Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 00:00

 

L'archange Gabriel annonce à Marie son nouveau statut de mère du Fils de Dieu, le moment où le divin s'incarne en homme, et lui explique qu'elle portera un enfant en son sein tout en restant vierge. C'est l'origine de la croyance en une conception virginale qu'il ne faut pas confondre avec le dogme de l'Immaculée conception qui est propre au catholicisme.

 

Autrement dit, comme l'ont expliqué les théologiens, une femme juive vivant sous la loi de Moïse accepte d'introduire dans le monde celui qui mourra pour les péchés des hommes, c’est-à-dire que la loi, tout en restant valide, cesse d'être le principe théologique essentiel, et laisse la place au salut.

 

Le message céleste est confié à l'Archange Gabriel. Où trouvera-t-il celle qui, d'après les plans divins, doit donner naissance au Sauveur du monde ? Sera-ce dans un grand empire ? Non, mais dans la petite province de Galilée, perdue au milieu de l'immense empire romain. Ne convient-il du moins de prendre sur un trône celle qui doit devenir la Mère de son Dieu ? Non : il y a dans la petite ville de Nazareth une humble et pauvre maison où habite une jeune vierge inconnue ; son nom est Marie ; elle est promise en mariage à un ouvrier, Joseph, homme juste.

En ce moment, elle prie à genoux, et soupire peut-être après la venue du Messie promis. L'Ange soudain paraît devant elle :

 

« Je te salue, pleine de grâce, dit-il, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes ! »

 

Marie se trouble, à ces étonnantes paroles. L'ange ranime aussitôt la confiance de la timide vierge :

 

« Ne crains rien, Marie, ajoute-t-il, tu as trouvé grâce devant Dieu ; tu concevras et tu enfanteras un Fils, à qui tu donneras le nom de Jésus ; Il sera grand, et on l'appellera le Fils du Très-Haut, et son règne n'aura pas de fin. »

 

Quelle promesse, quel honneur et quel bonheur ! Mais comment s'opérera cette merveille en celle qui a voué à Dieu sa virginité ? La réponse est facile à l'envoyé du Ciel :

 

« L'Esprit-Saint descendra en toi, et la vertu du Très-Haut te couvrira de Son ombre. » Marie n'a plus qu'à prononcer le Fiat qui va faire tressaillir la terre d'espérance : « Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole. »

 

À cet instant béni, le mystère s'accomplit, le Verbe se fait chair, et Marie pourra entonner bientôt le cantique de la reconnaissance :

 

« Mon âme glorifie le Seigneur, et mon cœur exulte en Dieu mon Sauveur ! À cause des grandes choses que Dieu a opérées en moi, toutes les nations m'appelleront bienheureuse ! »

 


Sources : (1), (2)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 00:00

Sainte-Catherine-de-Suede---1381-.jpg

Née en 1330, elle appartenait à la famille royale de Suède, par sa mère, sainte Brigitte et par son père Ulf Gudmarson.

 

Elle est élevée dans le couvent des Cisterciennes de Risaberg (ou Bisberg) et ne souhaite pas quitter cette communauté religieuse mais dès l'âge de douze ou treize ans, son père l'accorde en mariage au chevalier Edgar von Kyren (Eggard de Kyrn ou Edgar Lydersson), seigneur d'Eggerstnæs bien plus âgé qu'elle. Elle soigne avec dévouement son mari invalide dont elle n'a aucun enfant, ayant obtenu de lui qu'il préserve sa virginité. (1) D'accord avec lui, en 1350 pour le jubilé, elle rejoignit à Rome sa mère qui y avait fait sa demeure depuis son veuvage. Catherine, pendant son séjour, apprit la mort de son époux. Elle décida à son tour de rester à Rome. Son extraordinaire beauté blonde lui causa bien des complications en Italie. À plusieurs reprises, des prétendants enthousiastes tentèrent de l'enlever. (2)

 

Avec sa mère elles visitent longuement les églises et les tombeaux des martyrs, et s’adonnent à de longs exercices de mortification. Elles vont aussi soigner les malades des hôpitaux, vivent dans la pauvreté et l’austérité et accomplissent des pèlerinages en Terre sainte.

Quand sa mère mourut, Catherine revint en Suède pour l'ensevelir au couvent de Vadstena, où elle entra et dont elle sera bientôt l'abbesse.

 

Elle retourna une fois encore à Rome pour obtenir la reconnaissance des Religieuses de l'Ordre du Très-Saint-Sauveur, les brigittines et pour la canonisation de sa mère qui n'aura lieu qu'en 1384, trois ans après la mort de sainte Catherine.

 

Elle a écrit un livre de dévotion, intitulé Consolation de l'âme (en suédois médiéval Siælinna tröst, ou Själens tröst en suédois moderne) dont un exemplaire daté de 1407 existe toujours. (3)

 

 

Sources: (1) J.C. Cooper, Dictionary of Christianity, Routledge,‎ , p. 47 ; (2); (3)
 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:20

Le Déco-décodex est un outil pour vous aider à vérifier les informations qui circulent dans les grands médias !

 

Après sa piètre prestation au premier débat télévisé entre les grands candidats à la présidentielle lundi 20 mars, les médias officiels français ont rattrapé Macron par la culotte.

 

"Qui a été le plus convaincant?" Sondage Elabe Bfm-Tv, publié quelques minutes après la fin du débat télévisé du lundi 20 mars 2017 et donnant Macron à 29%, loin devant ses deux principaux concurrents, François Fillon et Marine Le Pen, également donnés à 19%.

"Qui a été le plus convaincant?" Sondage Elabe Bfm-Tv, publié quelques minutes après la fin du débat télévisé du lundi 20 mars 2017 et donnant Macron à 29%, loin devant ses deux principaux concurrents, François Fillon et Marine Le Pen, également donnés à 19%.

Extrait du Journal de Tv-Libertés du mercredi 22 mars 2017 :

 

"Sauver le soldat Macron. Voilà le défi que se sont fixé les grand médias du système.

 

Après une prestation médiocre lors du premier débat de la présidentielle, les journalistes viennent à la rescousse du produit marketing.

 

Coller des rustines sur la bulle Macron, c'est la nouvelle tache sur laquelle planchent les journalistes français. Après le débat entre les cinq principaux candidats où l'ancien ministre de l'économie a plus briller par son autodérision que par sa connaissance des dossiers et des propositions, il faut à tout prix sauver les meubles !

Porté aux cieux depuis le début de la campagne, le produit Macron a du pour la première fois affronter d'autres candidats... L’exercice est plus ardu que le meeting d’En Marche. Pour l’homme aux deux alliances, pas de chauffeurs de salle, pas de t-shirt, pas de texte écrit à grand coup d’algorithme, le débat n’était pas une sinécure. Après l’effort – passablement raté -, le réconfort : retour dans le giron des alliés : la presse !

Figure de proue du sauvetage de Macron, le groupe "Next Radio", c’est à dire RMC et BFM TV (renommé pour l’occasion Broadcast for Macron) a pris le dossier en main.

Dès l’aube, le lendemain du débat, le fiasco rhétorique du banquier était en opération camouflage ! Le meilleur outil pour cela… les sondages ! L’institut Elabe aurait interrogé les téléspectateurs pour prendre la température après la joute oratoire et là, miracle ! (http://www.bfmtv.com/politique/debat-presidentiel-macron-juge-le-plus-convaincant-devant-melenchon-1126198.html)  Macron est le plus convaincant ! 30 % des sondés pensent que son projet est le meilleur pour la France… Et là, la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu… Information à prendre content ! Si vous vous demandez comment les Français peuvent préférer le projet d’un candidat qui précisément, n’a pas de projet, et bien… arrêtez le mauvais esprit et faites preuve d’imagination ! Comme à l’accoutumée, les autres médias de Panurge ont suivi. Ainsi, "franceinfo", jamais en reste, reprend la même information et en rajoute une louche… Après tout, on ne fait jamais assez allégeance… Et hop, un sondage "Opinion Way" (bonjour les anglicismes !) consacre encore Macron :

http://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/presidentielle-emmanuel-macron-juge-le-plus-convaincant-apres-le-debat-selon-les-sondages_2107466.html . Cette fois, un peu de retenue, le jeune loup de la finance rafle la mise, mais avec 25 %…

La presse régionale toujours soucieuse de suivre les tendances parisiennes, ne se démarque pas. Ainsi Ouest France (http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/sondage-apres-le-debat-macron-se-detache-melenchon-depasse-hamon-4873813) chante également la gloire de Macron.

 

Pourtant, tout est parti du sondage Elabe… un sondage auquel ont répondu 1 157 personnes… pas grand monde ! Pourtant, avec un panel aussi réduit, on arrive à une vague macronienne dans tous les medias !
Il faut alors rappeler que le sondage d’Elabe a été commandé par BFM. Cette chaîne info appartenant à Patrick Drahi, lequel, après avoir racheté SFR en 2014, a racheté le groupe "NEXT Radio" (BFM et RMC donc) … pour le faire fusionner avec Altice Media et ce, quand Emmanuel Macron était Ministre de l’économie, ce qui lui a permis de donner son feu vert. La transaction finale a alors été ficelée par un certain Bernard Mourad, banquier d’affaires, ancien de chez Morgan Stanley… Actuellement, Bernard Mourad est un des proches d’Emmanuel Macron… La boucle commence donc à se boucler !

Le stratagème est encore plus visible si l’on s’intéresse à la presse étrangère. En effet, au lendemain du débat, le Financial Times titrait, "Macron misses his moment", Macron loupe le coche dans le débat…

L’article du Financial Times (copie d'écran ci-dessous) développe que le jeune banquier de 39 ans n’est pas parvenu à s’imposer face à l’attrait de Marine Le Pen et au sérieux de François Fillon… Pour le journaliste, cet échec est surtout l’échec du mondialisme incarné par Emmanuel Macron, face au patriotisme…"

"Macron misses his moment", Macron a raté sa prestation. Financiel Times (21 mars 2017). "Résultats de l'élection américaine 2016: Le New York Times et le Washington Post s'excusent après la victoire de Donald Trump."Source : http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/09/resultats-de-lelection-americaine-2016-le-new-york-times-et-le/ . Aux Etats-Unis, les grands médias sans doute échaudés devant l'élection de Donald Trump alors qu'ils avaient tout fait pour faire élire Hillary Clinton, deviennent plus neutres dans leur traitement de l'information.... On attend la même chose bientôt en France !

"Macron misses his moment", Macron a raté sa prestation. Financiel Times (21 mars 2017). "Résultats de l'élection américaine 2016: Le New York Times et le Washington Post s'excusent après la victoire de Donald Trump."Source : http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/09/resultats-de-lelection-americaine-2016-le-new-york-times-et-le/ . Aux Etats-Unis, les grands médias sans doute échaudés devant l'élection de Donald Trump alors qu'ils avaient tout fait pour faire élire Hillary Clinton, deviennent plus neutres dans leur traitement de l'information.... On attend la même chose bientôt en France !

Repost 0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 10:53

En France, l'affaire Alstom tourne à l'affaire d'Etat.

... Cela, c'était sur Canal+, le 9 novembre 2016 dans l'émission "Spécial Investigation", "Anti-corruption : l'arme fatale américaine". Alcatel, Alstom, Total, Technip… Ces dernières années, des fleurons de l’industrie française ont dû payer des amendes colossales à la justice américaine, accusées d’avoir versé des pots de vin à l’étranger pour remporter des marchés. En poursuivant des entreprises pour corruption, les Etats-Unis sont devenus par ce moyen les shérifs du monde. Un géant français, "Alstom", a tenté de résister à ces procédés déloyaux. Résultat : la société a finalement cédé avant de se faire racheter par son principal concurrent américain !

 

"Le comble dans cette histoire, c'est que General Electric n'a pas payé l'amende comme promis : c'est Alstom qui a réglé l'ardoise de 630 millions d'euros.

Alstom était spécialisé dans l'énergie et les transports, il avait accompagné le développement de la SNCF avec notamment les TGV, contribué à l'édification de la filière nucléaire française et produit aux Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire les plus grands paquebots du monde. Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas empêché la vente de ce fleuron industriel ?

 

Alstom n'était pas une entreprise comme les autres, elle vivait de la commande publique. En 2003, c'est l'Etat qui l'a sauvé de la faillite :

> Source: http://www.la-croix.com/Archives/2003-08-06/L-Etat-vole-au-secours-d-Alstom-_NP_-2003-08-06-187749

> Source: http://www.la-croix.com/Archives/2003-08-06/L-Etat-vole-au-secours-d-Alstom-_NP_-2003-08-06-187749

L'argent des contribuables versé à Alstom en 2003 est donc parti dans la poche des Américains en 2016 avec Emmanuel Macron. "Macron, rend l'argent ?"

 

Une affaire qualifiée de "scandale d’Etat" dans l'émission de Canal + en novembre 2016... Une affaire depuis étouffée, mise sous le tapis au cours de cette campagne présidentielle 2017.

Emmanuel Macron, soupçonné de haute trahison dans le scandale d’Alstom-énergie et auteur du scandale de la livraison de SFR au magnat de la presse Patrick Drahi n’a pour le moment aucun problème avec le Parquet National Financier (PNF), qui préfère s’occuper de ses concurrents directs à la course à l’Elysée, Marine Le Pen et François Fillon, pour des emplois au parlement européen (Marine Le Pen) ou à l'Assemblée nationale (F. Fillon) infiniment moins coûteux que les 300 millions d'Alstom...

 

L’ancien secrétaire général de l’Elysée et ancien ministre de l’Économie de François Hollande n’est pas non plus poursuivi pour de forts soupçons de dissimulation fiscale sur son patrimoine fabuleux de 3,5 millions d’euros acquis comme banquier de Rothschild en l’espace de deux ans et demi seulement et dont curieusement, il ne resterait plus rien à déclarer…

 

Le scandale d’Alstom, de la haute trahison

 

Emmanuel Macron n’est toujours pas poursuivi alors que comme Secrétaire Général-Adjoint de l’Elysée et ensuite ministre de l’Économie il a favorisé, ses propres intérêts, des intérêts capitalistes et des intérêts étrangers contre les intérêts nationaux. Ainsi il a cédé aux Américains un pan capital de l’indépendance énergétique de la France: Alstom-Energie.

 

« C’est une défaite catastrophique, nous avons été roulés dans la farine. Général Electric et les Américains ont eu absolument ce qu’ils voulaient, quand ils voulaient, et probablement en mettant moins d’argent et en rencontrant moins de difficultés que ce qu’ils avaient prévu. » Eric Dénécé, dans Spécial Investigation de Canal+.

 

Arnaud Montebourg avait eu le mérite comme ministre de l'Economie de faire "un choix de patriotisme économique" en bloquant la vente par un décret du 14 mai 2014 relatif aux investissements étrangers, qui devait permettre à l’'Etat de s'’opposer à la prise de contrôle d'un très grand nombre d'entreprises françaises (Le Monde). Seulement, Arnaud Montebourg n'était pas seul dans ce dossier. Face à lui, il y avait le secrétaire général adjoint de l'Elysée, Emmanuel Macron, qui ne voulait pas utiliser ce décret comme une menace et se déclara favorable à un rachat sans condition d'Alstom par General Electric.

C'est finalement Macron qui l'a emporté et, une fois devenu ministre de l'économie à la place d'Arnaud Montebourg, il a autorisé le 5 novembre 2014 la vente de la branche Energie d'Alstom qu'il a présenté comme une "alliance industrielle".

Le député LR du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a alors déclaré :

 

"Emmanuel Macron ment quand il dit que c'est une alliance. Ce n'est pas une alliance, c'est une absorption, c'est une disparition d'Alstom Energie au profit de General Electric".

 

Macron est clairement désigné comme celui qui a été placé à Bercy en remplacement de Montebourg pour trahir les intérêts de la France au bénéfice des intérêts américains, dans l’émission de Canal+ Spécial Investigation:

Extrait de l’émission Canal + Spécial Investigation du 9 novembre 2016 - Anti-corruption, l'arme fatale américaine . Cet extrait montre la partie qui dénonce la responsabilité d'Emmanuel Macron dans la vente d'Alstom à Général Electric alors qu'Arnaud Montebourg avait bloqué la vente par décret.

Macron, cet associé de la banque Rothschild, n’est pas davantage poursuivi pour avoir livré SFR au magnat milliardaire de la presse Patrick Drahi, faisant de ce dernier son obligé qui, depuis le début de la campagne électorale, organise la propagande du candidat d’"En Marche" sur ses chaines d’information, tout-en court-circuitant et faisant lyncher par ses journalistes les opposants de son mentor.

 

L’ancien conseiller de François Hollande et son ancien ministre n’est pas davantage poursuivi pour avoir dissimulé au fisc son fabuleux patrimoine de plus de 3 millions d’euros acquis comme banquier de Rothschild en l’espace de deux ans et demi seulement. Où est l'"égalité" ?

Repost 0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 00:00
Sainte Léa, veuve romaine († v. 383)

Léa faisait partie de ces nobles dames admiratrices de S. Jérôme. A la mort de son mari, elle distribua ses biens aux pauvres et  se retira dans un monastère romain.

Devenue, par la suite, mère supérieure de son couvent, elle passait ses nuits en oraisons et tous l'admiraient pour sa foi et son humilité.
Léa instruisait ses moniales davantage par l'exemple que par les discours.

Saint Jérôme lui consacra une lettre dithyrambique. (Lettre de saint Jérôme à Marcella - vie de sainte Léa, veuve)

Sources : (1); (2); (3)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 00:00
Bienheureuse Clémence († 1176)

Clémence de Hohenberg naquit en Rhénanie au début du XIIe siècle. Elle épousa le comte de Spanheim (Allemagne), et devenue veuve elle distribua tous ses biens aux pauvres et se retira comme simple moniale à l'abbaye d'Horrès à Trèves, où elle vécut dans l'exercice constant de la plus fervente prière et de la plus profonde charité, jusqu'à sa mort, le 21 mars 1176.

Sources: (1); (2)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 16:41

Les archéologues disent qu'ils n'ont pas encore trouvé la preuve archéologique directe de Jésus-Christ, mais ils s'en rapprochent chaque jour davantage...

 

Voici une présentation des découvertes.

 

En 1962, on a retrouvé une plaque du IIIème siècle avant J.C, gravée en hébreu et portant le nom du village de Nazareth...

 

En 1888, la piscine de Bethesda, dite la "piscine aux 5 portiques" décrite dans l'évangile de S. Jean lorsque est racontée la guérison du paralytique, a été retrouvée à l’endroit situé par S. Jérôme en 372 et S. Eusèbe en 332.

 

Source: http://www.livescience.com/39661-biblical-era-town-discovered-sea-of-galilee.htmlEn 1961, on a prouvé l'existence de Ponce Pilate, le préfet romain qui a condamné Jésus à mort, en retrouvant une plaque comportant son nom et son titre... dans les ruines de Césarée maritime.

 

En 2013, la ville des temps bibliques "Dalmanoutha", mentionnée dans l'Evangile selon saint Marc (Mc 8:10) a été retrouvée par une équipe de l'Université de Reading (Royaume-Uni). C'est le lieu de la Mer de Galilée (ou "Lac de Tibériade") située à plus de 200 m au-dessous du niveau de la mer et traversée par le fleuve Jourdain. C'est également le lieu du baptême de Jésus par saint Jean-Baptiste, et où le Christ navigua avec ses disciples après le miracle de la multiplication des pains. En 1986, le lieu où le bateau appelé "barque de Pierre" ou "barque de Jésus a été retrouvé est le lieu de l'ancienne Dalmanoutha découverte en 2013.

 

Aujourd'hui, voici la découverte d'une cage funéraire de calcaire décorée de façon intime, appartenant à un descendant du grand prêtre Caïphe, connu dans le Nouveau Testament pour son implication dans la livraison de Jésus à Ponce Pilate...

De nouvelles découvertes archéologiques sur la vie à l'époque de Jésus

Ustensiles de cuisine, bijoux, ossuaires avec des inscriptions hébraïques... Des dizaines d'objets datant du Ier siècle retrouvés dans la région de Jérusalem et en Galilée permettent aux historiens de mieux comprendre la vie au temps de Jésus-Christ. [1]

 

Que sait-on exactement de Jésus? Des dizaines d'objets datant du Ier siècle présentés, dimanche 19 mars, par l'autorité des antiquités israéliennes font partie des découvertes archéologiques récentes qui rendent plus compréhensibles aux historiens la vie à l'époque de Jésus-Christ, selon un responsable.

 

Parmi les objets découverts dans la région de Jérusalem et en Galilée, où, selon la tradition, Jésus a vécu, figurent des vases, des ustensiles de cuisine, des bijoux, des restes de pressoir à vin, des ossuaires avec des inscriptions hébraïques et des clous ayant servi à des crucifixions.

 

«Maintenant nous pouvons décrire de façon très précise la vie quotidienne de cette époque, de la naissance, à travers les habitudes alimentaires, les voyages effectués, et jusqu'à la mort avec les rites funéraires», explique à l'AFP Gideon Avni, directeur de la division archéologique des Antiquités israéliennes.

 

«Ces 20 dernières années, nous avons fait un bond dans la compréhension du mode de vie de Jésus et de ses contemporains», indique-t-il. «Chaque semaine, de nouveaux éléments sont découverts et permettent de mieux connaître cette période». Ainsi, «nous retrouvons sur des ossuaires des noms de personnalités connues grâce aux textes de cette époque», dit le professeur Avni.

[2]

[2]

En avant de Pâques, l'autorité d'antiquités d'Israël a ouvert dimanche son vaste entrepôt aux journalistes pour un coup d'oeil sur les artefacts déterrés du temps de Jésus. Les experts disent qu'ils n'ont pas encore trouvé la preuve archéologique directe de Jésus-Christ, mais ces dernières années ont trouvé une richesse de matériel qui aide à remplir la compréhension des historiens de la façon dont Jésus peut avoir vécu et est mort.

 

"Il y a de bonnes nouvelles", a déclaré Gideon Avni, chef de la division archéologique de l'Autorité des antiquités d'Israël. "Aujourd'hui, nous pouvons reconstituer très exactement beaucoup, de nombreux aspects de la vie quotidienne du temps du Christ."

 

Israël est l'un des endroits les plus fouillés de la planète. Quelque 300 fouilles ont lieu chaque année.

 

Environ 40 000 artefacts sont déterrés chaque année en Israël. Un tiers de toutes les antiquités trouvées attestent de l'ancienne présence chrétienne en Terre Sainte, déclare Avni. Les historiens savent maintenant combien de temps il a fallu pour voyager entre les villes et les villages où Jésus a prêché, et à quoi ressemblaient ces endroits à l'époque.

 

Avni a déclaré que la connaissance de la période a avancé au cours des 20 dernières années. "Nous pouvons reconstituer précisément ce à quoi ressemblait le pays", a t-il dit.

 

Dans un entrepôt lumineux de 5 000 mètres carrés rempli de piles de cruches anciennes et de poteries, ce que l'Autorité des Antiquités appelle sa grotte "Ali Baba" des anciens trésors, les fonctionnaires ont présenté sur une simple table blanche les découvertes du temps de Jésus.

 

Il y avait des gobelets et des plats de calcaire bien conservés, largement utilisés par les Juifs en Terre Sainte à l'époque dans le cadre de leur stricte pratique afin d'assurer la pureté rituelle de leur nourriture. Il y avait une cage funéraire de calcaire décorée de façon intime, appartenant à un descendant du grand prêtre Caïphe, connu dans le Nouveau Testament pour son implication dans la livraison de Jésus aux autorités romaines qui l'ont crucifié. Dans les temps anciens, les familles recueillent les os du défunt et les placent dans des boîtes appelées ossuaires.

Christ devant Caïphe (de Matthias Stom)

Christ devant Caïphe (de Matthias Stom)

Ils ont également présenté une réplique d'un artefact majeur situé au musée israélien de Jérusalem - un os de talon percé d'un clou de fer avec des fragments en bois à chaque extrémité, découvert dans une boîte de sépulture juive du nord de Jérusalem datant du 1er siècle après J.-C. C'est jusqu'à ce jour la seule preuve trouvée d'une victime de crucifixion romaine enterrée selon la coutume juive. Cela a aidé les archéologues à reconstruire comment l'homme était crucifié, avec ses pieds cloués sur les côtés de la croix. Avni a dit que Jésus peut avoir été crucifié de la même manière, contrairement à la façon dont la crucifixion est représentée dans l'art chrétien traditionnel.

 

A côté des boîtes de carton marquée "os" de Bethsaïda du Nouveau Testament, un énorme bloc de pierre était posé sur une caisse en bois sur le plancher de l'entrepôt. La pierre porte une description taillée apparente du deuxième Temple juif, a été découverte en 2009 sur le site d'une ancienne synagogue des rives de la mer de Galilée. Les archéologues ont suggéré que Jésus aurait prêché dans la synagogue.

 

Avni a dit qu'il n'y a aucune raison de croire que Jésus n'existait pas simplement parce que les archéologues n'ont pas trouvé de preuve physique de lui. "Il faut se rappeler que le Christ était l'un parmi plus d'un million de personnes vivant en cette période en Terre Sainte", a t-il dit.

Yisca Harani, une érudite israélienne du christianisme, a déclaré que le manque de preuve physique de Jésus est un "mystère trivial".

 

"Pourquoi attendre dans l'antiquité qu'il y ait des preuves de son existence?" Demande Harani. "C'est la réalité de la vie humaine, que soit des dirigeants, soit des militaires ont leur mémoire inscrite dans la pierre et des artefacts."

 

Elle a dit que ce qui restait de Jésus "sont ses paroles". [3]

Source: https://apnews.com/2922e74d3ebb4c83bd80eb128b4fbb47

Source: https://apnews.com/2922e74d3ebb4c83bd80eb128b4fbb47

Source: https://apnews.com/2922e74d3ebb4c83bd80eb128b4fbb47

Source: https://apnews.com/2922e74d3ebb4c83bd80eb128b4fbb47

Sources:

 

[1] De nouvelles découvertes archéologiques sur la vie à l'époque de Jésus, Par lefigaro.fr , AFP, AP, Reuters Agences Mis à jour le 20/03/2017 à 11:22 Publié le 20/03/2017 à 11:15

[2] Israël : des découvertes archéologiques éclairent sur la vie à l'époque de Jésus, Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox, Mis à jour le 19/03/2017 à 17H24, publié le 19/03/2017 à 17H23

[3] In an Israeli warehouse, clues about Jesus' life and death, APNews, By Daniel Estrin

Repost 0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 10:57
Déposition du pape : Colloque international à Paris le 30 et 31 mars 2017

Des avocats, des théologiens et des savants du droit canon se réuniront à Paris dans deux semaines pour discuter d'un sujet qui n'a jamais été au centre d'une conférence catholique: Comment déposer un pape hérétique.

Intitulé Déposition du pape : Lieux théologiques - Modèles canoniques - Enjeux constitutionnels, la conférence cherche à explorer les mécanismes qui sont construits dans l'église catholique pour traiter avec un pape qui enseigne ouvertement le mensonge et même l'hérésie.

Le conférencier sera le Professeur Laurent Fonbaustier de l'Université de Paris qui a publié un livre de 1200 pages l'année dernière sur le thème intitulé La Déposition du Pape Hérétique.

La conférence comprend 15 conférenciers qui donneront un éventail de conférences sur le sujet avec des titres tels que "Le conciliarisme et la déposition d'un Pape à travers le prisme du gallicanisme", "La Chute du Pape : Entre Renonciation et Déposition", "La déposition de Jean XXII et de Benoît XIII à Constance, 1415-1417".

Les professeurs Nicolas Warembourg et Cyrille Dounot, deux des 45 universitaires catholiques qui ont adressé en juin dernier un appel au doyen du Collège des cardinaux à Rome, demandent une répudiation des propositions erronées qu'ils ont trouvées dans l'exhortation du pape Francis Amoris Laetitia.

Le groupe des 45 universitaires catholiques a déclaré que l'exhortation du pape présentait "des dangers pour la foi et la morale catholiques" car elle "contient un certain nombre de déclarations qui peuvent être comprises dans un sens qui est contraire à la foi catholique et la morale.

La conférence arrive après quatre ans de François à la barre de la Barque de Pierre. Pendant ce temps, le Pape et les personnes qu'il a mises dans des postes clés ont dirigé l'Église dans une direction qui aurait été impensable pour les fidèles catholiques sous les deux précédents pontificat de Jean-Paul II et du pape Benoît XVI. 

Les discours ambigus de François et surtout ses écrits pontificaux ont retourné cardinal contre cardinal, évêque contre évêque, fidèle laïc contre fidèle laïc. La confusion doctrinale a donné lieu à la publication de directives pastorales basées sur ses écrits et qui permettent la distribution de la Sainte Communion à ceux qui vivent dans l'adultère.

 

LIRE: Ils ont donné au pape François quatre ans pour "refaire l'Église". Voici comment ils ont essayé.

 

En novembre dernier, le vaticaniste Giuseppe Nardi a rapporté qu'une étude théologique de 1975 du savant laïc brésilien Arnaldo Vidigal Xavier de Silveira faisait le tour dans le Vatican. Le profane a examiné dans son ouvrage intitulé L'hypothèse théologique d'un pape hérétique s'il est possible pour un pape d'être ou de devenir un hérétique, et si oui, quelles conséquences en découleraient.

Nardi a déclaré : "Trois ans et demi après le début de son pontificat, le pape François a atteint ses limites. L'impression laissée par ses gestes et paroles, d'une intention latente de changer la doctrine de l'Église doit à un moment ou prendre une forme définie ou bien s'effondrer", écrivait-il alors.

"François se trouve coincé par l'atmosphère même qu'il s'est lui-même chargé de créer. Il ne s'agit plus d'un énoncé spontané de ceci ou cela, qui reste improvisé et non contraignant. Son travail pastoral et ses qualités de leader, qui exigent un sens de la responsabilité et un caractère exemplaire, atteignent leurs limites. Cela pourrait faire manquer le pontificat de François [...]", a-t-il ajouté.

La conférence a lieu trois mois après que le cardinal Raymond Burke a donné un entretien dans lequel il a expliqué que si un pape devait "professer officiellement l'hérésie, il cesserait, par cet acte, d'être le pape".

Burke a déclaré lors de l'entretien de décembre 2016 qu'il y avait un processus au sein de l'Église pour faire face à une telle situation, ajoutant son espoir que "nous n'en serons pas témoin à tout moment bientôt."

En décembre également, l'avocat de droit canon américain Edward Peters a abordé la question de ce qui pourrait être fait si un pape était jugé hérétique.

Peters écrit que la "question cruciale" du point de vue d'un canoniste est "qui déterminerait si un pape donné est tombé dans l'hérésie" puisque le Canon 1404 indique que le "Premier n'est jugé par personne."

Il trouva cependant dans la tradition canonique que si un concile général déterminait qu'un pape avait commis une hérésie, il se serait effectivement coupé de la vigne véritable, renonçant ainsi à son office.

Peters commente: "... si éloigné soit-il de la possibilité pour un pape de tomber dans l'hérésie et si difficile soit-il de savoir si un pape y est tombé, une telle catastrophe, Deus vetet [Dieu l'interdit], entraînerait la perte de l'office papal."

L'emplacement de la conférence prochaine est important, rapporte Church Militant. C'est dans les années 1300 que l'Université de Paris a exploré la question de savoir ce que l'on pourrait faire avec le pape hérétique Jean XXII, qui a nié la doctrine selon laquelle les âmes des justes étaient admises à la vision béatifique après la mort, une position qu'il rétracta sur son lit de mort.

Source image du colloque international : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/22670-la-deposition-du-pape

Source image du colloque international : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/22670-la-deposition-du-pape

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 20:03

Lors de sa marche pour la "VIe république" à Paris, samedi 18 mars 2017, Jean-Luc Mélenchon fait son discours devant le drapeau de l'URSS.

Le communisme : combien de morts ?

Mélenchon fait son discours de marche pour la "VIe république" devant le drapeau de l'URSS
Repost 0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 00:00
Saint Joseph, époux de Marie

Joseph, issu en ligne directe du roi David, était, selon l'expression de l'Evangile, un "juste", c'est-à-dire un homme accompli, dans toutes les vertus. Il exerçait à Nazareth, dans la Galilée (nord d'Israël), la profession de charpentier. Il épousa Marie, la plus humble et la plus sainte des vierges: ce mariage, dit S. Ambroise, fut saint et parfait, le type d'union de Jésus-Christ avec l'Eglise. Les deux époux vivaient dans la virginité, lorsque Joseph fut averti par un ange de l'accomplissement du mystère de l'Incarnation, dont Dieu, si l'on peut parler ainsi, lui confiait la garde.

 

Il eut le privilège d'être le premier homme qui se prosterna devant la crèche, berceau de l'Enfant-Dieu, pour lui offir ses adorations. Comme chef de la Sainte Famille, il présida aux principaux évènements de l'enfance de Notre-Seigneur, tels que l'adoration des Mages, la Circoncision, la Présentation de Jésus au temple.

 

Par un nouvel avis de l'ange, il emmena Jésus avec Marie en Egypte pour l'arracher à la fureur d'Hérode.

 

A la mort d'Hérode il revint à Nazareth.

Chaque année, Joseph et Marie se rendaient à Jérusalem pour célébrer la Pâque; dans un de ces voyages, lorsque Jésus avait douze ans, ils le perdirent en route et le retrouvèrent dans le temple prêchant aux docteurs, surpris de sa science divine. Sa mère lui dit: "Nous vous cherchions, fort affligés, votre père et moi". Il lui répondit: "Pourquoi me cherchiez-vous? Ne savez-vous pas qu'il faut que je sois aux choses qui regardent le service de mon père?" Elle parle du père fictif de Jésus, il parle de son père réel; elle parle de Joseph, il parle de Dieu.

 

Mais après avoir manifesté sa nature divine, l'Enfant Jésus reprit aussitôt l'Obsertvation des devoirs qui convenaient à sa nature humaine et à sa vie cachée. "Il s'en alla ensuite avec eux, dit l'Evangéliste, et vint à Nazareth, et il leur était soumis".

 

Selon la tradition, saint Joseph mourut pendant les commencements de la mission publique du Sauveur. Il expira entre les bras de Jésus et de Marie. Son nom est inséparable de ces deux augustes noms, et tous trois, ils désignent la Trinité terrestre, dont Joseph fut le chef. "Jésus, Marie, Joseph! gravez dans votre coeur ces trois noms célestes, dit saint Léonard de Port-Maurice; répétez-les souvent, écrivez-les partout. Que ce soient les premières paroles que vous enseigniez à vos enfants, et les dernières que prononcent vos lèvres expirantes".

 

Source: Mgr Paul Guérin, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Editions D.F.T., Argentré-du-Plessis 2003, p. 169-170.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 00:00

 Saint Cyrille de Jérusalem, Evêque et docteur de l'Eglise (+386)     Saint Cyrille naquit en 315 ap. J.-C. à Jérusalem, au sein d’une famille chrétienne d’artisans de souche paysanne. Il reçut une éducation solide où entrèrent l’astronomie, l’anatomie et la géographie dont il fera référence dans ses « Catéchèses » ; il reçut aussi une bonne initiation aux Ecritures et aux Pères de l’Eglise dont il fera la base de son enseignement. Il reçut l'onction sacerdotale vers l'an 345, et dès lors il se dévoua tout entier, corps et âme, à la conversion des païens et à l'instruction des catéchumènes. On accourait à ses catéchismes, de Jérusalem et de toutes les villes voisines.

         Il nous reste de lui vingt-trois instructions familières sur l'ensemble des vérités chrétiennes, le symbole de la foi et les sacrements. Ces instructions sont une de ses gloires les plus pures, car c'est un arsenal où l'apologiste chrétien trouve, même aujourd'hui, des armes puissantes et invincibles. Nous y voyons en particulier, que l'usage de faire le signe de la Croix était connu dès les premiers siècles.

         "Ne rougissez pas, disait-il, de la Croix de Jésus-Christ; imprimez-la sur votre front, afin que les démons, apercevant l'étendard du Roi, s'enfuient en tremblant. Faites ce signe, et quand vous mangez, et quand vous buvez, et quand vous êtes debout ou assis, quand vous vous couchez, quand vous vous levez et quand vous marchez; en un mot, faites-le dans toutes vos actions."

         La gloire de saint Cyrille est d'avoir été l'ami et le défenseur de S. Athanase (
373) et du dogme chrétien contre les hérétiques. Trois fois exilé de Jérusalem, dont il était devenu évêque, trois fois rétabli sur son siège, il restera comme l'un des beaux modèles de la fermeté pastorale.

         Plusieurs faits merveilleux favorisèrent son apostolat et l'aidèrent à convertir les païens.

La première année de son épiscopat fut marquée par l’apparition de la Croix glorieuse à Jérusalem :

 

"En ces jours mêmes de la sainte Pentecôte (7 mai 351), aux nones de mai, vers la troisième heure, une croix lumineuse gigantesque apparut dans le ciel, au-dessus du saint Golgotha (calvaire), s'étendant jusqu'à la montagne des Oliviers. Elle ne fut pas seulement aperçue par une ou deux personnes mais se montra, fort nettement, à la population entière de la cité. Elle ne disparut pas rapidement comme on pourrait le supposer, à la façon d'un rêve fugace. Elle demeura visible pendant plusieurs heures, estompant par son éclat, les rayons du soleil. Assurément, elle aurait été éclipsée et dissimulée par eux, si elle n'avait offert aux spectateurs un éclat plus puissant que celui du soleil. Ainsi, tous les habitants de Jérusalem se précipitèrent brusquement dans la sainte église, saisis d'une crainte mêlée de joie au spectacle de cette vision céleste. Ils se jetèrent tous dans notre église, non seulement les chrétiens mais les païens étrangers, de passage à Jérusalem. Tous, d'une seule voix, firent monter des louanges sonores vers le Christ Jésus, notre Seigneur, le Fils unique engendré de Dieu, auteur de ces merveilles." (Lettre de saint Cyrille de Jérusalem à l’em­pe­reur Constance, 351).


         Dix ans plus tard, Julien l'Apostat, voulait faire mentir la prophétie évangélique qui annonçait la destruction du Temple, il entreprit de le rebâtir ; mais Cyrille prédit les châtiments de Dieu ; il ne se firent pas attendre, des tourbillons de flammes sortirent de terre et dévorèrent les ouvriers. Une multitude d'infidèles se convertirent.
 

Cyrille est révéré comme saint tant par les orthodoxes que par les catholiques.

En 1883, il est proclamé Docteur de l'Eglise par le pape Léon XIII.



Sources : 1, 2

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 20:00

Une émission intéressante de TV Libertés présente un nouveau programme mensuel : "Sécession".

Sécession n°1 avec Julien Rochedy

Présentation de l'émission sur le site youtube Tv-Libertés :

 

TV Libertés vous présente un nouveau programme mensuel : Sécession. Proposé par le site Le Bréviaire des patriotes sur lequel il existait déjà auparavant, il réunira chaque mois Julien Rochedy, ancien directeur du Front National de la Jeunesse, et Christopher Lannes, que vous connaissez déjà pour animer La petite Histoire sur nos antennes.

Concrètement, il s’agit d’un long entretien politique et philosophique avec une première partie consacrée à l’actualité politique, une deuxième partie axée sur la réflexion autour d’une doctrine pour la droite (la doctrine « Civiliste » qu’il sera question d’élaborer au fil des mois), et une troisième partie plus détendue consacrée à répondre aux questions des spectateurs dans une ambiance conviviale.

Au-delà du simple entretien, Sécession, surtout dans sa partie 2, se veut un laboratoire d’idées pour la droite (qu’il convient aujourd’hui de redéfinir sans en abandonner l’héritage) avec une réflexion qui sera menée sur le long terme, avec la participation bienvenue des spectateurs. Dans les précédents numéros, Julien Rochedy et Christopher Lannes ont d’ores et déjà lancé une nouvelle piste de réflexion : la pensée « Civiliste ». Pour Rochedy, la droite se doit avant tout, non seulement de défendre, mais aussi de porter, d’incarner la Civilisation.

Face aux incessantes attaques de la gauche à l’encontre de tout ce qui fait notre Civilisation, de laquelle découlent nos nations européennes, nous nous devons de la préserver et de la perpétuer. Ce sera là tout l’enjeu de ces prochaines années, rendant de fait le clivage droite-gauche ô combien pertinent.

Pour en savoir plus et participer à la réflexion, nous vous invitons donc à suivre cette nouvelle émission chaque mois et à réagir.

Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:18
Les chrétiens “conservateurs” sur le plan théologique ont davantage de succès que les libéraux

Les chrétiens “conservateurs” sur le plan théologique ont davantage de succès que les libéraux. Et ceci se vérifie autant pour les communautés catholiques que protestantes. Telle est la conclusion d’une étude menée au “Redeemer University College” d’Anaster au Canada. Le professeur Kevin Flatt, l’un des auteurs de cette étude, en a présenté le contenu dans le “Catholic Word Report”.

Son travail a porté essentiellement sur des ordres et des communautés religieuses de l’Eglise catholique. Il a relevé que les institutions qui s’appliquent à vivre selon des règles religieuses traditionnelles, où l’on conserve le port d’un habit religieux, qui restent fidèles aux enseignements de l’Eglise, ont davantage de nouvelles recrues, souvent jeunes. D’après ceux qui ont collaboré à l’étude, cette tendance (qui ne semble pas plaire au pape François - n.d.l.r. -) remonterait aux années 1980.

A l’inverse, les communautés religieuses qui se sont éloignées du style de vie traditionnel et se sont adaptées à l’évolution du monde séculier sont souvent victimes de défections dans leur rang. Et ce, plus encore dans le monde protestant que dans l’Eglise catholique.

Comment comprendre ces liens de cause à effet ? Si une communauté religieuse veut pouvoir se maintenir au sein d’une culture sécularisée, elle se doit d’élaborer consciencieusement ses choix de vie et d’avoir une identité claire la distinguant nettement des autres groupes et des autres croyances. Quiconque est intimement convaincu de la vérité transmise par le “Credo”, fait confiance au message biblique et se donne pour tâche l’évangélisation, remplit bien ces conditions. Mais les groupes qui remettent en cause ces vérités, qui placent tous les chemins spirituels sur un pied d’égalité et pour qui le mot “dogme” est un gros mot, ces groupes-là ne savent rien répondre lorsqu’on leur pose la question : « Pour quelle raison est-ce que je devrais me lever le dimanche et venir dans ton église ? »

Depuis les années 1960, il est de bon ton, aussi bien chez les protestants que chez les catholiques, de décréter que le christianisme doit s’adapter faute de quoi il finira par disparaître. Mais l’évolution constatée ces dernières décennies montre plutôt le contraire : le christianisme disparaît partout où l’on se soucie de l’adapter sans arrêt aux dernières nouveautés.

 

 

D’après Kathnet (Trad. MH/APL)

Catholic World Report; Pro Liturgia, Actualité du Vendredi, 17 mars 2017

Les chrétiens “conservateurs” sur le plan théologique ont davantage de succès que les libéraux

Traduction de l'article de Kevin Flatt pour "Catholic World Report".

 

Orthodoxie théologique, croissance de l'église et déclin de l'église: observations au Canada

23 février 2017

 

Les catholiques ont l'habitude de voir les années 1960 comme un tournant dans la foi, notamment à cause de l'impact de Vatican II et des interprétations divergentes de celui-ci dans différents milieux. Le bouleversement dans l'église a coïncidé avec des changements sociaux si rapides que les historiens se réfèrent souvent à eux comme une révolution culturelle. Au moins en Amérique du Nord, dans les décennies qui se sont écoulées depuis les années 1960, l'Église catholique a eu plus de difficulté à attirer les gens vers le culte, les ordres religieux et le sacerdoce. L'indifférence envers l'enseignement moral et doctrinal de l'Eglise parmi les catholiques ordinaires a régulièrement augmenté et est maintenant répandue.

 

Parmi les principaux groupes religieux en Amérique du Nord, cependant, les catholiques n'ont pas été les plus durement touchés par les changements des 'années soixante' et leurs suites. Ce prix coûteux appartient principalement aux protestants. [...] Si la situation numérique du catholicisme depuis les années 1960 pouvait être qualifiée de troublée, la situation des églises protestantes principales a été franchement catastrophique.

L'Église méthodiste unie, par exemple, la plus importante des églises protestantes des États-Unis, est tombée de près de 11 millions de membres en 1968 à bien moins de 8 millions en 2009, soit une perte de 29%. Pendant la même période, la population américaine a augmenté de 54%. Les choses ont été encore pires pour l'Église épiscopale, qui a perdu 41% de ses membres dans la même période. De même, l'Église presbytérienne (États-Unis) avait une adhésion de 34% inférieure en 2009 que ses dénominations fondatrices en 1968.

[...] L'Église unie du Canada, issue d'une fusion d'églises méthodistes, presbytériennes et congrégationalistes, a perdu plus de la moitié de ses membres (52%) entre 1968 et 2009. Des tendances semblables peuvent être observées pour les autres églises protestantes du Canada, comme l'Église anglicane du Canada, l'Église presbytérienne au Canada et l'Église évangélique luthérienne au Canada.

De part et d'autre de la frontière, les effectifs tendent à sous-estimer le problème, puisque la fréquentation et l'engagement ont également diminué rapidement et que les autres membres vieillissent de plus en plus en moyenne. La situation est sinistre.

Au milieu de ce désert de déclin, on peut néanmoins trouver quelques oasis de croissance. Ils sont rares, mais au niveau local, il existe des églises protestantes de plus en plus importantes. Qu'est-ce qui les distingue?

 

Une étude canadienne examine la question

 

[...] Après des mois de recherches dans la région la plus densément peuplée du Canada, dans le sud de l'Ontario, nous avons finalement pu trouver neuf églises en croissance provenant des quatre principales dénominations mentionnées ci-dessus (United, Anglican, Presbyterian et Lutheran). Nous avons également trouvé 13 églises rétrécissantes - beaucoup plus faciles à faire - de la même région et des mêmes dénominations que le groupe témoin. Après avoir interrogé plus de 2 200 participants, interviewant 29 membres du clergé et 128 laïcs, et observant les services du dimanche, nous avons pu établir une image claire de ce qui se passait dans les églises en croissance et en déclin.

 

[...] [L]es dénominations protestantes théologiquement conservatrices ou orthodoxes se sont mieux tirées au cours des dernières décennies - dans bien des cas, en croissance - que les dénominations protestantes les plus libérales décrites ci-dessus.

 

(Dans ce contexte, écrit Kevin Fqlatt, "conservateur" ou "orthodoxe" signifie une vue plus élevée de fiabilité de la Bible, une conviction plus forte de la valeur unique du christianisme par rapport à d'autres religions et philosophies, et un respect plus proche des croyances chrétiennes traditionnelles comme la résurrection de Jésus, contrairement aux théologies "libérales" qui ont tendance à considérer la Bible comme un document humain faillible, à faire du christianisme un chemin valable parmi beaucoup d'autres et à prendre une vue sceptique ou métaphorique des déclarations de la foi.)

 

[...] Le conservatisme est un facteur prédictif de la croissance

 

Ce que nous avons constaté, c'est que les églises étaient plus susceptibles de grandir lorsque leur clergé ou laïcs avaient des croyances théologiques plus conservatrices comme défini ci-dessus. Cette relation positive entre le conservatisme et la croissance s'est maintenue même si nous avons corrigé d'autres facteurs pertinents, comme l'âge de l'église, les types de programmes offerts, etc. Nous avons pu confirmer que la théologie importe pour la croissance au niveau local - même au sein du même groupe confessionnel et de la même région.

 

Par exemple, alors que seulement 37% des laïcs de l'église en déclin ont fortement convenu que Jésus était physiquement ressuscité, 66% des laïcs croissants l'ont fait. Lorsqu'on lui a présenté la déclaration "La Bible est le produit de la pensée humaine à propos de Dieu, certains de ses enseignements sont faux ou mal orientés", 66% des laïcs croissants de l'église étaient fortement ou modérément en désaccord, alors que seulement 35% des déchus laïcs l'ont fait.

 

 

[...] En fait, nous avons trouvé un modèle fascinant à travers le clergé et le laïcat des églises: le clergé d'église croissant était le groupe le plus théologiquement conservateur, suivi par les laïcs croissants de l'église. Venaient ensuite les laïcs en déclin, suivis par le clergé d'église en déclin - le groupe le moins théologiquement conservateur. [...]  À notre connaissance, c'est la première fois qu'une étude a révélé ce modèle.

En bref, quand il s'agit de la croissance, la théologie importe, comme nous l'avons mis dans le titre de notre article révisé par les collègues avec ce titre dans l' examen de la recherche religieuse .

Mais pourquoi importe-t-elle? C'est une question plus difficile à répondre, et les experts ont offert de nombreuses théories différentes depuis que le succès relatif des églises plus conservatrices a été mis en évidence par Dean M. Kelley dans son livre de 1972 Pourquoi Églises conservatrices sont en croissance .

Les meilleures explications reconnaissent que les groupes religieux, s'ils veulent rester forts dans une culture laïque avec de nombreuses options religieuses et non religieuses, ont besoin d'une raison d'être et d'une identité claire qui les distingue des autres groupes et systèmes de croyance. Les groupes chrétiens qui croient en la réalité du Credo des Apôtres, la fidélité de l'Ecriture et la nécessité de l'évangélisation ont ces matières premières. Les groupes ou les églises qui ne croient pas à ces choses, mais qui voient toutes les voies spirituelles comme égales et considèrent le dogme comme un gros mot ont du mal à répondre à la question: "Pourquoi me lever un dimanche matin pour aller à votre église ?"

En d'autres termes, les groupes orthodoxes possèdent plus de résistance à la sécularisation que les libéraux.

 

Et le catholicisme?

 

Ce principe s'applique-t-il dans un contexte catholique? Ou est-ce un phénomène uniquement protestant?

Certes, il est facile de trouver des preuves anecdotiques que les jeunes catholiques les plus engagés sont attirés par les formes plus traditionnelles de la foi. Une autre étude que nous avons menée, publiée dans la revue Religious Education , a révélé que c'était le cas lors d'un grand événement de la jeunesse catholique à Toronto.

Mais il existe d'importantes différences culturelles, organisationnelles et théologiques entre le protestantisme et le catholicisme qui rendent difficile l'application directe des résultats de la croissance de l'église aux paroisses catholiques. Par exemple, le modèle paroissial du catholicisme - où les fidèles se rassemblent pour le culte sur la base d'un quartier partagé plutôt que d'une préférence musicale ou d'un prédicateur favori - amortit l'effet de "shopping d'église" pour beaucoup de catholiques, ce qui rend plus difficile pour eux de trier par l'orientation théologique au niveau local.

 

Au lieu de cela, dans le catholicisme, l'impact de l'orientation théologique est susceptible de s'exprimer par d'autres moyens. Un bon test pour l'hypothèse de la croissance orthodoxe dans un contexte catholique est le succès relatif des différents ordres religieux. Comme l'affirment les sociologues Roger Finke et Patricia Wittberg, les ordres religieux (qui englobent généralement divers instituts qui ne sont pas nécessairement des "ordres") ont historiquement joué un rôle dans le catholicisme comme le développement de nouvelles sectes dans le protestantisme. La spiritualité, y compris les mouvements de renouveau et de réforme, mais dans les limites de l'institution de l'Église. Ces ordres peuvent concourir directement aux vocations.

Depuis Vatican II, deux tendances théologiques distinctes sont évidentes parmi les ordres religieux catholiques en Amérique du Nord. Le plus grand groupe, y compris beaucoup des instituts plus établis, a évolué dans une direction plus libérale (théologiquement, socialement et politiquement) en accord avec ce qu'ils considèrent comme "l'esprit" du concile. Ces groupes ont été plus disposés à s'opposer à l'enseignement officiel de l'Église, à laisser derrière eux les habitudes traditionnelles de la tenue vestimentaire distincte et de la vie communautaire, et à donner plus libre cours aux tendances individualistes de la culture nord-américaine.

Un groupe plus restreint d'ordres religieux, de congrégations et de sociétés pieuses, dont beaucoup sont des fondations plus récentes, défendent une forme de catholicisme plus traditionnelle et conservatrice et la vie religieuse. Ils tendent à insister sur la fidélité au Magistère et à suivre des modes de vie et des règles de vie plus traditionnels.

 

Quel groupe fait mieux? Une étude de 2009 sur les vocations à la vie religieuse menée par le Centre de recherche appliquée en apostolat (CARA) à l'Université de Georgetown a conclu que "Les instituts les plus réussis en termes d'attirance et de retenue de nouveaux membres à cette époque sont ceux qui suivent un style plus traditionnel de la vie religieuse ... Ils portent aussi une habitude religieuse, travaillent ensemble dans des apostolats communs et sont explicites sur leur fidélité à l'Église et aux enseignements du Magistère. Toutes ces caractéristiques sont particulièrement attrayantes pour les jeunes qui entrent dans la vie religieuse d'aujourd'hui". Selon une analyse approfondie par le sociologue Finke, la même tendance était également évidente dans les années 1980 et 1990.

 

[...] Orthodoxie et résilience

 

Après que nos recherches sur les églises protestantes aient attiré l'attention des principaux points de presse au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni, certaines personnes ont suggéré que nous utilisions nos données pour justifier l'orthodoxie. Mais le succès est un mauvais jugement de la vérité. La croissance ne prouve pas l'exactitude, ni l'erreur de déclin. De toute façon, il est peu probable que les libéraux changent de position si leurs opinions sont impopulaires, et les conservateurs n'ont pas besoin d'une acclamation populaire pour les confirmer dans leurs convictions.

Ces découvertes ne devraient pas non plus encourager une attitude triomphaliste chez les chrétiens de tendances plus conservatrices ou orthodoxes. Comme le disait avec éloquence Ross Douthat, il n'y a pas si longtemps dans First Things, ce triomphalisme serait à la fois prématuré et maladroit. Ce que ce genre de recherche fait vraiment cependant, est d'éliminer l'argument selon lequel les groupes religieux auraient besoin de diluer leurs croyances ou de les accommoder à la culture laïque dominante pour rester pertinents dans la société d'aujourd'hui. L'argument selon lequel l'Église doit changer ou mourir - où le "changement" signifie abandonner les croyances fondamentales et imiter le monde séculier - a été populaire dans les années 1960 chez les protestants et les catholiques. Nous avons maintenant un demi-siècle de preuves montrant à quel point cette idée était erronée.

 

Au contraire, dans l'environnement social actuel, l'orthodoxie et la résilience tendent à aller de pair. Et pour ceux qui apprécient la fidélité à la "foi une fois donnée aux saints", c'est une pensée encourageante.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion Vatican II
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 14:47

Dans son journal du jeudi 16 mars 2017, Tv-Libertés a dressé un bilan économique des cinq années de socialisme :

Le désastreux bilan de François Hollande, le président des records

Chômage, déficit, balance commerciale.. les Français se souviendront longtemps, et ils payeront longtemps les conséquences de ces cinq années de socialisme…

 

Le chômage d’abord : François Hollande, qui est arrivé aux affaires quatre ans après le début de la crise économique mondiale, la pire depuis 1929… a pourtant réussi à faire pire encore que son prédécesseur. Sous le mandat de Nicolas Sarkozy, plus de 1,1 million de Français se sont retrouvés au chômage…. Sous le mandat de François Hollande, qui n’est pourtant pas encore achevé, plus de 1,2 million de Français ont rejoint les rangs de Pôle Emploi, sans parler des centaines de milliers de chômeurs dissimulés, en contrats aidés, en plans de formation ou encore, définitivement découragés de chercher un emploi et donc radiés des listes… ils vivent, soit, dans la clandestinité, gonflant les rangs des travailleurs au noir, soit… des minima sociaux, les deux n’étant d’ailleurs pas incompatibles, loin s’en faut.

 

Du côté du déficit, François Hollande pourrait se targuer d’avoir fait mieux que Nicolas Sarkozy, et en valeur absolue, c’est exact. La dette française a augmenté de 600 milliards de 2007 à 2012, et de seulement 300 milliards de 2012 à aujourd’hui.. Seulement, sous Nicolas Sarkozy, la dette de la France a augmenté de 23 points… quand elle augmentait dans le même temps de 22,75 points dans la zone Euro. La France n’a donc ni mieux, ni moins bien fait que ses voisins partageant la même monnaie pendant cette période.. Et que s’est il passé pendant le mandat de François Hollande ? Si la dette française n’a effectivement augmenté que de “seulement” 9 points… elle n’a progressé dans le même temps que de 1,4 point dans l’ensemble de la zone euro ! ! ! certains pays, et pas seulement l’Allemagne, parvenant même à inverser la spirale infernale de la dette publique, commençant enfin à rembourser leurs créanciers… Résultat, l’an dernier, la France a occupé la glorieuse première place du pays empruntant le plus sur les marchés financiers, avec plus de 270 milliards d’euros de dettes anciennes ou nouvelles à placer… Résultat : la dette française a augmenté 6 fois plus vite que la dette de l’ensemble des pays membres de la zone euro pendant ces cinq années de socialisme..

 

Quant à la balance commerciale : elle, ne ment pas… en janvier dernier, la France a même battu un triste record, avec un déficit entre les importations et les exportations de près de 8 milliards d’euros. ce n’était jamais arrivé dans l’histoire de notre pays

 

C’est également pendant le mandat de François Hollande que la France a perdu sa place de deuxième économie européenne, c’est pendant le mandat de François Hollande que la France a perdu sa place de cinquième économie mondiale..

 

Des dizaines d’autres indicateurs permettraient de mesurer l’ampleur du désastre du quinquennat hollandais : l’indice de confiance des acteurs économiques, qui ne faisait que progresser pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy, n’a par exemple fait que s’enfoncer de plus en plus profondément pendant ces cinq années de socialisme..

 

Voilà donc le bilan de François Hollande, qui est aussi celui d’Emmanuel Macron, son ministre de l’Economie pendant deux ans, et auparavant, son conseiller économique à l’Elysée. Quand on regarde de près le pseudo programme d’Emmanuel Macron, on constate qu’il ne renie rien, procédant plus à des retouches cosmétiques qu’à de véritables réformes ou changement, sauf peut être, sur le sujet du droit du travail… C’est de cela dont les électeurs devront avoir conscience au moment de décider de voter pour Emmanuel Macron, le seul véritable héritier de François Hollande.

 

Source: Tv-Libertés

Mais François Hollande, c'est aussi le président de tous les records battus :

 

- Record d'insécurité : une délinquance et une insécurité qui gagnent et "frappent au coeur de nos territoires, dans la ruralité profonde" (Général Soubelet) 

- Record d'impôts nouveaux : 90 milliards de hausse d'impôts

- Record de chômage,

- Record de dette à 2037,8 milliards d'euros, chaque français a une dette de 30.727 euros (la dette atteint 95% du PIB contre 92,3. fin 2013)

- Record des reculs et des échecs à l'"école" : recul dans le palmarès mondial scolaire, progression de l'illetrisme..., progression des inégalités (Enquête Pisa), disparition du vocabulaire à l'école, etc..., le tout au moment où le gouvernement socialiste s'engageait à "s'appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités" (Vincent Peillon)...

Record de guerres !... Le socialisme, c'est la guerre... et le terrorisme ! François Hollande le président de guerre au Mali, en Centrafrique, en Syrie (tentative échouée), Daech (Irak), le terrorisme qui frappe au coeur de l'Hexagone... Quelle réussite... !

Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 00:00
Saint Patrice (Patrick), Apôtre de l'Irlande († 461)

Patrice ou Patrick, apôtre de l'Irlande en 432, naquit en France en 385 sur le territoire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) selon l'opinion la plus probable, dans une villa que possédait son père.

À seize ans, en ce même endroit, il fut enlevé, avec des milliers d'autres captifs, par des pirates celtes, et transporté en Hibernie, Irlande (405). Ce pays était à cette époque peuplé de druides et de païens. La Providence le mit ainsi à même de connaître le pays qu'il devait évangéliser plus tard. De cet évènement, le saint Patron de l'Irlande en tire une interprétation pénitentielle: les malheurs sont les châtiments de nos péchés. "Nous étions punis comme nous le méritions car nous nous étions éloignés de Dieu et nous n'obéissions plus à nos prêtres lorsqu'ils nous instruisaient pour notre salut..." (Confession de saint Patrick, cité in Jacques LOEW et Michel MESLIN, Histoire de l'Eglise par elle-même, Fayard, Paris 1978, p. 117, note 52.)

Au cours de ses premières années sur l'île, Patrick apprit la langue et les pratiques culturelles de ses maîtres. Durant ses six années de captivité (dans une cage), près du bois de Fochoill, en Mayo, il est berger pour le compte d'un chef de clan irlandais. Peu religieux avant sa capture, il rencontre Dieu et devient un chrétien dévot. Employé à garder les troupeaux, il consolait sa captivité par la prière; il passait les journées et une partie des nuits dans ce saint exercice, agenouillé sur la neige, sur la terre gelée ou détrempée par les pluies d'hiver.

 

Le mont Croagh Patrick 

Au bout de six ans, il parvint en 411 à s'évader après que Dieu lui a dit, dans un de ses rêves, de rejoindre le rivage et de s'embarquer sur un bateau, supposé à 200 km de Waterford ou Wexford, et à rentrer dans sa patrie.

 

Saint Patrick, Apôtre de l'Irlande (+ 461)Il fut encore deux fois pris et racheté de l'esclavage. Après avoir passé quatre ans au monastère de Saint-Martin de Tours, trois ans sous la direction de saint Germain, évêque d'Auxerre, neuf ans avec les religieux de Lérins, près de Cannes en France, il accompagna dans la Grande-Bretagne saint Germain, qui allait combattre le pélagianisme (hérésie niant le péché originel et la grâce sanctifiante en prétendant que l'on peut se sauver par ses propres forces, par son seul libre arbitre) et lui parla de l'évangélisation de l'île d'Irlande. Germain l'encouragea dans ce dessein et l'envoya à Rome avec une lettre de recommandation. Ayant reçu du Saint-Siège, avec le titre d'évêque, la mission à laquelle Dieu l'appelait, Patrick aborda, avec plusieurs ecclésiastiques, ses coopérateurs, en Irlande dans le courant de l'été 432. Il se rendit aussitôt à l'assemblée générale des chefs et des guerriers de la nation, et prêcha intrépidement la foi de Jésus-Christ. Un grand nombre embrassèrent le christianisme. En quelques années, des églises, des monastères s'élevèrent comme par enchantement.

 

Patrick convertit aussi les bardes irlandais qui formaient une caste héréditaire et sacerdotale; c'est parmi eux qu'il recruta ses plus fidèles disciples. Les monastères qu'il fonda devinrent l'asile et le foyer de la poésie celtique; une fois bénis et transformés, dit un vieil auteur, les chants des bardes devinrent si beaux, que les anges de Dieu se penchaient au bord du ciel pour les écouter.

 

Vue générale du Rock of CashelAu Rock de Cashel, lors d'un sermon demeuré célèbre, il montra une feuille de trèfle : voilà la figure de la Sainte Trinité.

Les figures de triades étaient familières à la religion celtique : le trèfle deviendra ainsi le symbole de l'Irlande. La légende raconte que c'est à ce moment-là que furent chassés tous les serpents du pays, action qui symbolise la conversion du peuple irlandais. Et depuis, en souvenir de saint Patrick, chaque année, les hommes d'Irlande mettent une feuille de trèfle à la boutonnière.

 

On pense que la plupart des druides devinrent moines, adoptant la religion chrétienne présentée avec tant de finesse et de conviction.  

A ce sujet, lire à propos de la conversion de nos ancêtres les Gaulois : Toutatis, Hésus et Taranis, la triade celtique, une ébauche de conception trinitaire (Anne Bernet).

La religion celtique en Gaule contenait des éléments préparant à la réception naturelle du christianisme. La Mère de la très Sainte Vierge, était vénérée chez nous avant même l'apparition du christianisme. Elle est ainsi évoquée, selon les lieux et les circonstances, sous le nom d'Epona ou de Rigantona...; sous le nom d'Anna ou de Dana, aïeule des dieux et des hommes... ; et parfois sous ceux de Belisima (la 'Très Brillante') ou de Rosmerta. C'est encore sous une autre appellation, la "Vierge qui enfantera", que la connaissent les druides du collège national de la forêt des Carnutes. Encore très populaire aux premiers temps du christianisme, la déesse a été convertie. Le sanctuaire de la Virgo paritura correspond à la cathédrale de Notre-Dame de Chartres; tant la croyance des Carnutes en la Vierge-Mère était propre à annoncer le mystère de l'Incarnation. Les sanctuaires d'Anna sont devenus ceux de sainte Anne, aïeule elle aussi, mais du vrai Dieu, et que les Bretons nomment toujours Mamm Goz, grand-mère.

 

Selon certaine sources (les moines de Lérins en particulier), Patrick aurait représenté la chapelle de la Sainte Trinité de l'Île Saint-Honorat, qui présentait une forme architecturale proche du trèfle (une nef et trois chapelles circulaires), afin de représenter la Trinité.

 

 "Par la prédication de Patrice, dit le Bréviaire romain, l'Irlande, pays d'idolâtrie, devint l'Île des Saints."

 

Patrick mourut en 461 après trente années d'épiscopat, à l'âge de quatre-vingt-onze ans.

A sa mort, l'Irlande est chrétienne sans avoir compté un seul martyr, et les monastères y sont très nombreux.

 

On l'invoque pour la délivrance de l'enfer, pour les âmes du purgatoire et contre la rage. Protecteur des mineurs. Patron de l'Irlande.

 

Haute croix du Rock of Cashel  

Haute croix du Rock of Cashel

 

 

À propos des croix dites "celtiques"

 

Sur le site Arbre-celtique, nous trouvons ces photos de croix catholiques dites "celtiques", en Irlande :

 

 Clonmacnoise, le plus ancien et le plus célèbre des monastères irlandais

"Clonmacnoise, le plus ancien et le plus célèbre des monastères irlandais".

 

 Clonmacnoise

 

 

Croix sculptée Ahenny, comté de Tipperary, Irlande, fin du VIIIe siècle, hauteur 3,7 m 

"Croix sculptée Ahenny, comté de Tipperary, Irlande, fin du VIIIe siècle, hauteur 3,7 m."

 

On notera également une parenté culturelle (et cultuelle) évidente des Celtes et des Germains. La croix entourée du cercle ou "disque solaire" comme chez les Celtes, était un symbole répandu aussi bien chez les Celtes que parmi les vieilles tribus germaniques.

 

Lire à ce sujet "Clovis , La France et la chrétienté". Extrait d'un documentaire diffusé sur Arte

 

"Les Germains ajoutent au symbole chrétien un emblème païen, la roue solaire ou roue de la fortune, cette combinaison explique bien le rapprochement des deux cultures. Les archéologues retrouvent ces croix en feuilles dans de nombreuses sépultures alamanes du Ve siècle..."  

 

La Saint Patrick est célébrée dans le monde entier

 

C'est la fête nationale en Irlande. Elle est célébrée le 17 mars à Dublin et s'étend sur 5 jours de festivités.

A cette période, tous les commerces sont fermés en Irlande et à Dublin, à l'exception des pubs, des restaurants et des églises car il s'agit, à l'origine, d'une célébration religieuse, ne l'oublions pas !

 

Depuis 1995, se tient le festival officiel de la Saint Patrick à Dublin (site officiel en anglais). Il donne lieu à un programme chargé, avec des parades, feux d'artifices, chasses au trésor dans la ville, musique et danses irlandaises, spectacles de rue, cirques en plein air...

  

Les Irlandais ainsi que les nombreux visiteurs s'habillent de vert pour l'occasion ou arborent un trèfle sur leurs vêtements. La fête a toujours lieu pendant le Carême. Dans les calendriers chrétiens, la Saint-Patrick est déplacée au lundi quand elle tombe un dimanche. Il est de tradition pour certains chrétiens observant un jeûne pour le Carême, de le rompre pendant la journée de Saint-Patrick.

 

Ce festival de S. Patrick de Dublin est devenu le plus grand évènement annuel du pays. Plus de 1.5 millions de personnes font la fête dans la capitale irlandaise, dont 120.000 visiteurs étrangers. La pièce maîtresse du festival est la St Patrick's Day Parade, Parade de la Saint Patrick, un événement qui a été copié dans le monde entier. 

 

 Trafalgar square lors de la fête de la Saint-Patrick en 2006

Trafalgar square lors de la fête de la Saint-Patrick en 2006

 

Mais ce serait encore la ville de New York qui abriterait la plus grande parade pour la Saint-Patrick, avec plus de deux millions de spectateurs sur la Cinquième Avenue, devant les tours du sanctuaire dédié à Saint-Patrick, construit au XIXe siècle dans le style flamboyant. Les premières manifestations de la Saint-Patrick à New York remontent à 1762, quand les soldats irlandais défilèrent dans la ville le 17mars.

 

Au Québec, en 2009, un comité fut créé pour ramener la tradition du "défilé de la Saint Patrick de Québec", dans la ville. Avec l’appui de la population, de plusieurs organisations et de l'administration de la ville de Québec, le défilé fut ramené dans les rues de Québec en mars 2010. Pour l’occasion, une partie du corps du NYPD Pipes and Drums (la fanfare du New York City Police Department) furent présents en tant qu’invités spéciaux. L’événement fut un succès sur toute la ligne, et attira plus de 40 000 personnes dans les rues du Vieux-Québec. L’événement est renouvelé chaque année.

 

Sources :
 
(1); (2) Mgr Paul Guérin, Vie des saints pour tous les jours de l'année, Editions D.F.T., Argentré-du-Plessis 2003, p.165-166 ; (3) ; (4); Jacques LOEW et Michel MESLIN, Histoire de l'Eglise par elle-même, Fayard, Paris 1978 ; (5)(6) Saints (auteur Priya Hemenway), traduit par Thomas André, éd. Evergreen, Köln 2007, p. 128.
 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 00:00

http://nominis.cef.fr/images/gallerie/benedictedassise.jpg

Illustration extraite du pied de la croix qui est au-dessus de l'autel de la Basilique Sainte-Claire d'Assise.

 

Bienheureuse Bénédicte, clarisse (+1260)

 

Appelée aussi Benoîte, elle était clarisse au couvent de Saint-Damien dont l'abbesse n'était autre que Sainte Claire. Elle succéda à cette dernière à sa mort en 1253, en donnant l'exemple d'une constante régularité et d'une stricte pauvreté.

Bénédicte fut tenue en grande vénération. Elle remit son âme à Dieu en 1260.

 

Sources: 1, 2

Repost 1
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 22:19

"La défiance envers les médias, pourquoi un tel discrédit ?, un reportage Reinformation.Tv :

 

 

Défiance envers les médias : pourquoi un tel discrédit ?

Dans les campagnes d'information à sens unique, il y a eu le traitement dans la presse sur presque la totalité du dossier syrien, on s'apercevra ensuite que la plupart de ces informations étaient fausses.

Il y a eu les campagnes anti-Poutine et l'ostracisme jeté quasiment systématiquement par toute la presse sur le chef d'Etat russe.

Le discrédit sur les médias s'est opéré à partir de deux évènements majeurs : la Guerre du Golfe en 1991 et l'invasion de l'Irak en 2003 (mensonge des "armes de destruction massive". Ndlr.) , les bobards d'or colportés par la presse américaine repris par la presse européenne ont montré à l'opinion publique qu'on lui racontait à peu près n'importe quoi. C'est progressivement quand les grands médias américains présentés comme des modèles dans la presse européenne et la presse française, ont reconnu qu'ils s'étaient trompés ou qu'ils avaient trompé sciemment leur lectorat pour pouvoir faire la guerre à Saddam Hussein, quand tout cela s'est su, beaucoup sont tombés de très haut. C'est un cas très concret de manipulation de l'opinion à travers les médias.

... Résultat: les Français font de moins en moins confiance aux médias traditionnels.

Un documentaire Réinformation.TV

 

Un récent sondage Sofres/Kantar média publié par la Croix révèle que « la confiance dans l’information relayée par les différents médias est historiquement basse ». Avec 41 %, la télévision perd 9 points de confiance, la radio perd 3 points à 52 %. Ce sondage n’est que la confirmation d’une défiance de plus en plus grande des Français à l’égard de ceux que l’on appelle « les grands médias ».

 

Jean Claude Bourret, ancien présentateur des journaux de TF1 et de la Cinq

 
Pour répondre aux questions posées par Armel Joubert des Ouches dans ce documentaire, nous avons interrogé Jean-Claude Bourret, ancien présentateur des journaux de TF1 et de la Cinq. Le journaliste, qui fut également rédacteur en chef à France Inter et à RMC, évoque la mainmise des milliardaires sur les médias depuis ces 20 dernières années en particulier. « J’ai toujours dénoncé l’interpénétration qui existait entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique, explique-t-il, mais de façon mesurée car vous ne pouvez pas attaquer de front ceux qui sont beaucoup plus puissants que vous sinon ils vous écrasent ! Je l’ai dénoncé dans des journaux comme Télé Star, Télé 7 jours. Cela m’a valu de perdre le journal de 20 heures sur TF1 au moment où il y a eu la grande manifestation (1984) en faveur de l’école libre parce que j’avais fait mon métier de journaliste ! »
Ce jour-là en effet, parce qu’il est le seul à annoncer un chiffre officiel « censuré par l’Agence France presse » – 800.000 personnes présentes à la manifestation – Jean Claude Bourret s’attire les foudres du pouvoir socialiste de l’époque. C’est alors François Mitterrand qui dirige le pays.

 

Une défiance envers les médias, conséquence de la mainmise des milliardaires

 
Il est un fait que si Radio France (France Inter, France Info) et France Télévision appartiennent à l’Etat, les « grands patrons » sont propriétaires de la plupart des gros médias dans le pays. Bouygues détient TF1, LCI et TMC ; Dassault possède le groupe le Figaro ; Patrick Drahi est propriétaire du journal Libération et de l’Express ; quant à BFMTV et RMC, ces deux médias sont entre les mains d’Alain Weill, actionnaire majoritaire du groupe NextradioTV. Il faut également compter sur Vincent Bolloré, Bernard Arnault ou Arnaud Lagardère. Des banques telles que le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel détiennent également des parts importantes dans la presse régionale notamment.

 

Effondrement de la culture générale et « gauchisation de la pensée »

 
Pour Ivan Rioufol, essayiste et journaliste au Figaro, il faut admettre que « les journalistes sont tous formatés. Je suis surpris de constater que les journalistes qui sortent des écoles n’ont pas d’esprit critique ». Robert Werner, ancien rédacteur en chef à TF1 – pourfendeur de l’énergie éolienne, voir notre reportage « Energie éolienne, la grande escroquerie  » – estime lui que « la culture générale de la part de la grande majorité de journalistes laisse pleinement à désirer. Parlez-leur de la Saint Barthélémy, parlez-leur des guerres de Vendée, c’est le vide » !

 

Le discrédit des médias commenté par des journalistes professionnels

 
Dans ce documentaire de 26 minutes, Armel Joubert des Ouches a également interviewé Martial Bild, Directeur de la rédaction de TV libertés, Jeanne Smits journaliste depuis une trentaine d’année, mais aussi Frédéric Pons, journaliste – écrivain et professeur aux écoles de Saint Cyr. Frédéric Pons qui est l’auteur de nombreux ouvrages vient d’achever Le martyre des chrétiens d’Orient, livre publié chez Calmann-Lévy.

 

Un documentaire réalisé par Armel Joubert des Ouches

 

SourceDéfiance envers les médias : pourquoi un tel discrédit ?, Reinformation.tv

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Presse - Medias
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 00:00

Sainte-Louise-de-Marillac.jpg

 

Louise de Marillac, naquit le 12 août 1591, à Ferrières-en-Brie où elle fut baptisée avant que son père, dont elle était la fille naturelle ne s'installât à Paris. Après que son père se fut remarié, avec Antoinette La Camus (12 janvier 1595), elle fut mise, en 1602, en pension chez les Dominicaines du monastère royal Saint-Louis de Poissy où Louis de Marillac avait une tante religieuse ; elle fut ensuite confiée à un petit pensionnat, chez une bonne fille dévote, avec d’autres demoiselles, où elle fut initiée aux travaux ménagers et à la peinture.

 

Après la mort de son père (25 juillet 1604), Louise songea à devenir capucine, mais elle fut refusée par le provincial des Capucins, Honoré de Champigny.

 

Le 6 février 1613, on lui fit épouser, à la paroisse Saint-Gervais de Paris, un secrétaire des commandements de Marie de Médicis, Antoine Le Gras, écuyer, homme de bonne vie, fort craignant Dieu et exact à se rendre irréprochable, dont, le 18 octobre 1613, lui naîtra un fils, Pierre-Antoine, qu'elle élèvera à partir de 1619 avec les sept enfants d'une de ses cousines défunte.

 

Mélancolique, inquiète et scrupuleuse, Louise de Marillac était sans cesse agitée par le doute sur elle-même que Jean-Pierre Camus, son directeur spirituel, avait beaucoup de mal à apaiser. Son angoisse grandit encore lorsque son mari tomba malade d’un mal que l’on jugeait incurable et dont elle se croyait la cause pour n’être pas entrée en religion.

 

Le 4 juin 1623, jour de la Pentecôte, elle était à la messe, à Saint-Nicolas-des-Champs, lorsque, en un instant, elle fut libérée de ses doutes : "Je fus avertie que je devais demeurer avec mon mari et qu’un temps viendrait où je serai en état de faire vœu de pauvreté, chasteté et obéissance, et que ce serait avec des personnes dont quelques-unes feraient le semblable."

 

Vers la fin de 1624, elle se mit sous la direction de S.  Vincent de Paul qui s’était fait longtemps prier pour accepter.

Après la mort de son mari, le 21 décembre 1625, elle fit vœu de viduité et mena dans le monde une vie toute religieuse où elle conjuguait, avec un règlement très strict, la prière et le secours des pauvres, sans cesser d'être attentive à l'éducation de son fils.

Elle s’installa rue Saint-Victor, tout près du collège des Bons-Enfants que Mme de Gondi venait de donner à Vincent de Paul qui l’employait dans les Charités, ces groupements de dames et de filles pour l’assistance des malades dans les paroisses et les visites à domicile.

Sainte Louise de Marillac, veuve et cofondatrice (1591-1660)

En 1628, lorsque son fils fut entré au séminaire Saint-Nicolas-du-Chardonnet, elle disposa davantage de temps pour se consacrer aux œuvres et Vincent de Paul la chargea de surveiller les Charités, de modifier leur règlement et de visiter celles des provinces. Elle n’eut aucun mal à persuader Vincent de Paul que les Dames associées ne pouvaient rendre aux malades les services pénibles qu’exigeait leur état, et qu’il fallait songer à réunir des personnes zélées pour se dévouer entièrement à l’œuvre sans autres devoirs et préoccupations au dehors. C’est ainsi que naquirent les Filles de la Charité (1633).

 

Jusqu'à sa mort (15 mars 1660), elle gouverna les Filles de la Charité pour qui elle rédigea trois règlements successifs.

Tableau, dans l'église de Miniac-Morvan (35), représentant les quatre sœurs d'Arras dans la charrette qui les conduit vers la guillotine (1794).

Tableau, dans l'église de Miniac-Morvan (35), représentant les quatre sœurs d'Arras dans la charrette qui les conduit vers la guillotine (1794).

Son corps repose à Paris, au 140 rue du Bac, dans la Chapelle Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, où il y a aussi le corps de Ste Catherine Labouré et le cœur de S. Vincent de Paul.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d9/Louisedemarillac.jpg/800px-Louisedemarillac.jpg

 

 

Louise de Marillac fut béatifiée le 9 mai 1920 par Benoît XV (Giacomo della Chiesa, 1914-1922) et canonisée le 11 mars 1934 par Pie XI (Ambrogio Damiano Ratti, 1922-1939).

 

Le Bx Jean XXIII (1958-1963) la proclama, en 1960, Patronne de tous ceux qui s'adonnent aux œuvres sociales chrétiennes.

Sainte Louise de Marillac, veuve et cofondatrice (1591-1660)

 

Sources: (1), (2)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 07:21

Jean-Pierre Pernaut : "On nous parle souvent dans les beaux discours de la défense de l'innovation, et bien un inventeur français, lui, va sans doute devoir partir s'exiler à l'étranger. C'est l'inventeur du "Fly Board", cet engin révolutionnaire volant. "Interdit de vol", lui ont dit les gendarmes. Il est menacé de prison. C'est un comble. Reportage."

L'inventeur français du "Fly Board" interdit de vol en France, contraint de quitter la France

L’inventeur du flyboard contraint de quitter la France

 

Franky Zapata est dans une situation plus que délicate. Inventeur du Flyboard, il lui a été signifié la semaine passée qu’il risquait la prison avec son engin révolutionnaire. En cause, l'engin est non homologué. Et c’est toute une PME qui est désormais en sursis.

13 mars 15:20Xavier Martinage

 

C’est le rêve de chacun depuis de nombreuses années : devenir l’homme volant, comme dans les films de science-fiction ou d'anticipation. Depuis peu, un homme et son équipe ont mis au point le "Flyboard Air", un engin volant propulsé par du kérosène qui permet à un homme de se tenir debout au-dessus du sol. Sous le capot : 1000 chevaux et une vitesse de pointe estimée à 150 km/h.

 

Amende et prison ?

 

Mais lors d’un essai la semaine dernière, Franky Zapata, son inventeur, a été sommé d’arrêter immédiatement son activité. Convoqué par la gendarmerie, il raconte : "Ils m’ont dit : "Vous avez conduit un aéronef non-homologué au-dessus d’une agglomération, et sans permis. Votre machine a quitté le sol de plus de huit centimètres. C’est direct la prison (si vous continuez)."

 

 

Et pour cause, l’engin n’a pas de licence, il est encore en phase de test et de développement. Des années de prison encourues donc, mais également des milliers d’euros d’amende. Une aberration pour le jeune créateur.

 

Délocalisation forcée

 

Outre la prison et l’amende potentielle, c’est surtout un frein au développement de ce prototype. Avec cette décision, la petite PME qui emploie 17 personnes dans les Bouches-du-Rhône, n’est plus en mesure d’améliorer son produit. Engagée dans une course à l’innovation, elle pourrait se laisser tenter par les appels du pied des investisseurs étrangers.

 

 

"J’ai déjà refusé des avances de l’armée américaine ; 180 pays me font un pont d’or pour aller chez eux… Si je devais partir, ce serait à contrecœur".

J’ai déjà refusé des avances de l’armée américaine ; 180 pays me font un pont d’or pour aller chez eux.Franky Zapata, inventeur du Flyboard.

 

Un départ ? Seule solution envisageable actuellement. Cependant, il faudrait des mois à la PME pour obtenir une autorisation et des laisser-passer pour quitter le territoire français.

 

 

Sur Facebook, l’appel de Franky Zapata n’est pas passé inaperçu. Il a déjà été commenté à 14.000 reprises et partagé près de 130.000 fois.

 

 

 

 

Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 00:00
Sainte Mathilde de Germanie, Reine

Sainte Mathilde de Germanie, Reine

Henri Ier et Mathilde de Germanie, par Konrad Astfalck, 1896

Henri Ier et Mathilde de Germanie, par Konrad Astfalck, 1896

Epouse d'Henri Ier, roi de Francie orientale (Germanie), Mathilde formait avec Henri un couple très uni, priant ensemble. Ils eurent cinq enfants.

Devenue veuve en 936, elle chercha à réconcilier les deux ainés de ses enfants qui se disputaient la couronne de leur père. Ne pouvant être écoutée, elle se retira dans un monastère de Westphalie, jusqu'à ce que ses fils, honteux de leurs actes, la rappellent.

L'aîné Othon alla se faire sacrer Empereur d'Allemagne à Rome, et Mathilde profita de sa régence pour fonder nombre d'églises, hôpitaux, et quatre monastères bénédictins, dont celui de Quedlinbourg où elle mourut et fut enterrée.

Mathilde est vénérée par l'Eglise catholique romaine, son culte étant surtout répandu en Saxe et Bavière. Elle est fêtée le 14 mars. Elle est la patronne des familles nombreuses et est invoquée pour venir en aide aux parents en conflit avec leurs enfants.

Les détails de sa vie proviennent majoritairement de Rerum Gestarum Saxonicarum (Histoire des Saxons) du moine chroniqueur Widukind de Corvey et de deux hagiographies (la vita antiquior and vita posterior) écrites respectivement en 974 and et 1003.
 

 

Sainte Matilde, Basilique Notre Dame de Genève, Suisse  Sainte Mathilde, Basilique Notre Dame de Genève, Suisse

Sources : 1, 2

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 17:11

Après les protestants mécontents des propos de François sur l'athéïsme qui nous conduirait au paradis, voici les Juifs qui, eux non plus, n'apprécient pas les exégèses de François :

Le Grand Rabbin de Rome et d’autres savants juifs n’apprécient pas les exégèses de François. Ils lui reprochent, entre autres choses, l’usage tendancieux du qualificatif de “pharisien” ou encore de la comparaison avec Moïse pour jeter le discrédit sur ses adversaires.

Il est notamment reproché au pape de favoriser :

- un “marcionisme” (1) plus ou moins latent qui se présente aujourd’hui sous une forme pseudo-scientifique avec une insistance sur l’éthique et la politique ;

- un rapprochement avec l’Islam qui se trouve renforcé par les critiques chrétiennes envers le judaïsme, y compris la Bible et la théologie biblique ;

- la reprise de la vieille polarisation entre morale, théologie, Bible hébraïque et pharisaïsme d’une part et Jésus de Nazareth et les Evangiles d’autre part.

- le fait que les documents officiels de l’Eglise catholique soient chaque jour contredits par les homélies d’un pape qui utilise sans cesse des anciennes conceptions et des expressions surannées, ruinant de la sorte le contenu des susdits documents.

 

(1) Le marcionisme est un courant de pensée théologique dans l’Eglise primitive. Il enseignait que l’Evangile du Christ est un message d’amour total s’opposant à la Loi de Moise. En conséquence l’Ancien Testament est rejeté au motif que le Dieu créateur de l’Ancien Testament n’a rien à voir avec le Dieu d’amour du Nouveau Testament. Cette croyance enseignée par Marcion de Sinope au IIe siècle a été déclarée hérétique par l’Eglise en 144.

 

D’après Sandro Magister via “Diakonos”.

 

Pro Liturgia, Actualité du lundi 13 mars 2017

Le Grand Rabbinat de Rome et des savants juifs n'apprécient pas les exégèses de François

Nous lisons :

 

"Le fait que les documents officiels de l’Eglise catholique soient chaque jour contredits par les homélies d’un pape qui utilise sans cesse des anciennes conceptions et des expressions surannées, ruinant de la sorte le contenu des susdits documents". (Extrait de la Lettre du rabbin Laras à l'Association Biblique Italienne, qui organise une conférence à Venise du 11 au 16 septembre 2017 sur le sujet "Israël, peuple d'un Dieu jaloux. Cohérences et ambiguïtés d'une religion élitiste")

 

Annexées à la Lettre du rabbin Laras à l'ABI, on trouve également plusieurs "remarques" très critiques concernant plusieurs passages du programme de la conférence, notamment :

 

"On ne parle plus depuis longtemps du "Jésus de la foi chrétienne" (c'est-à-dire la Trinité, la double nature, etc.) parce qu'il serait trop éloigné de la sensibilité actuelle; "

 

C'est quand même la honte, qu'une telle remise à sa place émane du Grand Rabbinat de Rome, qui semble mieux connaître et défendre la doctrine catholique que le pape lui-même.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 12:49

Du côté de certains pasteurs protestants, la "révolution" du pape François ne séduit guère.

Source: The Remnant

 

Dans cette video en anglais (activez les sous-titres) un ministre protestant réagit à la déclaration du pape François sur les athées qui iraient au paradis, EWTN, Phil Lawler (le "pontificat désastreux") et Deal Hudson (la nouvelle position du Vatican sur la procréation demandant aux familles nombreuses d'avoir moins d'enfant pour rendre le monde plus 'durable', ouverture au "développement durable" du contrôle de la population, recyclage des théories d'extrême-gauche d'Al Gore et de George Soros) et, finalement, Michael Matt, rédacteur à Remnant depuis 1990 (un media défendant la foi catholique traditionnelle), et coordinateur de Notre-Dame de Chrétienté à Paris (l'organisation responsable du pèlerinage de Pentecôte de Chartres) ont un message pour les sédévacantistes : c'est ridicule, on a juste l'impression que l''Antichrist', le 'faux prophète de la Révélation' devra un tout petit peu plus être séducteur et consensuel que le pape François.

Un pasteur (protestant) américain répond au pape François : "c'est un blasphème"

Scandalisé devant la nouvelle conception de la conscience autonome, le pasteur protestant américain s'offusque :

 

 

"Le pape François dit maintenant que vous n'avez pas besoin d'être un croyant, vous n'avez pas besoin de croire en Dieu pour aller au Ciel.

Et je lis maintenant cet article où le pape dit aux athées et agnostiques que Dieu les pardonnera aussi longtemps qu'ils vivent moralement et accordent leur vie à leur conscience. Quelle déclaration blasphématoire ! C'est un blasphème, pape François, c'est un blasphème, Monsieur.

... On ne peut pas vivre moralement et agir bien selon sa propre façon, pape François : c'est une injure contre la Parole de Dieu.

Vous devez vivre et vous accorder selon la Parole de Dieu, et la Parole de Dieu seulement, et pas simplement selon votre conscience individuelle ! Qu'est-ce qui ne vas pas avec vous pape François ? Pourquoi dites-vous cela quand la Parole de Dieu est absolument limpide et répétée à travers toute l'Ecriture : le message de Dieu, la Parole de Dieu est que vous devez aller à Jésus. La Bible le dit, que Jésus est le chemin, la vérité et la vie (Jn 14:6). Et nul homme ne va au Père en dehors de Jésus. (Ac 4:12) Vous ne pouvez pas exalter votre propre conscience comme un chemin vers Dieu, pape François ! Qu'est-ce qui ne va pas avec vous ? Pourquoi ceci devrait-il être autorisé ?"

Voici l'article de "The Independent", publié le mercredi 11 septembre 2013, où "le pape François assure les athées : Vous n'avez pas besoin de croire en Dieu pour aller au paradis" :

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/pope-francis-assures-atheists-you-don-t-have-to-believe-in-god-to-go-to-heaven-8810062.html

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/pope-francis-assures-atheists-you-don-t-have-to-believe-in-god-to-go-to-heaven-8810062.html

Deux semaines plus tard, le 1er octobre 2013, François complètera son propos dans la Repubblicca : "Tout le monde a sa propre idée du bien et du mal et doit choisir de suivre le bien et combattre le mal comme il les conçoit. Cela suffirait pour faire du monde un endroit meilleur."

Nous notons que le pasteur protestant tient le même discours que le pape S. Jean-Paul II, en 2005 :

Le mal, effet, dans son sens réaliste, ne peut exister qu'en relation au bien et, en particulier, en relation à Dieu, Bien suprême. Le livre de la Genèse parle précisément de ce mal. C'est dans cette perspective qu'on peut comprendre le péché originel, et aussi tout péché personnel de l'homme. Mais ce mal a été racheté par le Christ, par la croix. Ou, plus précisément, l'homme a été racheté, lui qui, par l'action du Christ, est devenu participant de la vie même de Dieu.

Dans la mentalité des Lumières, tout cela, le grand drame de l'histoire du Salut, avait disparu. L'homme était resté seul : seul comme créateur de sa propre histoire et de sa propre civilisation; seul comme celui qui décide de ce qui est bon et de ce qui est mauvais.

[...] Si l'homme peut décider par lui-même, sans Dieu, de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, il peut aussi disposer qu'un groupe d"hommes soit anéanti. Des décisions de ce genre furent prises par exemple sous le Troisième Reich, par des personnes qui, étant arrivées au pouvoir par des voies démocratiques, s'en servirent pour mettre en oeuvre les programmes pervers de l'idéologie national-socialiste. [...] Des décisions analogues furent prises par le parti communiste de l'Union soviétique et des pays soumis à l'idéologuie marxiste.

[...] Pourquoi tout cela arrive-t-il ? Quelle est la racine de ces idéologies de l'après-Lumières ? En définitive, la réponse est simple : cela arrive parce que Dieu en tant que Créateur a été rejeté, et du même coup la source de détermination de ce qui est bien et de ce qui est mal.

Jean-Paul II, Mémoire et Identité, Le testament politique et spirituel du pape, Flammarion, Mayenne 2005, p. 23-25

Et également Jean-Paul II dans l’Encyclique Veritatis Splendor (1993) :

 

32. Dans certains courants de la pensée moderne, on en est arrivé à exalter la liberté au point d'en faire un absolu, qui serait la source des valeurs. C'est dans cette direction que vont les doctrines qui perdent le sens de la transcendance ou celles qui sont explicitement athées. On a attribué à la conscience individuelle des prérogatives d'instance suprême du jugement moral, qui détermine d'une manière catégorique et infaillible le bien et le mal. A l'affirmation du devoir de suivre sa conscience, on a indûment ajouté que le jugement moral est vrai par le fait même qu'il vient de la conscience. Mais, de cette façon, la nécessaire exigence de la vérité a disparu au profit d'un critère de sincérité, d'authenticité, d'« accord avec soi-même », au point que l'on en est arrivé à une conception radicalement subjectiviste du jugement moral.

Comme on peut le saisir d'emblée, la crise au sujet de la vérité n'est pas étrangère à cette évolution. Une fois perdue l'idée d'une vérité universelle quant au Bien connaissable par la raison humaine, la conception de la conscience est, elle aussi, inévitablement modifiée : la conscience n'est plus considérée dans sa réalité originelle, c'est-à-dire comme un acte de l'intelligence de la personne, qui a pour rôle d'appliquer la connaissance universelle du bien dans une situation déterminée et d'exprimer ainsi un jugement sur la juste conduite à choisir ici et maintenant ; on a tendance à attribuer à la conscience individuelle le privilège de déterminer les critères du bien et du mal, de manière autonome, et d'agir en conséquence. Cette vision ne fait qu'un avec une éthique individualiste, pour laquelle chacun se trouve confronté à sa vérité, différente de la vérité des autres. Poussé dans ses conséquences extrêmes, l'individualisme débouche sur la négation de l'idée même de nature humaine.

[...]

34. « Maître, que dois-je faire de bon pour obtenir la vie éternelle ? » La question morale, à laquelle le Christ répond,ne peut faire abstraction de la question de la liberté, elle la place même en son centre, car il n'y a pas de morale sans liberté. « C'est toujours librement que l'homme se tourne vers le bien » 56. Mais quelle liberté ? Face à nos contemporains qui « estiment grandement » la liberté et qui la « poursuivent avec ardeur », mais qui, souvent, « la chérissent d'une manière qui n'est pas droite, comme la licence de faire n'importe quoi, pourvu que cela plaise, même le mal », le Concile présente la « vraie » liberté : « La vraie liberté est en l'homme un signe privilégié de l'image divine. Car Dieu a voulu le laisser à son propre conseil (cf. Si 15, 14) pour qu'il puisse de lui-même chercher son Créateur et, en adhérant librement à lui, s'achever ainsi dans une bienheureuse plénitude » 57. S'il existe un droit à être respecté dans son propre itinéraire de recherche de la vérité, il existe encore antérieurement l'obligation morale grave pour tous de chercher la vérité et, une fois qu'elle est connue, d'y adhérer 58. C'est en ce sens que le Cardinal J. H. Newman, éminent défenseur des droits de la conscience, affirmait avec force : « La conscience a des droits parce qu'elle a des devoirs » 59.

Sous l'influence des courants subjectivistes et individualistes évoqués ci-dessus, certaines tendances de la théologie morale actuelle interprètent d'une manière nouvelle les rapports de la liberté avec la loi morale, avec la nature humaine et avec la conscience ; elles proposent des critères inédits pour l'évaluation morale des actes. Malgré leur variété, ces tendances se rejoignent dans le fait d'affaiblir ou même de nier la dépendance de la liberté par rapport à la vérité. [...] la dépendance fondamentale de la liberté par rapport à la vérité, exprimée de la manière la plus claire et la plus autorisée par les paroles du Christ : « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera » (Jn 8, 32).

[...]

36. Mais, en oubliant la dépendance de la raison humaine par rapport à la Sagesse divine et, dans l'état actuel de la nature déchue, la nécessité et surtout la réalité effective de la Révélation divine pour pouvoir connaître les vérités morales même d'ordre naturel 62, certains en sont arrivés à faire la théorie de la souveraineté totale de la raison dans le domaine des normes morales portant sur la conduite droite de la vie dans ce monde : ces normes constitueraient le domaine d'une morale purement « humaine », c'est-à- dire qu'elles seraient l'expression d'une loi que l'homme se donne à lui-même de manière autonome et qui a sa source exclusivement dans la raison humaine. Dieu ne pourrait aucunement être considéré comme l'auteur de cette loi, si ce n'est dans la mesure où la raison humaine exerce sa fonction de régulation autonome en vertu de la délégation originelle et complète que Dieu a donnée à l'homme. Or ces façons de penser ont amené, à l'encontre de la Sainte Ecriture et de la doctrine constante de l'Eglise, à nier que la loi morale naturelle ait Dieu pour auteur et que l'homme, par sa raison, participe de la Loi éternelle qu'il ne lui appartient pas d'établir.

[...] 37.  [...] On ne peut pas ne pas voir qu'une telle interprétation de l'autonomie de la raison humaine comporte des thèses incompatibles avec la doctrine catholique.

[...]

44. L'Eglise s'est souvent référée à la doctrine thomiste de la loi naturelle, l'intégrant dans son enseignement moral. Mon vénéré prédécesseur Léon XIII a ainsi souligné la soumission essentielle de la raison et de la loi humaine à la Sagesse de Dieu et à sa Loi. Après avoir dit que « la loi naturelle est écrite et gravée dans le cœur de chaque homme, car elle est la raison même de l'homme lui ordonnant de bien faire et lui interdisant de pécher », Léon XIII renvoie à la « raison plus haute » du Législateur divin : « Mais cette prescription de la raison humaine ne pourrait avoir force de loi, si elle n'était l'organe et l'interprète d'une raison plus haute, à laquelle notre esprit et notre liberté doivent obéissance ». En effet, l'autorité de la loi réside dans son pouvoir d'imposer des devoirs, de conférer des droits et de sanctionner certains comportements : « Or tout cela ne pourrait exister dans l'homme, s'il se donnait à lui-même en législateur suprême la règle de ses propres actes ». Et il conclut : « Il s'ensuit que la loi naturelle est la Loi éternelle elle-même, inscrite dans les êtres doués de raison et les inclinant à l'acte et à la fin qui leur sont propres ; et elle n'est que la raison éternelle du Dieu créateur et modérateur du monde ».

 

L'homme peut reconnaître le bien et le mal grâce au discernement du bien et du mal que lui-même opère par sa raison, en particulier par sa raison éclairée par la Révélation divine et par la foi, en vertu de la Loi que Dieu a donnée au peuple élu, à commencer par les commandements du Sinaï.

 

[...]

70. [...] La déclaration du Concile de Trente ne considère pas seulement la « matière grave » du péché mortel, mais elle rappelle aussi, comme condition nécessaire de son existence, « la pleine conscience et le consentement délibéré ». Du reste, en théologie morale comme dans la pratique pastorale, on sait bien qu'il existe des cas où un acte, grave en raison de sa matière, ne constitue pas un péché mortel, car il y manque la pleine connaissance ou le consentement délibéré de celui qui le commet. D'autre part, « on devra éviter de réduire le péché mortel à l'acte qui exprime une " option fondamentale " contre Dieu », suivant l'expression courante actuellement, en entendant par là un mépris formel et explicite de Dieu et du prochain ou bien un refus implicite et inconscient de l'amour. « Il y a, en fait, péché mortel également quand l'homme choisit, consciemment et volontairement, pour quelque raison que ce soit, quelque chose de gravement désordonné. En effet, un tel choix comprend par lui-même un mépris de la Loi divine, un refus de l'amour de Dieu pour l'humanité et pour toute la création : l'homme s'éloigne de Dieu et perd la charité. L'orientation fondamentale peut donc être radicalement modifiée par des actes particuliers. Sans aucun doute, il peut y avoir des situations très complexes et obscures sur le plan psychologique, qui ont une incidence sur la responsabilité subjective du pécheur. Mais, de considérations d'ordre psychologique, on ne peut passer à la constitution d'une catégorie théologique, comme le serait précisément l'" option fondamentale ", entendue de telle manière que, sur le plan objectif, elle changerait ou mettrait en doute la conception traditionnelle du péché mortel ».

Ainsi, la dissociation de l'option fondamentale et des choix délibérés de comportements déterminés — désordonnés en eux-mêmes ou du fait des circonstances — qui ne la mettraient pas en cause, entraîne la méconnaissance de la doctrine catholique sur le péché mortel : « Avec toute la tradition de l'Eglise, nous appelons péché mortel l'acte par lequel un homme, librement et consciemment, refuse Dieu, sa Loi, l'alliance d'amour que Dieu lui propose, préférant se tourner vers lui-même, vers quelque réalité créée et finie, vers quelque chose de contraire à la volonté de Dieu (conversio ad creaturam). Cela peut se produire d'une manière directe et formelle, comme dans les péchés d'idolâtrie, d'apostasie, d'athéisme ; ou, d'une manière qui revient au même, comme dans toutes les désobéissances aux commandements de Dieu en matière grave ».

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 00:00
Rodrigo de Córdoba - tableau de Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682) - musée de Dresde

Rodrigo de Córdoba - tableau de Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682) - musée de Dresde

Saint Rodrigue avait deux frères vivant à Cordoue sous la domination arabe. L'un était chrétien et l'autre musulman ; ils se battaient souvent pour des questions de religions. Un jour, voulant les séparer, il reçut tous les coups et fut considéré comme mort. Son frère catholique s'enfuyant par crainte du calife d'Espagne, son autre frère musulman emmena son corps en ville et accusa le catholique d'avoir tué un musulman, prétendant que Rodrigue s'était converti.

Rodrigue revint alors à lui et nia son attachement à l'islam, criant haut et fort sa foi chrétienne. Le Cadi le mit alors en prison pour "apostasie" où il rencontra Salomon, accusé du même crime : être chrétien. Liant amitié, ils passèrent le peu de temps qu'il leur restait en prière.

Ils furent décapités le même jour à Cordoue.

 

Sources: (1), (2), (3)

 

Autres saints martyrs dans l'Espagne Al-Andalus  :

 

Saints Nathalie, Aurèle et leurs compagnons, martyrs (+ 852)

- Sainte Olive (ou Olivia), martyre (9ème s.)

- Saint Parfait de Cordoue, prêtre et martyr (+ 850)

- Saintes Flora et Maria, martyres († 851)

Repost 1
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 00:00

http://nominis.cef.fr/images/gallerie/rosine.jpgOn sait très peu de choses sur sa vie ; elle est vénérée en Allemagne depuis le XIVème siècle, dans l'église de Wengligen, du diocèse d'Augsbourg.

 

Jusqu’à une date récente nos calendriers mentionnaient à ce jour les saints Euloge ou Euthime, vénérables martyrs du IX° siècles. C’est sans doute l’engouement récent –et relatif – pour le prénom féminin de Rosine qui a valu à notre sainte sa place au 11 mars. Pourtant, le martyrologe romain ignore superbement notre sainte dont on ne sait pratiquement rien. En Allemagne, elle fut une des saintes les plus populaires dans le diocèse d’Augsbourg. En témoignent les nombreuses prières populaires et images pieuses représentant notre sainte avec le glaive et la palme de son martyre. Depuis le XIII° siècle, elle est la patronne principale de Wenglingen, près d’Apfeltrang où un tableau la représentant dans la gloire de son martyre domine le maître-autel de l’église principale. Les traditions locales en font une vierge ermite martyre au IV° siècle. Une chronique ancienne rapporte que lors de la procession de la Fête-Dieu 1769 à Miesbach la sainte était représentée en un tableau vivant, faveur réservée aux bienheureux les plus connus et vénérés. Elle est toujours fêtée le 11 mars à Wenglingen.

 

Sources: 1 ; 2 ; 3

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 13:30

Mis à jour le 22 mars 2017.

Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics.

Emmanuel Macron

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron

L' "affaire" Pénélope Fillon ("PenelopeGate"), ainsi que celle des assistants parlementaires européens de Marine Le Pen tombent à pic durant cette campagne présidentielle 2017 pour plomber les candidats insuffisamment mondialo-compatible pour l'un, non compatible du tout pour l'autre (!), c'est-à-dire pour discréditer les uns et mettre les autres à l'abri :

 

"Je m'étonne de l'urgence subite donnée au traitement de cette affaire [...] pour aboutir à une convocation 40 jours avant l'élection présidentielle", a déclarée Marine Le Pen, avant de rappeler qu'elle a elle-même sollicité, dès le 18 février 2016, l'ouverture d'une information judiciaire pour pourvoir, notamment, accéder au dossier... (1)

Les convocations tombent, comme par hasard, six semaines avant la présidentielle...

 

Déconstruisons les déconstructeurs. Aujourd'hui, voici le deux poids deux mesures des "casseroles" s'agissant de la campagne présidentielle 2017. François Fillon, comme Marine Le Pen sont poursuivis par une caste politico-médiatique favorable à l'UE qui les accablent quodiennement devant une opinion publique pas toujours attentive aux manipulations.

 

Le Parquet National Financier (PNF) poursuit actuellement les deux principaux opposants à Emmanuel Macron. Tous les membres du PNF ont été nommés par François Hollande et Christiane Taubira. (2) Où est l'"indépendance" de la justice dont on nous rabat les oreilles depuis l'école primaire ?

 

Sur Christ-Roi, nous ne sommes pas contre le fait que le Parquet (ministère public de la justice) dépende du Souverain (c'est même une chose naturelle de la souveraineté que de ne pas se diviser...), seulement lorsque c'est le cas, on aimerait que la communication gouvernementale le dise au lieu de faire croire au Père Noël et à la fable des Lumières de la séparation des pouvoirs...

 

Ce Parquet soit-disant "indépendant", donc (sic), (c'est à mourir de rire) dépend directement... du ministère de la Justice, et il poursuit sans relâche François Fillon et Marine Le Pen, "tout en jetant astucieusement les pièces d’un dossier uniquement à charge en pâture aux vautours de médias serviles; l’un et les autres faisant fi du secret de l’instruction, des droits de la Défense et de la présomption d’innocence."

C'est un constat que fait Emilie Defresne pour Medias-presse.info, mais que nous faisons aussi !

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron

Un personnage obscur n'a d'évidence qu'à descendre le pouce, appuyer sur le bouton, passer un coup de fil et la chasse à l'homme démarre.

 

Ceci pose tout de même un léger problème dans une soit-disant "démocratie" où la transparence n'existe pas...

 

Cependant que les macronistes se rassurent, tandis qu'ils peuvent tranquillement pavaner sur tous les plateaux, à l'abri de toute question indiscrète (!), les "journalistes" se garderont bien de les interroger sur le délit de favoritisme d'Emmanuel Macron !

 

Il est clair, ainsi, que les campagnes présidentielles des deux principaux adversaires de l’héritier du régime Hollande sont plombées.

 

Emmanuel Macron traine pourtant de nombreuses casseroles incomparablement plus graves.

 

Par exemple : les délits de favoritisme qui ont gravement atteint l’indépendance énergétique de la France, avec Alsthom (racheté par l'américain General Electric) ou la vente de SFR au magnat de la presse Patrick Drahi qui fait de ce dernier son obligé.

 

Add. Mercredi 22 mars 2017. Le scandale d’Alstom, de la haute trahison

 

Emmanuel Macron n’est toujours pas poursuivi alors que comme Secrétaire Général-Adjoint de l’Elysée et ensuite ministre de l’Économie il a favorisé, ses propres intérêts, des intérêts capitalistes et des intérêts étrangers contre les intérêts nationaux. Ainsi il a cédé aux Américains un pan capital de l’indépendance énergétique de la France: Alstom-Energie. « C’est un défaite catastrophique, nous avons été roulés dans la farine. Général Electric et les Américains ont eu absolument ce qu’ils voulaient, quand ils voulaient, et probablement en mettant moins d’argent et en rencontrant moins de difficultés que ce qu’ils avaient prévu. » Eric Dénécé, dans Spécial Investigation de Canal+

 

Macron est clairement désigné comme celui qui a été placé à Bercy en remplacement de Montebourg (qui avait verrouillé l’affaire par un décret), pour trahir les intérêts de la France au bénéfice des intérêts américains, dans l’émission de Canal+ Spécial Investigation:

Add. Lundi 13 mars 207. Emmanuel Macron. ... derrière la façade, il y a aussi quelques belles affaires, bien enveloppées, tapies sous les dossiers de la campagne. Des affaires sur lesquelles les juges rechignent pour le moment à se pencher. ... Il faudrait que David Pujadas en fasse l’ouverture de son journal. Ou que BFM TV, LCI et CNews se mettent à ouvrir les casseroles de M. Emmanuel Macron....

Le site Les Crises a ouvert un long dossier avec de multiples photocopies de documents, tendant à prouver qu’il y aurait eu malversations de la part de celui qui n’était pas encore candidat. Trois personnalités ont envoyé ce dossier à la Haute Autorité pour la transparence, en lui posant cette question : « Comment M. Macron a-t-il pu déclarer si peu en 2014 après avoir gagné trois millions d’euros ? » « Pour moi, il y a eu fausse déclaration, et c’est un délit pénal », a expliqué Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté, l’un des trois protestataires. « Nous sommes incompétents », lui fut-il répondu !

 

Pourquoi rien n’a bougé lorsque Charles de Courson, député UDI, s’est interrogé sur l’étrangeté d’un prêt sur dix ans de 550.000 euros effectué auprès de M. Henry Hermand (décédé en novembre 2016), l’un des nombreux amis milliardaires de M. Macron ? La presse s’est empressée de juger – et condamner – Fillon pour l’emprunt de 50.000 euros passé – et depuis remboursé – auprès de Marc Ladreit de Lacharrière, mais silence radio sur la trouvaille de M. de Courson…

 

> Source : L’envoûtante probité de M. Macron, Boulevard Voltaire, Floris de Bonneville, dimanche 12 mars

 

Aujourd'hui la nouvelle "affaire" c'était les costumes de luxe offerts par un ami à Fillon... une "infraction" à la déontologie de l'assemblée nationale (Libération)

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron à la société Havas, tel que rapporté dans la presse écrite seulement mercredi 8 mars (alors que depuis deux mois circule l'affaire Fillon débutée par un article du Canard Enchaîné le 25 janvier 2017), dont les medias du grand courant ne parlent pas et sans qu'aucun journaux télévisés du soir n'en discutent...

Cette affaire est apparue mercredi 8 mars dernier, lorsque l'on a appris que le mouvement d'Emmanuel Macron "En Marche!" (arrière!... dans le socialio-mondialisme !) porterait plainte pour diffamation contre le chef de file des députés LR Christian Jacob, qui venait sur "France-Info", de tenir des propos iconoclastes contre Emmanuel Macron, en réclamant "que le PNF (parquet national financier) se saisisse rapidement" du dossier du déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016, qui a fait l'objet de soupçons de favoritisme, selon Le Canard enchaîné. L'élu LR déclara : "Ca va être intéressant de voir si Mme Houlette (procureur financier, ndlr) se précipite pour se saisir de cette affaire ou pas !"... Mais que n'a-t-il pas dit là !

 

Dans ce dossier, pourtant, l'inspection générale des finances (IGF), elle-même avait pointé le coût exorbitant d'une prestation événementielle confiée en janvier 2016 à la société Havas. (3)

 

Selon la source de l'information qui est "Le Canard enchaîné" du 8 mars, l’Inspection générale des finances s’est intéressée à un délit de favoritisme concernant l’organisation d’une soirée à Las Vegas (4), le 6 janvier 2016, où Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, fut ovationné par 500 entrepreneurs français dans le cadre du "Consumer Electronics Show" (CES) (bonjour l'anglicisme! Ndlr....) , un rassemblement planétaire pour tous les acteurs de l'innovation technologique organisé par "Business France" (organisme chargé soit-disant de la promotion de la "French tech", qui dépend de Bercy... le ministère de l'Economie et des Finances...) (on se demande si ces gens sont bien des Français ou des Anglais?!), et organisme soupçonné d'un délit de favoritisme. Autrement dit, c'est le ministère lui-même qui serait responsable de ce délit...

 

"Le parquet national financier a pris connaissance de l’article du Canard enchaîné. Il s’est rapproché de l’Inspection générale des finances pour obtenir plus d’informations. Dès que nous aurons plus d’éléments, nous envisagerons avec le parquet de Paris les suites éventuelles à donner", a indiqué un porte-parole du PNF.

 

Interrogée par le Figaro, l'IGF n'a pas souhaité réagir. (5) Comme ça c'est plus simple !

 

Depuis l'annonce de cette affaire dans la presse écrite, les grands medias télévisés n'en parlent pas, mais accablent chaque jour les soutiens de F. Fillon ou de M. Le Pen. Où est l'équilibre de la justice ?

 

Soupçon de délit de favoritisme pour l'organisme de promotion de la French Tech

 

L'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné explique que "cette opération de séduction, montée dans l'urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée à Havas par Business France, sans qu'aucun appel d'offres ait été lancé"... Elle aurait coûté "381.759 euros, dont 100.000 rien que pour l'hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit" !

Selon les conclusions de l'IGF, citées par le palmipède, "Business France" ou certains de ses salariés "pourraient être incriminés pour ‘favoritisme'".

 

Le délit de favoritisme a été introduit par la loi du 3 janvier 1991 relative à la transparence et à la régularité des procédures de marché. D'après une note du ministère de la Justice, "ce délit est né lors du mouvement de moralisation de la vie économique et financière et constitue un des délits regroupés dans le Code pénal à la section 'des manquements au devoir de probité'". "Le délit de favoritisme protège l'impératif de probité des élus et agents publics tout en assurant le respect des règles de concurrence nécessaires au bon fonctionnement des marchés", conclut la place Vendôme. … Il y a délit de favoritisme quand "l'avantage injustifié a été octroyé en violation d'une disposition législative ou réglementaire garantissant la liberté d'accès et l'égalité des candidats dans l'attribution des marchés publics et délégations de services publics".

 

Or, d'après les révélations du Canard enchaîné, les conclusions de l'enquête de l'IGF tendraient à prouver qu'il n'y a eu aucun appel d'offres dans l'organisation de cette soirée à Las Vegas, qui a été automatiquement confiée à Havas...

 

Soupçon de complicité et de recel pour Havas

 

Selon les conclusions de l'IGF, Havas France ou ses dirigeants pourraient quant à eux être poursuivis "au titre de la complicité ou du recel".

 

Le délit de favoritisme est puni de 30.000 euros d'amende et 2 ans d'emprisonnement...

 

Le Code pénal dispose que les atteintes à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public sont punies de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

 

Joint par Le Figaro, l'avocat Stéphane Babonneau précise qu'"il y a visiblement eu une dizaine de jours entre le moment de la demande et celui de l'octroi du contrat à Havas [...] Il n'était simplement pas possible d'organiser un appel d'offres dans un délai aussi réduit. Il existe bien des dérogations pour des commandes très urgentes, mais celles-ci concernent, par exemple, la santé publique ou la défense, pas l'organisation d'une soirée à Las Vegas", ajoute ce spécialiste du droit pénal des affaires.

 

Quant au gouvernement, un ténor de la Socialie, le sinistre de l'économie Michel Sapin est venu à la rescousse de son ex-collègue de l'Economie, ce même mercredi 8 mars : "non, Emmanuel Macron ne serait pas suspect de favoritisme à propos de l’organisation d’une soirée à Las Vegas en 2016 sans qu’il y ait eu d’appel d’offres." Le gouvernement par la voix de Michel Sapin, a démenti mercredi 8 mars cette information du Canard Enchaîné... C'est un article de "Ouest-France" qui l'indique. (6)

 

"Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics", a expliqué Emmanuel Macron.

 

"M. Macron n'est absolument pas concerné par ces soupçons", a-t-on souligné dans l'entourage du candidat d'"En Marche" (arrière... !)

 

"Je n'ai pas pris connaissance de cela, mais je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d'offres", a réagi Emmanuel Macron lors d'un déplacement aux Mureaux (Yvelines).

 

"Je pense que ça peut être des agents de l'Etat ou en tout cas des entités publiques, mais je demande à vérifier les faits", a-t-il poursuivi avant de conclure : "Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics". C'est un article de Lci qui rapporte ce propos d'Emmanuel Macron... (7)

L'affaire du délit de favoritisme d'Emmanuel Macron

Voici donc le résultat d'une petite investigation sur le sujet.

Pour le moment le Parquet National Financier ne juge pas utile de poursuivre…

Quant aux chaines d'information en continue, qu'elles fassent le boulot pour lequel elles sont payées, qu'elles se gardent d’approfondir le sujet ! Qu'elles se gardent d'en informer les citoyens !

 

Vous avez dit "égalité" devant la campagne présidentielle ?

Add. Mardi 14 mars 207 : Alors que nous apprenons que F. Fillon a été mis en examen ce mardi 17 mars pour "soupçons d'emplois fictifs", le parquet a ouvert hier lundi 13 mars une enquête préliminaire pour favoritisme dans l'affaire du délit de favoritisme dans le déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas. Cette soirée, organisée par Havas pour 380 000 euros, n'avait pas fait l'objet d'un appel d'offre, avait révélé le Canard Enchaîné.

À ce stade, selon les informations de France Inter, le candidat d'En Marche n'est pas directement visé. Dans le camp d'Emmanuel Macron, on estime que cette enquête "concerne Business France et Havas". L'enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales

http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/deplacement-d-emmanuel-macron-a-las-vegas-le-parquet-ouvre-une-enquete-preliminaire-pour-favoritisme_2096957.html

http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/deplacement-d-emmanuel-macron-a-las-vegas-le-parquet-ouvre-une-enquete-preliminaire-pour-favoritisme_2096957.html

Sources

 

(1) Ce que Marine Le Pen a écrit aux juges pour refuser sa convocation, Le Figaro, Par Marc de Boni Mis à jour le 10/03/2017 à 09:27 Publié le 10/03/2017 à 08:49

Dans l'"affaire" de l'assistant parlementaire européen de Marine Le Pen, Florian Philippot (FN) a fait savoir sur CNEWS (05/03/17) qu'elle ne répondrait pas aux convocations compte tenu qu'elle avait demandé par courrier un an auparavant le 18 février 2016, l'ouverture d'une enquête judiciaire pour faire la clarté et ne reçut alors aucune réponse.

(2) Qui a dit que la Justice doit être juste et indépendante? Photo des membres du Parquet National Financier qui poursuit Fillon et Marine Le Pen, Medias-Presse.info, — par Emilie Defresne — 10 mars 2017

(3) Soupçon de favoritisme : En Marche! va porter plainte contre Christian Jacob, Le Figaro, Par Marcelo Wesfreid Publié le 08/03/2017 à 17:10

(4) Soupçons de favoritisme liés à la visite de Macron à Las Vegas : le parquet dit attendre « plus d’informations », Le Monde | 08.03.2017 à 13h33 • Mis à jour le 08.03.2017 à 18h01

(5) Macron : soupçon de favoritisme autour d'un déplacement à Las Vegas, Par Alexis Feertchak Mis à jour le 09/03/2017 à 09:42 Publié le 08/03/2017 à 11:49

(6) Soupçon de favoritisme à Las Vegas. Macron "hors de cause" selon Bercy, Ouest-France, Modifié le 08/03/2017 à 12:28 | Publié le 08/03/2017 à 12:28

(7) Soupçons de favoritisme : le déplacement d'Emmanuel Macron au CES de Las Vegas en 2016 dans le viseur, 08 mars 06:33 La rédaction de LCI

Repost 0