Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 20:31
Apparitions de la Vierge Marie - Pierre Barnerias : "M et le 3ème secret"

Pierre BARNERIAS a réalisé un film documentaire : "M et le 3ème secret", sorti au cinéma le 19 novembre 2014.

Dans entretien radiophonique du 8 mars 2015 , il explique les 4 ans d'enquête, le tournage dans 13 pays.

"Pour lever le voile sur le secret de Fatima", ce film d'une heure cinquante "fait à chaque fois de façon quasi miraculeuse", selon son réalisateur (à partir de la 47e minute), croulant sous les dettes, a trouvé des donateurs dans les deux dernières années de sa réalisation.

Apparitions de la Vierge Marie - Pierre Barnerias : "M et le 3ème secret"

Entres autres nombreuses informations, à partir de la 54e minute, le réalisateur évoque le complot mondialiste :

 

 

« (Aux Etats-Unis) c'est quelques uns seulement qui sont malveillants. [...] qui sont en train de vouloir diriger le monde, en train d'essayer de créer un nouvel ordre Mondial, qui est insupportable.

Et ce Nouvel ordre mondial, il n'y a pas que les Etats-Unis, il y a Sarkozy qui a appelé ouvertement à faire ce Nouvel Ordre Mondial, François Hollande également.

[...] Donc il faut arrêter de traiter les gens de "complotistes... On n'est plus dans le complot, on est dans la réalité. [...] Et en général, les gens qui utilisent ce mot de "complot", ce sont ceux qui sont eux-mêmes concernés par ça ! »

 

 

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 18:47
Oligarques : "400 personnes contrôlent les Etats-Unis" (Lawrence Wilkerson, Ex-responsable US)

L'ancien chef de cabinet de Colin Powell affirme que seuls 0,001% des Américains ont un pouvoir politique réel dans le pays.

La politique des Etats-Unis est définie par un groupe de 400 personnes, dont la fortune dépasse plusieurs milliards de dollars, a annoncé Lawrence Wilkerson, ancien chef de cabinet de l'ex-secrétaire d'Etat Colin Powell, dans une interview accordée à la station de radio lettonne Baltkom.

"Ce sont des oligarques qui contrôlent les processus et gouvernent le pays en coulisses", a-t-il fait remarquer.

"Il s'agit de près de 400 personnes aux Etats-Unis, dont la fortune dépasse plusieurs milliards de dollars. C'est une répartition très injuste, indécente. L'inégalité est énorme. Le pouvoir n'est réellement détenu que par 0,001% de la population US", a ajouté l'ancien chef de cabinet de Colin Powell entre 2002 et 2005l.

Evoquant la politique internationale, Lawrence Wilkerson a souligné que les actions extérieures de Washington ont abouti à des résultats catastrophiques, notamment au Proche-Orient.

"L'intervention de l'armée US en Irak en 2003 a détruit l'équilibre des puissances qui a existé dans le golfe Persique pendant plus de 50 ans. La situation instable d'aujourd'hui est le résultat des actions des Etats-Unis", a-t-il conclu.

 

Source : Ex-responsable US: "400 personnes contrôlent les Etats-Unis", Sputnik,  08:28 29.08.2015(mis à jour 08:29 29.08.2015)

Partager cet article

28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 22:54

S'attaquer à la famille est une oeuvre satanique qui prépare la fin des temps. Et ce qui est inquiétant c'est de constater que le Pape qui devrait préserver la foi se porte caution des destructeurs, bénit les oeuvres du démon sans encourager ceux qui les combattent. De loin une des nouvelles des plus terrifiantes qu'il m'est été donné de lire:

Le pape autorise un livre sur l'"homoparentalité"

selon une dépêche Afp de ce jour:

Le pape François a envoyé sa bénédiction à Francesca Pardi, auteure et éditrice de livres pour enfants sur l'homoparentalité en Italie, qui lui avait fait parvenir ses livres décriés par une partie des catholiques.

Mère de quatre enfants, Mme Pardi a fondé avec son épouse la petite maison d'édition "Lo Stampatello", qui publie des ouvrages comme "Petit oeuf", "Le grand et gros livre des familles" ou encore "Pourquoi tu as deux mamans" présentant différents types de familles "sans ériger de modèle", a-t-elle expliqué aujourd'hui. Ce sont d'ailleurs en partie ces livres que le nouveau maire de Venise, Luigi Brugnaro (centre droit), a bannis cet été des écoles de sa ville.

[...]

En juin, Mme Pardi a envoyé au pape un courrier accompagné de tous les livres du catalogue, de photos de sa famille mais aussi des tracts diffamants d'une organisation chrétienne, essentiellement pour porter ces attaques à l'attention du pontife argentin. A sa grande surprise, elle a reçu une réponse signée au nom du pape par un haut responsable de la secrétairie d'Etat du Vatican, la remerciant "pour son geste délicat" et adressant la bénédiction apostolique à elle-même, son associée et leurs proches.

Le Vatican s'est cependant empressé de préciser que la lettre n'était qu'un accusé réception "dans un style simple et pastoral" qui aurait dû rester privé et qui souhaitait aux deux éditrices "une activité toujours plus fructueuse au service des jeunes générations et de la diffusion des authentiques valeurs humaines et chrétiennes". "Il nous a rendu respect et dignité", s'est cependant émue Mme Pardi. "Ce n'est pas important pour moi que ce soit le pape qui le dise, je ne suis pas catholique. Mais c'est important de voir qu'on n'est pas face à un mur. Un dialogue est possible". "Les livres, on les ouvre, on les lit, on les critique, on ne les bannit pas", a-t-elle insisté.

 

Sources:

- Le pape autorise un livre sur l'homoparentalité, Lefigaro.fr avec AFP Mis à jour le 28/08/2015 à 14:34 Publié le 28/08/2015 à 14:28

- Vatican: le pape François autorise un livre sur l'homoparentalité, BFMTV, 28/08/2015 à 15h50

 - Italie : le pape donne sa bénédiction à une éditrice de livres sur l'homoparentalité, MetroNews

Il va de soi que l'on peut interdire les ouvrages d'outrage public et d'atteintes aux bonnes moeurs. Et dans tout Etat chrétien qui se respecte tout livre satanique rapportant l'idéologie du genre ou la propagande homosexuelle auprès des enfants comme en Russie, où une loi punit la chose.

Ci-dessous, voici les premières réactions francophones à cette stupéfiante nouvelle, la réaction d'Yves Daoudal sur son blog, et celle de Denis Crouan, Président de l'Association Pro Liturgia :

 

SUA SANTITA È GRATO PER IL DELICATO GESTO E PER I SENTIMENTI CHE LO HANNO SUGGERITO E AUSPICA UNA SEMPRE PIU' PROFICUA ATTIVITA' AL SERVIZIO DELLE GIOVANI GENERAZIONI E DELLA DIFFUSIONE DEGLI AUTENTICI VALORI UMANI E CRISTIANI.

Sa sainteté est reconnaissante pour le geste délicat et pour les sentiments que vous avez évoqués, et espère une activité toujours plus fructueuse au service des jeunes générations et de la diffusion des authentiques valeurs humaines et chrétiennes.

Cette lettre de la Secrétairerie d’Etat a été reçue par Francesca Pardi, qui édite des livres pour enfants qui ne sont rien d'autre que de la propagande homosexuelle. On dit « qui parlent d’homoparentalité » quand on est poli. Mais je n’ai pas du tout l’intention d’être poli. Les livres pour enfants édités par Francesca Pardi et sa « femme » Maria Silvia Fiengo (elles se sont « mariées » à Barcelone et « ont » quatre enfants) sont une immonde pourriture, expliquant aux enfants que c’est génial d’avoir deux papas ou deux mamans, et que c’est parfaitement naturel, puisque les animaux font la même chose (on voit en effet dans leurs livres des animaux homosexuels qui élèvent « leurs » petits dans la joie et l’harmonie…)

Donc, à l’occasion du Family Day, la très réussie journée de la famille qui tente de défendre le modèle familial créé par Dieu et manifestait cette année contre le projet de Pacs, Francesca Pardi avait écrit au pape, lui envoyant son catalogue (où il y a l’un des livres que le maire de Venise a fait retirer des bibliothèques des écoles), des photos de sa famille (sic) et une longue lettre où elle s’en prenait à cette Manif pour tous contre le pacs, affirmant qu’il n’y avait « pas l’ombre de la théorie du genre » dans le livres qu’elle édite, qu’elle a entrepris ce travail uniquement « pour le bien des enfants », que le livre Pourquoi avoir deux mamans est tout simplement leur histoire personnelle, et Pourquoi avoir deux papas est « l’histoire d’une famille que nous connaissons personnellement ». « Ce n’est pas de l’idéologie mais seulement l’amour du prochain. » Puis venait une longue diatribe contre ceux qui se disent catholiques et qui sont intolérants. Et elle disait que « beaucoup de gens mettent leur espoir dans une Eglise qui ne soit pas intégriste et inhumaine comme nous l’avons connue à d’autres époques. »

C’est à cela que le pape répond ce que l’on a lu au début : le pape remercie, et espère que ces deux lesbiennes vont continuer, plus que jamais, à éditer des livres homosexuels pour enfants, ce qu’il appelle les authentiques valeurs humaines et chrétiennes. Et il ajoute sa bénédiction apostolique, à deux femmes pour qui ça ne représente rien. Rien d'autre qu'un blanc seing de l'Eglise pour poursuivre leur œuvre de pourriture.

Naturellement, Francesca Pardi triomphe et en remet une couche. Et avec elle tous les militants homosexualistes. Le pape leur donne raison, et il désavoue le maire de Venise (celui qui a dit aussi qu’il n’y aurait pas de gay pride pendant son mandat). Et celui-ci est désormais montré du doigt, de partout, comme étant spectaculairement condamné par le pape.

Le Vatican s’est encore enfoncé davantage en soulignant que cette lettre était privée et que la bénédiction qui la concluait va à la personne, et non à « d’éventuels enseignements qui ne sont pas en ligne avec la doctrine de l’Eglise sur la théorie du genre, qui n’a pas changé le moins du monde, comme l’a rappelé à plusieurs reprises le Saint-Père ». « En aucune façon une lettre de la secrétairerie d'État n’entend avaliser des comportements et des enseignements non conformes à l'Evangile… Une instrumentalisation de la lettre est tout à fait inappropriée… »

On remarque que cette pantalonnade du Père Ciro Benedettini, vice-directeur du bureau de presse du Vatican, n’évoque même pas la propagande homosexuelle. Il s’en tient à la « théorie du genre » (alors que Jean-Paul II a montré il y a bien longtemps que c’est une terrifiante idéologie et non une théorie), sans même savoir que Francesca Pardi niait fermement faire la promotion de la dite « théorie ».

Mais on a compris l'essentiel : la doctrine ne change pas. Le pape peut féliciter des éditeurs de livres de propagande homosexuelle pour enfants, et appeler cela les « authentiques valeurs humaines et chrétiennes », cela n’a pas d’importance, puisque « la doctrine ne change pas ».

Je ne sais pas si c’est cliniquement de la schizophrénie, et je m’en moque. Ce que je sais, c’est que ce pape, qui n’avait pas eu un mot de soutien pour l'impressionnant Family Day, s’est mis ouvertement du côté des pourrisseurs, dont il reçoit en ce moment de nouveaux éloges dithyrambiques. Il aura eu sa récompense en abondance...

 

Source

Le site Pro Liturgia de Denis Crouan en parle aussi:

ACTUALITE DU 28 AOÛT 2015

* * * * NOUVEAU Vendredi 28/8/2015. Francesca Pardi et Maria Silvia Fiengo ont fondé une maison d'édition de livres pour enfants. Parmi les ouvrage publiés, l’histoire d’une “famille” invitant les jeunes lecteurs à se demander “pourquoi on peut avoir deux mères” ou encore “quel est le secret de papa”...
Le Maire de Venise, Luigi Brugnaro, a interdit la diffusion de ces livres dans les écoles.

Mais c’était sans compter avec le Pape François qui, par l’intermédiaire de Mgr Peter Wells, de la Secrétairerie d’Etat, a envoyé aux éditeurs une lettre de remerciements et d’encouragement pour les “exhorter d’aller de l’avant dans cette voie”.
En juin dernier, Francesca Pardi avait envoyé au Pape le catalogue complet des titres de la maison d’édition, avec l’espoir qu’il prendrait le temps d’en lire quelques uns.
Francesca Pardi et Silvia Fiengo suivent la tactique des stratèges homosexuels Marshal K. Kirk and Erastes Pill qui, dans un article de 1987, insistaient sur la nécessité de “parler des gays et de l’homosexualité aussi fort et aussi souvent que possible” et de raconter aux enfants l’histoire de familles homosexuelles afin de les conduire à reconnaitre l’égalité des couples héréro ou homosexuels.
Une fois de plus, à la suite de ce “couac” retentissant, le Bureau de Presse du Vatican s’est hâté de rectifier le tir en précisant qu’ “en aucun cas la lettre de la Secrétairerie d'Etat signifiait l’approbation de comportements et d’enseignements non conformes à l’Evangile.” On revient de loin !
Pourtant, dans la lettre que Mgr Peter B. Wells a adressée aux éditeurs, il est clairement dit que “Sa Sainteté est reconnaissante pour le geste délicat [et] appelle à une activité plus fructueuse au service des jeunes générations et vous accordant sa bénédiction apostolique.”
Le quotidien italien “
Il Giornale” note que si Francesca Pardi a apprécié la lettre encourageante qui lui a été envoyée au nom du Pape François, le Maire de Venise qui interdisait ces ces livres dans les écoles n’a, lui, reçu aune lettre de soutien du Pape.

Capture d’écran 2015-08-28 à 19.16.15

Source : Catholic Family News.

via Pro Liturgia, Actualité du 28 août 2015

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 19:54

parti communiste russe moratoire changement noms rues destruction monuments Dolhein
 
La proposition du comité municipal de Moscou du Parti communiste russe ferait sourire si elle ne renvoyait pas à une histoire aussi violente et tragique que celle de l’Union soviétique. Le comité veut un moratoire sur le changement des noms de rues et la destruction de monuments et de statues parce que – dit-il – les tentatives visant à effacer des faits de la mémoire du peuple font du tort à l’histoire russe. Il exige que l’on mette fin au « sabotage politique qui vise les victoires et les héros de l’Union soviétique, ainsi que l’histoire millénaire de la mère patrie », rapporte le quotidien Kommersant.
 
De la part du PC russe, quel revirement ! Ont-ils oublié le principe de base de la Révolution ? « Du passé faisons table rase », c’est l’Internationale socialiste qui le proclame toujours. La réécriture de l’histoire, le vidage des têtes, la rupture avec les « anciens régimes », c’est encore la Révolution. Le changement des noms de rues, des noms de ville, c’est encore elle. Leningrad, cela ne leur dit rien ?

 

Du passé faisons table rase – mais pas de celui du parti communiste, dit le PC russe

 
Le « sabotage », c’est donc de vouloir porter un jugement négatif sur la tyrannie communiste qui a si ouvertement pesé sur le peuple russe pendant la plus grande partie du XXe siècle, avec son cortège de massacres et d’horreurs. Le « sabotage », c’est de ne pas vouloir honorer les idéologues et les tyrans de la période soviétique par la nomenclature publique et son symbolisme.
 
Il est vrai que Lénine a encore ses avenues et ses rues jusqu’en France, en même temps qu’il veille de manière sinistre depuis son mausolée sur la Place Rouge à Moscou. Le maître d’œuvre de mise en pratique du marxisme, aux 100 millions de victimes, est-il un exemple à suivre ? Serait-ce l’effacer des mémoires que de l’effacer des plaques des rues ? Pour Hitler, on n’a pas de ces scrupules, bien qu’il ait marqué l’histoire lui aussi, à moindre échelle certes mais de manière aussi abominable.

 

Moratoire de 25 ans sur le changement des noms de rues et la destruction de monuments à la gloire des Soviétiques

 
Le Parti communiste, en défendant la nomenclature et les monuments relatifs à la période soviétique, reste fidèle à sa logique. Ce qui est frappant, c’est qu’il soit dans le fond au moins partiellement entendu, sans quoi la momie de Lénine ne trônerait plus au centre de Moscou. Mais le PC veut davantage : réinstaller le monument au fondateur du KGB, Dzerzhinsky, empêcher la débaptisation en cours de la station de métro Voivovsky du nom du bolchevique Piotr Voikov qui présida à l’exécution de Nicolas II et de sa famille, et mettre des bâtons dans les roues de ceux qui œuvrent pour l’érection de monuments à la mémoire des victimes de la répression communiste.
 
Ce dernier projet vient de recevoir l’approbation du Premier ministre Dimitri Medvedev il y a une semaine.

 

Anne Dolhein

 

Source: Cocasse : le parti communiste russe veut un moratoire sur le changement des noms de rues et la destruction de monuments, Reinformation.Tv, 27 août 2015 13 h 30 min

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 00:00

 

Saint-Augustin--354-430-.gif

Augustin naît en 354 ap. J.-C. à Tagaste dans la province romaine de Numidie (aujourd’hui Souk-Arhas en Algérie), d’une mère chrétienne et d’un père païen. Son éducation est entièrement tournée vers l’étude et la foi chrétienne. À 16 ans, il part à Carthage pour y parfaire son éducation. Là, il délaisse la religion pour s’adonner à l’étude de la rhétorique.

Il n’a pas 20 ans lorsqu’il prend une concubine avec laquelle il a un fils.

En 375, il enseigne la rhétorique et l’éloquence à Carthage, puis emmène sa famille à Rome. N’y trouvant pas l’emploi qu’il avait espéré, il accepte d’aller enseigner à Milan, où il subit l’influence de l’éloquent évêque de la ville, saint Ambroise. C’est le début de sa conversion, mais il prend vite une nouvelle femme. Il est soudainement frappé par la grâce dans un jardin de Milan, alors qu’il explique à un de ses élèves la lutte intérieure qui le déchire. Il abandonne alors le monde et se retire dans un monastère.

En 387, Augustin est baptisé par saint Ambroise.

En 388, il retourne en Afrique du Nord, où il devient le défenseur de l’orthodoxie chrétienne, écrivant d’innombrables lettres et sermons contre les hérétiques de son temps et de nombreux traités de philosophie et de métaphysique.

En 395 Augustin est consacré évêque d’Hippone (aujourd’hui Annaba en Algérie), où il passera le reste de sa vie, un règlement ecclésiastique interdisant le transfert des évêques. Il installe dans sa propre maison une petite communauté fraternelle dont l’exemple est à l’origine de la plupart des règles monastiques.

                               Tombe à la basilique de San Pietro in Ciel d'Oro à Pavie, Lombardie

Il meurt, le 28 Août 430 à l’âge de 76 ans à Hippone assiégée par les Barbares.

Ses idées

Saint Augustin fut le marteau de toutes les hérésies de son temps, dont le manichéisme; ses innombrables ouvrages sont un des plus splendides monuments de l'intelligence humaine éclairée par la foi.

Sa pensée est très marquée par le néo-platonisme, il ne voit aucune contradiction entre le christianisme et la philosophie de Platon. Il réconcilie le concept platonicien des « idées éternelles » avec le christianisme en considérant celles-ci comme partie intégrante du Dieu éternel. Il s’oppose cependant à la théorie cyclique de Platon. Pour Augustin, l’histoire est en mouvement, depuis un commencement vers une fin.

Pour lui, le savoir est un moyen de rencontrer Dieu. L’étude de l’univers ne peut que conduire à une appréciation plus haute de la sagesse de Dieu. Mais il place la foi au-dessus : elle prime la connaissance. L’homme a le libre choix entre le bien et le mal (libre arbitre), mais pour faire le juste choix, il a besoin de l’aide divine et d’une foi forte.

Augustin a posé les fondements de la culture chrétienne.  


Il a défini les bases de la distinction des pouvoirs spirituel et temporel.

Oeuvres principales

Son oeuvre est immense, il écrivait sans relâche, lettres, traités et sermons pour défendre sa conception du christianisme.

- Les Confessions racontent sa jeunesse et sa conversion.

- La Cité de Dieu (De Doctrina christiana) est son texte fondamental, qui définit pour longtemps les exigences et les limites d’une culture chrétienne. Cet ouvrage justifie le christianisme dans l’histoire et par l’histoire. La Cité de Dieu est la communauté universelle des vertueux, où séjournent Dieu, ses anges et tous les saints, ainsi que tous les hommes intègres sur terre. Saint Augustin oppose la Cité de Dieu à la Cité terrestre, décrit sa vision « des commencements et des fins » de ces deux cités, « les deux cours contraires suivis par la race humaine depuis ses origines, celui des fils de la chair et celui des fils de la promesse ». Tout s’achève par la perfection, la glorification et l’apothéose de la cité de Dieu, qui n’est pas de ce monde.

- 113 traités sur tous les domaines (Sur la musique, par exemple).

- Quelque 218 lettres (correspondances avec des évêques, laïcs, ministres, empereurs).

- Près de 500 sermons et petits traités de théologie morale Sur le mensonge, Sur le jeûn, Sur le culte des morts, etc.

- Innombrables commentaires des Écritures (on a retrouvé des traces de commentaires de 42 816 versets).

- Dialogues sur la philosophie de Platon.

- Essais sur la religion romaine antique.


Citations

  • Par nature, l’homme n’a pas de pouvoir sur l’homme.
  • Notre coeur est inquiet tant qu’il ne trouve pas le repos en Dieu.
  • Je crois afin de comprendre.
  • [Douter], c’est croire implicitement à l’existence de la vérité et en désirer la connaissance.
  • La bonne volonté est l’oeuvre de Dieu, la mauvaise volonté est de s’éloigner de l’oeuvre de Dieu.


  • Sources : L'Evangile au quotidienBnf.fr ; wikipediaoeuvres complètes de saint Augustin

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 16:05
Chine : Face à la campagne d’abattage des croix, la résistance des chrétiens prend de l’ampleur

Dans la province du Zhejiang, le bilan de la campagne d’abattage des croix des lieux de culte chrétiens s’alourdit.

 

Quelque 1 200 croix plantées au sommet des lieux de culte ont ainsi été démontées ou déplacées, et plusieurs dizaines de lieux de culte détruits. Toutefois, la nouveauté n’est plus tant dans la conduite de cette campagne par les autorités provinciales – les premières croix ont été abattues en janvier 2014 – que dans la résistance opposée par les communautés chrétiennes. Unis dans une commune dénonciation de cette campagne, membres des Églises officiellement enregistrées ou fidèles des Églises "clandestines", catholiques et protestants osent dire ouvertement leur mécontentement, un mécontentement qui trouve des relais à l’étranger.

 

Le gouvernement en passe de perdre la bataille numérique

 

Sur le terrain, si la campagne se poursuit, les autorités semblent avoir perdu la bataille de la communication. En mai dernier déjà, les réseaux sociaux chinois s’étaient emparés d’une photo où l’on voyait une grue télescopique géante approcher son bras du sommet du temple de la communauté protestante Huzhen, dans la ville de Lishui (centre du Zhejiang) ; la nacelle de la grue semblait prête à saisir la croix surmontant l’édifice, une croix en proie aux flammes et surmontée d’une colonne de fumée noire. Sur le réseau social Weibo, les commentaires accompagnant la photo étaient sans équivoque : des officiels "mauvais" avaient mis le feu à la croix, faute de la détruire autrement. La réplique des autorités fut non seulement très tardive, mais peu plausible : début juillet, le Zhejiang Ribao ("Quotidien du Zhejiang") affirmait que la croix, "dangereusement proche" du paratonnerre, comprenait un système d’éclairage défectueux et avait "spontanément" pris feu.

Depuis le mois de juillet, les chrétiens du Zhejiang, qui constituent une minorité difficile à dénombrer mais conséquente de la population de cette riche province côtière, s’organisent pour opposer à la campagne "une désobéissance non violente et pacifique", ainsi que l’exprime un pasteur protestant de Wenzhou, principal foyer chrétien de la province

 

Lettre ouverte d'un évêque "officiel"

 

Cette résistance des chrétiens a pris plusieurs formes. Le 27 juillet, dans un geste aussi rare que remarqué, l’évêque "officiel" du diocèse catholique de Wenzhou, Mgr Zhu Weifang, a publié, avec 26 de ses prêtres, une lettre ouverte pour appeler "les catholiques chinois et toutes les personnes animées par un sens de la justice à ne pas rester silencieux et à élever la voix ensemble". Évoquant une "persécution qui se renforce", le prélat âgé écrit : "En tant que citoyens chinois, nous aspirons à une démocratie plus complète et à un véritable État de droit".

Avec plusieurs prêtres et derrière une banderole, Mgr Zhu est allé porter sa lettre aux autorités provinciales. En réponse, il lui a été signifié qu’il devait se taire, faute de quoi lui et les catholiques de Wenzhou pourraient se retrouver en prison. Selon un avocat chrétien de Wenzhou, cité par l’agence Ucanews, "les gens ont peur mais ils sont déterminés et ne veulent pas qu’on les fasse taire".

 

Occupations pacifiques des lieux de culte par les fidèles

 

Par ailleurs, pour s’opposer aux démolitions de croix, des fidèles occupent 24 h sur 24 leurs lieux de culte. Au nord de la capitale provinciale Hangzhou, dans le village Ya, du district de Huzhou, 22 protestants campent sur le toit de leur temple pour en empêcher l’accès aux forces de l’ordre. Des mesures d’occupation pacifique qui ne sont pas sans danger : le 8 août dernier, le typhon Soudelor a frappé Wenzhou et sa région, causant 33 morts, dont deux chrétiennes. Elles faisaient partie d’un groupe de quatre chrétiennes veillant jour et nuit sur leur église ; la nuit du 8 août, fatiguées de monter sur le toit du lieu de culte, deux d’entre elles, âgées de 77 et 81 ans, avaient choisi de dormir au rez-de-chaussée de leur église. Elles sont mortes noyées, emportées par une montée soudaine des eaux, dues aux pluies diluviennes.

Enfin, des fidèles ont entrepris de distribuer à tous les croyants des petites croix en bois, hautes de 50 à 70 cm, le plus souvent peintes en rouge, à charge pour chacun de l’afficher à la fenêtre de son domicile. « Demain, vous verrez des croix partout dans le Zhejiang », affiche un prêtre catholique dans un message posté sur Weibo.

 

Loin de se cantonner aux chrétiens du Zhejiang, le mouvement de protestation face à la campagne de démolition des croix s’étend au-delà de la province. Le 31 juillet, deux groupes de prêtres catholiques issus respectivement du séminaire régional de Wuchang (Wuhan) et du séminaire régional de Sheshan (Shanghai) ont publié des communiqués pour dénoncer la campagne, la comparant aux campagnes de démolition de la Révolution culturelle (1966-1976). Trois évêques « clandestins » (Mgr Wang Ruowang, de Tianshui, Mgr Wei Jingyi, de Qiqihar, et Mgr Shao Zhumin, l’évêque « clandestin » de Wenzhou) se sont à leur tour exprimés, ajoutant leur voix à celle d’évêques « officiels ».

Selon Bob Fu, président de China Aid, organisation basée aux Etats-Unis et venant en aide aux chrétiens de Chine, « c’est la première fois dans l’histoire contemporaine de l’Eglise en Chine que l’on voit une coalition de catholiques et de protestants, issus des Eglises officiellement enregistrées et des Eglises « domestiques » ou « clandestines », être ainsi unis pour dénoncer des atteintes aux droits de l’homme et à la liberté religieuse ».

Pour tenter de contrer ce front uni des chrétiens, les autorités ont réagi. Afin sans doute que les instances par lesquelles le pouvoir applique sa politique religieuse ne perdent pas toute crédibilité, la branche provinciale de l’Association patriotique des catholiques chinois et son homologue du Conseil chrétien de Chine ont appelé à la fin de la campagne de démolition des croix, affirmant que celle-ci « blessait gravement les sentiments de plus de deux millions de croyants [du Zhejiang] ». A Wenzhou, le clergé, protestant comme catholique, a été convoqué à des « sessions d’étude » à propos de la campagne en cours. Il y est rappelé que les constructions de lieux de culte, quelle que soit leur appartenance religieuse, doivent respecter la loi et les règlements en vigueur.

Selon différents observateurs extérieurs, les autorités ont toutefois peu de chance de se faire entendre par les chrétiens du Zhejiang. Yang Fenggang, directeur du Centre sur la religion et la société chinoise à l’université Purdue (Etats-Unis), souligne que le discours des autorités n’est pas audible dans la mesure où même des églises catholiques et des temples protestants construits avec toutes les autorisations nécessaires sont ciblés par la campagne de démolition.

 

Lire la suite sur le site de l'agence d'information des Missions étrangères de Paris, Église d'Asie (eda/ra)

Légende photo : Mai 2015 : la croix de l’église Huzhen, à Lishui, en feu.

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 00:00

A l'heure où sont trop oubliés les devoirs de la jeune fille, de l'épouse et de la mère chrétiennes, il est utile de rappeler les vertus de cette admirable femme. Ce que nous en savons nous vient de la meilleure des sources, son fils Augustin.

Monique naquit à Tagaste, en Afrique, l'an 332. Grâce aux soins de parents chrétiens, elle eut une enfance pure et pieuse, sous la surveillance sévère d'une vieille et dévouée servante. Encore toute petite, elle aimait aller à l'église pour y prier, elle cherchait la solitude et le recueillement; parfois elle se levait même la nuit et récitait des prières. Son coeur s'ouvrait à l'amour des pauvres et des malades, elle les visitait, les soignait et leur portait les restes de la table de famille; elle lavait les pieds aux pauvres et aux voyageurs. Toute sa personne reflétait la modestie, la douceur et la paix. A toutes ces grâces et à toutes ces vertus, on aurait pu prévoir que Dieu la réservait à de grandes choses.

Dieu, qui a ses vues mystérieuses, permit cependant qu'elle fût donnée en mariage, à l'âge de vingt-deux ans, à un jeune homme de noble famille, mais païen, violent, brutal et libertin, presque deux fois plus âgé qu'elle, et dont elle eut beaucoup à souffrir, ainsi que de sa belle-mère.

Dans cette situation difficile, Monique fut un modèle de patience et de douceur; sans se plaindre jamais, elle versait en secret les larmes amères où se trempait sa vertu. C'est par ces beaux exemples qu'elle conquit le coeur de Patrice, son époux, et lui obtint une mort chrétienne, c'est ainsi qu'elle mérita aussi de devenir la mère du grand saint Augustin.

Monique, restée veuve, prit un nouvel essor vers Dieu. Vingt ans elle pria sur les débordements d'Augustin, sans perdre courage et espoir. Un évêque d'Afrique, témoin de sa douleur, lui avait dit: "Courage, il est impossible que le fils de tant de larmes périsse!" Dieu, en effet, la récompensa même au-delà de ses désirs, en faisant d'Augustin, par un miracle de grâce, l'une des plus grandes lumières de l'Église et l'un de ses plus grands Saints.

Monique, après avoir suivi Augustin en Italie, tomba malade à Ostie, au moment de s'embarquer pour l'Afrique, et mourut à l'âge de cinquante-six ans. Augustin pleura longtemps cette mère de son corps et de son âme. Le corps de sainte Monique a été transporté à Rome dans l'église de Saint-Augustin, en 1430. Cette femme illustre a été choisie comme patronne des mères chrétiennes. 
Elle est invoquée pour favoriser le bon déroulement d'un accouchement et est la protectrice des mères et des veuves.

Les fouilles du XIXe siècle à Ostie ont retrouvé la plaque de marbre commémorative de Monique.

 

Sources:
(1); (2)

--------------------

Prière de Saint Augustin pour le repos de l'âme de sa mère, sainte Monique.



O mon Dieu, je ne laisse pas de pleurer en votre présence pour celle qui vous a si fidèlement servi, pour celle qui, après m'avoir porté dans son sein pour me faire naître à la lumière passagère de ce monde, me porta depuis dans son coeur, afin de me faire renaître à votre lumière éternelle.

O Dieu de mon coeur, Dieu de miséricorde, quelque sujet que j'aie de me réjouir en vous et de vous rendre grâces de tout le bien que fit ma mère pendant sa vie, je veux laisser à part, quant à présent, toutes ses bonnes oeuvres, et je viens implorer auprès de vous le pardon de ses péchés.

Exaucez-moi, je vous en conjure, par les mérites de celui qui fut attaché pour nous à une croix, et qui, maintenant assis à votre droite, ne cesse d'intercéder pour nous.

Je sais que votre servante a pratiqué les oeuvres de miséricorde, et qu'elle a pardonné du fond de son coeur à ceux qui l'avait offensée : pardonnez-lui donc aussi, mon Dieu, les fautes qu'elle a pu commettre envers vous pendant tout le temps qui s'est passé depuis son baptême jusqu'à sa mort. Pardonnez-lui, Seigneur, je vous en supplie ; que votre miséricorde l'emporte sur votre justice, parce que vous êtes fidèle dans vos promesses, et que vous avez promis la miséricorde à ceux qui auront été miséricordieux.

Je crois que vous avez déjà fait pour mère ce que je vous demande ; et cependant, Seigneur, puissent les prières que je vous offre être agréables à vos yeux. Elle-même nous recommanda de vous les adresser, et de nous souvenir d'elle à l'autel du Seigneur.

N'oubliez pas, mon Dieu, que celle pour qui je vous prie avait fortement attaché son âme, par les liens d'une foi inébranlable, à cet admirable mystère de notre rédemption. Que rien ne puisse donc l'arracher à la protection de son Dieu ! Que l'ennemi ne réussisse, ni par la ruse, ni par la force, à la séparer de vous ; que son âme repose dans la paix éternelle. Amen.

 

Source : Missel.free

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 11:20

Il faudra bientôt des séances de psy aux européens. Daniel Sibony, psychanalyste, formule de façon neuve et convaincante le problème majeur des rapports entre l'Occident et le monde islamique qui se manifestent sous la forme d'un symptôme majeur: la culpabilité perverse, une phobie qui a en fait très peu à voir avec l'islam:

"Curieusement, ceux qui ont senti ces coups, ces attentats se sont sentis coupables, en se demandant s'ils n'y ont pas été pour quelque chose, comme la femme violée. Est-ce qu'on ne les a pas méprisés? Est-ce qu'on a fait tout ce qu'on pouvait pour eux, comme si eux devaient faire tout ce qu'ils pouvaient pour nous ?, etc. Donc, il y a eu une culpabilité et cette culpabilité sur trois points qui ne tiennent pas rationnellement (colonialisme, croisades, traites des noirs), mais qui irrationnellement tiennent parce qu'on veut mettre un peu d'ordres, de lois.
Et en fait, ces culpabilités viennent pour couvrir quelque chose de plus profond, qui est la peur. Il y a une peur et on la cache sous la culpabilité pour ne pas montrer qu'on a peur. Une peur qui est plus mystérieuse et que j'ai analysée dans ce livre "Islam phobie, culpabilité". [1]

Pourquoi la culpabilité de l'Occident face au monde islamique ? Un psychanalyste répond

Par Daniel Sibony, écrivain, psychanalyste, philosophe, né le 22 août 1942 à Marrakech, dans une famille juive habitant la Médina, sa langue maternelle est l'arabe dialectal marocain et sa langue culturelle, l'hébreu biblique. Il émigre à Paris à l'âge de 13 ans.

 

Source video: Gloria.Tv

 

Notes

 

[1] Daniel Sibony, Islam, phobie, culpabilité, Broché, Odile Jacob, 2013.

Partager cet article

25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 22:06
Quel est le péché préféré du diable ? Un exorciste répond

Madrid (Espagne), 25 août 2015 (ANC).

"Est-ce qu’un exorciste peut avoir peur? Quel est le péché préféré du diable ? Ces questions, et d’autres, ont été traitées dans un récent entretien avec le prêtre dominicain, le père Juan José Gallego, un exorciste de l'archidiocèse de Barcelone, en Catalogne, en Espagne.
Il y a neuf ans, le père Gallego fut nommé exorciste. Dans une interview réalisée par le quotidien espagnol El Mundo, le prêtre dit que, selon son expérience, l’orgueil est le péché que le diable aime le plus.

« N’avez-vous jamais eu peur? » a demandé l'intervieweur.
« Au début, j'ai eu beaucoup peur » a répondu le père Gallego. "Tout ce que je devais faire était de regarder par-dessus mon épaule, et j'ai vu des démons... L'autre jour, je faisais un exorcisme," Je te commande ! Je vous ordonne! " ... et le malin, d'une voix forte me déclara: "Galleeeego, vous en faites troooooop." Cela me secoua. »

Néanmoins, il sait que le diable n'est pas plus puissant que Dieu. L'exorciste a rappelé que "quand ils m'ont nommé exorciste, un parent m'a dit, "Whoa, Juan José, j'ai vraiment peur, parce que dans le film "L'exorciste", une personne est décédée et l'autre s'est jetée par une fenêtre." Je lui ai dit: "N'oubliez pas que le diable est juste une créature de Dieu."

Quand les gens sont possédés, a-t-il ajouté, « ils perdent conscience, ils parlent des langues étranges, ils ont une force démesurée, ils se sentent vraiment mauvais, et on voit des gens très bien élevés en train de vomir et de blasphémer. »

« Il y avait un garçon dont le démon avait incendié sa chemise de nuit et autres choses comme ça. Il m'a dit que ce que lui proposaient les démons était: « Si tu fais un pacte avec nous, tu n'auras jamais plus à passer à travers tout ce que tu ressens maintenant. »

Le père Gallego a également averti que le « New Age » et des pratiques comme le reiki et le yoga peuvent être des points d'entrées pour les démons. Il a également dit que les dépendances sont « un type de possession ».

"Quand les gens traversent une crise, ils souffrent plus. Ils peuvent se sentir sans espoir. Les gens se sentent comme s’ils avaient le diable à l'intérieur", dit-il."

Source

via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=785629

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 18:30
Louis IX, le roi qui soutint l’œuvre intellectuelle des dominicains

L’Église et la France fêtent le saint roi Louis IX le 25 août. L’année du 800e anniversaire de la naissance des Frères Prêcheurs, un rapprochement historique s’impose : la naissance de saint Louis en 1214, entre l’arrivée des dominicains à Toulouse en 1215 et à Paris en 1217. Les relations entre le roi mendiant et les Frères Prêcheurs furent très étroites. Le roi soutînt en particulier l’œuvre intellectuelle de cette “communauté nouvelle” de l’époque.

 

L’ORDRE des Prêcheurs naît en France à Fanjeaux (1206) puis à Toulouse (1215), et s’installe à Paris en 1217. La vie de saint Louis correspond donc avec le développement de l’Ordre en France, qu’il va contribuer à favoriser, en finançant largement la construction de couvents et d’églises des Prêcheurs, en particulier de 1230 à 1260.

 

À la mort de saint Louis, on compte quelques 100 couvents dominicains, surtout dans les grandes villes, répartis dans les deux Provinces de France et de Provence — saint Louis est d’ailleurs le premier roi de France à régner effectivement sur le Sud de la France actuelle, en particulier sur la région de Carcassonne, berceau de l’Ordre (traité de Melun en 1229).

 

Les Prêcheurs servirent sans réserve les justes ambitions du saint roi, mais Louis, qui compte de nombreux dominicains parmi ses proches, n’est pas en reste, et il favorise l’Ordre à de nombreuses reprises.

Une alliance au coeur de l’Université de Paris

 

Portrait d'Hugues de Saint-Cher par Tommaso da Modena

En implantant leur studium à Paris, qui est alors la ville universitaire la plus importante d’Europe, les frères sont au coeur intellectuel, économique et religieux du royaume.

 

De son côté, saint Louis se réjouit de pouvoir compter sur une élite de prédicateurs et de professeurs pour former la population de sa capitale à la religion et aux bonnes moeurs. Il sait que le prestige de son royaume tient pour une part à l’Université de Paris et aux grands maîtres mendiants qui y enseignent : Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Hugues de Saint-Cher pour les Prêcheurs, Jean de Parme, Alexandre de Halès, Bonaventure pour les Mineurs, entre autres.

 

Le soutien du roi dans la querelle contre les séculiers

 

L’insertion des ordres mendiants dans l’Église et dans l’université surtout ne s’est pas effectuée sans conflit, notamment avec les séculiers. En février 1252, l’université prend la décision que désormais les ordres religieux n’auront droit qu’à une seule chaire par ordre sur les douze possibles. Les dominicains sont directement visés, qui possèdent déjà deux chaires, et révèle la méfiance croissante des séculiers vis-à-vis des ordres mendiants dans le cadre de l’université.

 

Au printemps suivant, éclate une grève universitaire, pour protester contre des sévices infligés par la maréchaussée aux étudiants. Or les ordres mendiants refusent de s’associer à cette grève, ce qui est très mal perçu par les séculiers qui considèrent que c’est un coup de poignard dans le dos, et les mettent au ban de l’université. On fait appel au pape Innocent IV, qui demande la réinsertion des mendiants, mais l’université refuse et publie une encyclique hostile aux mendiants.

 

Pour défendre sa cause, l’université envoie à Rome le maître séculier Guillaume de Saint-Amour, dont l’argumentation se développe en trois points : les ordres mendiants court-circuitent la hiérarchie traditionnelle de l’Église et détournent par leur présence une part des bénéfices normalement afférents au clergé séculier ; au plan universitaire, les frères sont accusés de privilégier leurs constitutions aux statuts de l’université ; enfin et surtout, les ordres mendiants sont accusés d’hérésie, en raison de la mise en circulation d’un opuscule d’un obscur franciscain justifiant l’existence des ordres mendiants par une argumentation d’inspiration joachimite (l’essor des ordres mendiants serait la preuve de l’avènement de l’âge de l’Esprit).

 

Le Pape, probablement ébranlé par le plaidoyer de Guillaume de Saint-Amour, publie la bulle Et sit animarum, où il réduit les privilèges des ordres mendiants (pas dans le cadre universitaire mais ecclésialement). Les frères réagissent par des neuvaines, ce qui a pour effet la mort du Pape dans les quinze jours… Son successeur annule la bulle et exige la réintégration des mendiants dans l’université. Les séculiers, dès lors, sont furieux.

 

Le conflit atteint son paroxysme pendant l’hiver 1256, et passionne l’opinion publique parisienne. Il y a des mouvements de foule, on empêche les étudiants d’aller suivre les cours au Couvent Saint-Jacques, on essaie de tuer à l’arbalète le prieur de Saint-Jacques, au point que le roi Louis est obligé d’envoyer la troupe pour protéger les frères. C’est le moment choisi par Guillaume de Saint-Amour pour publier son Du péril des temps derniers.

 

Une théologie de la vie religieuse

 

Son argumentation est simple : les ordres mendiants n’entrent dans aucune des deux catégories traditionnelles de clercs que sont les curés et les moines ; pour autant, ils ressemblent davantage à des moines, et dans ce sens ne doivent pas enseigner (dolere non docere) ; il estime également que le pape n’a pas juridiction pour imposer aux Églises locales d’autoriser l’enseignement des mendiants ; de même, la mendicité est indigne des moines, qui doivent gagner leur pain par le travail manuel. En réponse, Bonaventure publie en 1956 un traité De perfectione vita evangelica, puis Thomas publie son Contra impugnantes. S’esquisse là les débuts d’une théologie de la vie religieuse.

 

Ce qui intéresse directement notre sujet, c’est le rôle de saint Louis, au-delà de la protection armée des frères, et notamment lors de la leçon inaugurale de Thomas d’Aquin. Car lorsqu’en 1256 le pape condamne le De periculis de Guillaume de Saint-Amour, qui est contraint à l’exil, cela tient beaucoup à l’influence de Louis. Son affection pour les ordres mendiants est réelle, mais il est également personnellement concerné : en effet, les prédications enflammées de Guillaume de Saint-Amour s’en prennent aussi au roi Louis en pointant du doigt son entourage de frères mendiants, qualifiés de vagabonds égoïstes empêchant le roi de gouverner et faisant de lui un vagabond également.

 

Dès lors, Louis s’implique fortement en poussant le pape à agir en faveur des frères. Mais cela a été un prétexte de plus pour critiquer la collusion entre le roi de France et les mendiants, désormais appuyée sur des faits incontestables. Rutebeuf notamment, écrit dans sa Complainte de Constantinople (1262) que l’argent récolté pour la croisade ne sert qu’à doter les couvents de mendiants, lesquels ont désormais rang supérieur aux rois, aux prélats, et aux comtes, et que l’humilité prêchée par les Frères ne servait qu’à maintenir le Royaume dans leur entière sujétion.

 

Mécène de l’activité intellectuelle de l’Ordre

 

Le roi Louis a largement contribué au financement de la construction des nombreux couvents dominicains qui fleurissent durant son règne. Les moyens financiers mis au service des frères les ont fait déroger à la volonté de saint Dominique, qui préconisait des églises pauvres (basses, en briques, sans ornements), mais ils ont accepté cette évolution car elle permettait l’accueil de très nombreux fidèles pour venir écouter la prédication des Frères, finalité de l’Ordre.

 

De plus, saint Louis leur confiait régulièrement la responsabilité de sanctuaires importants ou d’églises de centre-ville, qui étaient autant d’opportunités pour l’annonce de l’Évangile [1]. Les couvents de Rouen, Mâcon, Jaffa, Compiègne, Béziers, Carcassonne et Caen ont été financés directement par le roi, de même que les travaux d’agrandissement du couvent Saint-Jacques à Paris. On sait qu’il faisait également livrer des aumônes en nature –des harengs au couvent Saint-Jacques, à en croire Guillaume de Tocco, biographe de saint Thomas d’Aquin-. En échange de tous ces bienfaits, saint Louis demande aux Frères de prier pour lui, et de venir prêcher devant sa cour (même si le prédicateur le plus régulier au Palais fut sans doute Bonaventure).

Description de cette image, également commentée ci-après

Vincent de Beauvais

Mais saint Louis n’a pas favorisé la vie intellectuelle de l’Ordre uniquement en finançant ses murs et sa subsistance. Il y a plus directement contribué en plusieurs occasions, notamment au travers de son amitié avec le frère Vincent de Beauvais (1190-1264). Ce dernier, né à Beauvais vers 1190 et entré dans l’Ordre vers 1218, devint sous-prieur du couvent de Beauvais vers 1225 puis arrive à Paris au couvent Saint-Jacques, où il mourra. Son grand oeuvre, suscité ou encouragé par saint Louis, c’est son encyclopédie universelle. Cela correspond à ce qu’on sait de Louis IX : peu porté sur les subtilités de la théologie spéculative, mais aimant le savoir autant qu’un roi peut le faire, en tant qu’il est utile au salut.

 

Par ailleurs, le projet encyclopédique répond à la fois à une vogue du temps et à l’ambition du roi, qui est de mettre de l’ordre en tout ce qui dépend de lui. Saint Louis s’est d’ailleurs intéressé de près à la rédaction de l’encyclopédie par Vincent de Beauvais et son équipe (principalement des frères de Saint-Jacques, mais aussi des religieux d’autres ordres), finançant les recherches, et intervenant à l’occasion pour que la dynastie capétienne soit présentée sous un jour favorable.

 

De l’argent bien dépensé

 

On sait également par Geoffroy de Beaulieu, confesseur et premier biographe du roi, dominicain, que saint Louis, impressionné par le soin apporté par les Sarrasins à leurs bibliothèques, « conçut de faire transcrire à ses frais, à son retour en France, tous les livres de l’Écriture Sainte, utiles et authentiques, qu’on pourrait trouver dans les bibliothèques de diverses abbayes pour que lui-même et des hommes lettrés ainsi que des religieux ses familiers puissent les étudier pour leur propre utilité et celles de leurs proches. À son retour, il réalisa son dessein et fit construire à cet effet un lieu approprié et bien défendu. Ce fut la salle du trésor de sa Sainte-Chapelle où il rassembla la plupart des originaux d’Augustin, d’Ambroise, de Jérôme, de Grégoire et les livres d’autres auteurs orthodoxes. Quand il en avait le loisir, il aimait y étudier et permettait volontiers aux autres d’y étudier [2] ».

 

Pendant sa vie et surtout après sa mort par son testament, saint Louis lègue une partie de ces livres au couvent de Saint-Jacques.

 

Aux critiques sur l’argent dépensé par Louis pour les ordres mendiants, ce dernier répondait : « Mon Dieu ! Comme je crois cet argent bien dépensé pour tous ces frères si éminents qui du monde entier confluent vers ces couvents parisiens pour étudier la science sacrée et qui, y ayant puisé, s’en retournent dans le monde entier pour la répandre pour l’amour de Dieu et le salut des âmes [3] ! » Cette anecdote, rapportée par Geoffroy de Beaulieu, dit bien l’esprit dans lequel saint Louis a financé la vie intellectuelle de l’Ordre.

 

Fr. Jean-Thomas de Beauregard op, est religieux de la province dominicaine de Toulouse. Extrait d’un article à paraître dans Liberté politique n° 67, automne 2015.

 

[1] Outre le couvent Saint-Jacques et son église, à Paris, on peut mentionner la basilique de Saint-Maximin destinée à accueillir les pèlerins venus se recueillir devant les reliques de Ste Marie-Madeleine. C’est le neveu du roi, Louis d’Anjou, qui fit venir les Frères et finança la construction de la basilique. Saint Louis lui-même y vint en pèlerinage.

[2] Geoffroy de Beaulieu, Vita, p. 15.

[3] Ibid, p. 11. ***

 

 

Source : Louis IX, le roi qui soutînt l’œuvre intellectuelle des dominicains, Liberté politique, Article rédigé par Jean-Thomas de Beauregard, op, le 24 août 2015

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 15:47
Chanas: Le retour de Napoléon 1er

La commune de Chanas (Isère) prépare une grande journée sous le signe de l’empereur franc-maçon pour les journées du patrimoine en septembre. Le dimanche 20 septembre, le village vivra à l’heure napoléonienne et parmi les manifestations, un flash mob de quadrille - du nom du fleuron des bals impériaux- et mêlant les costumes du XIXe et du XXIe siècles est programmé. En préambule à cette journée, le 12 septembre, la garde impériale de Dijon donnera un concert.

 

Source: Chanas - Le retour de Napoléon Ier, Le Dauphine, Publié le 25/08/2015 à 12:17

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 15:31

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron contredit Hollande et Valls sur l'impact de la crise chinoise sur la croissance en France et dans le monde:

Crise chinoise: Macron contredit Hollande et Valls

Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron a considéré que la Chine était actuellement un facteur de risque pour la reprise économique mondiale.

 

« L'économie mondiale se redresse mais pas autant que nous l'espérions (...) c'est un processus très long (...). D'un côté, nous avons des opportunités » (pétrole bon marché, taux d'intérêt bas, etc.), « mais de l'autre côté, il y a beaucoup de risques, et particulièrement la Chine aujourd'hui », a-t-il déclaré à l'occasion de la Conférence des ambassadeurs allemands à Berlin.

 

[...] L'une des répercussions positives indirectes de la croissance chinoise affaiblie et donc de la baisse attendue des échanges entre la Chine et le reste du monde est que le pétrole et les matières premières devraient continuer à être bon marché, a relevé le ministre français.

 

Malheureusement, si c'était bien parti pour Macron, la suite est plus convenue :

 

« Tout cela rend encore plus important d'avoir une zone euro forte et stable », a considéré Emmanuel Macron. Comme il l'avait déjà fait avec son homologue Sigmar Gabriel début juin, il a de nouveau plaidé pour un renforcement de la zone euro, avec une plus grande convergence fiscale et sociale, un budget propre à l'eurozone et également une représentation démocratique.

 

La veille, déjà à Berlin, le président français François Hollande avait estimé que l'économie mondiale était « suffisamment solide » pour que sa croissance ne soit « pas seulement liée à la situation en Chine ». « L'économie mondiale est suffisamment solide pour avoir des perspectives de croissance qui ne sont pas seulement liées à la situation en Chine », a assuré François Hollande. 

 

Mardi, le Premier ministre français Manuel Valls s'est voulu lui aussi rassurant, estimant que l'impact de la tourmente financière et du ralentissement de l'économie chinoise pour la France et les économies européennes ne devrait pas aller « au-delà de quelques dixièmes de points » de PIB, dans des déclarations au quotidien économique français Les Échos.

 

 

Source: Finance. Macron contredit Hollande sur l'impact de la crise chinoise, Ouest-France, Monde - 15h23

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 14:47
Des tombes de soldats profanées dans un cimetière de l'Aude

Plusieurs sépultures, dont certaines de combattants de la première guerre mondiale, ont été profanées dans le cimetière d'Alzonne, dans l'Aude

Nouvelles profanations en France : après les dégradations dans un cimetière de Meurthe-et-Moselle début août, cette fois c'est dans le Languedoc-Roussillon que des tombes ont été vandalisées.

Les gendarmes d'Alzonne, une petite commune de l'Aude, ont constaté mardi la dégradation de plusieurs sépultures, dont celles de soldats de la première guerre mondiale.

Le préfet a immédiatement condamné ces actes "avec la plus grande fermeté", en attendant que l'enquête judiciaire face toute la lumière sur leurs auteurs.

 

Source: Des tombes de soldats profanées dans un cimetière de l'Aude, Sud-Ouest, Publié , modifié

Partager cet article

25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 00:00

              SAINT LOUIS


              Louis IX


              Roi de France

             

              (1214-1270)

 

 

Fils du roi de France Louis VIII le Lion et de la reine Blanche de Castille, Louis naît au château de Poissy, le 25 avril 1214. ... quelques semaines avant la grande victoire des troupes françaises sur celles du Saint-Empire et de l'Angleterre à Bouvines.

 

Louis IX a frappé ses contemporains par son sens de la justice, sa profonde piété et sa grande charité envers les pauvres ; sa vertu le faisait regarder comme l'arbitre des princes d'Europe.

Il fut baptisé à Poissy, et en conserva toujours religieusement le souvenir, car plus tard il signait ordinairement Louis de Poissy, marquant par là qu'il estimait la grâce du baptême comme son plus glorieux titre de noblesse. Sa mère, Blanche de Castille, voulut le nourrir elle-même. Tout le monde connaît la belle parole de cette grande reine : « Mon fils, je vous aime après Dieu plus que toutes choses; cependant, sachez-le bien, j'aimerais mieux vous voir mort que coupable d'un seul péché mortel. »

Neuvième des capétiens directs, Louis est sacré à Reims à l'âge de douze ans, quelques jours seulement après l'enterrement de son père.

Le jeune Louis montra dès son enfance les grandes vertus qu'il devait faire éclater sur le trône, l'égalité d'âme, l'amour de la justice et une tendre piété. Comme on lui reprochait quelques fois de donner trop de temps aux pieux exercices: "Les hommes sont étranges, disait-il; on me fait un crime de mon assiduité à la prière, et on ne dirait rien si j'employais des heures plus longues à jouer aux jeux de hasard, à courir les bêtes fauves, à chasser aux oiseaux."

Devenu roi, il voulut établir avant tout le règne de Dieu, auquel sont indéfectiblement liés le Roi et la France. Il s'appliqua plus que jamais à faire de la France un royaume puissant et chrétien. On connaît sa loi condamnant les blasphémateurs à subir aux lèvres la marque d'un fer rougi au feu.


Un des plus beaux jours de sa vie fut celui où il alla au-devant des religieux qui apportaient d'Orient la sainte Couronne d'épines, et la porta, pieds nus, dans sa capitale.

Saint-Louis fonda des hôpitaux et des monastères. Il réalisa son grand projet : construire la Sainte-Chapelle comme une châsse de lumière et de vitraux destinée à recueillir les saintes reliques, surtout la Couronne d'épines. Il donna à sa soeur, la bienheureuse Isabelle de France, le terrain de Longchamp pour y fonder une abbaye de religieuses de Sainte-Claire. « Si je dépense beaucoup d’argent quelquefois, j’aime mieux le faire en aumônes faites pour l’amour de Dieu que pour frivolités et choses mondaines. Dieu m’a tout donné ce que j’ai. Ce que je dépense ainsi est bien dépensé. » (Saint Louis au sire de Joinville )

A vingt ans, il épousa Marguerite de Provence et leur amour sera tendre et fidèle. Saint Louis fut aussi un modèle du pur amour conjugal; il avait fait graver sur son anneau cette devise: "Dieu, France et Marguerite."

A la suite d'une maladie mortelle, guéri miraculeusement, Louis obéit à une inspiration du Ciel qui l'appelait aux Croisades. Quand il partit pour délivrer la Terre Sainte en 1248, il s'embarqua avec elle. On le vit, dans ces luttes gigantesques, qui avaient pour but la libération des Lieux Saints, faire des actes de bravoure qui le mettaient au rang des plus illustres guerriers. On se tromperait en croyant que le bon et pieux roi n'eût pas toute la noble fierté qui convenait à son rang.
Les Sarrasins, qui le retinrent longtemps captif, après une désastreuse campagne, eurent lieu d'admirer sa grandeur d'âme, sa foi et son courage. Lui demandant de fixer le prix de sa rançon pour sa libération, il leur répondit de s'enquérir auprès de sa femme (Marguerite de Provence) qui seule décidait de l'engagement des dépenses ! L'épisode est narré par Joinville, il est ainsi rapporté par Régine Pernoud :
"Quand ils virent (les 'Sarrasins'), qu'ils ne pourraient vaincre le bon roi par les menaces, ils revinrent à lui et lui demandèrent combien il voudrait donner d'argent au sultan et avec cela, s'il leur rendrait Damiette. Et le roi leur répondit que, si le sultan voulait prendre de lui une somme raisonnable de deniers, il manderait à la reine qu'elle les payât pour leur délivrance; et ils dirent : 'Comment est-ce que vous ne voulez pas dire que vous ferez ces choses ?' (Pourquoi ne voulez-vous pas vous y engager vous-même ?) Et le roi répondit qu'il ne savait si la reine le voudrait faire, pour ce qu'elle était sa Dame".
Une fois libéré et rentré dans son royaume, il y entreprit de grandes réformes en particulier l'interdiction du duel judiciaire.

Son royaume connut une période de plein développement culturel, intellectuel et théologique. Saint Louis aimait recevoir à sa table saint Bonaventure et saint Thomas d'Aquin. Avec Robert de Sorbon, il fonda la Sorbonne (1257). Il suivit avec attention l'achèvement de la cathédrale Notre-Dame et surtout les grandes rosaces (1255) et les porches.

Son plus grand souci fut de pacifier, de réconcilier les ennemis et d'éteindre les conflits, en particulier entre la France et l'Angleterre (1258).
Mais il rêvait de retourner en Terre Sainte, et de convertir le sultan d'Egypte. Il n'ira pas plus loin que Carthage, l'actuelle Tunis. La maladie eut raison de lui, c'était le 25 août 1270.
 
Sources: Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950. et Nominis; Régine Pernoud, Les femmes au temps des croisades, Editions Stock Le Livre de Poche, Paris 1990, p. 230.

 

Saint-Louis ChateaucurzayPrière de St Louis

 

Dieu Tout-Puissant et éternel,

 

Qui avez établi l'empire des Francs pour être dans le monde

 

L'instrument de vos divines volontés,

 

Le glaive et le bouclier de votre sainte Eglise,

 

Nous vous en prions, prévenez toujours et partout de votre céleste lumière,

 

Les fils suppliants des Francs,

 

Afin qu'ils voient ce qu'il faut faire pour réaliser votre règne en ce monde,

 

Et que pour accomplir ce qu'ils ont vu,

 

Ils soient remplis de charité, de force et de persévérance,

 

Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.

 

Amen

 

 

Oraison tirée d'un missel Carolingien,

 

Prière favorite du Père de Foucauld,

 

Prière officielle des scouts de France.

 

--------

Le testament de Saint-Louis


Source : http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=314675
 

Beau Fils, la première chose que je t’enseigne est que tu mettes tout ton cœur à aimer Dieu. Car sans cela nul ne peut se sauver.

Garde-toi de faire chose qui à Dieu déplaise, c’est-à-dire mortel péché. Tu devrais même souffrir toutes manières de tourment plutôt que de pécher mortellement.

Si Dieu t’envoie adversité, souffre-la en bonne grâce et en bonne patience, et rends-Lui en grâce et pense que tu l’as bien desservi et qu’il tournera tout à ton profit.

S’il te donne prospérité, L’en remercie humblement, en sorte que tu n’en sois pas pire ou par orgueil ou par autre manière, de ce dont tu dois mieux valoir. Car l’on ne doit pas Dieu de ses dons guerroyer.

Confesse-toi souvent, et élis confesseurs prud’hommes qui te sachent enseigner ce que tu dois faire et de quoi tu dois te garder…

Le service de Sainte Eglise écoute dévotement sans bourder et rire, regarder çà et là ; mais prie Dieu de bouche et de cœur en pensant à Lui dévotement et spécialement à la Messe à l’heure que la Consécration est faite.

Le cœur aie doux et pitoyable aux pauvres et à ceux qui souffrent de cœur et de corps, et les conforte et leur aide selon ce que tu pourras.

Maintiens les bonnes coutumes du royaume et les mauvaises abaisse.

Ne convoite pas sur ton peuple, ne le charge pas d'impôts ni de taille, et si ce n’est par trop grand besoin.

Si tu as quelque affliction de cœur, dis-la aussitôt à ton confesseur ou à quelque prud’homme. Ainsi tu la porteras plus légèrement.

Gardes que tu aies en ta compagnie tous prud’hommes, soit religieux, soit séculiers ; aie souvent parlement avec eux et fuis la compagnie des mauvais.

Et écoute volontiers les semons ou publics ou privés ; et recherche volontiers prières et pardons.

Aime tout bien et hais tout mal en quoi que ce soit.

Nul ne soit si hardi qu’il dise devant toi parole qui attire ou pousse à pécher, ou qu’il médise par détraction.

Ne souffre que l’on dise devant toi nulle vilenie de Dieu ni de ses saints, que tu n’en fasses tantôt vengeance.

Rends souvent grâces à Dieu de tous les biens qu’Il t’a faits, afin que tu sois digne d’en plus avoir.

Pour justice et droiture garder, sois raide et loyal envers tes sujets, sans tourner ni à droite ni à gauche, mais toujours droit.

Et si un pauvre a querelle contre un riche, soutiens le pauvre plus que le riche jusques à temps que la vérité soit éclaircie.

Si quelqu’un a querelle contre toi, sois toujours pour lui et contre toi jusque l’on sache la vérité. Car ainsi jugeront les conseillers plus hardiment selon droiture et selon vérité.

Si tu retiens rien d’autrui, ou par toi ou par tes devanciers, si c’est chose certaine, rends sans tarder. Si c’est chose douteuse, fais enquérir par sages hommes en hâte et diligemment.

À cela tu dois mettre toute ton attention que tes gens et tes sujets vivent en paix et en droiture sous toi, mêmement les bonnes villes et les bonnes cités de ton royaume ; et les garde en l’état et en la franchise où tes devanciers les ont gardées. Et s’il y a choses à amender, amende-les et les redresse, et les tiens en faveur et amour.

Car par la force et la richesse de tes bonnes villes, les particuliers et étrangers redouteront de se mal conduire envers toi, spécialement les pairs et les barons. Il me souvient de Paris et des bonnes villes de mon royaume, qui m’aidèrent contre les barons quand je fus nouvellement couronné.

Honore et aime particulièrement les religieux et toutes personnes de sainte Eglise.

L’on raconte du roi Philippe, mon aïeul, qu’une fois un de ses conseillers lui dit que la sainte Eglise lui faisait grands torts et forfaits, en ce que les clercs lui ôtaient de son droit et empiétaient sur sa justice ; que c’était grande merveille qu’il le souffrît. Et le bon roi répondit qu’il le croyait bien. Mais quand il regardait les bontés et les courtoisies que Dieu lui avaient faites, il aimait mieux laisser son droit aller que susciter contestation ou scandale à la Sainte Eglise.

À ton père et à ta mère tu dois honneur et révérence porter, et garder leurs commandements.

Aime tes frères et veuille toujours leur bien et leur avancement, et tiens leur lieu de père pour les enseigner sur tout bien. Garde-toi que, par amour pour eux, tu te détournes de faire droit et que tu ne fasses à autrui chose que tu ne dois.

Donne les bénéfices de sainte Eglise à personnes bonnes et dignes, et sur le conseil de prud’hommes. Et donne à ceux qui n’ont rien de sainte Eglise.

Garde-toi d’exciter guerre sans très grande délibération et surtout contre tout homme chrétien. S’il faut la faire, garde sainte Eglise et ceux qui n’ont en rien méfait, de tout dommage.

Apaise au plus tôt que tu pourras guerres et conflits soit tiens, soit de tes sujets comme Saint Martin faisait ; car, au temps que par Notre Seigneur il savait qu’il devait mourir, il alla pour mettre la paix entre les clercs de son archevêché ; et lui fut avis que, ce faisant, il faisait bonne fin.

Sois diligent d’avoir bons prévôts et bons baillis et enquiers souvent d’eux et de ceux de ta maison, comme ils se conduisent.

Cher Fils, je t’enseigne que tu sois toujours dévot à l’Eglise de Rome et au souverain pontife, notre père, et que tu lui portes révérence et honneur comme tu dois à ton père spirituel. Travaille-toi à empêcher tout péché et principalement vilain sermon et fais détruire les hérésies suivant ton pouvoir.

Encore je te requiers que tu reconnaisses les bienfaits de Notre-Seigneur et que tu lui rendes grâces et merci.

Prends garde que les dépenses de ton hôtel soient raisonnables et mesurées.

Enfin, doux fils, je te conjure et requiers que, si je meurs avant toi, tu fasses secourir mon âme en messes et oraisons, par tout le royaume de France, et que tu m’accordes une part spéciale et plénière dans tout le bien que tu feras.

En dernier, cher fils, je te donne toutes bénédictions que bon père et pieux peut donner à son fils, et que benoîte Trinité et tous les saints te gardent et te défendent de tout mal ; et que Dieu te donne sa grâce de faire sa volonté toujours, de sorte qu’il soit honoré par toi.

Et que nous puissions après cette mortelle vie être ensemble avec Lui et Le louer sans fin.

Amen.


--------

Litanies de Saint-Louis

Source : Prières aux saints du Tiers-Ordre

DEVOTION A SAINT LOUIS IX, ROI DE FRANCE, PATRON DES ARMEES FRANCAISES ET DU TIERS-ORDRE DE LA PENITENCE

Seigneur, ayez pitié de nous 
(bis)
Jésus-Christ, ayez pitié de nous
''
Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus-Christ, écoutez-nous
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu,
ayez pitié de nous
Fils rédempteur du monde, qui êtes Dieu,
''
Esprit-Saint, qui êtes Dieu,
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu,
Sainte Marie, conçue sans péché,
priez pour nous
Sainte Mère de Dieu,                           
''
Sainte Vierge des Vierges;
Saint Louis, prince admirable,
priez pour nous
Saint Louis, lis de pureté,               ''
Saint Louis, exemple d'humilité,
Saint Louis, image de vertu,
Saint Louis, prodige de pénitence,
Saint Louis, flamme d'amour et d'oraison,
Saint Louis, lampe ardente et brillante,
Saint Louis, vase d'élection,
Saint Louis, vase insigne de religion,
Saint Louis, miroir de la perfection chrétienne,
Saint Louis, très dévot à notre Père saint François,
Saint Louis, contempteur du monde et de ses honneurs,
Saint Louis, plein de zèle pour la maison de Dieu,
Saint Louis, tendre père des pauvres,
Saint Louis, remède des malades,
Saint Louis, appui de la veuve et de l'orphelin,
Saint Louis, juge béni des peuples,
Saint Louis, rédempteur des captifs,
Saint Louis, prédicateur des infidèles,
Saint Louis, deux fois victime pour les Lieux saints,
Saint Louis, terrible dans les combats,
Saint Louis, puissant dans les fers,
Saint Louis, gardien de la France,
Saint Louis, modèle des rois,
Saint Louis, digne de la couronne des rois sur la terre,
Saint Louis, plus digne de la couronne des saints dans le ciel,
Saint Louis, saint patron des armées françaises,
Saint Louis, protecteur des armées françaises,
Saint Louis, protecteur du Tiers-Ordre séraphique ,
priez pour nous

Agneau de Dieu, qui efffacez les péchés du monde,
pardonnez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
exaucez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur

Priez pour nous, glorieux saint Louis
Afin que nous devenions dignes des promesses de N.-.S.J.-C.

Oraison

Ô Dieu, qui avez transféré votre confesseur saint Louis d'un royaume terrestre à la gloire céleste, rendez-nous, par ses mérites et son intercession, participants du bonheur du Roi des rois, Jésus-Christ. Qui vit et règne...


Les Terres Saintes




Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 10:08

Le docteur Denis Crouan de l'Association Pro Liturgia sur la manipulation de la liturgie "bien orchestrée" par les pasteurs diocésains, une manipulation "voulue, programmée, planifiée" :

Daech a détruit un des plus importants temples de Palmyre. On s’indigne.
... [D]epuis 50 ans, le clergé français s’emploie à détruire le patrimoine liturgique de l’Eglise. On s’en fiche.

Denis Crouan - Pro Liturgia, Lundi 24/8/2015

Liturgie : Une manipulation "voulue, programmée, planifiée"

Dans leur grande majorité, les pratiquants sont devenus indifférents devant les enlaidissements et les déformations de la liturgie qui devraient, au contraire, les révulser.

Cette indifférence n’est pas le fruit du hasard.

Qu’attendre, en effet, de fidèles ayant accepté d’être décatéchisés et auxquels on a désappris le silence, la contemplation, la dignité, la beauté, le sens profond de la liturgie ? Qu’attendre de fidèles auxquels on appris que tout était relatif, aussi bien dans le domaine de la foi que de son expression liturgique ?

Cette indifférence a été organisée dès les lendemains de Vatican II par une manipulation bien orchestrée des pasteurs diocésains qui ont créé des équipes liturgiques uniquement pour servir de caisses de résonance à leurs projets de désacralisation.

Cette manipulation voulue, programmée, planifiée, a fait que des centaines et des centaines de chefs de chœurs, de choristes, d’organistes et de musiciens compétents ont pu être exclus des paroisses ou réduits au silence afin d’être remplacés par des incapables qui, n’ayant jamais ni compris ni même étudié le Concile et la liturgie, condamnaient l’Eglise à la disparition de son patrimoine le plus précieux.

La rupture est là, porteuse - avec la complicité de pratiquants formatés pour avaler n’importe quoi dès qu’ils assistent à une messe - de conséquences catastrophiques : dans la plupart des paroisses, il n’y a plus personne de vraiment compétent pour transmettre le patrimoine liturgique. Et même si il y en avait, les fidèles se sont tellement déshabitués à voir, à entendre et à apprécier la véritable liturgie de l’Eglise, qu’elle ne pourrait rien faire sans risquer de provoquer un tsunami paroissial.

Une génération de fidèles - laïcs et clercs réunis - aura ainsi réussi à démolir, dans l’indifférence totale, ce que l’Eglise avait patiemment établi pendant des siècles.

Nous sommes face à un désastre impressionnant et, dans la plupart des cas, irréparable tant les fidèles sont détournés de l’essentiel par ces occupations infantilisantes et niaiseuses auxquelles ils acceptent sans sourciller de prendre part dès qu’ils sont à la messe.

 

Source: Association Pro liturgia, Lundi 24/8/2015.

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Liturgie
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 00:00

 

Barthélemy, appelé par le Sauveur, vécut avec Lui, assista à Ses prédications, entendit Ses paraboles, fut le témoin de Ses vertus divines.

Après la Pentecôte, il fut envoyé prêcher l'Évangile dans l'Inde, au-delà du Gange. Dans tous les pays qu'il dut traverser, il annonça Jésus-Christ, Rédempteur du monde. Son zèle et ses prodiges eurent bientôt changé la face de ces contrées; non seulement il convertit les foules, mais il ordonna des prêtres pour le seconder et consacra des évêques. Quand, plus tard, saint Pantène évangélisa ce pays, il y trouva l'Évangile de saint Matthieu, apporté là par Barthélemy.

 

Les "dieux" païens avouent être des démons

En quittant les Indes, l'Apôtre vint dans la grande Arménie. Dans la capitale de ce pays, il y avait un temple où l'on rendait les honneurs divins à l'idole Astaroth, et où l'on allait lui demander la délivrance des sortilèges et lui faire prononcer des oracles; le prédicateur de la foi s'y rendit, et aussitôt l'idole devint muette et ne fit plus de guérisons. Les démons avouèrent aux prêtres de ce faux dieu que la faute en était à Barthélemy, et leur donnèrent son signalement; mais l'Apôtre se fit assez connaître par ses miracles; il délivra du démon la fille du roi, et fit faire à l'idole, en présence d'une foule immense, l'aveu public de ses fourberies; après quoi le démon s'éloigna en grinçant des dents. Une merveille si éclatante convertit le roi et une multitude de personnes; la famille royale et douze villes du royaume reçurent bientôt le baptême.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3c/L%27ap%C3%B4tre_saint_Barth%C3%A9lemy.jpg/337px-L%27ap%C3%B4tre_saint_Barth%C3%A9lemy.jpg

Saint Barthélemy, apôtre, basilique saint Jean de Latran, Rome, Italie.

Le démon résolut de se venger; l'Apôtre fut saisi par le frère du roi et condamné à être écorché vif. Les bourreaux inhumains s'armèrent de couteaux et de pierres tranchantes et écorchèrent la victime de la tête aux pieds; de telle sorte que, n'ayant plus de peau, son corps montrait une chair sanglante percée de ses os. Il eut ensuite la tête tranchée. Le corps écorché et la peau sanglante de l'Apôtre furent enterrés à Albane, en la haute Arménie; il s'y opéra tant de miracles, que les païens furieux, enfermèrent le corps du bienheureux dans un cercueil de plomb et le jetèrent à la mer. Mais le cercueil, flottant sur l'onde, vint heureusement à l'île de Lipari, près de la Sicile. Plus tard, les Sarrasins s'emparèrent de cette île et dispersèrent les saintes reliques; mais un moine reçut, dans une vision, l'ordre de recueillir les ossements de l'Apôtre. Le corps de saint Barthélemy est aujourd'hui à Rome, son chef à Toulouse.

Saint Barthélemy, patron des bouchers, des tanneurs et des relieurs, est fêté le 24 août en Occident et le 25 août en Orient. Ces deux dates correspondent vraisemblablement au transfert de ses reliques dans l'île de Lipari en 580.

 

Sources: (1); (2)

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 17:17

2015-08-23 Radio Vatican

(RV) « Que le Seigneur concède la paix à l’Ukraine ». A la veille de la fête nationale ukrainienne, le Pape a renouvelé son appel ce dimanche afin que « les engagements pris pour obtenir une pacification du pays soient respectés ».

A l’issue de la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, François s’est dit « préoccupé » par le conflit en cours dans l’est du pays. Suivant la situation sur place,il constate avec regret que la situation s'est de nouveau embrasée ces dernières semaines. Ainsi, le Pape espère « qu’avec l’aide des organisations et des personnes de bonne volonté, on réponde à l’urgence humanitaire » sur place. 

A l'occasion des vingt-quatre ans de l'indépendance de l'Ukraine, le président ukrainien préside ce dimanche une parade militaire dans le centre de Kiev, la capitale où quelques 5 000 policiers ont été déployés. Samedi,Petro Porochenko a visité un terrain d'entraînement militaire près de Kharkiv, grande ville industrielle dans l'est du pays située à environ 200 kilomètres de la ligne du front avec les rebelles prorusses. Ce lundi, il sera à Berlin, aux côtés du président français et de la chancellière allemande pour discuter d'une stratégie commune après un regain de violence dans l'est rebelle de l'Ukraine.

 

Source: News.Va

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 16:48

COMMUNIQUE DE PRESSE
Le garde des sceaux, ministre de la justice a présenté fin juillet un projet de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Mais que cherche la république?

Après avoir persécuté les locuteurs de dialectes ( souvent guillotinés pour moins que cela d’ailleurs) au nom de la Révolution indivisible, voilà que l’Etat républicain encourage les langues minoritaires obligeant même à une révision constitutionnelle puisque la Charte comporte des clauses contraires à la Constitution !

Pourquoi ce renversement paradoxal? Parce qu’il s’agissait en 1789 d éradiquer toute trace d’un passé honni, de faire “table rase” alors qu’aujourd’hui l’objectif est de déconstruire la nation française dont le socle est linguistique et d’imposer une nouvelle entité politique sur des bases ethniques. En cela le gouvernement actuel comme le précédent continue à marche forcée sa politique d’abandon de souveraineté au profit de forces supra-nationales. Honte à eux!!
Un gouvernement royal au contraire autorise l’expression naturelle des identités locales qui est la richesse de la nation non pour les inféoder à une structure étrangère ( l’union européenne) mais parce qu’il est respectueux des traditions qui ont fait de la France ce qu’elle est vraiment: des provinces unies par l’Etat capétien.

 

Source: Alliance Royale

Provinces de France sous l'Ancien Régime, avec leur blasons respectifs. Source : http://etendardroyal.canalblog.com/archives/2012/09/19/25140637.html

Provinces de France sous l'Ancien Régime, avec leur blasons respectifs. Source : http://etendardroyal.canalblog.com/archives/2012/09/19/25140637.html

Partager cet article

22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 22:35

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 19:33
Carnage évité du Thalys - Jean-Huges Anglade : « nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... »

L'acteur français Jean-Hugues Anglade était à bord du train Thalys reliant Amsterdam à Paris dans lequel une fusillade a éclaté vendredi. Il a témoigné pour Paris Match.

 

Le Figaro a raporté ses propos :

 

à 11:55

Jean Hugues Anglade dénonce l'attitude des employés du Thalys

 

L'acteur qui était dans le Thalys et s'est blessé en actionnant la sonnette d'alarme a regretté dans une interview à Paris-Match l'attitude des employés du Thalys qui se serait réfugiés dans la motrice et l'ont fermé à clé. 

"Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice. Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne nous a répondu", regrette le comédien qui déplore un abandon "insupportable". [1]

 

Extrait de l'entretien de l'acteur à Paris Match:

 

" J'étais avec mes deux enfants et ma compagne, autour de nous, il y avait une quinzaine de passagers. Tout à coup, des membres du personnel navigant ont couru dans le couloir, le dos courbé. Leurs visages étaient blêmes. Ils se dirigeaient vers la motrice, leur wagon de travail. Ils l'ont ouvert avec une clef spéciale, puis se sont enfermés à l'intérieur... Le tireur était à quelque dizaines de mètres de nous, dans le wagon numéro 12.

 

Nous étions dans la voiture 11, la dernière. L'homme armé venait vers nous, il était déterminé. J'ai pensé que c'était la fin, que nous allions mourir, qu'il allait tous nous tuer. Oui, on s'est vu mourir car nous étions prisonniers de ce train, et qu'il était impossible de s'échapper de ce cauchemar. Nous étions piégés dans une souricière ! C'est un sentiment terrifiant de se sentir autant impuissant. On cherchait tous une issue, un moyen de s'enfuir, de survivre. J'ai brisé la vitre pour tirer l'alarme pour arrêter le Thalys! Le verre a méchamment entaillé mon majeur jusqu'à l'os, et les machines ont ralenti. Mais nous étions toujours bloqués à l'intérieur.

 

Dos au mur. Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice. Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne nous a répondu. Silence radio. Cet abandon, cette détresse, cette solitude, c'était terrible et insupportable ! C'était, pour nous, inhumain. [2]

 

Sources

 

[1] EN DIRECT - Attaque d'un Thalys : «Je ne me suis pas senti un héros», Le Figaro, Mis à jour le 22/08/2015 à 19:29 Publié le 21/08/2015 à 21:00

[2] Exclusif Paris Match - Anglade: "Rendre hommage à leur courage héroïque", Paris Match, Le 22 août 2015 | Mise à jour le 22 août 2015

 

Partager cet article

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 20:07
L'EI détruit un monastère catholique du Ve siècle

L'organisation extrémiste Etat islamique a détruit un monastère syriaque catholique du Ve siècle dans le centre de la Syrie, a rapporté vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"L'EI a détruit hier (jeudi) le monastère de Saint Elian à al-Qaryataïne", localité de la province de Homs capturée par les djihadistes le 5 août. "Au moyen de bulldozers, ils ont détruit le monastère sous prétexte que les gens y adoraient un (autre) dieu que Dieu", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire.

Destruction
Le groupe ultra-radical a posté en ligne des photos du monastère et celles de bulldozers opérant des destructions de parties du lieu. Le monastère, qui porte le nom d'un saint de Homs martyrisé par les Romains pour avoir refusé d'abandonner le christianisme, était un lieu de pèlerinage et de dialogue entre les religions à al-Qaryataïne, elle même symbole de coexistence entre chrétiens et musulmans.

Capture d'al-Qaryataïne
Le jour de la capture d'al-Qaryataïne, l'EI a enlevé au moins 230 personnes, dont des dizaines de chrétiens. Selon l'Observatoire, 48 d'entre elles ont été relâchées et 110 ont été conduites vers le bastion de l'EI à Raqa (nord). Le sort des 70 autres reste inconnu. [1]


Les combats pour la prise de la ville ont fait 37 morts parmi les soldats et les combattants loyalistes, et 23 morts dans les rangs de l'EI, selon l'OSDH. Après avoir pris al-Qaryataïne, l'EI a enlevé au moins 230 personnes, dont des dizaines de chrétiens. Toujours d'après cet Observatoire, 48 d'entre elles ont été relâchées et 110 ont été conduites vers le bastion de l'EI à Raqa (nord). [2]

Un prêtre enlevé
En mai, un prêtre syriaque catholique du monastère, le père Jacques Mourad, avait été enlevé par trois hommes masqués, au lendemain de la prise par l'EI de la ville antique de Palmyre, proche de cette localité. L'organisation, qui s'est implanté en Syrie à la faveur de la guerre civile, a déjà détruit une série d'églises et de lieux saints.

 

Sources:

 

[1] L'EI détruit un monastère catholique du Ve siècle, 7sur7.be, 21/08/15 - 13h06

[2] Syrie : Daech détruit au bulldozer un monastère du 5e siècle, 21 Août 2015, 13h28 | MAJ : 21 Août 2015, 13h46

Partager cet article

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 13:41
Conflit en Ukraine, toute l'explication

Une video postée le 29 janvier 2015:

Résumé du conflit par Christ-Roi:

 

Les rassemblements de Maïdan ont commencé dans le centre de Kiev en novembre 2013 après que le président ukrainien Viktor Ianoukovytch a repoussé la signature d’un accord d’association avec l’Union européenne (UE). Les manifestations ont atteint un point culminant en février 2014 lorsque des affrontements violents entre les émeutiers et la police ont fait basculer l’histoire de l’Ukraine.

En septembre 2014, pendant que le président dit "ukrainien" Porochenko recevait d'Obama l'ordre de poursuivre les tactiques répressives en même temps qu'il signait la "paix de Minsk", l'Union européenne ratifiait l'accord d'association UE-Ukraine, le 16 septembre, lors de la session du parlement européen à Strasbourg. [2]

L'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch a rejeté la responsabilité du conflit en Ukraine sur les ministres européens qui avaient initié la signature d'un accord avec l'opposition à Kiev en février 2014. L'Europe doit assumer la responsabilité des événements en cours en Ukraine, déclara-t-il le 21 février 2015. [3]

Le coup d'Etat à kiev, soutenu et financé par les Occidentaux, a unilatéralement renversé l'ex président Ianoukovitch en février 2014. Le nouveau gouvernement atlantiste compatible lança l'opération dite "anti-terroristes" en avril 2014. Le 2 mai, 38 russophones étaient brûlées vifs à Odessa. Le 9 mai, des personnes étaient abattues à bout portant en pleine rue à Marioupol (région de Donetsk). L'« opération de police » engendra un conflit militaire meurtrier. L'armée ukrainienne a été coupable de crimes de guerre (tirs interdits de bombes au phosphore blanc par l'armée ukrainienne contre les populations civiles, usages de véhicules sanitaires et d'ambulances dans le cadre d'opérations militaire).

Selon les dernières informations de l'Onu, le conflit a fait plus de 5 300 victimes civiles. [4]

En septembre 2014, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies à Genève, 260.000 personnes avaient été déplacées à l'intérieur de l'Ukraine et le même nombre de réfugiés en Russie.

Près d'un million de personnes ont dû quitter leurs foyers depuis, a rapporté l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Au total, cinq millions de personnes ont été touchées par le conflit.

Mercredi 19 août 2015, l'OTAN a averti les insurgés ukrainiens contre toute tentative de gagner plus de territoire.

 

Conflit en Ukraine: un demi-million de déplacés. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/02/97001-20140902FILWWW00128-conflit-en-ukraine-un-demi-million-de-deplaces.php

 

Vladimir Poutine reste l'homme politique le plus populaire en Russie, en dépit de la crise économique provoquée par les sanctions de l'UE et de Washington.

 

Notes

 

[2] L’Ukraine et l’UE ratifient un accord d'association « historique », Le Monde | 16.09.2014 à 16h20 Mis à jour le 16.09.2014 à 16h44 | Par Claire Gatinois,

[3] Ianoukovitch: l'Europe est responsable des événements en Ukraine, Sputniknews, 14:55 21.02.2015(mis à jour 15:25 21.02.2015)

[4] http://fr.sputniknews.com/international/20150205/1014386889.html#ixzz3QtG87Amw

Partager cet article

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 13:35

L'Anneau d'or est un itinéraire touristique passant par les villes russes où se trouvent de remarquables monuments historiques et culturels. Retrouvez ces curiosités russes vues du ciel sur les photos panoramiques d'Airpano.

Les cathédrales, les églises, les monastères et les musées des beaux-arts de l'Anneau d'or frappent par leur splendeur, grandeur et finesse. Découvrez la richesse du patrimoine russe!

 

http://fr.sputniknews.com/photos/20150821/1017683417.html

via La Voix de la Russie Facebook

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 13:21
Mexique: découverte d’un mur de crânes humains

Un mur de crânes humains datant de l’Empire aztèque a été mis au jour par des archéologues mexicains près du centre historique de la ville de Mexico, annonce l’Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique (INAH).

Composé de chaux, de sable et de gravier volcanique, le mur de 34 m de longueur a été découvert à 2 m de profondeur dans la rue Guatemala. Malgré l'état de ruine de l'édifice, la partie centrale abritant des crânes humains disposés en forme de cercle est bien conservée.

Selon Raoul Barreres, le coordinateur du programme archéologique, le mur nommé Tzompantli ("Mur des Crânes") date de la fin du XVe — début XVIe siècle. Certains historiens supposent que le mur faisait partie de l'ancienne capitale de l'empire aztèque, Tenochtitlan, détruite par les conquistadors espagnols sous les ordres d'Hernán Cortés.

A présent, les archéologues en charge des fouilles ont déjà retrouvé 35 crânes appartenant pour la plupart à des hommes. Quant à leur origine, les chercheurs émettent l'hypothèse que ces crânes humains sont ceux des prisonniers de guerre sacrifiés.

Originellement vers l'an 1200 après J.C., les aztèques exposaient sur des murs, à la vue des habitants de la cité, les têtes des prisonniers et des victimes des sacrifices, une série de pieux pointus sur lesquels on embrochait les têtes sanglantes des ennemis. Enfilées les unes à côté des autres sur de longues traverses en bois, elles se décomposaient à l'air libre.

Source: Mexique: découverte d’un mur de crânes humains, Sputnik,11:04 21.08.2015

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 00:00
Saint Pie X, Pape (1835-1914)

La confusion régnait au sein de l'Eglise et de la société, la franc-maçonnerie lançait ses attaques, les hérésies modernes élevaient prétentieusement la tête.

On accusa saint Pie X d'opposer une barrière désuète au progrès. Mais rien n'ébranla le courage et les convictions du chef de la chrétienté qui condamna fermement toutes les erreurs qui tentaient de détruire subtilement la foi: «Nous réprouvons ces doctrines qui n'ont de la vraie philosophie que le nom et conduisent au scepticisme universel et à l'irréligion.»... (Prophétique !)

Possédant à un haut degré le don du discernement des esprits, saint Pie X s'est constamment signalé comme défenseur de l'intégrité de la foi en condamnant entre autres l'hérésie moderniste qu'il a qualifiée de «carrefour de toutes les hérésies

En 1914, ce saint pape écrivit à l'empereur d'Autriche pour le conjurer d'empêcher la déclaration de la guerre. Devant l'inutilité de ses efforts, il s'offre généreusement à Dieu en victime d'expiation pour le peuple chrétien et l'humanité toute entière. Le soir du 19 août 1914, le bourdon de St-Pierre sonnait le glas... «Un Saint est mort» proclamait le peuple. En 1954, Pie XII canonisait celui dont on avait dit: «L'histoire en fera un grand pape, l'Eglise en fera un grand Saint.»

Saint Pie X a été surnommé le pape de l'Eucharistie, car c'est sous son heureux pontificat que les petits enfants furent appelés à communier dès l'âge de raison.

 

Source: Les Saints du jour

- une biographie sur Fatima.be

Benoît XVI fait l'éloge de Saint Pie X

Partager cet article

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article