était absorbée par les soins domestiques, tandis que Madeleine se tenait aux pieds de Jésus. Marthe se plaignit:

"Seigneur, dites donc à Marie de venir m'aider, ne voyez-Vous pas qu'elle me laisse toute la charge?

Marthe, Marthe, lui dit le Maître, vous vous agitez trop. Une seule chose est nécessaire; Marie a choisi la meilleure part, et elle ne lui sera point enlevée."

C'est Marthe qui fit prévenir Jésus de la maladie, puis de la mort de son frère Lazare: "Seigneur, Lui dit-elle, dès qu'elle L'aperçut, si Vous eussiez été ici, mon frère ne serait pas mort." Et Jésus lui donnant des paroles d'espérance: "Seigneur, ajouta-t-elle, je crois que Vous êtes le Christ, Fils du Dieu Vivant."

Après la mort de la Très Sainte Vierge, Marthe subit le sort de Lazare et de Madeleine: exposée par les Juifs endurcis sur une frêle barque, à la merci des flots irrités, elle est portée avec les siens vers les beaux rivages de la Provence. Là elle participe à l'apostolat de son frère Lazare, qui devint évêque de Marseille, et à la sainte vie de Madeleine. Après un passage à Avignon, elle va se fixer à
Tarascon.

Marthe est devenue célèbre par l'enchaînement d'un dragon. Au moment où elle commençait à prêcher la foi sur les rives du Rhône, un monstre effroyable, connu sous le nom de Tarasque, jetait la terreur dans toute la contrée. Un jour que Marthe annonçait la parole divine dans la ville de
Tarascon, la foule s'écria: "Si vous détruisez le dragon, nous embrasserons votre foi.

Si vous êtes disposés à croire, répondit Marthe, tout est possible à celui qui croit." Et seule elle s'avance vers la caverne du monstre. Pour combattre cet ennemi, Marthe se munit du signe de la Croix; le monstre baisse la tête et tremble. Elle s'avance, l'enlace avec sa ceinture et l'amène comme un trophée de victoire aux habitants, et bientôt la Tarasque tombe écrasée sous les coups vengeurs de tout le peuple. En triomphant de ce monstre, Marthe avait triomphé du dragon infernal.

 

Marthe s'établit dans la ville, devenue chrétienne, se fit la servante des pauvres, et fonda une communauté de vierges.

Elle affectionnait sa retraite où elle préparait son apostolat par une ascèse des plus rudes : elle était vêtue de toile grossière, pratiquait un jeûne continuel, couchait sur un amis de branches d'arbres et de sarments...; malgré son attrait pour la solitude, elle consacrait tout le temps nécessaire à la propagation de la doctrine du Christ, qui confortait son zèle en lui faisant multiplier les miracles. Ainsi elle guérissait les lépreux, les paralytiques, ressuscitait les morts; elle rendait l'usage de leurs organes aux aveugles, aux muets, aux sourds et à toutes sortes de malades. Voilà qui illustre fort bien la prophétie de l'Evangéliste : "Ceux qui croiront en lui chasseront en son nom les démons, parleront plusieurs langues, rendront aux malades la santé, détruiront les monstres" (Mc, 16, 17-18).

Voici la narration par Françoise Bouchard, d'un de ses plus grands miracles (in Marthe l'hôtesse du Seigneur, Résiac, 2° éditon, Montsûrs, 2005).Un jour aux portes d'Avignon, elle harangait une foule immense rassemblée sur le bord du Rhône. Sur l'autre rive, une jeune homme, gêné par le tumulte des flots ne parvenait pas à l'entendre; il se jeta donc à l'eau pour rejoindre l'auditoire à la nage. Emporté par le courant, il disparut dans un tourbillon d'écume. Ce fut aussitôt la consternation générale. Malgré l'intervention rapide de quelques pécheurs, il resta introuvable. Au grand désespoir de ses parents, on se résigna donc à abandonner les recherches à la tombée de la nuit. Le lendemain - trois jours plus tard affirment certains -, vers la neuvième heure, le fleuve rejeta son corps inerte sur le rivage. On accourut de toutes parts auprès de Marthe et on lui apporta le cadavre tuméfié, en la suppliant de le ramener à la vie. Celui qui avait fait sortir son frère du tombeau au bout de trois jours ne devait-il pas, en l'occurence, prouver qu'il était le seul vrai Dieu en le ressuscitant aussi ?

Réalisant que la conversion de son auditoire était en jeu, elle se mit en prière; et, en s'avançant tout près du jeune homme, elle lui dit d'une voix ferme, en serrant sa main raide et glacée dans la sienne : "Au nom du Seigneur, Sauveur, Fils de Dieu, levez-vous et soyez témoin de la puissance et de la bonté du Dieu que j'annonce". L'enfant se leva, le visage aussi frais que s'il se réveillait d'un long sommeil.

Un tel événement, on le devine aisément, eut ses effets retentissants : tout d'abord, le baptême immédiat du jeune homme et de toute l'assistance, et ensuite le ralliement au christianisme de tous ceux qui en furent informés.

Pour commémorer ce miracle, on érigea sur cet emplacement, une petite chapelle (c'est tout près de cette chapelle que saint Dominique eut à coeur de faire bâtir un couvent de son ordre) qui disparut, comme tant d'autres, sous les pics et les pioches des Révolutionnaires...

Après sa mort, Sainte Marthe fit encore de nombreux miracles; au V° siècle, elle obtint la guérison de
Clovis venu la prier sur son tombeau.


Sources : (1); (2) Françoise Bouchard, Marthe l'hôtesse du Seigneur, Résiac, 2° édition, Montsûrs, 2005, p. 45-46.

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 00:00
Saint Samson, évêque (v. 565)

Moine gallois, il partit prêcher en Irlande puis en Cornouailles avant de se rendre en Bretagne.

Né en 490, Samson est l'un des nombreux
saints bretons que les traditions font venir des pays celtiques d'outre-Manche. Il est l'un des sept saints fondateurs de Bretagne. († v. 565). La ville de Dol-de-Bretagne est une étape du pèlerinage médiéval des sept saints de Bretagne continentale appelé Tro Breizh (Tour de Bretagne).

Il fonda un monastère et une ville, Dol, se créa autour. Lorsque le suzerain se fit renverser, Samson alla voir Childéric Ier pour qu'il rétablisse son suzerain qui l'avait aidé dans ses projets missionnaires. Il évangélisa la basse Seine avant de revenir mourir à Dol.

Son arrivée se signala par un miracle : la guérison de deux femmes, l'une lèpreuse et l'autre possédée du démon. D'après la lègende, le mari de la lèpreuse fit don à saint Samson d'un terrain sur lequel s'élèvera le monastère de Dol.


Samson aurait reçu sa formation dans le monastère de saint Iltud (Llantwitt). Il est consacré évêque du Pays de Galles par Dubric et décide de s’exiler en Armorique où il débarque à l’embouchure du Guioul avant de fonder le monastère de Dol. On le retrouve lors des tractations entre le roi franc Childebert Ier (511-588) et le chef breton Judual (Judikaël), qui grâce à son intervention, est rétabli dans ses droits sur la Domnonée.

 

Sources:


(1); (2); (3)

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 00:00
Saints Nathalie, Aurèle et leurs compagnons, martyrs († 852)
Saints George, Aurèle et Nathalie de Cordoue, Félix et Liliose, martyrs (+ 852)

Le 27 juillet 852, deux couples, Nathalie et son mari Aurèle, Félix et sa femme Liliane, accusés d’avoir renié l’Islam sont exécutés sur ordre du calife Abderrahman II. Cette histoire ne manque pas de concordance avec l'époque actuelle.

L’émirat de Cordoue (756-1031) en Andalousie est souvent décrit comme un symbole de la tolérance entre Musulmans, Chrétiens et Juifs. Les relations étaient souvent bonnes mais à condition que les Chrétiens acceptent leurs positions de dhimmis ou protégés, qu’ils n’épousent pas de musulmanes, et surtout qu’ils ne renient pas l’Islam s’ils avaient à un moment ou l’autre changé de religion.

Les dhimmis étaient 'protégés' moyennant l'acquittement d'un lourd impôt de capitation (jizya), d'un impôt foncier (kharâj), d'une certaine incapacité juridique et du respect de certaines règles édictées dans un "pacte" conclu avec les autorités. Ils ont une liberté de culte restreinte (interdiction de construire de nouveaux lieux de culte ou l'interdiction du prosélytisme)...

La majeure partie des Chrétiens d'Espagne n'avait déjà plus de Chrétien que le nom, ils dérangeaient fort peu les occupants musulmans. Les plus fervents et convaincus pratiquaient essentiellement en cachette, les prêtres non-apostats ne devaient pas avoir beaucoup de paroissiens... Des siècles d'arianisme jamais guéri et d'autres aventurismes théologiques, tout cela avait éloigné une bonne partie de la population du Christ. Mêmes causes, mêmes effets, voyez le restant de l'Occident de nos jours... Notons que cela n'empêcha pas ensuite la fameuse Reconquista, maison par maison, forêt par forêt... mais, il est vrai, il y avait alors les rois catholiques.

Certains comme l’évêque de Cordoue, prônaient la négociation, le compromis... D’autres comme le moine Euloge, criaient à la compromission et poussaient à des gestes ou des paroles jugées 'provocantes' qui aboutissaient au martyre. Le résultat ce sont 48 martyrs entre 851 et 858, souvent des prêtres accusés de blasphème antimusulman. Une histoire relativement moderne donc...

Aurèle et sa femme Nathalie faisaient comme tous les chrétiens de Cordoue : ils cachaient leur foi. Aurèle était fils d'un Arabe et d'une Espagnole de la haute société. Ces derniers moururent quand il était encore jeune et le confièrent à une tante qui l'éleva Chrétiennement. Devenu grand, il se crut autorisé à faire preuve d'un certain conformisme aux usages des autorités occupantes, mais il n'abandonnait pas sa religion secrète. Mieux, il confirma dans sa Foi sa jeune épouse Sabigothe, nommée aussi Nathalie (ou Noéle), née de parents musulmans, mais qu'un beau-père Chrétien avait de très bonne heure amenée au Christianisme.

Aurèle avait un parent, Félix, qui avait cru prudent d'abandonner toute profession extérieure de la Foi, mais qui la pratiquait dans l'intimité avec sa femme Liliose, fille de Chrétiens cachés. Voyant un jour un chrétien se faire bafouer en public, ils décidèrent avec des amis de ne plus se cacher ni d'avoir peur. Arrêtés parce que les femmes ne portaient pas le voile, ils furent condamnés à être décapités.

Lorsque Cordoue eut un émirat indépendant : il y eut une véritable persécution. Saint Euloge, archevêque de Tolède, y fut massacré en 859. Mais avant d'être décapité, le saint conta par écrit la fin héroïque des Chrétiens qui l'avaient précédé dans le martyre. Il a consacré des pages émouvantes, dans son "Memoriale sanctorum" (2,10), aux saints que nous fêtons aujourd'hui. Parmi ces martyrs de Cordoue que nous fêtons tout au long de l'année, voici donc ce groupe important.

Un jour, Aurèle croisa sur sa route ce cortège tragique : un Chrétien, nommé Jean, à califourchon sur un âne, tourné vers la queue, précédé de crieurs, suivi de sbires. Son torse sanglant était fouetté par la valetaille mauresque. Aurèle voulut racheter ses petites compromissions en imitant ce saint. Il se prépara au sacrifice suprême en adoptant avec Nathalie une vie toute vouée à la pénitence et à la charité. Ils mirent de côté le strict nécessaire à l'entretien d'une fillette qu'ils laisseraient après eux.

Nathalie et Liliose parurent dans la rue sans le voile habituel aux musulmanes. Bientôt les 2 ménages durent comparaître devant le cadi, le responsable musulman local. Avec eux fut arrêté Georges, un moine quêteur venu de Palestine. Celui-ci fit une violente déclaration contre Mahomet, "fidèle du diable, ministre de l'anti-Christ, labyrinthe de tous les vices." C'en était trop : il fut condamné à partager le sort des autres. On tua d'abord Félix, puis Georges, puis Liliose, et enfin Aurèle et Nathalie. C'était le 27 juillet 852.

En 858, Usuard rapporta des reliques d'Aurèle et de Georges à Saint-Germain-des-Prés.
Il ne faut pas la confondre avec une autre sainte Nathalie, fêtée le 26 août avec son mari saint Adrian, martyrs à Nicomédie au tout début du 4ème siècle.
 
Sources:
(1); (2); (3); (4)

 

Autres saints au calendrier martyrisés par des musulmans:

 

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 00:00

Sainte-Anne--Mere-de-la-Tres-Sainte-Vierge-Marie.jpg

Sainte Anne : la Mère de la très Sainte Vierge

 

Sainte Anne appartenait à ce peuple choisi qui, dans les desseins de Dieu, devait donner naissance au Sauveur des hommes; elle était de la tribu de Juda et de la race de David. Ses parents, recommandables par leur origine, devinrent surtout illustres entre tous leurs concitoyens par l'éclat d'une vie pleine de bonnes oeuvres et de vertus. Dieu, qui avait prédestiné cette enfant à devenir l'aïeule du Sauveur, la combla des grâces les plus admirables.

Après Marie, aucune femme plus que sainte Anne ne fut bénie et privilégiée entre toutes les autres. Toute jeune enfant, elle était douce, humble, modeste, obéissante et ornée des naïves vertus de son âge. Plus tard, comme elle sut bien garder intact le lis de sa virginité! Comme elle dépassait toutes les filles, ses compagnes, par sa piété, par la réserve de sa tenue, son recueillement et la sainteté de toute sa conduite!

Puis, quand il plut à Dieu d'unir son sort à celui de Joachim, combien Anne fut une épouse prévenante, respectueuse, laborieuse, charitable et scrupuleusement fidèle à tous les devoirs de son état, vaquant à propos au travail et à la prière. Dieu lui refusa longtemps de devenir mère; elle se soumit humblement à cette épreuve et l'utilisa pour sa sanctification. Mais à l'épreuve succéda une grande joie, car de Joachim et d'Anne, déjà vieux, naquit miraculeusement Celle qui devait être la Mère du Sauveur et, dans l'ordre de la grâce, la Mère du genre humain. C'est sans doute un grand honneur pour sainte Anne, que d'avoir donné naissance à la Mère de Dieu; mais il lui revient beaucoup plus de gloire d'avoir formé le coeur de Marie à la vertu et à l'innocence!

L'Église célébrera dans tous les âges la piété maternelle de sainte Anne, et la gloire de sa Fille rejaillira sur elle de génération en génération. Le culte de sainte Anne a subi diverses alternatives. Son corps fut transporté dans les Gaules, au premier siècle de l'ère chrétienne, et enfoui dans un souterrain de l'église d'Apt, en Provence, à l'époque des persécutions. A la fin du VIIIe siècle, il fut miraculeusement découvert et devint l'objet d'un pèlerinage. Mais c'est surtout au XVIIe siècle que le culte de sainte Anne acquit la popularité dont il jouit.

De tous les sanctuaires de sainte Anne, le plus célèbre est celui d'Auray, en Bretagne; son origine est due à la miraculeuse découverte d'une vieille statue de la grande Sainte, accompagnée des circonstances les plus extraordinaires et suivies de prodiges sans nombre. Sainte-Anne d'Auray est encore aujourd'hui l'objet d'un pèlerinage national.

Wikipedia relève une légende "Anne, La « grand-mère des Bretons »". En breton, sainte Anne est surnommée « Mamm gozh ar Vretoned », c’est-à-dire la grand-mère des Bretons. Des légendes la décrivent comme originaire de Plonévez-Porzay (Gwenc'hlan Le Scouëzec, Guide de la Bretagne (page 457), Coop Breizh, Spézet, 1997). Anatole Le Braz publie un récit (Magies de la Bretagne (tome 1 - Le Pardon de la mer, page 1088), Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1994) dans laquelle Anne est mariée à un seigneur cruel et jaloux, qui lui interdit d’avoir des enfants. Lorsqu’elle tombe enceinte, il la chasse du château de Moëllien. Son errance avec la petite Marie la conduit à la plage de Tréfuntec où l’attend un ange, près d’une barque. Selon la volonté de Dieu, l'ange l'amène jusqu’en Galilée. Bien des années plus tard, Marie épouse Joseph et devient la mère du Christ. Anne revient en Bretagne pour y finir sa vie dans la prière et distribue ses biens aux pauvres. Toujours selon cette légende, le Christ vient lui rendre visite, accompagné de ses disciples Pierre et Jean, et lui demande sa bénédiction, avant de retourner en Terre sainte. Son corps aurait disparu après sa mort, mais des pêcheurs auraient retrouvé une statue à son effigie en baie de Douardenez. Celle-ci, installée près de l'endroit où Jésus avait fait jaillir une source, est devenue le but du plus ancien pèlerinage consacré à Sainte Anne et a pris le nom de Sainte-Anne-la-Palud. Le Grand Pardon qui, depuis l'antiquité, rassemble des milliers de pèlerins, le dernier week-end d'août de chaque année, est certainement le plus authentique et le plus ancien d'Armorique. Mais ceci n'est qu'une légende.

Anne Bernet évoque elle aussi dans son livre "Clovis et le Baptême de la France", un lien entre Sainte Anne et la religion primitive de la Gaule. Mais elle indique non pas que sainte Anne serait originaire de Bretagne, y aurait vécu avant d'aller en Galilée, puis serait revenue en Bretagne, mais que "le culte d'une déesse-mère chtonienne, maîtresse de la vie et de la mort, associée à l'agriculture, protectrice des troupeaux et des chevaux, parfois identifiée à la lune, aux sources, au feu, et guérisseuse" était répandu en Gaule.

Ce qui est étonnant, c'est que sainte Anne était déjà connue et vénérée chez nous en France, avant l'apparition du christianisme.

"Elle est ainsi évoquée, écrit Anne Bernet, selon les lieux et les circonstances, sous le nom d'Epona ou de Rigantona...; sous le nom d'Anna ou de Dana, aïeule des dieux et des hommes... ; et parfois sous ceux de Belisima (la 'Très Brillante') ou de Rosmerta. C'est encore sous une autre appellation, la 'Vierge qui enfantera', que la connaissent les druides du collège national de la forêt des
Carnutes. Encore très populaire aux premiers temps du christianisme, la déesse a été convertie. Le sanctuaire de la 'Virgo paritura' correspond à la cathédrale de Notre-Dame de Chartres; tant la croyance des Carnutes en la Vierge-Mère était propre à annoncer le mystère de l'Incarnation. Les sanctuaires d'Anna sont devenus ceux de sainte Anne, aïeule elle aussi, mais du vrai Dieu, et que les Bretons nomment toujours 'Mamm Goz', grand-mère".

 

Sources:

(1)

(2)

(3) Anne Bernet, Clovis et le Baptême de la France, Editions Clovis, 1995, p. 28-30.

La fête de Sainte Anne, la grand mère de Jesus-Christ, en Bretagne.

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 13:27
Les Cahiers de l’Université d’été de l’UCLF

L’Union des Cercles Légitimistes de France propose déjà plusieurs outils de formation comme son Programme des études politiques ou le Manifeste légitimiste. Les Cahiers de l’Université Saint-Louis constituent, eux-aussi, une synthèse de la pensée royaliste facilement utilisable dans le cadre d’un travail en cellule d’étude. Chaque année, de nouveaux textes illustrant la pensée légitimiste sont ainsi publiés. L’édition de l’Université d’été 2015 est maintenant téléchargeable.

 

Source

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 00:00


Saint Jacques le Majeur, fêté le 25 juillet, est le premier apôtre martyr, décapité sur l'ordre d'Hérode (Ac. 12, 1-2). « Il (Hérode) fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean. » (Actes, XII:2)

Saint Jacques le Majeur, fils de Zébédée et de Salomé, était frère de saint Jean l'Évangéliste. On le surnomma le Majeur, pour le distinguer de l'Apôtre du même nom surnommé le Mineur, qui fut évêque de Jérusalem. Il était de Galilée et vint au monde douze ans avant Jésus-Christ. Il exerçait la profession de pêcheur, ainsi que son père et Jean, son frère. Un jour qu'ils nettoyaient leurs filets dans une barque sur les bords du lac de Génésareth, Jésus appela les deux frères; à l'instant, quittant leur barque et leur père, ils se mirent à Sa suite et furent bientôt agrégés au collège des Apôtres.

Le choix que Jésus fit des deux frères pour être, avec Pierre, témoins de Sa Transfiguration, et plus tard de Sa prière au Jardin des Oliviers, montre assez l'affection dont Il les honorait. Après la dispersion des Apôtres, Jacques le Majeur vint en Espagne, dont Dieu le destinait à faire la conquête. Il la parcourut en tous sens et la féconda de ses sueurs; mais il ne put convertir que neuf disciples. N'est-ce pas un sujet de consolation pour les prédicateurs dont les efforts ne sont pas toujours couronnés de succès? Dieu Se plaît ainsi à éprouver Ses envoyés; ils sèment, d'autres recueilleront la moisson.

Du reste, Jacques eut une grande consolation: la Sainte Vierge, vivante encore, lui apparut et lui demanda de construire, en Son honneur, une chapelle qui serait une protection pour l'Espagne. La Sainte Vierge a maintes fois prouvé depuis aux Espagnols qu'ils étaient sous Sa sauvegarde.

Saint Jacques revint à Jérusalem, y prêcha la foi de Jésus-Christ et convertit beaucoup de personnes. L'Apôtre gagna à Jésus-Christ deux magiciens qui avaient cherché à le confondre par leur art diabolique. Un jour qu'il prêchait, une émeute, préparée à l'avance, se souleva contre lui; on le conduisit au gouverneur Hérode, en disant: "Il séduit le peuple, il mérite la mort." Hérode, homme sans conscience, visant avant tout à plaire, commanda de trancher la tête au saint Apôtre.

Une tradition fit de Jacques l'évangélisateur de l'Espagne, avant sa mort ou par ses reliques. Sa dépouille mortelle y fut conduite par quelques disciples. Il n'est peut-être pas au monde un ancien pèlerinage plus célèbre que celui de Saint-Jacques de Compostelle. Saint Jacques a été souvent le défenseur de l'Espagne contre les Sarrasins. Il y est particulièrement vénéré sous le nom de Santiago. Son corps aurait été découvert grâce à une étoile dans un champ, d’où le nom de Compostelle. Le pèlerinage vers St Jacques de Compostelle a été le grand pèlerinage depuis le Moyen Age, et les « jacquets » marchent toujours vers le champ de l’étoile.

L’apôtre Jacques est dit « le majeur » pour le distinguer d’un autre apôtre Jacques le mineur (fête le 3 mai).

 

Sources:

(1); (2); (3); (4)

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 00:00
Sainte Christine de Rome, Vierge et Martyre († vers l'an 300)

Christine était une enfant de dix ans; cependant il ne fallut pas moins de trois tyrans successifs pour la faire mourir, car les deux premiers furent victimes de leur cruauté. Elle devait périr sousles flèches, puis attachée à une roue, puis mordue par des serpents.. c’est finalement une meule attachée à son cou qui l’a entraînée au fond de l’eau.

Elle avait pour père un gouverneur romain, nommé Urbain, très attaché au culte des faux dieux. Christine, inspirée d'en haut, après avoir ouvert les yeux à la vraie foi, enleva toutes les idoles d'or et d'argent que son père adorait dans sa maison, les mit en pièces et les donna en aumône à de pauvres chrétiens. A cette nouvelle, la colère de son père ne connut pas de bornes; elle fut souffletée, fouettée, déchirée avec des griffes de fer.

Au milieu de ces tortures, l'héroïque enfant conservait la paix de son âme et ramassait les morceaux de sa chair pour les présenter à son père dénaturé. Le supplice de la roue et celui du feu lui furent inoffensifs. Un ange vint ensuite dans la prison de Christine guérir ses plaies. Son père tenta un dernier effort; il la fit jeter dans le lac voisin avec une pierre au cou, mais un Ange la conduisit saine et sauve au rivage. Ce nouveau prodige irrita tellement le père barbare, que, le lendemain, on le trouva mort dans son lit.

Un nouveau gouverneur fut l'héritier de sa cruauté; il fit coucher Christine dans un bassin d'huile bouillante mêlée de poix; mais elle fit le signe de la Croix sur elle et ne ressentit pas les atteintes de ce supplice. Après de nouvelles tortures, on la conduisit dans le temple d'Apollon; dès qu'elle y entra, l'idole se brisa en pièces, et le tyran tomba raide mort. Sur le coup, trois mille infidèles se convertirent à la vraie foi.

La courageuse martyre dut être présentée devant un troisième juge, qui eut à coeur de venger la honte et la mort de ses deux prédécesseurs. Il fit jeter la jeune martyre dans une fournaise ardente, où elle resta cinq jours sans en rien souffrir. Les bourreaux, à bout d'expédiant, la laissèrent en prison au milieu d'une quantité de vipères que ne lui firent aucun mal. On lui coupa la langue sans qu'elle perdît l'usage de la parole. Enfin, attachée à un poteau, elle fut percée de flèches.

Son tombeau fut retrouvé à Bolsena, ville italienne du sud  de la Toscane, en 1880.
 

 

Sainte Christine portant des flèches et avec sa meule est accompagnée par saint Jacques. Peinture flamande vers 1490. Ancienne Pinacothèque de Munich

Sainte Christine portant des flèches et avec sa meule est accompagnée par saint Jacques. Peinture flamande vers 1490. Ancienne Pinacothèque de Munich

Sainte Christine de Rome ne doit pas être confondue avec deux autres saintes du même nom, Christine de Tyr, célébrée en Orient, et qui a été victime à 14 ans des persécutions de l’empereur Dioclétien vers 300, a subi de terribles supplices en gardant le sourire, avant d’avoir le cœur transpercé par une lance. Et Christine l’admirable, une mystique du XIIIème siècle dont les expériences sont « admirables » et incroyables bien que rapportées par un sage chroniqueur, le cardinal Jacques de Vitry.

Sources: (1)(2)

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 00:00


Sainte Brigitte de Suède, Veuve, Fondatrice d'Ordre, co-patronne de l'Europe

Fille de parents nobles, Ste Brigitte fut éducatrice à la cour royale de Suède, épouse, mère de famille, veuve et fondatrice d'une congrégation religieuse. Favorisée de révélations célestes, elle fut appelée à jouer un rôle éminent aussi bien auprès des papes qu'auprès des dirigeants politiques de Suède et d'Europe, comme put en faire autant Ste Catherine de Sienne (1347-1380) .


Sainte Brigitte naquit en Suède, de famille royale. Sa mère avait été sauvée d'un naufrage en considération de l'enfant qu'elle portait dans son sein. Bien qu'à sa naissance un saint personnage eût reçu de la Sainte Vierge l'assurance que cette enfant ferait entendre sa voix dans tout l'univers, Brigitte fut muette, jusqu'à l'âge de trois ans; mais, ce temps écoulé, elle parla tout à coup aussi bien qu'une grande personne.



A l'âge de dix ans, elle fut singulièrement touchée d'un sermon sur la Passion du Sauveur. La nuit suivante, elle vit le divin Crucifié tout couvert de plaies et de sang, et L'entendit dire: "Regarde, Ma fille, comme J'ai été traité. – Et qui Vous a traité si cruellement? dit-elle. – Ce sont ceux qui Me méprisent et sont insensibles à Mon amour pour eux." À partir de cette époque, la seule pensée des mystères de la Passion faisait couler ses larmes.



Une nuit qu'elle était en prière, sa tante, chargée de son éducation après la mort de sa mère, la surprit et voulut la frapper; mais la verge se rompit entre ses mains. Brigitte, tout enfant, était souvent assaillie par le démon qui prévoyait en elle une grande ennemie; mais elle trouvait un secours assuré en courant dans sa chambre se jeter aux pieds du crucifix qui lui avait parlé.



Malgré son goût pour la virginité, Brigitte accepta le mariage par obéissance; elle et le prince, son mari, se préparèrent par un an de prières et de bonnes oeuvres aux obligations de leur état. Dieu donna à ces pieux époux huit enfants. Brigitte fut le modèle des mères par sa sollicitude envers sa famille; elle éloignait de sa maison tout ce qui n'y aurait pas apporté l'édification et la vertu: "Après la lecture de la Bible, répétait-elle à ses enfants, n'ayez rien de plus cher que la Vie des Saints."


En 1350, Ste Brigitte voit le Christ en croix s'animer. Il lui révélera les 15 oraisons à réciter chaque jour pendant un an afin d'honorer les 5480 coups reçus lors de sa passion.


A la mort de son mari, elle s'adonna aux saintes oeuvres avec plus de liberté que jamais, apprenant à ses enfants à laver les pieds des pauvres, à soigner les plaies des malades, à soulager toutes les misères. Mais la grande mission de sa vie, Brigitte l'accomplit pendant ses dernières années, qu'elle passa dans la pénitence et la contemplation de Jésus Crucifié. Ses révélations étonnantes ont fait d'elle la merveille de son siècle. Ainsi, eut-elle la vision d'un saint martyr qui lui dit: «Moi et d'autres saints, nous avons obtenu pour toi, de Dieu, la grâce d'entendre, voir et connaître les choses spirituelles, et l'Esprit de Dieu enflammera ton âme. » Ce qui l'amènera à révèler la présence au
purgatoire de son mari décédé peu de temps auparavant.



C'est à Rome, où elle aimait à séjourner près des tombeaux des Saints, que le Sauveur lui fit connaître l'heure de sa mort prochaine; elle rendit le dernier soupir en prononçant avec amour les dernières paroles de Jésus expirant: "Mon Père, je remets mon âme entre Vos mains."



Le crucifix qui a parlé à Ste Brigitte se trouve dans la basilique Saint Paul Hors les Murs au sud de Rome, là ou le Christ lui a révélé les 15 Oraisons et les 7 Paters.


Sainte Brigitte de Suède, aux côtés de saint Benoît, 
a été déclarée par Jean-Paul II co-patronne de l'Europe avec sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix. (Lettre apostolique « Spes aedificandi » 02/10/1999)


Le 4 octobre 2002 à l'occasion du jubilé de sainte Brigitte de Suède, de nombreux évêques luthériens étaient présents à Rome, ainsi que la princesse Victoria de Suède et la princesse Bénédicte de Danemark. 



Source: (1), (2)

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 00:00
Marie Madeleine, soeur de Marthe et de Lazare, était d'une famille distinguée de Béthanie. Après la mort de ses parents, Marie avait reçu en héritage le château de Magdala, en Galilée, d'où lui vint le surnom de Madeleine, et elle y vivait dans le luxe et les plaisirs au point qu'elle devint le scandale de toute la Galilée, et qu'on ne la connut bientôt que sous le nom de la Pécheresse. En punition de ses débordements, elle fut possédée du démon jusqu'au jour où le Sauveur, lui remettant ses péchés, la délivra de la domination de Satan.

Dieu avait fait naître en ce coeur coupable le désir de voir Jésus; ce désir devait être son salut, car le Sauveur voulait donner en Madeleine un exemple frappant de Sa miséricorde infinie en même temps que de la plus parfaite pénitence. C'est elle qui, ayant un jour suivi le Seigneur chez Simon le Pharisien, versa sur les pieds de Jésus un vase de parfum précieux, les arrosa de ses larmes et les essuya avec ses cheveux, et qui entendit ensuite cette parole:

"Beaucoup de péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a beaucoup aimé."

Nous la rencontrons, depuis lors, très souvent dans l'Évangile; elle contemple Jésus et L'écoute, dans la maison de Béthanie, pendant que sa soeur Marthe s'occupe seule du service de la maison: "Marie, dit le Sauveur, a choisi la meilleure part." Une autre fois, dans les derniers jours de sa vie, Jésus voit Madeleine répandre un parfum délicieux sur cette tête divine qui bientôt sera couronnée d'épines. Elle accompagne le Sauveur au sommet du Calvaire, assiste à Sa mort et à Sa sépulture, et bientôt reçoit l'une des premières visites du Christ ressuscité: "Marie!" S'écrie le Sauveur. Et Marie, reconnaissant Jésus, Lui répond dans une effusion d'amour: "O mon Maître!"

Peu après, les Juifs endurcis, fatigués de ses exhortations et de celles de Marthe et de Lazare, les exposèrent sur la mer par une tempête, dans une pauvre barque sans rames ni voiles. La nacelle voguait à la garde de Dieu, et vint aborder, après quelques jours, au rivage de Marseille. Les pieux disciples du Christ firent là de nombreuses conquêtes.

Quant à Madeleine, elle s'enfonça dans les montagnes sauvages et solitaires et fut transportée par les anges dans une grotte appelée depuis
la Sainte-Baume, où elle mena une vie plus angélique qu'humaine, favorisée des grâces les plus merveilleuses, ne vivant que de la Sainte Communion, soupirant et versant des larmes de pénitence et d'amour.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.
Basilique de Saint Maximin

Au pied de la montagne dans le Var et aux portes des Bouches du rhône, la basilique Sainte Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, achevée en 1532 est le plus important exemple de style gothique en Provence.

Dans la tradition chrétienne médiévale, après avoir débarqué aux Saintes-Maries-de-la-Mer, Sainte Marie-Madeleine aurait occupé pendant trente ans une grotte du massif de la Sainte-Baume (départements des Bouches-du-Rhône et du Var),
près de Marseille, pendant qu'elle évangéliseait la Provence, de nombreuses années dans le dénuement et l'abandon le plus total, on dit qu'un ange venait lui apporter à manger. A sa mort, elle aurait été ensevelie dans la crypte de la basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Une église y a été élevée et les reliques de Sainte Marie Madeleine y sont conservées, ainsi que dans la basilique de Saint-Maximin.
Chaque année, les Dominicains qui entretiennent ce lieu organisent une fête le jour de sa fête, le 22 juillet, et une procession avec les reliques a lieu du couvent jusqu'à la grotte, sous forme de chemin de croix. On gravit la montagne et arrivés en haut, avant les dernières marches dans le virage, on se trouve devant une scène de l'Evangile: la croix de Jésus et celles des deux larrons, avec la Vierge Marie, Saint Jean et Sainte Marie Madeleine au pied de la croix de Jésus, d'un réalisme saisissant et émouvant; et juste avant de pénétrer dans la grotte, on se trouve devant Sainte Marie Madeleine pleurant au pied de la croix. Ce pèlerinage en souvenir de celle qui a tant aimé Jésus et a radicalement changé de vie est très porteur et nous plonge 2000 ans en arrière...
La basilique est mondialement connue pour son orgue, magnifique témoin de l'école française, ayant conservé l'intégralité de ses 2960 tuyaux d'origine. En juillet 1971 André Stricker (1931-2003) y donne un récital "Des fils de Bach à Beethoven" d'où est extrait ce choral de Buxtehude: "Wie schön leuchtet der Morgenstern", d'aprés l'hymne de 1599 de Philipp Nicolai dont Bach tirera sa cantate du même nom.
 
Saint Louis est allé en pélerinage à la Sainte Baume, il semble qu'il se soit beaucoup intéressé à la vie de Marie-Madeleine.
Marie-Madeleine ou Myriam ou Maya qui signifie aussi goutte d'eau de mer.

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 21:08
Big brother: 60% des Américains voient l'Etat américain comme "une menace pour les libertés individuelles", 60% de fous

Selon un article publié par Sud-Ouest Afp,

 

"environ 60% des Américains voient l'Etat américain (au sens de pouvoir central) comme "une menace pour les libertés individuelles", selon un sondage réalisé en mai."

 

Mais pour les media mainstream, pas de quoi s'inquiéter: ce sont des "complotistes". [1]

 

Si l'on prend la définition des mots, complotiste signifie celui qui, avec d'autres personnes, monte en secret une action dans l'ombre contre d'autres personnes, groupe ou Etat. Ce qui est un phénomène historique très répandu. Il suffit de se pencher sur les organisateurs de la Révolution dite "française"... ou sur la Révolution bolchévique dite "russe"...

 

Les personnes qualifiées de "complotistes" par les media mainstream sont donc en fait ceux qui dénoncent les personnes qui complotent ! Soit l'inverse du sens que veulent en donner les media du grand courant, en les faisant passer pour des délirants, des "malades", etc...

 

Alors que les media qui font office, paraît-il, d'organes d'"information", devraient alerter sur le niveau de défiance des Américains vis-à-vis de leur Etat central ... et quand à la défense de leurs libertés individuelles, non ils préfèrent donner rapidement l'information en passant dessus tout en faisant passer ces 60% d'Américains étato-sceptiques pour des fous...

 

Bienvenu dans Big brother!

 

Notes

 

[1] Un exercice militaire vire à la théorie du complot aux États-Unis, Sud-Ouest, Publié le 20/07/2015 à 10h21 , modifié le 20/07/2015 à 10h21 par SudOuest.fr, avec AFP

Partager cet article

20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 08:45

Bel exemple de "démocratie", la dette est devenue le moteur de la croissance économique..., elle fait partie de la mécanique de la croissance et en est sa condition première, en dehors de laquelle point de salut !

Grèce: l’extrême ponction

La Grèce est maintenant à genoux et elle va payer le prix fort

 

La perversité du Système oligarchique et néolibéral éclate aujourd’hui au grand jour. Il apparaît désormais que la dette grecque se solde par une perte de contrôle dramatique et par voie de conséquence, entraine une mise sous tutelle de la politique étrangère et intérieure. Par le biais de la Troïka, les actifs du pays sont transférés au secteur privé à hauteur de …80 milliards: exorbitant!

 

Ce sont les créanciers qui dictent leurs conditions. La Grèce n’est donc pas “sauvée” comme il est proclamé en une des journaux nationaux: elle est déchue puisqu’elle a livré les derniers pans de sa souveraineté pour nourrir le Moloch mondialiste. Entraînant avec cela la souffrance de tout un peuple, qui il y a une semaine exprimait sa volonté d’en finir.

 

La proie était facile: il n’y a pas de structure étatique solide en Grèce comme en France. Mais l’appétit prédateur des créanciers est immense et sans pitié, nul n’est à l’abri car la dette est devenu le moteur de la croissance économique: elle fait partie de la mécanique de la croissance qui est sa condition première.

 

En France, depuis 1973, l’Etat républicain a accepté d’entrer dans le mécanisme pervers d’endettement auprès des créanciers privés en s’adossant à une dette structurelle qui n’est plus considérée comme temporaire; il a engagé le pays sans consultation en hypothéquant le futur des générations à venir, sans souci du long terme.

 

C’est comme un organisme qui se doperait à coup d’hormones de croissance au risque de bouleverser tout le système endocrinien.

 

Sous l’Ancien régime l’endettement est une défaillance temporaire liée au bouclage d’un budget, c’est un expédient, un pis aller. Aujourd’hui il est devenu une pratique budgétaire comme une autre.

 

Il faudra bien un jour ou l’autre , nous aussi, payer la facture de ce changement de modèle économique et ce sera au prix fort, comme la Grèce.

 

Sandrine Pico-Deprez

 

Source

Partager cet article

20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 07:04

Elle fit qu'à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front.

Apocalypse, 13, 16

Un immeuble dans le centre d'affaire de Stockholm est équipé pour fonctionner avec des puces électroniques. Une société propose d'implanter une puce sous la peau de ses employés afin d'avoir accès aux bureaux et pour d'autres usages.

Partager cet article

19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 22:03

Les forêts restent vierges dans la région de Mourmansk (nord de la Russie). Elles offrent un spectacle inoubliable de beauté, d'abondance d'eau pure et limpide…

Forêts vierges du Nord russe

Ici, pas le moindre touriste.

 

Source

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 20:37

La grande peur des Anglais, des Américains et de leurs laquais en France et en Europe c'est précisément qu'un choc des civilisations survienne et permette aux nationalistes de reconquérir le pouvoir sur leurs terres.

Boris Le Lay

Au moment où l'on apprend que le président américain, Barack Obama, a souhaité jeudi 16 juillet aux mahométans un « joyeux Aïd », en référence à la fête de l’Aïd el-Fitr marquant l’achèvement du ramadan et a émis le vœu que la mesure prise par le maire de New York d’ajouter deux fêtes musulmanes aux jours de congés dans ses écoles et donc de dispenser les écoliers de classe lors de l’Aïd el-Fitr et de l’Aïd el-Kébir à partir de la rentrée prochaine soit étendue à tous les écoliers américains [1], voici une Intéressante contribution audiovisuelle de Boris Le Lay à propos de l'assertion courante selon laquelle l'Axe mondialiste souhaiterait pousser le monde européen contre le monde musulman (théorie dite du "choc des civilisations"). Cette théorie serait fausse.

Au contraire, détaillant l'"Agenda multiculturel", Boris Le Lay explique qu'"il y a aujourd'hui une alliance entre les Etats-Unis, l'Angleterre, la finance atlantique et l'islam politique, à la fois dans le monde arabo-musulman et en Europe" pour promouvoir "l'équilibre politique multiculturaliste, profondément fragile, qui bénéficie à l'Axe atlantique et globaliste" :

 

Prix Chatham House de 2012 aux hommes politiques tunisiens Moncef Marzouki et Rached Ghannouchi (chef du Parti Ennahdha en république de Tunisie).

Prix Chatham House de 2012 aux hommes politiques tunisiens Moncef Marzouki et Rached Ghannouchi (chef du Parti Ennahdha en république de Tunisie).

Extrait:

 

"Le gouvernement américain a détruit tous les régimes laïques du monde arabo-musulman: l'Irak baasiste de Saddam Hussein, la Syrie baasiste de Bachar Al Assad (ou du moins c'est en cours), l'Egypte nassérienne de Moubarak et aujourd'hui d'Al Sissi. Rappelons qu'Hillary Clinton, à l'époque ministre des Affaires étrangères américaine, avait pris et fait et cause pour les Frères musulmans, que depuis plus d'un demi-siècles, les Frères musulmans sont soutenus par Londres notamment.

Rappelons également le cas d'Ennahdha en Tunisie, aussi soutenu par les Etats-Unis." [Le prix Chatham House 2012 fut remis aux hommes politiques tunisiens Moncef Marzouki et Rached Ghannouchi (chef du Parti Ennahdha en république de Tunisie). Chatham House est le think tank du Royal Institute of International Affairs (RIIA). Fondé en 1920, il est l'équivalent anglais du Conseil des relations étrangères américain (CFR). NDLR.]

 

La destruction de la Libye de Mouammar Kadhafi qui n'était pas un régime islamiste et qui aujourd'hui est un pays ravagé entre des milices proches des Frères musulmans, proches du Qatar, un certain nombres d'autres qui refusent de se soumettre, etc.

 

Et dans la ligne de mire, toujours, des forces anglo-américaines et aussi de la finance juive new-yorkaise (il faut quand même le dire), l'Algérie. L'Algérie issue de la décolonisation qui elle aussi, est de type laïque et socialiste.

 

Il y a eu une destruction patiente de tous les gouvernements de coloration nationaliste arabes pour mettre au pouvoir un islam politique proche des Frères musulmans dans la galaxie desquels on retrouve par exemple le Hamas, qui est soutenu certes par l'Iran mais aussi par le Qatar et qui à Gaza, avait accueilli la direction politique clandestine des Frères musulmans égyptiens avant la révolution amenant au renversement de monsieur Moubarak, l'ancien président égyptien.

 

Mais il y a aussi bien évidemment monsieur Erdogan, et l'AKP, parti néo-islamiste qui soutient les islamistes en Syrie et même l'état islamique en Irak.

 

Bref, cette politique de destruction du nationalisme arabe a été constante. Et il y a aujourd'hui en France et en Europe, mais la France plus encore qu'ailleurs parce que la France comme l'Ukraine est désormais un champ de batailles où il n'y a plus de gouvernement à proprement parler, mais où des factions s'affrontent qui sont instrumentées par le pouvoir financier américain, notamment. Et la politique du gouvernement d'Occupation est très claire. C'est une politique de soutien à l'islam politique, à un certain islam politique, c'est-à-dire un islam qui a noué une alliance avec le gouvernement américain. C'est évidemment la tendance des Frères musulmans et des pétromonarchies du Golfe.

Manuel Valls : "L'islam est en France pour y rester."

Manuel Valls : "L'islam est en France pour y rester."

 

"Monsieur Manuel Valls a déclaré que l'islam était en France pour y rester. Le Parti socialiste a annoncé son intention de doubler le nombre de mosquées. Le durcissement des lois 'antiracistes' témoigne de cette volonté de combattre les forces qui s'opposent à l'islamisation et à l'immigration de masse. Manuel Valls s'est déplacé dans le nord de Marseille pour inaugurer un établissement scolaire créé par l'UOIF. Des membres de l'UOIF étaient présents au Ministère de l'Intérieur avec le ministre Bernard Cazeneuve et aussi Manuel Valls, dans le cadre de ce réaménagement du Conseil Français du Culte Musulman, qui voit la montée en force progressive, justement de cette tendance islamique dans le pays. Manuel Valls a pris soin aussi de ne pas dénoncer en bloc le salafisme." [On se demande en effet bien quand le peuple français a donné mandat au Premier ministre Manuel Valls pour intervenir dans les affaires de l'islam en France et organiser cette religion?! Et décider pour nous! NDLR.]

 

"[...] Nous voyons donc une alliance se forger sous l'impulsion de l'ambassade des Etats-Unis d'Amérique, ce que l'on a pu appeler la doctrine Rifkin, du nom de cet ambassadeur d'origine juive en poste à Paris de 2009 à 2013, et qui consiste depuis 2003, à neutraliser l'antiaméricanisme dans les masses afro-musulmanes en cooptant un certain nombre de dirigeants proches des réseaux américains, notamment Frères musulmans, et par ce processus de management ethnique, de conjurer le 'choc de civilisation' qui menace cet équilibre politique multiculturaliste, profondément fragile, qui bénéficie à l'Axe atlantique et globaliste."

Notes

 

[1] Quand Obama sert les desseins de l’islamisme mondial, 18 juillet 2015 http://www.bvoltaire.fr/aristideleucate/obama-sert-desseins-de-lislamisme-mondial,194151

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Occupation
commenter cet article
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 20:04
Pour le patriarche copte Tawadros, le prétendu "Évangile de Barnabé" est un faux

Le mystérieux "Évangile selon Barnabé", que même la presse internationale a fait passer pour un document authentique qui aurait été retrouvé en Turquie, est un "livre bourré d'erreurs historiques et géographiques, l'œuvre d'un faussaire", sans aucune valeur ni rien qui puisse améliorer la vie de l'homme d'aujourd'hui.

Telle est l'opinion du patriarche Tawadros II sur le document qui aurait été découvert en mai 2012 dans le fonds du palais de justice à Ankara. Le Primat de l'Église copte orthodoxe a été catégorique dans sa critique durant sa catéchèse, le mercredi 24 juin, consacrée à la figure de saint Barnabé, le disciple de Jésus qui se convertit au christianisme après la Pentecôte.

 

Quasi-unanimité des chercheurs : il s'agit d'un texte médiéval


Dans le texte manuscrit, relié en cuir avec des lettres d'or et conservé dans le secret pendant 12 ans, que les autorités turques ont présenté au monde comme ayant été écrit il y a 1 500 ou 2 000 ans, certaines pages en syriaque (langue araméenne) ont été présentées comme un nouvel évangile attribué à Barnabé.

Dans ces pages, notamment, on lit que Jésus n'a pas été crucifié, qu'Il est monté vivant au Ciel comme un prophète et non comme le Fils de Dieu, et que Judas Iscariote aurait été crucifié et serait mort sur la Croix à sa place, et surtout que Jésus aurait annoncé de façon explicite la venue, après Lui, de Mahomet.

La réalité est que les chercheurs sont pratiquement unanimes dans leur opinion : il s'agit d'un texte médiéval faussement attribué à Barnabé. Le seul livre du premier siècle qui le soit est l’Épître de Barnabé, un écrit apocryphe ne figurant pas dans le Nouveau Testament. Et cette lettre du premier siècle parle de Jésus comme du Seigneur crucifié et ressuscité.

Adapté de l'espagnol par Élisabeth de Lavigne
Article initialement publié par l'Agence Fides 

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 00:00

Saint-Frederic-eveque-et-martyr----838-.jpgPetit-fils de Radbod, le roi des Frisons. Les uns le font naître en Frise, d'autres en Angleterre. Son éducation est confiée aux soins de Saint-Ricfrid, l’évêque d’Utrecht. Ordonné prêtre, sous-diacre puis diacre, il est surtout réputé pour s’infliger de sévères mortifications. Il avait préalablement refusé par humilité son élection par le clergé diocésain et le peuple de Frise qui le connaissait et l’aimait particulièrement pour son ardeur pastorale et ses talents de prédicateur. C’est pourquoi l'empereur Louis le Pieux dut intervenir en personne pour lui demander d’accepter la charge épiscopale qui était vacante depuis la mort de l’évêque Ricfrède (Ricfrid). En 820, il succède à Saint-Ricfrid comme évêque d’Utrecht.

À la demande de l’empereur, il tente de remettre de l’ordre dans le relâchement des mœurs qui affecte son diocèse et avec l’aide de Saint-Odulphe, il poursuit la mission d’évangélisation des païens du nord d’Utrecht. Il lutta contre les paganismes locaux (notamment ariane) et s'opposa spécialement à l'usage des mariages entre consanguins, "mariages incestueux". 

L'évêque jouait un grand rôle auprès de l'empereur jusqu'au jour où ce dernier se remaria avec la jeune
Judith de Bavière. Très impliqué dans les problèmes familiaux de la famille impériale, il s’attire la haine de l’impératrice
, à qui il reproche son immoralité et ses débauches. Judith donna un fils à Louis en 823, le futur Charles le Chauve, et intrigua pour qu'il obtienne sa part d'héritage. D'où les guerres entre les fils et leur père. 

Frédéric visita sans relâche tous les habitants de son diocèse pour prodiguer soin et réconfort matériel et spirituel, particulièrement sur l’île de Walcheren, où régnait la plus grande immoralité. Pour assurer la pérennité de son œuvre il composa une profession de foi résumant l’enseignement de l’Eglise sur la Sainte Trinité.

Il souscrit au concile de Mayence qui clarifia alors la discipline du mariage chrétien.

 

Saint-Frederic-eveque-et-martyr----838-.gif

 

Alors qu'il venait de célébrer la messe dans l'église de Maestricht, saint Frédéric a été assassiné sur ordre de l'impératrice. Le 18 juillet 838, frappé à mort, il eut le temps de pardonner à ses meurtriers.

Dicton : "A Saint Frédéric, tout est vert, tout est nids, plantes, bêtes et puis gens, tout sourit".

Représenté vêtu pontificalement. Attribut : épée plongée dans la poitrine.

 

  Les saints du jour; catholique.org; wikipedia; catholique.org; prenomdujour

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 00:00

 En 1790, il y avait 21 soeurs au Carmel de Compiègne dont la plus âgée avait 75 ans et la plus jeune 26 ans.


Chassées de leur Carmel en 1792, elles s'installèrent dans 3 maisons voisines.

Lors d'une perquisition des révolutionnaires, ceux-ci trouvèrent des images du Sacré-Coeur (emblème vendéen et royaliste) ainsi que des lettres destinées à des prêtres réfractaires. Arrêtées, elles furent escortées jusqu'à Paris et là, jugées sommairement et guillotinées sur la Place du Trône (aujourd'hui, Place de la Nation).
 

Arrivée à Paris la brutalité s'abat sur soeur Charlotte ; infirme, âgée, les mains ligotées derrière le dos depuis le début du voyage, harassée par ce trajet sous un soleil ardent, ballottée dans une mauvaise charrette, elle ne sait descendre. Deux sans-culottes montent alors dans la charrette et la projettent brutalement sur le pavé. Son visage est en sang. Elle se relève péniblement, sans une plainte, remerciant même ses bourreaux de ne pas l'avoir tuée, préférant s'offrir en martyre.
Le cachot où elle est jetée est répugnant et comble car chaque jour les exécutions laissent la place libre pour les nouveaux arrivants mais dans sa bonté, elle prodigue soins et courage à chacun et chacune. Elle suit plus que jamais la Règle, récite tous les offices et prie.

 

Le 17 juillet 1794, l'affaire, jugée grave, est portée devant le Tribunal révolutionnaire de Paris présidé ce jour-là par leur concitoyen Scellier, le frère du maire de Compiègne. (Mis en jugement le 28 mars 1795, ce dernier sera condamné à son tour le 6 mai et exécuté le lendemain, en même temps que Fouquier-Tinville !)

Le citoyen Fouquet-Tinville tient le siège d'accusateur. Après un semblant de procès factice et rapide, la condamnation est prononcée. Moins d'une heure après la levée de l'audience la sentence sera exécutée sur la place de la Nation pour le seul motif de "machiner contre la République".

 
Lorsque les exécuteurs l’aident à monter les marches de l’échafaud, sœur Charlotte ne peut s’empêcher de leur dire d’une voix douce : « Mes amis, je vous pardonne de tout mon cœur ».

En montant sur l'échafaud, les religieuses chantaient le
Veni Creator et la mère supérieure donna la bénédiction à chacune avant d'être elle-même guillotinée. Seule une soeur en réchappa, absente le jour de l'arrestation, et publia un récit en 1836, basé sur de nombreux témoignages. Elles furent béatifiées en 1905 par Pie X.

Ces morts tragiques ont alimenté au XXième siècle toute une œuvre tant littéraire avec la pièce de Georges Bernanos appelée « le dialogue des Carmélites », cinématographique avec le film du même nom du Père Bruckberger, que musicale avec l’opéra de Francis Poulenc ou artistique avec Molineri peignant en 1906 un tableau appelé « les Carmélites montant à l’échafaud » et qui se trouve au Carmel de Compiègne.

 

Hymne du Veni Creator et Séquence de la Pentecôte "Veni Sancte Spiritus", en gréogrien.

Latin
Veni, creator, Spiritus,
Mentes tuorum visita,
Imple superna gratia
Quae tu creasti pectora.
Qui diceris Paraclitus,
Altissimi donum Dei.
Fons vivus, ignis, caritas
Et spiritalis unctio.
Tu septiformis munere,
Digitus paternae dexterae.
Tu rite promissum Patris,
Sermone ditans guttura.
Accende lumen sensibus
Infunde amorem cordibus,
Infirma nostri corporis
Virtute firmans perpeti.
Hostem repellas longius
Pacemque dones protinius;
Ductore sic te praevio
Vitemus omne noxium.
Per te sciamus da Patrem,
Noscamus atque Filium;
Teque utriusque Spiritum
Credamus omni tempore.
Deo Patri sit gloria,
Et Filio, qui a mortuis
Surrexit, ac Paraclito
In saeculorum saecula.
Amen.
Français
Viens, Esprit Créateur,
visite l'âme de tes fidèles,
emplis de la grâce d'En-Haut
les cœurs que tu as créés.
Toi qu'on nomme le Conseiller,
don du Dieu très-Haut,
source vive, feu, charité,
invisible consécration.
Tu es l'Esprit aux sept dons,
le doigt de la main du Père,
L'Esprit de vérité promis par le Père,
c'est toi qui inspires nos paroles.
Allume en nous ta lumière,
emplis d'amour nos cœurs,
affermis toujours de ta force
la faiblesse de notre corps.
Repousse l'ennemi loin de nous,
donne-nous ta paix sans retard,
pour que, sous ta conduite et ton conseil,
nous évitions tout mal et toute erreur.
Fais-nous connaître le Père,
révèle-nous le Fils,
et toi, leur commun Esprit,
fais-nous toujours croire en toi.
Gloire soit à Dieu le Père,
au Fils ressuscité des morts,
à l'Esprit Saint Consolateur,
maintenant et dans tous les siècles.
Amen.
 

Sources : Les saints du jour; Catho60.cef

 

Autres martyrs de la Révolution dite "française"Les martyrs des Pontons de Rochefort (1794-1795)

--------------------------------------------------------------------

LECTURES AUTOUR DES CARMELITES DE COMPIEGNE
HAMEL Nathalie

 

Gertrud von Le Fort: La dernière à l'échafaud
Adaptation de Jean-Dominique Hamel
Lu par Nathalie Hamel

 

1792, la révolution gronde. Les vœux monastiques sont supprimés. Au Carmel de Compiègne, les religieuses doivent se séparer.
Absente de Compiègne lors de l'arrestation de ses soeurs, Soeur Marie de l'Incarnation sera la seule rescapée de l'exécution des carmélites de Compiègne à la barrière du Trône renversé (actuellement place des Antilles à la Nation) le 24 juillet 1794. Vers 1830, peu de temps avant sa mort, elle écrit ses mémoires qui sont un témoignage unique sur la Terreur. Ces mémoires de l'unique survivante des Carmélites de Compiègne ont inspiré à Gertrud von Le Fort sa nouvelle: la dernière à l'échafaud.

 

" La crainte est quelque chose de plus profond que le courage". Ecrite en 1931, cette nouvelle raconte l'histoire des seize carmélites de Compiègne guillotinées le 17 juillet 1794. C'est sur cette nouvelle que Georges Bernanos s’appuiera pour écrire ses "Dialogues de carmélites".
 

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 18:17
Technologie et robots : le Forum économique mondial (Davos) annonce la fin du travail tel que nous le connaissons, et la fin de la classe moyenne

Le Forum économique mondial vient de publier un article de Jean Pisani-Ferry, conseiller au Plan pour le gouvernement français, qui annonce la fin du travail tel que nous le connaissons. Technologie et robots sont là, et leur emprise croissante permet de penser que le monde du travail en sera profondément bouleversé, affirme-t-il. Tout en rappelant que la plupart des avancées technologiques ont permis le développement de nouveaux métiers et la création d’emplois, il ne cache pas combien les robots vont rendre obsolètes certaines professions qui peuvent parfaitement être mécanisées grâce à l’informatique. Ce sont les métiers exercés par la classe moyenne qui sont les plus menacés.

[...] Les tâches routinières seront les premières affectées. Pisani-Ferry prévoit une hémorragie particulière parmi les employés et les professionnels qui font du traitement de données : les comptables par exemple. A l’inverse, les « créatifs » ou les soignants pourraient prospérer et voir leur productivité augmenter grâce aux nouvelles techniques – il cite les chirurgiens ou les coiffeurs.

 

Source et suite: Technologie et robots : le Forum économique mondial (Davos) annonce la fin du travail tel que nous le connaissons, et la fin de la classe moyenne, Reinformation.Tv, 15 juillet 2015 13 h 50 min

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 00:00

Notre-Dame du mont Carmel et le Saint Scapulaire

L'Ordre du Carmel se donne une origine aussi ancienne que glorieuse ; on croit, non sans raisons sérieuses, que cet Ordre n'est que la continuation de l'école des prophètes établie au mont Carmel (montagne côtière, Israël) par le prophète Élie.

Les disciples de cette école furent au premier rang parmi les convertis au christianisme naissant, et le Carmel devint le berceau de la vie monastique depuis Jésus-Christ. 

Après la dispersion des Apôtres, l'an 38, ils bâtirent une chapelle en l'honneur de Marie et se vouèrent tout spécialement à célébrer ses louanges.

C'est à l'occasion des épreuves subies par l'Ordre du Carmel que les Carmes vinrent en France avec le roi saint Louis. Ils y établirent plusieurs maisons et allèrent même s'implanter en Angleterre, où ils eurent le bonheur de voir saint Simon Stock embrasser leur Institut. Ce grand Saint devint, en 1245, supérieur général des Carmes, et n'oublia rien pour rallumer la dévotion à Marie dans son Ordre.

La fête de Notre-Dame du Mont-Carmel a pour but de rappeler une grâce insigne accordée par Marie à l'Ordre du Carmel et par lui à toute l'Église. Dans la nuit du 16 juillet, Simon Stock demandait, avec une ferveur toute spéciale, la protection de la Sainte Vierge sur son Institut. Au lever de l'aurore, Marie lui apparut, accompagnée d'une multitude d'anges, environnée de lumière et vêtue de l'habit du Carmel. Son visage était souriant ; dans ses mains elle tenait le scapulaire de l'Ordre. Devant le Saint elle s'en revêtit elle-même, en disant :
« Ceci est un privilège pour toi et pour tous les Carmes. Quiconque mourra en portant cet habit ne souffrira pas le feu éternel. » 

Le Saint fit des miracles pour confirmer la réalité de cette vision. Ce fut l'origine de la Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel, pour les chrétiens qui, ne pouvant embrasser la Règle, veulent attirer sur eux les bénédictions promises au scapulaire. Le privilège le plus considérable accordé à la confrérie du Mont-Carmel après celui que Marie fit connaître à saint Simon Stock, est celui qui fut révélé au Pape Jean XXII: la délivrance du purgatoire, le samedi après leur mort, des confrères du Mont-Carmel qui auront été fidèles à l'esprit et aux règles de la Confrérie. Outre ces deux privilèges, il y a de nombreuses indulgences attachées au scapulaire.

 

Sources : 1, 2

 

- Saint Simon Stock et le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 19:17

En Russie, les multinationales ne pourront pas arguer de traités internationaux pour faire des procès à l'Etat et condamner l'Etat (Cf. le Traité transatlantique qui donnera cette capacité aux multinationales) :

La Cour suprême de Russie affirme la primauté de la Constitution russe sur les décisions de la CEDH

La Cour suprême russe a décidé, mardi 14 juillet, qu’aucun traité international ne prévaut sur la souveraineté nationale et accordé à la Russie le droit de ne pas appliquer les décisions de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) si ces dernières contredisent la Constitution ou la loi russes. « La Convention européenne pour la protection des droits de l’Homme et les libertés fondamentales, tout autant que les positions légales de la CEDH qui s’appuie sur celle-ci, ne peuvent pas supprimer la primauté de la Constitution » a affirmé le juge Serguei Mavrin, pendant la session de la Cour constitutionnelle. « Toutes les décisions de la CEDH devront être exécutés en considérant d’abord la primauté de la Constitution russe. Exceptionnellement, la Russie pourra donc refuser d’appliquer certaines obligations, dans le cas où un refus serait la seule manière d’empêcher une violation de la loi russe », a-t-il ajouté.

 

La Cour suprême de Russie résiste aux décisions de la CEDH

 
Fin 2013, la Cour constitutionnelle russe s’était accordé le droit de décider ou non de l’exécution de décisions de la CEDH opposées au droit russe. Cette nouvelle décision étend la suprématie de la Cour constitutionnelle sur des cours internationales ou des traités internationaux, et établit clairement la priorité de la Constitution russe en général.
 
Cette décision de justice est une réponse à un groupe de députés de la Douma qui avait contesté un certain nombre de lois russes qui semblaient obliger les tribunaux russes à exécuter les ordres de la CEDH, au détriment parfois de la Constitution russe.
 
Le député Aleksandr Tarnavskiy avait ainsi expliqué que les députés qui réclamaient cette clarification craignaient qu’un certain nombre de décisions de la CEDH soient prises pour diluer la souveraineté de l’Etat russe, basée sur la priorité de la Constitution et la reconnaissance de la Cour constitutionnelle comme seul pouvoir d’Etat ayant la possibilité d’exécuter une surveillance constitutionnelle.

 

Primauté de la Constitution russe : la Russie n’est pas seule à affirmer la force des lois nationales

 
A la suite de cette décision, le juge Mavrin a annoncé que la Cour constitutionnelle pourrait se pencher sur le cas Ioukos, à condition que les plaignants se présentent eux-mêmes devant le tribunal.
 
Fin juillet 2014, la CEDH avait condamné la Russie à verser près de 2,5 milliard d’euros aux ex-actionnaires du groupe Ioukos qui appartenait à l’oligarque critique du Kremlin, Mikhaïl Khodorkovski, et démantelé pour fraude fiscale en 2007.
 
C’est à la suite de cette décision qu’une centaine de députés russes ont saisi la Cour constitutionnelle pour demander si la Russie, qui a signé la Convention européenne des droits de l’Homme en 1996, était obligée d’appliquer toute décision de la CEDH, même en cas de contradiction avec la Constitution russe.
 
Le président du comité d’enquête de la Fédération de Russie, Aleksandr Bastrykin, a affirmé que de nombreux pays respectaient ce principe de primauté de leurs lois fondamentales dans l’application des décisions de la CEDH, citant notamment l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche, la Grande-Bretagne. Il a également évoqué les pays qui donnent la priorité à leurs lois par rapport aux traités internationaux, prenant l’exemple des Etats-Unis, de l’Inde ou du Brésil.

 

Béatrice Romée

 

Source: La Cour suprême de Russie affirme la primauté de la Constitution russe sur les décisions de la CEDH, Reinformation.Tv, 15 juillet 2015 13 h 45 min·

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 18:33
Macron : l'accord sur la Grèce "ne purge pas le sujet de la dette intellectuellement"

Alors que François Hollande a déclaré "la Grèce reste dans la zone euro. L'Europe a gagné", le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, sur la même ligne que le FMI, s'est montré lors d'un point presse mercredi matin beaucoup plus dubitatif et circonspect sur la possibilité de conclure à court terme un accord sur un allègement de la dette grecque. 

 

L'accord sur la Grèce (conclu entre la Grèce et ses créanciers lundi) "ne purge pas le sujet de la dette". [1]

 

C'est le cas de le dire. Il y aurait tout un débat à faire et qui n'a jamais été fait sur la dette et le financement de la vie politique par la dette, qui est le contraire même d'une saine politique, transparente et rationnelle conçue à long terme et qui, le plus grave, est la source de la nouvelle esclavagisation des peuples et de ce que des observateurs appellent déjà le "néo-féodalisme". (Cf. "Money Masters", les maîtres de la monnaie (1/2); Ce qui vous attend après la faillite de la Grèce (Valérie Bugault et Jean-Michel Vernochet)

Après le diktat lundi des créanciers à la Grèce pour un troisième plan d'aide à Athènes, la surprise est venue du Fonds monétaire international qui a reconnu mardi que la dette grecque n'était pas viable, ce qui suppose que ses créanciers l'annulent ou qu'ils lui accordent un délai de grâce de 30 ans.

Le FMI propose trois pistes explosives aux créanciers européens. La première consiste à étendre de 10 à 30 ans le délai de grâce pendant lequel la Grèce n'aurait pas à rembourser sa dette aux Européens, y compris sur les nouveaux prêts. La seconde, consisterait, pour les États européens, à réaliser des «transferts annuels explicites» au budget de l'État grec. Enfin, la dernière -et la plus controversée- consisterait pour les créanciers à accepter de «sérieuses décotes» de la dette. Autrement dit, un effacement pure et simple. Une option dont l'Allemagne refuse d'entendre parler. [2]

Alors que l'Assemblée dite "nationale" française a approuvé à une très large majorité cet après-midi cet accord, largement encouragé par le président de la République, par 412 voix "pour" et 69 "contre" [3], Emmanuel Macron fait une critique plus réaliste et a ouvertement critiqué cette "avancée". Il a estimé que si "l'accord qui a été trouvé" était "le meilleur accord possible", compte tenu des exigences des uns et des autres [4], 

 

"l'accord ne purge pas le sujet de la dette intellectuellement. Théoriquement, je ne pense pas que sur le long terme ce niveau de dette soit possible (...) politiquement et de manière réaliste, à court terme il est impossible d'avoir un accord sur le sujet." [5]

 

Selon le jeune ministre qui a succédé à Arnaud Montebourg, il faudra reconsolider la confiance dans la zone euro et améliorer son fonctionnement pour envisager une approche à long terme du problème.

 

"Au-delà de l'accord qui a été trouvé, il faut que nous puissions redéfinir les voies et moyens d'un redémarrage de l'économie grecque, ce que ne permet pas l'accord a ce stade", a-t-il poursuivi.

 

Lors de son interview du 14 juillet, François Hollande avait lui salué le courage d'Alexis Tsipras, premier ministre grec, et considéré que les réformes annoncées étaient "dures" mais nécessaires.

 

 

Notes

 

[1] EN DIRECT - Grèce : démissions en série dans le gouvernement Tsipras, Le Figaro, Mis à jour le 15/07/2015 à 16:34 Publié le 15/07/2015 à 11:36

[2] Le FMI réclame un allégement drastique de la dette grecque, Home ECONOMIE Conjoncture, Par lefigaro.fr Mis à jour le 15/07/2015 à 16:35 Publié le 15/07/2015 à 09:34

[3] EN DIRECT Grèce : l'Assemblée nationale donne son feu vert, Les Echos | Le 15/07 à 12:27, mis à jour à 18:15

[4] Grèce : Emmanuel Macron sceptique sur l'accord, Publié le 15/07/2015 à 15:50 | Le Point.fr

[5] Grèce : Emmanuel Macron pessimiste sur l'accord, Le Figaro, Home LE SCAN Les verbatims, Par Mathilde Siraud, AFP, AP, Reuters Agences Publié le 15/07/2015 à 14:58

 

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 11:31

On a vu dans un reportage video de Reinformation.Tv que l'agriculture française s'effondre, sacrifiée sur l'autel d'une Europe de la finance et des magouilles de Bruxelles, de la mondialisation, l'explosion des suicides parmi les agriculteurs, des éleveurs de porcs et des producteurs de lait étranglés par les charges et les baisses des prix de leur production, le silence des media. Voici une exception avec "Marianne.net" dont un excellent article pointe l'hypocrisie des dirigeants (maltraitance des animaux, des vaches traitées trois fois par jour par des robots pour maximiser la production", "ne voyant jamais un brin d'herbe" et qui "pataugent dans leurs excréments"):

La ferme de Fair Oaks est un des plus gros élevages de vaches laitières des Etats-Unis

La ferme de Fair Oaks est un des plus gros élevages de vaches laitières des Etats-Unis

On ne sait ce qui doit le plus inquiéter avec les dernières nouvelles de la « ferme des 1 000 vaches ». Ce qu'elles nous apprennent. La manière dont elles nous parviennent. Ou le peu d'écho qu'elles provoquent. Cette « innovation », symbole d'un tournant de l'histoire de l'agriculture française, continue de baigner dans l'hypocrisie générale. Hypocrisie commençant avec le terme de « ferme », premier mensonge pour désigner cette usine à vaches laitières qui s'installe dans la Somme.

C'est un site environnementaliste (Reporterre.net), créé par un journaliste viré d'un grand quotidien, qui nous apprend que ce projet mélange déjà sordide et illégalité. Un employé témoigne de l'état physique et sanitaire pitoyable des animaux qui, ne voyant jamais un brin d'herbe, pataugent dans leurs excréments. Et il révèle que s'entassent près de 800 vaches, contre les 500 autorisées, l'usine ne disposant pas encore d'assez de terrains pour répandre les tonnes de résidus de 1 000 bêtes.

« Votre article a éveillé l'intérêt des services de l'Etat », a réagi la préfecture. Les autorités, qui avaient la tête ailleurs, ont vérifié et remercié Reporterre.net d'avoir fait leur propre travail. « Il y a là un manquement, il sera sanctionné », a renchéri Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement. Sachant le dossier sensible, il a ajouté : « J'applique toutes les règles et toute la loi, et rien que les règles et rien que la loi. » Justement, plus que le laxisme de ses services de contrôle, voilà le vrai problème. Les « règles ». Des règles permettant ces « 1 000 vaches » auraient dû faire débat en France. Pour empêcher une entreprise si contraire à tous les beaux discours officiels.

Contraire à la politique en matière de souffrance animale. La loi votée le 16 février prescrit que les bêtes, « êtres vivants doués de sensibilité », doivent être protégées contre les « mauvais traitements ». Or, les éthologues qualifient tel le sort de ces vaches entassées dans un hangar, nourries au maïs ensilé et auxquelles des robots imposent trois traites par jour pour maximiser la production.

Contraire à la politique énergétique et écologique. EDF rachète à prix majoré l'électricité issue de la méthanisation des bouses, mais de telles usines consomment plus de calories que l'élevage à l'herbe et rejettent en masse nitrates et résidus médicamenteux dont on voit la Bretagne inondée par ses élevages industriels porcins.

Contraire à « l'agroécologie » prônée par le ministre de l'Agriculture. Il récompense de « trophées de l'agriculture durable » des fermes modèles employant du personnel et dans lesquelles les bêtes sont nourries avec les céréales produites sur place. Mais il laisse se créer des usines folles. Tout en précisant, gêné, qu'il n'y est pas « favorable ». Et en plaidant la « cohabitation ». Autre hypocrisie. Il n'y a pas de synthèse possible en la matière. Avec ces « règles » favorisant l'industrialisation, ce sous-lait à prix cassé va sinistrer les fermiers déjà fragilisés par la fin des quotas laitiers. C'est achever la soumission de l'agriculture aux réflexes financiers du lobby agroalimentaire. Lequel ne se demande pas ce qu'il produit, mais comment le faire au plus bas coût et avec le plus de marge. Modèle : l'Allemagne, où il va déjà acheter du lait dans ces milliers d'ex-kolkhozes de l'Est reconvertis avec les méthodes américaines et les salaires d'Europe centrale à 3 € l'heure.

L'investisseur de la « ferme des 1 000 vaches », grande fortune française, est un géant du BTP. D'autres annoncent 2 000 vaches et chèvres laitières en Touraine, 200 000 poules pondeuses dans la Somme. Avec ces nouveaux acteurs, visant le profit plutôt que la qualité, l'élevage bovin, encore peu industrialisé, basculera dans un autre monde que celui des paysans. Ces paysans que Montesquieu aimait parce qu'« ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ».

Car l'hypocrisie couvre l'absurdité. Outre le scandale écologique qu'elle constitue, cette industrialisation heurte d'abord le bon sens économique. Le créneau commercial français est celui des terroirs, des appellations et de leurs savoir-faire. La valorisation d'un héritage et d'une géographie culturelle. Mais à l'absurdité s'ajoute le mépris pour un monde paysan dont on ne reconnaît plus la valeur ajoutée, comme le résume Elisabeth de Fontenay : « Voilà près de cinquante ans que le Crédit agricole et la FNSEA montent les fils contre les pères, qu'on piétine la prudence des traditions, pour faire triompher la démesure du productivisme et la pollution qui toujours l'accompagne. » La philosophe ajoute que personne n'ose dire aux paysans qu'« ils sont des hommes de trop sur la Terre ».

Mercredi 17 juin, quelques-uns de ces vrais paysans, condamnés pour une tentative de « démontage » de la « ferme des 1 000 vaches », se sentaient bien seuls devant la cour d'appel d'Amiens. A part José Bové et Jean-Luc Mélenchon, pas un leader des Verts pour les soutenir. En revanche, l'ancien rapporteur de l'ONU pour le droit à l'alimentation était là. Olivier De Schutter s'était déplacé pour les défendre, expliquant que, acculés dans « une impasse complète », ils n'avaient « pas d'autre choix ». Avant de conclure que « la question est de savoir pourquoi les canaux politiques sont autant asservis aux intérêts de l'agro-industrie ».

Source: Mille vaches et pas mal d'hypocrites, Marianne.net, Mardi 30 Juin 2015 à 5:00

Mille vaches et pas mal d'hypocrites

Rappelons qu'alternative gratuite au supermarché, pour le producteur comme pour le consommateur, le site "Paysans.fr", fondé en 2003 (achat sur internet et livraison à domicile) est l’un des premiers services de logistique livrant à domicile les produits frais de petits producteurs, en-dehors des circuits de la grande distribution.

 

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Terroir
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 12:02
Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives

M@J Permanente

 

Pas un défilé du 14 juillet sans que François Hollande ne soit accueilli par des sifflets. Ce 14 juillet 2015, "malgré des interpellations préventives, François Hollande a été hué une fois de plus sur les Champs-Elysées. Et pourtant, les autorités mettent tout en place pour circonscrire les opposants. Les interpellations préventives ont débuté tôt ce matin. Et les télévisions suivent à la lettre les consignes de ne pas laisser entendre les sifflements durant le passage de François Hollande sur les Champs-Elysées." [1] Les chaînes d'info montrent des gens souriants, les interrogent, contents d'être dans "l'ambiance" du 14 Juillet.

Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives

La honte pour François Hollande : un "coup d'Etat" déjoué, 300 personnes interpellées. Du jamais vu depuis mai 68.

19h13 : Une seconde dépêche Afp publiée à 19h13 titre "300 manifestants pour "un coup d'Etat" interpellés à Paris". [2] Toujours aucun écho dans les chaînes d'info télévisées qui sifflent toujours en l'air à 20h45 passé.

 

A l'appel du "Mouvement du 14 juillet", quelque 300 personnes qui rêvaient de prendre le pouvoir à la faveur d'un "coup d'État" ont manifesté mardi à Paris avant d'être pour la plupart interpellées.

 

Le "Mouvement du 14 juillet", rassemblement hétéroclite qui diffuse des théories complotistes, avait appelé sur internet à se rassembler place de la Concorde dans la matinée, pour rallier à lui l'armée qui y défilait, avant de manifester près de l'Assemblée nationale dans l'espoir de prendre le pouvoir.

 

En début d'après-midi dans le calme derrière l'Assemblée nationale, quelque 300 sympathisants de ce mouvement, certains portant le masque des "Anonymous", se sont rassemblés. Les manifestants étaient 500, selon le site agenceinfolibre qui relaie les actions du mouvement. Ils ont ensuite manifesté dans Paris à proximité de la gare du Nord puis de Beaubourg où "près de 300 personnes ont été interpellées" dans le calme en fin d'après-midi,.

 

Ces interpellations avaient pour but de vérifier l'identité des participants sans pour autant mener à des mesures de garde à vue. Cette manifestation n'a pas été déclarée et est donc considérée comme illégale. Sur son site internet, le "Mouvement du 14 juillet" appelait au "devoir d'insurrection" en France pour qu'un "nouveau gouvernement remplace l'ensemble des politiciens actuels dès le 14 juillet".

 

Myriam Vouters, porte-parole du mouvement aux Inrockuptibles avait déclaré: "on se rassemblera place de la Concorde où se terminent les défilés ce jour-là. (...) Les forces militaires auront un choix à faire, et on espère bien qu'elles vont nous rejoindre. Ensuite, on prendra le contrôle des bâtiments stratégiques: Élysée, Matignon, palais du Luxembourg et Assemblée nationale".

 

 

 

L'Agence Info Libre consacre un article "Spécial 14 juillet, suivez l’information sur le site de l’Agence Info Libre":

 

18h20 : le groupe Beaubourg a été embarqué, y compris les reporters de l'Agence de Presse Info Libre qui couvraient l'évènement, Jonathan et Lucas.

Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives
Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives
Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives

18h10 : les manifestants encerclés par les CRS à Beaubourg attendent d’être embarqués.

 

17h38 : Un groupe arrive rue Beaubourg. Il est attendu par un nombre impressionnant de CRS.

 

17h26 : Altercation à Beaubourg, les CRS lancent les Gaz lacrymogènes.

 

17h18 : un groupe s’oriente vers la place de la Concorde pendant que Sylvain Baron et 30 autres personnes se dirigent vers BFM TV.

 

16h45 : 300 personnes descendent le Boulevard Magenta (10e arr)

 

16h40 : 400 à 500 personnes arrivent Gare du Nord.

 

16H16 : L'Afp publie une première dépêche à 16h16 évoquant des interpellations et une centaine de gardes à vue à Paris :

 

Lors d'incidents et de violences urbaines qui ont touché l'Ile-de-France en marge des festivités du 14 Juillet, quelque 100 personnes ont été placées en garde à vue à Paris, 109 en Seine-Saint-Denis. [3]

Dans la capitale dans la nuit, 145 personnes ont été interpellées, dont quelque 100 ont été placée en garde à vue. A La Courneuve (Seine-Saint-Denis), "une médiathèque, l'école de la deuxième chance (qui forme en alternance des jeunes adultes sans diplôme ni qualification, ndlr) et un commerce alimentaire ont été incendiés."

Selon Grégory Goupil, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance, à Neuilly-Plaisance, une voiture de la police municipale a brûlé. Les locaux de la police municipale y ont été "assiégés par une centaine d'individus".

Le climat a été tendu dans le XIXe arrondissement de Paris et dans le Val-de-Marne. "Plus d'une trentaine" de véhicules ont été incendiés et 52 personnes ont été interpellées dans le Val-de-Marne. Une source policière évoque elle "des jets de projectiles", notamment "des pétards et des mortiers" sur les forces de l'ordre mais juge le niveau de débordements stable par rapport aux années précédentes. Dans le XVIe arrondissement, l'incendie d'un scooter s'est propagé à 26 voitures.

 

15h50 : 400 à 500 personnes se dirigent vers la Gare du Nord.

Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives

Des personnes brandissent des pancartes : "Vos armes, vos guerres, on en veut pas", "Démocratie maintenant"

 

15h35 : 400 personnes rue de Saint-Pétersbourg. Ça commence à se frotter avec les CRS.

 

14h : devant l’Assemblée Nationale, Thierry Borne, Sylvain Baron et d’autres, prennent la parole devant le public de plus en plus nombreux.

 

Les manifestants scandent "Tous unis".

 

13h50 : Pendant ce temps-là en zone occupée : François Hollande, 14 juillet 2015 : « La croissance est là en France, mais elle est encore trop faible. » [4]

 

13h35 : on compte environ 500 personnes devant l’Assemblée Nationale.

12h29 : des manifestants debout chantent la Marseillaise devant l’Assemblée Nationale, d'autres sont assis, silencieux à la manière des Veilleurs.

12h15 : arrivée à l’Assemblée Nationale.

11h45 : les manifestants commencent à se rassembler près de l’Assemblée Nationale

 

11h00 : plusieurs personnes ont quitté la place de la Concorde pour la place de l’Étoile.

 

10h22 : multiplication des interppelations et contrôles dans Paris :

A 9h30: premières interpellations de personnes devant l'Assemblée dite "nationale" :

Défilé du 14 juillet 2015 : François Hollande hué et sifflé malgré des interpellations préventives

Notes

 

[1] Malgré des interpellations préventives, François Hollande a été hué une fois de plus, Medias-presse.info, in Politique / by Léo Kersauzie / on 14 juillet 2015 at 11 h 41 min /

[2] 300 manifestants pour "un coup d'Etat" interpellés à Paris, Home ACTUALITE Flash Actu, Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 14/07/2015 à 19:35 Publié le 14/07/2015 à 19:13

[3] VIDÉO - 14 Juillet: incidents en Ile-de-France, Home ACTUALITE Flash Actu, Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 14/07/2015 à 16:29 Publié le 14/07/2015 à 16:16

[4] La croissance «est là», mais elle est encore «trop faible», déclare Hollande... Fin du défilé militaire..., 20 Minutes, Publié le 14.07.2015 à 09:40, Mis à jour le 14.07.2015 à 14:50

[5] A propos du projet de loi sur l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels, dans un entretien publié dans "Ouest France", Christiane Taubira, ministre de la Justice, a déclaré le 7 novembre 2012 : "C'est une réforme de société et on peut même dire une réforme de civilisation". Source : Mariage homosexuel: "une réforme de civilisation" pour Christiane Taubira, Nouvel Obs, Publié le 07-11-2012 à 11h40

 

 

Partager cet article

13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 12:58
Discrimination anti-française : le témoignage d'Angelo, SDF

Ce jeune SDF français est à la rue depuis plusieurs mois avec sa femme et son bébé. Et il n'obtient aucune aide... parce qu'il est français et non clandestin.

 

Source: Contribuables associés

Partager cet article

13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 10:05

L'Europe des banques avait tout fait pour faire entrer la Grèce dans la zone euro en 2001 via des comptes publics truqués. Entre 1997 et 1999, le déficit n’était pas passé de 4% à 1,8%, mais de 6,6% à 3,4%. La faute à une comptabilisation inventive des commandes d’armement et à des excédents surestimés des caisses d’assurance sociale. Et cela avant même que le pays ne décide en 2001 d’utiliser les techniques —légales à l’époque— de la banque américaine Goldman Sachs pour limiter le montant de sa dette. [1]

Le documentaire d'Arte publié le 4 septembre 2012 sur la banque américaine Goldman Sachs a expliqué que cette banque américaine a aidé la Grèce à trafiquer ses comptes publics... pour qu'elle entre dans la zone euro.

Les banques française en particulier détiennent des parts plus importantes dans la dette grecque que les autres pays. On comprend l'insistance de François Hollande à maintenir coûte que coûte ce pays dans la zone euro:

François Hollande : "La Grèce reste dans la zone euro. L'Europe a gagné"

Dans un tweet ce matin à 09:51, le chef de l'Etat a déclaré:

 

"Un accord a été trouvé. La France le cherchait, le voulait. La Grèce reste dans la zone euro. L'Europe a gagné."

 

L'Europe a gagné ou les banques ?

 

Les établissements français sont les plus engagés en Grèce, avec des créances qui atteignent environ 53 milliards d'euros. L'exposition globale du Crédit Agricole s'élève à près de 30 milliards d'euros. BNP Paribas a présenté, à ce jour, l'exposition à la dette grecque la plus élevée des banques françaises. Elle s'élève à 5 milliards d'euros, auxquels s'ajoutent 3 milliards d'euros d'engagements commerciaux sur des entreprises privées grecques. Société Générale, avait annoncé, mercredi [5 mai 2010 NDLR.], une exposition à la dette grecque de 3 milliards, en plus de sa participation de 54% dans la banque grecque Geniki Bank.

 

D'après les statistiques de la Banque des règlements internationaux (BRI) à fin 2009, les banques françaises sont exposées à hauteur de 75,172 milliards de dollars (57,41 milliards d'euros). Ce montant les place en tête des banques mondiales les plus exposées en Grèce.  Elles sont suivies par les banques allemandes, qui le sont à hauteur de 45 milliards de dollars, la Grande-Bretagne pour 11,28 milliards de dollars et les Pays-Bas pour 8,95 milliards. Pour un montant total de 188,6 milliards de dollars (141,8 milliards d'euros) de créances pour les banques européennes et de 236,2 milliards de dollars (177,3 milliards d'euros) pour les banques mondiales. [2]

à 09:19 La Grèce reste dans la zone euro, "c'était l'objectif" pour François Hollande

 

"L'accord permet à la Grèce de rester dans la zone euro, c'était l'objectif", a déclaré François Hollande suite à l'annonce d'un accord pour un troisième plan d'aide à la Grèce. "Je voulais plus que l'intérêt de la Grèce, c'était l'intérêt de l'Europe et aussi celui de la France. La France a eu un rôle particulier à jouer, celui de chercher à rapprocher les positions. Je pense que ça été pour l'Europe une bonne nuit". [3]

 

François Hollande : "La Grèce reste dans la zone euro. L'Europe a gagné"

Notes

 

[1] Comment la Grèce est entrée dans l'euro, Slate.fr, Jean-Marie Pottier, Economie 10.11.2011 - 8 h 07, mis à jour le 27.06.2015 à 15 h 06

[2] Les banques françaises très exposées à la dette grecque, Le Figaro, Home ECONOMIE Sociétés (archives), Par Guillaume Errard Mis à jour le 11/05/2010 à 19:45 Publié le 06/05/2010 à 19:44

[3 La zone euro trouve enfin un accord pour sauver la Grèce, Le Figaro, Home ECONOMIE Conjoncture, Par Mis à jour le 13/07/2015 à 09:57 Publié le 13/07/2015 à 06:06

Partager cet article