Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 14:58

Église Saint-ÉtienneMise à jour permanente

 

Alors qu'une prise d'otages était en cours ce matin vers 9h45 en l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Normandie), près de Rouen, les deux assaillants ont été "neutralisés", indique le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Selon des sources policières interrogées par Le Figaro, le prêtre de l'église a été égorgé. Une des personnes retenues a été blessée. (1)

 

A 18h01 sur Bfmtv, dans un témoignage audio diffusé par RMC, soeur Danielle, témoin, parle de prières des djihadistes qui se sont enregistrés et d'"un sermon autour de l'autel en arabe". Une question reste latente: l'enregistrement de la scène a-t-il été envoyé par les djihadistes en propagande en Syrie et en Irak, avant qu'ils ne soient abattus ?

 

Deux assaillants ont pris mardi matin en otage cinq personnes dans l'église de cette ville proche de Rouen. Ils ont égorgé un prêtre, blessé trois personnes dont une grièvement, avant d'être abattus. (2)

 

 

La menace d'un attentat contre un lieu de culte catholique planait depuis plusieurs mois. L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, où a eu lieu ce matin une sanglante prise d'otage, n'est pas la première visée en France, alors que les chrétiens sont une cible désignée de l'EI qui évoque dans sa propagande les dirigeants «croisés» occidentaux et «le royaume de la Croix». Les églises françaises déjà menacées depuis des mois. (3)

 

à 15:40

Vague d'hommages au père Jacques Hamel

Les hommages au père Jacques Hamel, assassiné mardi alors qu'il célébrait la messe en l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, se multiplient sur les réseaux sociaux. De nombreux prêtres saluent la mémoire de leur "frère de sacerdoce'". Les hashtags #JeSuisCatholique et #JeSuisPrêtre ont été lancés sur Twitter.

 

à 15:23

INFO LE FIGARO - Le témoignage de la religieuse qui a donné l'alerte

 

La religieuse présente ce matin dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à l'heure de la messe matinale, et qui a réussi à s'échapper pour donner l'alerte, a raconté au Figaro le début de l'attaque :

 

«Ils sont entrés brusquement. Ils ont pris l'espace. Ils parlaient en arabe. J'ai vu un couteau. Je suis partie au moment où ils commençaient à agresser le père Jacques. Je ne sais même pas s'ils ont réalisé que je partais». Encore sous le coup de l'émotion, cette soeur de la communauté de religieuses voisine de l'église a souhaité garder l'anonymat. Elle indique avoir été prise en charge par une cellule d'aide psychologique et se dit avant tout «en attente de nouvelles de [ses] soeurs» également présentes à la messe.

 

à 15:04

L'un des assaillants serait connu des services antiterroristes

Selon les premiers éléments de l'enquête, qui doivent être corroborés par l'identification formelle des deux assaillants, l'homme, abattu avec son complice par les policiers, était fiché "S", ont précisé ces sources, confirmant partiellement une information d'iTELE.

 

Il avait tenté de rallier la Syrie en 2015 et avait été, à son retour, mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire, avant d'être libéré sous bracelet électronique.

 

à 14:50

Marine Le Pen fustige la gauche et la droite

La présidente du FN Marine Le Pen a dénoncé sur Twitter la «responsabilité (...) immense» de «tous ceux qui nous gouvernent depuis 30 ans», visant la gauche et la droite.

 

«La responsabilité de tous ceux qui nous gouvernent depuis 30 ans est immense. Les voir bavarder est révoltant!

 

à 14:40

Qui est le père Jacques Hamel égorgé dans son église ?

Le père Jacques Hamel, sauvagement tué à 86 ans, dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, est décrit comme un homme bon, toujours au service des autres avec un charisme certain. Il avait été ordonné prêtre en 1958 et avait fêté son jubilé d'or (cinquante années de service) en 2008.

 

à 14:17

Daech revendique l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray

L'organisation Etat islamique a revendiqué mardi l'attaque de deux terroristes en l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray au cours de laquelle le prêtre a été assassiné, et trois fidèles ont été blessés, dont un grièvement.

 

L'organisation a publié un communiqué via son agence officielle Amaq : Les deux «soldats» ont «mené l'opération en réponse à l'appel à viser des pays de la coalition croisée», précise le texte.

 

à 14:00

Un des assaillants sous bracelet électronique ?

 

Un des deux assaillants est en cours d'identification, indique au Figaro une source proche du dossier. Si son identité se confirme, il s'agirait d'un «velléitaire du djihad» ayant tenté de rejoindre la Syrie avant d'être refoulé par les autorités turques.

 

Incarcéré en 2015, il aurait été placé sous bracelet électronique en mars 2016 comme alternative à l'incarcération. Le parquet antiterroriste de Paris avait alors fait appel de cette ordonnance de placement sans obtenir gain de cause.

 

Depuis lors, ce djihadiste présumé était semble-t-il incarcéré chez lui... Quelle efficacité !

 

à 13:32

La victime gravement blessée a subi une tentative d'égorgement

La victime actuellement entre la vie et la mort a subi une tentative d'égorgement, selon une source policière. Elle a été prise en charge par le Service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) de Rouen.

 

à 13:02

Le prêtre a été égorgé

Comme indiqué précédemment dans ce live, le père Jacques Hamel a été égorgé lors de la prise d'otage en l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, dit une source proche de l'enquête.

 

à 12:45

La victime est le père Jacques Hamel, 86 ans

Le prêtre assassiné pendant une messe à Saint-Etienne-du-Rouvray est le père Jacques Hamel, 86 ans. Il était prêtre de la paroisse depuis une vingtaine d'années, et assurait la permanence pour le mois de juillet.

 

"De Cracovie, j'apprends la tuerie advenue ce matin à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Elle fait trois victimes: le prêtre, le père Jacques Hamel, et les auteurs de l'assassinat", a écrit l'archevêque de Rouen Mgr Dominique Lebrun depuis depuis la Pologne, où il participait aux Journées mondiales de la jeunesse.

 

"Je crie vers Dieu, avec tous les hommes de bonne volonté. J'ose inviter les non-croyants à s'unir à ce cri", ajoute le prélat, qui précise qu'il sera "dès ce soir dans mon diocèse auprès des familles et de la communauté paroissiale très choquée".

 

"L'Eglise catholique ne peut prendre d'autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes", conclut-il.

 

à 13:33

Ayrault appelle les Français à rester «unis»

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a appelé les Français à rester «unis».

 

«Dans ces circonstances, il n'y a qu'un message: "Restons unis". Ceux qui sont à l'origine de tous ces attentats, je pense à celui de Nice et encore ces derniers jours en Allemagne, veulent diviser nos sociétés, nos démocraties, notre vivre-ensemble entre croyants et incroyants, entre catholiques et musulmans, entre laïcs et croyants», a-t-il déclaré devant la presse à la préfecture d'Indre-et-Loire, où il était venu effectuer une visite consacrée au tourisme qu'il a reportée pour rentrer à Paris.

 

Comme seule réponse, le gouvernement désemparé a aussitôt lancé son appel habituel pour l'"unité nationale", "à faire bloc".

 

à 12:13

«Nous ferons bloc face à cette attaque barbare» (Valls)

Alors que Bernard Cazeneuve et François Hollande se sont rendus sur place, le premier ministre, Manuel Valls, a dans un post sur Twitter indiqué : "La France entière et tous les catholiques sont meurtris. Nous ferons bloc".

 

 

 

Attentat : Un prêtre égorgé en l'église Saint-Etienne-du-Rouvray, un nouveau saint au Ciel

Mais où aboutissent les raffinements de votre cruauté? Ils sont l'amorce du Christianisme. Plus vous nous moissonnez, plus notre nombre grandit: notre sang est une semence de Chrétiens.

Tertullien, Tertullien, Apologétique, chapitre 50

Un prêtre égorgé pendant la messe. Un nouveau saint au Ciel ! Père Jacques Hamel, priez pour nous !

 

Le Père Jacques Hamel rejoint les autres saints martyrs de l'islam (non-exhaustif) : sainte Olive (IXe siècle), saints Rodrigue et Salomon, martyrs († 857), sainte Nathalie, saint Aurèle et leurs compagnons martyrs († 852), saint Parfait de Cordoue, prêtre et martyr ( 850), saintes Flora et Maria, martyres († 851).

 

Note de Christ-Roi. Pour ceux qui s'intéressent à l'aspect spirituel (et politique) des évènements, disons que tout ceci était annoncé dans différentes prophéties concernant la France. Ils peuvent par exemple se pencher sur les prophéties d'une stigmatisée Marie-Julie Jahenny (Cf. Les prophéties de la Fraudais. A prendre néanmoins avec prudence comme toutes les prophéties.)

 

Rappelons également, que le Père Jean-Régis Fropo, exociste du diocèse de Toulon avait annoncé, à quelques mois auparavant des premiers attentats de novembre 2015, le début de "la Révolution et la guerre civile en France" ... "dans les derniers mois de l'année 2015".

 

Sources

 

(1) Prise d'otages dans une église près de Rouen: les deux assaillants «neutralisés», le prêtre tué, Le Figaro, Par Edouard de Mareschal Mis à jour le 26/07/2016 à 11:32 Publié le 26/07/2016 à 11:07

(2) EN DIRECT - Daech revendique l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, Le Figaro, Mis à jour le 26/07/2016 à 15:42 Publié le 26/07/2016 à 11:06

(3) Les églises françaises déjà menacées depuis des mois, Le Figaro, Par Agnès Leclair Mis à jour le 26/07/2016 à 13:17 Publié le 26/07/2016 à 13:05

26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 00:00
Sainte Anne : la Mère de la très Sainte Vierge, était vénérée en Gaule avant même l'apparition du christianisme

Sainte-Anne--Mere-de-la-Tres-Sainte-Vierge-Marie.jpg

Sainte Anne : la Mère de la très Sainte Vierge

 

Sainte Anne appartenait à ce peuple choisi qui, dans les desseins de Dieu, devait donner naissance au Sauveur des hommes; elle était de la tribu de Juda et de la race de David. Ses parents, recommandables par leur origine, devinrent surtout illustres entre tous leurs concitoyens par l'éclat d'une vie pleine de bonnes oeuvres et de vertus. Dieu, qui avait prédestiné cette enfant à devenir l'aïeule du Sauveur, la combla des grâces les plus admirables.

Après Marie, aucune femme plus que sainte Anne ne fut bénie et privilégiée entre toutes les autres. Toute jeune enfant, elle était douce, humble, modeste, obéissante et ornée des naïves vertus de son âge. Plus tard, comme elle sut bien garder intact le lis de sa virginité! Comme elle dépassait toutes les filles, ses compagnes, par sa piété, par la réserve de sa tenue, son recueillement et la sainteté de toute sa conduite!

Puis, quand il plut à Dieu d'unir son sort à celui de Joachim, combien Anne fut une épouse prévenante, respectueuse, laborieuse, charitable et scrupuleusement fidèle à tous les devoirs de son état, vaquant à propos au travail et à la prière. Dieu lui refusa longtemps de devenir mère; elle se soumit humblement à cette épreuve et l'utilisa pour sa sanctification. Mais à l'épreuve succéda une grande joie, car de Joachim et d'Anne, déjà vieux, naquit miraculeusement Celle qui devait être la Mère du Sauveur et, dans l'ordre de la grâce, la Mère du genre humain. C'est sans doute un grand honneur pour sainte Anne, que d'avoir donné naissance à la Mère de Dieu; mais il lui revient beaucoup plus de gloire d'avoir formé le coeur de Marie à la vertu et à l'innocence!

L'Église célébrera dans tous les âges la piété maternelle de sainte Anne, et la gloire de sa Fille rejaillira sur elle de génération en génération. Le culte de sainte Anne a subi diverses alternatives. Son corps fut transporté dans les Gaules, au premier siècle de l'ère chrétienne, et enfoui dans un souterrain de l'église d'Apt, en Provence, à l'époque des persécutions. A la fin du VIIIe siècle, il fut miraculeusement découvert et devint l'objet d'un pèlerinage. Mais c'est surtout au XVIIe siècle que le culte de sainte Anne acquit la popularité dont il jouit.

De tous les sanctuaires de sainte Anne, le plus célèbre est celui d'Auray, en Bretagne; son origine est due à la miraculeuse découverte d'une vieille statue de la grande Sainte, accompagnée des circonstances les plus extraordinaires et suivies de prodiges sans nombre. Sainte-Anne d'Auray est encore aujourd'hui l'objet d'un pèlerinage national.

Wikipedia relève une légende "Anne, La « grand-mère des Bretons »". En breton, sainte Anne est surnommée « Mamm gozh ar Vretoned », c’est-à-dire la grand-mère des Bretons. Des légendes la décrivent comme originaire de Plonévez-Porzay (Gwenc'hlan Le Scouëzec, Guide de la Bretagne (page 457), Coop Breizh, Spézet, 1997). Anatole Le Braz publie un récit (Magies de la Bretagne (tome 1 - Le Pardon de la mer, page 1088), Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1994) dans laquelle Anne est mariée à un seigneur cruel et jaloux, qui lui interdit d’avoir des enfants. Lorsqu’elle tombe enceinte, il la chasse du château de Moëllien. Son errance avec la petite Marie la conduit à la plage de Tréfuntec où l’attend un ange, près d’une barque. Selon la volonté de Dieu, l'ange l'amène jusqu’en Galilée. Bien des années plus tard, Marie épouse Joseph et devient la mère du Christ. Anne revient en Bretagne pour y finir sa vie dans la prière et distribue ses biens aux pauvres. Toujours selon cette légende, le Christ vient lui rendre visite, accompagné de ses disciples Pierre et Jean, et lui demande sa bénédiction, avant de retourner en Terre sainte. Son corps aurait disparu après sa mort, mais des pêcheurs auraient retrouvé une statue à son effigie en baie de Douardenez. Celle-ci, installée près de l'endroit où Jésus avait fait jaillir une source, est devenue le but du plus ancien pèlerinage consacré à Sainte Anne et a pris le nom de Sainte-Anne-la-Palud. Le Grand Pardon qui, depuis l'antiquité, rassemble des milliers de pèlerins, le dernier week-end d'août de chaque année, est certainement le plus authentique et le plus ancien d'Armorique. Mais ceci n'est qu'une légende.

Anne Bernet évoque elle aussi dans son livre "Clovis et le Baptême de la France", un lien entre Sainte Anne et la religion primitive de la Gaule. Mais elle indique non pas que sainte Anne serait originaire de Bretagne, y aurait vécu avant d'aller en Galilée, puis serait revenue en Bretagne, mais que "le culte d'une déesse-mère chtonienne, maîtresse de la vie et de la mort, associée à l'agriculture, protectrice des troupeaux et des chevaux, parfois identifiée à la lune, aux sources, au feu, et guérisseuse" était répandu en Gaule.

Ce qui est étonnant, c'est que sainte Anne était déjà connue et vénérée chez nous en France, avant l'apparition du christianisme.

"Elle est ainsi évoquée, écrit Anne Bernet, selon les lieux et les circonstances, sous le nom d'Epona ou de Rigantona...; sous le nom d'Anna ou de Dana, aïeule des dieux et des hommes... ; et parfois sous ceux de Belisima (la 'Très Brillante') ou de Rosmerta. C'est encore sous une autre appellation, la 'Vierge qui enfantera', que la connaissent les druides du collège national de la forêt des
Carnutes. Encore très populaire aux premiers temps du christianisme, la déesse a été convertie. Le sanctuaire de la 'Virgo paritura' correspond à la cathédrale de Notre-Dame de Chartres; tant la croyance des Carnutes en la Vierge-Mère était propre à annoncer le mystère de l'Incarnation. Les sanctuaires d'Anna sont devenus ceux de sainte Anne, aïeule elle aussi, mais du vrai Dieu, et que les Bretons nomment toujours 'Mamm Goz', grand-mère".

 

Sources:

(1)

(2)

(3) Anne Bernet, Clovis et le Baptême de la France, Editions Clovis, 1995, p. 28-30.

La fête de Sainte Anne, la grand mère de Jesus-Christ, en Bretagne.

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 17:28
Journal du Lundi 25 juillet 2016 : Politique / Le gouvernement livre le complot sur un plateau

Journal du Lundi 25 juillet 2016 : Politique / Le gouvernement livre le complot sur un plateau

"Sommes-nous face à un scandale d'Etat ou à de véritables amateurs ? Dix jours après l'attentat de Nice, le pouvoir socialiste s'enlise dans les incohérences autour de la sécurité mise en place le 14 juillet.

 

La policière muncipale en charge de la video-surveillance à Nice le soir de l'attentat a-t-elle subi des pressions du ministère. C'est en tous cas ce qu'affirme Sandra Bertin et elle n'en démord pas. Selon elle, un émissaire de la Place Beauvau lui aurait intimé l'ordre de consigner la présence de la police nationale sur le parcours du camion à des endroits où elle n'apparaissait pas sur les videos. Le ministre de l'Intérieur a aussitôt déclaré qu'il déposait plainte contre la policière pour diffamation.

 

La réponse aux accusations est habile. Elle consite à faire passer les accusations de Sandra Bertin comme une attaque contre le travail des policiers, alors qu'elle vise uniquement et simplement le pouvoir.

 

L'affaire de la requête de la Place Beauveau pour l'effacement des videos avait déjà semé le doute dans les esprits. Désormais c'est un véritable casse-tête où tout est possible. les socialistes ont-ils des choses à cacher autour du 14 juillet niçois ? Sont-ils allés à essayer d'éliminer les preuves ou modifier les rapports ? Il est également envisageable que la policière ait subi des pressions avant de faire son rapport pour insister sur les failles de protection et ainsi aller dans le sens du président du Conseil général Les Républicains Christian Estrosi, proche du JDD qui a fait paraître l'interview exclusive de Sandra Bertin.

 

L'avocat de Sandra Bertin a déposé aujourd'hui un signalement auprès du procureur de Nice.

 

"Nous avons considéré que les faits, témoignages à l'appui, étaient visiblement constitués sur le plan d'infractions pénales pouvant entraîner des poursuites", a déclaré à la presse Me Adrien Verrier, à sa sortie du tribunal de Nice. "Le procureur dispose de tous les noms et tous les faits relatés et qui ressortent des déclarations de Sandra Bertin et de toutes les personnes qui étaient autour d'elle et qui ont assisté à cette conversation et à cette pression psychologique dont elle parle, qui a duré environ une heure le 15 juillet", a-t-il ajouté.

 

(Source : Nice : l'avocat de Sandra Bertin dépose un signalement auprès du procureur, Le Point, Publié le 25/07/2016 à 17:45 | Le Point.fr )

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 08:00

Les révolutionnaires de 1789 dénonçaient sans relâche le complot de la contre-révolution. Aujourd'hui, Manuel Valls, digne héritier de Robespierre, dénonce les "complotistes", y compris ceux-là mêmes qui doutent de l'efficacité politique de son gouvernement en posant de simples questions.

Manuel Valls juge "complotiste" le doute quant à son action politique

Manuel Valls, invité de Bfmtv Rmc ce matin (video), répondait aux questions d'Appoline de Malherbe qui l'a interrogé sur le doute des Français à l'égard des politiques menées par le gouvernement suite à l'attentat de Nice et le doute quant à l'efficacité politique. (1) Outre une auto-satisfaction permanente, le refus de toute auto-critique, la réponse du Premier ministre, une réponse remplie de formules toutes faites comme d'habitude, renvoie toutes les personnes qui doutent dans le camp des méchants "complotistes" contre le gouvernement et la "république". Or, quoiqu'en dise Manuel Valls, cette réponse est indigne d'une "démocratie". Voici pourquoi.

 

"Vous êtes le Premier ministre d'un pays qui doute. Il y a eu l'horreur, et maintenant il y a le doute. Il y a le doute sur vous, il y a le doute sur le gouvernement, il y a le doute sur le ministre de l'Intérieur, le doute sur l'efficacité du pays. On va tenter d'y voir plus clair. Une policière municipale de Nice raconte avoir été soumise à la pression du ministère de l'Intérieur pour influencer son rapport sur la présence de policiers nationaux le soir du 14 juillet. Le ministre de l'Intérieur dit qu'aucune personne de son cabinet n'a été en contact avec la policière de Nice et il porte plainte contre elle pour diffamation. Qui ment ?", demande Appoline de Malherbe.

 

"Il faut que tout cela cesse. Le doute n'est pas possible face au terrorisme. Que cherche le terrorisme ? Non seulement à tuer. 84 morts. Il y a encore aujourd'hui des personnes qui luttent pour la vie, qui ont été blessées très gravement; je pense aussi à toutes ces victimes qui seront blessées, handicapées à vie. Mais le terrorisme cherche aussi à nous diviser, à fracturer la société française, à faire en sorte que l'on remette en cause, au fond, les principes de la démocratie", déclare le Premier ministre

 

"Vous ne pouvez pas simplement dire cela Manuel Valls. Quelqu'un ment."

 

"Il faut évidemment la vérité. Et qui demande la vérité ? D'abord les victimes, les familles, les proches. Et pourt cela il faut laisser la justice aller jusqu'au bout, il faut que la justice puisse travailler dans la sérénité, et qu'on laisse travailler les juges qui ont été nommés pour permettre d'établir toute la vérité sur ce qui s'est passé."

 

"Manuel Valls, je me permets de vous reposer la question. Il y a deux versions différentes. Quelqu'un ment, qui?", demande (pour la troisième fois)  la journaliste.

 

"Là aussi, respectons les procédures, l'inspection générale de la Police nationale à la demande de Bernard Cazeneuve, qui est un homme intègre, qui est un homme d'état, qui est un ministre de l'Intérieur formidable, qui..

 

"Vous n'avez aucun doute là-dessus ?", interrompt Appoline de Malherbe.

 

"Moi, je n'ai aucun doute sur Bernard Cazeneuve."

 

"A aucun moment vous ne vous êtes dit peut-être quelque chose n'a pas marché, et pourquoi ce ne serait pas Bernard Cazeneuve lui-même ?"

 

"Mais pourquoi faudrait-il mentir ?, répond Manuel Valls. C'est cette idée du complot, du mensonge, de la remise en cause du préfet, de ce que les policiers, le Ministre de l'Intérieur, le Procureur, qui travaillent de manière totalement indépendante puisqu'il y a une séparation des pouvoirs dans notre pays. C'est cette idée au fond que l'Etat ment, a quelque chose à cacher, alimente le doute, fracture l'état de droit, met en doute la république."

 

Un peu plus loin dans l'entretien, Appoline de Malherbe demande à Manuel Valls :

 

"Manuel Valls, vous comprenez, depuis le début (à chaque attentat, NDLR.) vous dites il y a eu des victimes, on a besoin d'unité. En gros, taisez-vous tous !? ... A chaque fois qu'on dit quelque chose c'est rendez-vous compte il y a 84 victimes, etc. !?"

 

"Appoline de Malherbe, ne mélangez pas tout et ne mettez pas au même niveau", répond Manuel Valls. "Cela, moi je ne le supporte plus. Un ministre de l'Intérieur, une policière municipale."

 

"Quoi, la policière municipale n'a pas le droit d'avoir des doutes sur le ministère de l'Intérieur?"

 

"Dans ce pays, tout le monde a le droit de parler, le droit de s'exprimer, mais en respectant la vérité, en respectant les faits. Il y a eu un débat au parlement. Oui ou non Appoline de Malherbe ?"

 

"Oui", répond, la journaliste. On se rend compte ici du degré d'autoritarisme de ce Premier ministre qui, invité à répondre à des questions sur Bfmtv Rmc, inverse les rôles et devient celui qui pose les questions à la place du journaliste.

 

"J'ai présente moi-même comme Premier ministre la prolongation de l'état d'urgence", poursuit Manuel Valls. (On ne voit pas le rapport avec l'appel systématique à l'unité politique après chaque attentat pour mieux se soustraire à sa propre responsabilité politique. NDLR)...

 

"Il y a eu un débat. Dans ce débat, une partie de la droite a mis en cause la Constitution, les principes, les valeurs, l'état de droit, la démocratie nécessaire pour combattre le terrorisme, c'est exactement ce que cherche le terrorisme. C'est-à-dire à nous diviser, à remettre en cause les démocraties, qui évidemment sont toujours fragiles dans ces moments-là."

 

"Mais cela sonne creux aujourd'hui ce discours Manuel Valls", dit la journaliste.

 

"Mais c'est parce que vous l'entendez ainsi. Et pour moi cela ne sonne pas creux l'unité nationale Appoline de Malherbe. Cela ne sonnera jamais creux, ni la Constitution, ni l'état de droit, ni la république. ... Toutes les questions ont le droit d'être posées. ... mais en mettant en cause ceux qui travaillent et représentent l'Etat, on met en cause l'état de droit et on s'attaque à la république elle-même. Et cela est dangereux. Ce type de propos met en cause les fondements même de l'Etat. Si une enquête de l'Inspection générale de la police nationale est en cours, si le travail de la justice et du Procureur de la république... si on met en cause ce travail. Parce que par exemple le procureur de la république aurait demandé la destruction de ces videos, comme cela se fait à chaque fois.."

 

"Mais pourquoi ?",demande Appoline de Malherbe.

 

"Mais, vous-même Appoline de Malherbe, en posant cette question, vous instruisez, vous introduisez le doute", répond Manuel Valls.

 

"Non, je trouve que la question peut se poser Manuel Valls".

 

L'entretien se déroule jusqu'à la fin de l'entretien, sans qu'à aucun moment le chef du gouvernement ne remette en question sa politique d'ouverture des frontières et d'immigration, et de sécurité.

 

Appoline de Malherbe demande enfin à Manuel Valls s'il lui arrivait lui-même de douter... La réponse du Premier ministre, positive, montre, en sens contraire, que Manuel Valls ferait partie des "complotistes", si l'on suit son raisonnement ! puisqu'il doute de lui-même et serait divisé contre lui-même ! Bravo donc à la journaliste de montrer ainsi le vrai visage de Manuel Manuel Valls, l'homme bipolaire, l'homme aux deux visages, l'autosatisfaction d'un gouvernement qui refuse le doute, l'autocritique, et rejette en bloc comme anti-démocratique et "complotiste" ceux qui doutent de son action.

 

"Manuel Valls, c'est la fin de cette interview. Je vous ai parlé des doutes des Français, est-ce que vous, vous avez des doutes sur votre efficacité ?", demande Appoline de Malherbe.

 

"Mais, moi, je doute, vous savez, je doute toujours", répond un Manuel Valls hésitant.

 

"Y compris de vous-même ?"

 

"Non, vous savez quand vous avez 84 morts, des enfants, des familles brisés, je l'ai dit à l'Assemblée nationale, à Bernard Cazeneuve, on se demande est-ce que on a tout fait, est-ce que tous les dispositifs ont été pris. Mais je sais quelque chose, c'est que je ne peux pas avoir de doute là où je suis", répond le Premier ministre.

 

Pauvre Valls, qu'Appoline de Malherbe a laissé parler jusqu'à la fin pour montrer par sa propre démonstration qu'il se contredit, qu'il est un sophiste dont l'argumentation s'annule et n'est pas valide. On ne peut tenir pour vrai "a" et "non a". (Cf. Dialogue de Socrate contre Calliclès)

 

Pour aller plus loin dans cet article, essayons de montrer pourquoi le fait pour le peuple de douter de son gouvernement ne suffit pas à en faire un peuple "complotiste" comme l'affirme Manuel Valls.

 

"Ce qu'il faudrait à ce pays, c'est un roi" (Charles de Gaulle). Ils nous ont volé notre Souveraineté, reprenons-la !Contrairement à ce qu'affirme Manuel Valls, le doute du peuple quant à l'efficacité politique des gouvernements de la république fait au contraire partie des armes d'une démocratie contre toute dérive totalitaire des gouvernants. Quand le peuple demande la démission de Hollande, Valls ou Cazeneuve, il use d'un droit. La démission est un principe républicain que l'on a pu voir sous le président Charles de Gaulle, qui démissionna une première fois en 1947 du "Gouvernement provisoire de la République française" et une deuxième fois, président de la république en 1969, le lendemain d'un referendum négatif à 52,41% sur la régionalisation et la réforme du sénat. C'est que dans l'esprit du général de Gaulle, qui avait une prédilection pour le royalisme, la souveraineté populaire et la souveraineté royale (ou présidentielle) vont ensemble et ne peuvent être découplées. Au Moyen Âge, "le roi fait partie du peuple comme la tête fait partie du corps". "Inventés par le roi, (les Etats généraux) ... ont conservé le principe familier à la théologie médiévale, que le peuple est, comme le déclare Philippe Pot aux Etats de 1484 'donateur de la chose publique', et que l'origine de la monarchie est élective. Cette idée simple était pour ainsi dire inséparable de l'institution elle-même", écrit l'historienne Régine Pernoud (Histoire du Peuple français, De Jeanne d'Arc  Louis XIV, Nouvelle Librairie de France, Troyes 1960, tome second, p. 14, 95, 97)

 

Dans l'esprit d'un Manuel Valls, on le voit, la souveraineté populaire est déconnectée de la souveraineté du Premier ministre qui, en quelque sorte prime la volonté du peuple, et est soustraite à toute demande de démission. Les seuls moments où sous l'Ancien Régime, l'Etat refusa toute démission ou révocation d'un Principal ministre ce fut sous un Louis XIV qui exerça seul le pouvoir, sans Premier ministre. La république absolue n'a jamais aussi bien portée son nom, un Louis XIV en moins !

 

Lorsque le peuple appelle à la démission, ce n'est pas un crime "complotiste", c'est un principe de responsabilité politique. Lorsque l'élu n'a plus la confiance de l'électeur, il s'en va en démissionnant. La démocratie, en effet, ne se définit pas seulement par le droit d'élire, elle réside aussi dans ce qu'on nommait au XVIIIe siècle la "censure",... c'est-à-dire le pouvoir de révoquer ou, au contraire, de renouveler la confiance précédemment accordée.

 

En Grande-Bretagne, au lendemain du Brexit, le Premier ministre David Cameron a annoncé sa démission. En Belgique après les attentats de Bruxelles, les ministres de l'Intérieur et de la justice ont présenté leur démission au chef du gouvernement qui l'avait refusée. Dans n'importe quel pays en Europe où il y aurait eu 250 morts en un an et demi , le gouvernement aurait démissionné.

 

Or que constate-t-on en France ? Si un peuple est libre lorsqu'il dispose des moyens qui lui permettront de sanctionner l'usage fait par les gouvernants des pouvoirs qu'il leur avait confiés (2), avec le gouvernement Valls, et durant l'exercice de son mandat, aucune sanction n'est permise, aucune remise en question, aucun doute n'est possible. Aucune autocritique ne vient du gouvernement hors de toute sanction. Le doute ne doit pas même effleurer le peuple ! A moins que celui-ci soit rejeté dans le camp des "complotistes", ennemis de la "république" ! Quelle impudence et quelle honte. Cette attitude d'un gouvernement coupé du peuple est indigne, c'est une insulte pour la mémoire des victimes des attentats.

 

Lire aussi : "Libération" accusé de "complotisme" par Bernard Cazeneuve

 

Rappelons ici que les lois de  novembre 1791 contre les émigrés et les réfractaires, qui à cette époque marquent l'entrée de la Terreur dans la législation révolutionnaire, "ne répriment pas un complot préexistant; elles transforment en complot des comportements, des actes - l'émigration, le refus de prêter serment à la Constitution civile du clergé - qui, certes, expriment une opposition à la Révolution, mais qui n'impliquent nullement l'existence d'un complot." (3)

Quand on connaît le nombre de morts dû à la rhétorique du complot obsessionnel, ce vocabulaire de Manuel Valls emprunté aux révolutionnaires de 1789 est inquiétant.

Notes

 

(1) RMC : 25/07 - Bourdin Direct - 8h-9h date Lundi 25 Juil 2016 09:21:30

(2) Lire Patrice Gueniffey, La Politique de la Terreur, Essai sur la violence révolutionnaire, Fayard 2000, réed. Tel Gallimard, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 210.

(3) Patrice Gueniffey, La Politique de la Terreur, ibid., p. 158.

 

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 00:00
Saint Jacques le Majeur, fêté le 25 juillet, est le premier apôtre martyr, décapité sur l'ordre d'Hérode (Ac. 12, 1-2).

Saint Jacques le Majeur, fêté le 25 juillet, est le premier apôtre martyr, décapité sur l'ordre d'Hérode (Ac. 12, 1-2).

"Il (Hérode) fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean." (Actes, XII:2)

Saint Jacques le Majeur, fils de Zébédée et de Salomé, était frère de saint Jean l'Évangéliste. On le surnomma le Majeur, pour le distinguer de l'Apôtre du même nom surnommé le Mineur, qui fut évêque de Jérusalem. Il était de Galilée et vint au monde douze ans avant Jésus-Christ. Il exerçait la profession de pêcheur, ainsi que son père et Jean, son frère. Un jour qu'ils nettoyaient leurs filets dans une barque sur les bords du lac de Génésareth, Jésus appela les deux frères; à l'instant, quittant leur barque et leur père, ils se mirent à Sa suite et furent bientôt agrégés au collège des Apôtres.

Le choix que Jésus fit des deux frères pour être, avec Pierre, témoins de Sa Transfiguration, et plus tard de Sa prière au Jardin des Oliviers, montre assez l'affection dont Il les honorait. Après la dispersion des Apôtres, Jacques le Majeur vint en Espagne, dont Dieu le destinait à faire la conquête. Il la parcourut en tous sens et la féconda de ses sueurs; mais il ne put convertir que neuf disciples. N'est-ce pas un sujet de consolation pour les prédicateurs dont les efforts ne sont pas toujours couronnés de succès? Dieu Se plaît ainsi à éprouver Ses envoyés; ils sèment, d'autres recueilleront la moisson.

Du reste, Jacques eut une grande consolation: la Sainte Vierge, vivante encore, lui apparut et lui demanda de construire, en Son honneur, une chapelle qui serait une protection pour l'Espagne. La Sainte Vierge a maintes fois prouvé depuis aux Espagnols qu'ils étaient sous Sa sauvegarde.

Saint Jacques revint à Jérusalem, y prêcha la foi de Jésus-Christ et convertit beaucoup de personnes. L'Apôtre gagna à Jésus-Christ deux magiciens qui avaient cherché à le confondre par leur art diabolique.

 

Un jour qu'il prêchait, une émeute, préparée à l'avance, se souleva contre lui; on le conduisit au gouverneur Hérode, en disant: "Il séduit le peuple, il mérite la mort." Hérode, homme sans conscience, visant avant tout à plaire, commanda de trancher la tête au saint Apôtre.

Une tradition fit de Jacques l'évangélisateur de l'Espagne, avant sa mort ou par ses reliques. Sa dépouille mortelle y fut conduite par quelques disciples. Il n'est peut-être pas au monde un ancien pèlerinage plus célèbre que celui de Saint-Jacques de Compostelle.

 

Saint Jacques a été souvent le défenseur de l'Espagne contre les Sarrasins. Il y est particulièrement vénéré sous le nom de Santiago. Son corps aurait été découvert grâce à une étoile dans un champ, d’où le nom de Compostelle. Le pèlerinage vers St Jacques de Compostelle a été le grand pèlerinage depuis le Moyen Age, et les "jacquets" marchent toujours vers le champ de l’étoile.

L’apôtre Jacques est dit "le majeur" pour le distinguer d’un autre apôtre Jacques le mineur (fête le 3 mai).

 

Sources

(1); (2); (3); (4)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 00:00
Sainte Christine de Rome, Vierge et Martyre († vers l'an 300)

Christine était une enfant de dix ans; cependant il ne fallut pas moins de trois tyrans successifs pour la faire mourir, car les deux premiers furent victimes de leur cruauté. Elle devait périr sous les flèches, puis attachée à une roue, puis mordue par des serpents..

Elle avait pour père un gouverneur romain, nommé Urbain, très attaché au culte des faux dieux. Christine, inspirée d'en haut, après avoir ouvert les yeux à la vraie foi, enleva toutes les idoles d'or et d'argent que son père adorait dans sa maison, les mit en pièces et les donna en aumône à de pauvres chrétiens. A cette nouvelle, la colère de son père ne connut pas de bornes; elle fut souffletée, fouettée, déchirée avec des griffes de fer et jetée dans une profonde prison.

Au milieu de ces tortures, l'héroïque enfant conservait la paix de son âme et ramassait les morceaux de sa chair pour les présenter à son père dénaturé. Le supplice de la roue et celui du feu lui furent inoffensifs. 

 

Un ange vint ensuite dans la prison de Christine guérir ses plaies. Son père tenta un dernier effort; il la fit jeter dans le lac voisin de Bolsène avec une pierre au cou, mais un Ange la conduisit saine et sauve au rivage. Ce nouveau prodige irrita tellement le père barbare, que, le lendemain, on le trouva mort dans son lit.

Un nouveau gouverneur fut l'héritier de sa cruauté; il fit coucher Christine dans un bassin d'huile bouillante mêlée de poix; mais elle fit le signe de la Croix sur elle et ne ressentit pas les atteintes de ce supplice. Après de nouvelles tortures, on la conduisit dans le temple d'Apollon; dès qu'elle y entra, l'idole se brisa en pièces, et le tyran tomba raide mort. Sur le coup, trois mille infidèles se convertirent à la vraie foi.

La courageuse martyre dut être présentée devant un troisième juge, qui eut à coeur de venger la honte et la mort de ses deux prédécesseurs. Il fit jeter la jeune martyre dans une fournaise ardente, où elle resta cinq jours sans en rien souffrir. Les bourreaux, à bout d'expédiant, la laissèrent en prison au milieu d'une quantité de vipères que ne lui firent aucun mal. On lui coupa la langue sans qu'elle perdît l'usage de la parole. Enfin, attachée à un poteau, elle fut percée de flèches.

Son tombeau fut retrouvé à Bolsena, ville italienne du sud  de la Toscane, en 1880.
 

 

PRATIQUE. Ne vous rebutez d'aucune difficulté; dites avec saint Paul: "Je puis tout en Celui qui me fortifie."

 

Sainte Christine portant des flèches et avec sa meule est accompagnée par saint Jacques. Peinture flamande vers 1490. Ancienne Pinacothèque de Munich

Sainte Christine portant des flèches et avec sa meule est accompagnée par saint Jacques. Peinture flamande vers 1490. Ancienne Pinacothèque de Munich

Sainte Christine de Rome ne doit pas être confondue avec deux autres saintes du même nom, Christine de Tyr, célébrée en Orient, et qui a été victime à 14 ans des persécutions de l’empereur Dioclétien vers 300, a subi de terribles supplices en gardant le sourire, avant d’avoir le cœur transpercé par une lance. Et Christine l’admirable, une mystique du XIIIème siècle dont les expériences sont « admirables » et incroyables bien que rapportées par un sage chroniqueur, le cardinal Jacques de Vitry.

Sources: (1) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 205; (2) Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 00:00
Sainte Brigitte de Suède (1302-1373), co-patronne de l'Europe


Sainte Brigitte de Suède, Veuve, Fondatrice d'Ordre, co-patronne de l'Europe

Fille de parents nobles, sainte Brigitte fut éducatrice à la cour royale de Suède, épouse, mère de famille, veuve et fondatrice d'une congrégation religieuse. Favorisée de révélations célestes, elle fut appelée à jouer un rôle éminent aussi bien auprès des papes qu'auprès des dirigeants politiques de Suède et d'Europe, comme put en faire autant Ste Catherine de Sienne (1347-1380) .


Sainte Brigitte naquit en Suède vers l'an 1302, 
dans le Roslagen à une cinquantaine de kilomètres au nord de Stockholm. Elle était fille de Birgier Magnusson, prince du sang royal de Suède. Sa mère avait été sauvée d'un naufrage en considération de l'enfant qu'elle portait dans son sein. Bien qu'à sa naissance un saint personnage eût reçu de la Sainte Vierge l'assurance que cette enfant ferait entendre sa voix dans tout l'univers, Brigitte fut muette, jusqu'à l'âge de trois ans; mais, ce temps écoulé, elle parla tout à coup aussi bien qu'une grande personne.
 

Dès son enfance, elle ne prenait plaisir qu'à des discours sérieux. La grâce agissait si puissamment dans son coeur, qu'elle n'avait d'attrait que pour les exercices de piété. A l'âge de dix ans, elle fut singulièrement touchée d'un sermon sur la Passion du Sauveur. La nuit suivante, elle vit le divin Crucifié tout couvert de plaies et de sang, et L'entendit dire: "Regarde, Ma fille, comme J'ai été traité. – Et qui Vous a traité si cruellement? dit-elle. – Ce sont ceux qui Me méprisent et sont insensibles à Mon amour pour eux." À partir de cette époque, la seule pensée des mystères de la Passion lui faisait couler ses larmes. Horrifiée par l’état physique dans lequel Il se trouvait, elle fut prise de dévotion pour les Saintes Plaies du Christ, à qui elle en demanda le nombre précis.

 

"J‘ai reçu en mon corps 5 480 coups. Si vous voulez les honorer par quelque vénération, vous direz 15 Notre Père et 15 Je vous salue Marie avec les oraisons suivantes…". Par la bouche de ce crucifix, Jésus enseigne alors à sainte Brigitte deux séries d’oraisons : Les 15 Oraisons, à réciter 365 fois pendant un an, et Les 7 Notre Père, à réciter 365 fois pendant 12 ans. *


Une nuit que Brigitte était en prière, sa tante, chargée de son éducation après la mort de sa mère, la surprit et voulut la frapper; mais la verge se rompit entre ses mains. Brigitte, tout enfant, était souvent assaillie par le démon qui prévoyait en elle une grande ennemie; mais elle trouvait un secours assuré en courant dans sa chambre se jeter aux pieds du crucifix qui lui avait parlé.


Malgré son goût pour la virginité, Brigitte accepta le mariage par obéissance; elle et le prince, son mari, se préparèrent par un an de prières et de bonnes oeuvres aux obligations de leur état. Dieu donna à ces pieux époux huit enfants. Brigitte fut le modèle des mères par sa sollicitude envers sa famille; elle éloignait de sa maison tout ce qui n'y aurait pas apporté l'édification et la vertu:

 

"Après la lecture de la Bible, répétait-elle à ses enfants, n'ayez rien de plus cher que la Vie des Saints."
 


En 1350, sainte Brigitte voit le Christ en croix s'animer. Il lui révélera les Quinze oraisons à réciter chaque jour pendant un an afin d'honorer les 5 480 coups reçus lors de sa Passion.

A la mort de son mari, elle s'adonna aux saintes oeuvres avec plus de liberté que jamais, apprenant à ses enfants à laver les pieds des pauvres, à soigner les plaies des malades, à soulager toutes les misères.

 

Mais la grande mission de sa vie, Brigitte l'accomplit pendant ses dernières années, qu'elle passa dans la pénitence et la contemplation de Jésus Crucifié. Ses révélations étonnantes ont fait d'elle la merveille de son siècle. Ainsi, eut-elle la vision d'un saint martyr qui lui dit: "Moi et d'autres saints, nous avons obtenu pour toi, de Dieu, la grâce d'entendre, voir et connaître les choses spirituelles, et l'Esprit de Dieu enflammera ton âme." Ce qui l'amènera à révèler la présence au purgatoire de son mari décédé peu de temps auparavant.

C'est à Rome, où elle aimait à séjourner près des tombeaux des Saints, que le Sauveur lui fit connaître l'heure de sa mort prochaine; elle rendit le dernier soupir en prononçant avec amour les dernières paroles de Jésus expirant:

 

"Mon Père, je remets mon âme entre Vos mains."


Le crucifix qui a parlé à sainte Brigitte se trouve dans la basilique Saint Paul Hors les Murs au sud de Rome, là ou le Christ lui a révélé les 15 Oraisons et les 7 Paters.

Abside de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs - Christ bénissant entouré de saints

Abside de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs - Christ bénissant entouré de saints

Sainte Brigitte de Suède, aux côtés de saint Benoîta été déclarée par Jean-Paul II co-patronne de l'Europe avec sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix. (Lettre apostolique « Spes aedificandi » 02/10/1999)

Le 4 octobre 2002 à l'occasion du jubilé de sainte Brigitte de Suède, de nombreux évêques luthériens étaient présents à Rome, ainsi que la princesse Victoria de Suède et la princesse Bénédicte de Danemark

 

Le 27 octobre 2010, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à sainte Brigitte de Suède. (Audience générale, Place Saint-Pierre, Mercredi 27 octobre 2010)

 

* Les promesses de Jésus faites à la personne qui récitera les Quinze oraisons entièrement sont merveilleuses.

 

Les promesses de Jésus faites à la personne qui récitera entièrement ces deux séries d’Oraisons (ou seulement l’une d’entre elles) sont merveilleuses mais parfois bien mystérieuses :

 

Pour Les 15 Oraisons :

 

Je délivrerai du Purgatoire 15 âmes de sa lignée.

 

Je confirmerai et conserverai en état de grâce 15 justes de sa lignée.

 

Je convertirai 15 pécheurs de sa lignée.

 

Elle aura les premiers degrés de perfection.

 

15 jours avant sa mort, elle aura une amère contrition de tous ses péchés et une parfaite connaissance de ceux-ci.

 

Avant sa mort, je viendrai avec ma très chère et bien-aimée Mère et recevrai bénignement son âme et la mènerai aux joies éternelles.

 

Je mettrai le signe de ma très victorieuse Croix devant elle, pour son secours et sa défense contre les embûches de ses ennemis.

 

Je lui donnerai un singulier trait à boire de la fontaine de ma Déité, ce que je ne ferai point à d’autres ne disant pas mes Oraisons.

 

Celui qui dira ces Oraisons est assuré d’être joint au suprême chœur des anges.

 

Quiconque les enseignera à un autre, sa joie et ses mérites ne manqueront jamais, mais seront stables et dureront à perpétuité.

 

Là où sont dites ces Oraisons, Dieu est présent avec sa grâce.

 

 

Pour Les 7 Notre Père :

 

 

Ils n’iront pas en Purgatoire.

 

Je les compterai au nombre des Martyrs, comme s’ils avaient versé leur sang pour la foi.

 

Je conserverai en état de grâce sanctifiante l’âme de trois de leurs parents, au choix.

 

Les âmes de leur parenté, jusqu’à la quatrième génération, éviteront l’Enfer.

 

Ils connaîtront la date de leur mort un mois avant. S’ils devaient mourir avant, je considère la chose acquise, comme s’ils avaient rempli toutes les conditions.

 

Il est tentant de penser qu’il est très simple de "gagner" toutes ces indulgences, en récitant seulement quelques prières par jour. Mais encore faut-il s’y tenir. Je précise que Les 15 Oraisons nécessitent environ 20 minutes de temps, dont 10 minutes pour Les 7 Notre Père. Souvenons-nous aussi de ce récit du Livre des Rois (5, 1-15), quand le prophète Élisée guérit de la lèpre Naaman, général de l’armée du roi de Syrie, en lui disant d’aller se baigner sept fois dans le Jourdain. Notons qu’en hébreu le prénom Naaman signifie "celui qui croit". La foi et l’amour, c’est tout ce que demande Jésus. Combien de fois a-t-Il dit dans l’Évangile : "Ta foi t’a sauvé" ?

 

Ce qu’il y a de merveilleux dans ces Oraisons ce n’est pas simplement les promesses qui leur sont liées. C’est leur contenu. Saint Jean (21, 25) nous dit : "Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses (après sa résurrection, ndlr) ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait." Les Oraisons de sainte Brigitte nous apprennent bien des choses au sujet de la Passion. Elles retracent le récit de la Passion dans l’ordre chronologique, du jardin des Oliviers à la mort de notre Sauveur. Sauf que le narrateur n’est pas extérieur au récit, c’est Jésus lui-même qui nous raconte ce qu’Il a vécu. Notre Seigneur en profite même pour nous expliquer la valeur spirituelle et rédemptrice de chacune de ses souffrances. Par exemple l’Agonie "pour les péchés de cœur de l’homme (…) et l’accroissement de l’amour de Dieu et du prochain", ou le Couronnement d’épines "pour les péchés d’esprit de l’homme (…) et pour l’extension du règne du Christ sur la Terre".

 

Sainte Brigitte bénéficia d'autres révélations célestes qui lui permirent d'écrire plusieurs ouvrages, dont :

 

- Revelationes (huit livres de révélations sur la vie de Jésus et de Marie et sur les évènements du temps de sainte Brigitte)

- Sermo Angelicus (entretiens des Anges sur la vie de Marie)

- La Règle de l'Ordre

- Quattuor Orationes (prières)

 

Le site Abbaye-saint-benoit.ch a publié une Vie de Sainte Brigitte écrite d'après les documents authentiques par une religieuse de l'Adoration perpétuelle avec approbation épiscopale (tome second, Paris Librairie Saint-JOSEPH, Libraire éditeur, 1879)


Sources

 

(1) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 283; (2), (3); (4); (5); (6); (7); (8)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 15:44

En novembre 2014, trois djihadistes "français" de l'Etat islamique appelaient les musulmans français au djihad et à attaquer la Franceselon une information rapportée par Sud-Ouest. Trois mois plus tard, le 3 février 2015, l'Etat islamique menaçait à nouveau la France dans une video rapportée par Le Figaro.

 

Ce 22 juillet 2016, les terroristes de l'Etat islamique menacent à nouveau la France dans une video où plusieurs villes françaises sont directement ciblées.

Daech l'Etat islamique cible plusieurs villes françaises

Deux djihadistes de Daech ont menacé la France dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux mercredi soir, 20 juillet. Pour la première fois, Marseille est directement visée.

 

Sur la vidéo, on voit deux terroristes francophones menacer la France de nouvelles attaques meurtrières. Ils se tiennent derrière deux hommes agenouillés, menaçant de les égorger avec un couteau.

 

"Regarde bien cette scène François Hollande, elle va bientôt arriver sur tes propres citoyens dans les rues de Paris, dans les rues de Marseille, dans les rues de Nice", dit l'un des djihadistes. (1)

 

C'est la première fois que Marseille apparaît comme une cible des terroristes.

 

Par la suite, face caméra, les djihadistes procèdent à la décapitation de deux hommes qu'ils accusent d'avoir "espionné" l'EI, un "message" pour la France, selon cette vidéo que mentionne également SITE, le centre américain de surveillance des sites jihadistes. (2)

 

La vidéo aurait été tournée en Irak, dans la province de Ninive au nord du pays, contrôlée par Daech.

 

Romain Caillet, spécialiste des questions islamistes, note sur Twitte que plusieurs villes françaises sont directement citées dans la liste des cibles, dont Marseille pour la 1ère fois.

 

Daech avait revendiqué l'attentat de Nice du 14 juillet, qui a fait 84 morts et des centaines de blessés, en affirmant que l'attaque venait "en réponse aux appels du groupe à prendre pour cible les pays faisant partie de la coalition" antijihadiste en Irak et en Syrie.

 

Sources

 

(1) Daech nomme sa prochaine cible, Sputnik news, 11:33 22.07.2016(mis à jour 11:38 22.07.2016)

(2) L'État islamique menace d'intensifier ses attaques en France et vise pour la 1ère fois Marseille, Huffingtonpost, AFP Publication: 21/07/2016 01h30 CEST Mis à jour: 21/07/2016 01h30

(3) http://www.ladepeche.fr/article/2016/07/21/2388622-daech-menace-intensifier-attaques-france-vise-premiere-fois-marseille.html

(4) http://www.ledauphine.com/france-monde/2016/07/21/daech-se-felicite-de-l-attentat-de-nice-et-menace-marseille

22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 12:06
"Isis : el islam puesto en practica" (Isis : l'islam mis en pratique. Père Samir Khalil). ISIS est l'ancien nom de Daech l'état islamique.

"Isis : el islam puesto en practica" (Isis : l'islam mis en pratique. Père Samir Khalil). ISIS est l'ancien nom de Daech l'état islamique.

Le Père jésuite Samir Khalil, islamologue de l’université Saint-Joseph de Beyrouth et professeur à l'Institut pontifical oriental (Rome), évoque les différents courants de l'islam radical (wahhabisme en Arabie Saoudite et Qatar, salafisme, Les Frères musulmans, à partir de 11:30) dans une video pour le site de videos catholiques espagnol "Eukmamie". "L’Etat islamique, c’est l’islam mis en œuvre" , explique-t-il.

Dans les Paramètres de la video, activer les sous-titres en "français" "traduire automatiquement".

Dans un entretien mis en ligne par le site de vidéos catholiques EUK Mamie, le père jésuite Samir Khalil, islamologue de l’université Saint-Joseph de Beyrouth et intervenant dans plusieurs universités pontificales, dénonce la persécution contre les chrétiens du Proche-Orient de la part de l’islam. Pour lui, il n’y a pas de doute : l’Etat islamique, c’est vraiment la mise en œuvre de l’islam, appuyée sur l’exemple de Mahomet : « Daesh, l’Etat islamique, n’a rien fait contre la loi islamique. Il a appliqué ce qui se trouve dans le Coran ou dans la vie de Mahomet, et dans ses paroles. »
 
De la part d’un fin connaisseur de l’islam comme le P. Khalil, cette analyse a du poids – même si elle contredit frontalement le politiquement correct qui veut que l’islam soit une religion « de paix et de tolérance ». Auteur d’une soixantaine de livres et de plus de 1.500 articles universitaires, il est spécialisé dans l’histoire de l’Orient chrétien et du patrimoine culturel et théologique chrétien arabe ; il s’est également beaucoup penché sur les relations entre chrétiens et musulmans et la question de « l’intégration » des musulmans en Europe.
 
Le P. Samir Khalil a livré ses réflexions sur l’Etat islamique en italien, dans le cadre de l’émission « Sur les traces du Nazaréen ». Le site hispanophone Infocatolica en a retranscrit la substance.

 

Samir Khalil, père jésuite, refuse le langage lénifiant sur l’islam

 
Ayant noté que l’islam pratique la « discrimination » par le truchement de l’inscription de la religion sur la carte d’identité dans les pays du Proche-Orient – question épineuse qui pose aussi le problème de la sauvegarde les légitimes privilèges communautaires en matière de droit matrimonial par exemple – le P. Khalil souligne qu’en islam, « la liberté de conscience n’existe pas ». A la manière du traître qui révèle des secrets d’importance capitale pour son pays, « celui qui abandonne l’islam pour adhérer à une autre religion est tenu pour un traître qu’il faut châtier » : c’est pourquoi le musulman qui abandonne publiquement l’islam est passible de la mort. Cela s’explique, souligne le jésuite, par la nature de l’islam : « Il est religion, Etat, politique, économie, tout. »
 
A quoi s’ajoute une autre grave difficulté : les musulmans identifient l’Occident et le comportement moral de l’Europe et de l’Amérique avec le christianisme, ce qui leur fait dire que les chrétiens sont pires que les païens.
 
A propos de l’actualité du Proche-Orient, le P. Khalil explique : « Les tendances les plus fanatiques de l’islam, les plus radicales, ont pris le pouvoir. C’est la force qui a triomphé et des mouvements radicaux sont apparus, culminant avec l’Etat islamique ou Daesh. » Ce mouvement sunnite vient s’opposer aux forces chiites favorisées en Irak par les États-Unis ou au pouvoir en Syrie avec le clan Alaouite de Bachar al-Assad. Et selon le jésuite, il est tout naturellement soutenu et armé par l’Arabie Saoudite, le Qatar et d’autres pays sunnites qui laissent l’État islamique mener leur bataille contre les chiites considérés comme « hérétiques ».
 
L’Etat islamique s’est fait barbare, poursuit-il. « Il n’est plus humain, il est inhumain : il tue des enfants, il tue des personnes désarmées, des femmes… Ils ont réhabilité l’esclavage, les femmes ont été prises comme esclaves, vendues ; ils ont organisé un marché d’esclaves – comme cela se faisait au temps de Mahomet – un marché qui a lieu toutes les semaines et où on les achète comme on achète la nourriture et d’autres choses. Tout cela est un scandale mais on s’est tu. »

 

Un islamologue montre que l’Etat islamique, c’est l’islam

 
C’est alors qu’il explique : « L’Etat islamique, ou Daesh en arabe, fait tout ce qu’il fait en le justifiant par des arguments tirés de la vie de Mahomet ou du Coran. Ou des paroles de Mahomet. Par exemple, l’esclavage, en particulier celui des femmes était la chose la plus banale car la guerre se faisait pour cela, pour prendre les biens mais aussi pour prendre les personnes : les hommes, on les faisait travailler ou on les tuait, les femmes devenaient esclave pour le plaisir sexuel. Il existe dans le Coran un chapitre appelé “sourate du butin”, qui explique comment prendre le butin au cours de la guerre. »
 
Cela est certes nié par les musulmans « modérés ». « Les musulmans n’osent pas le dire, ils disent : “Non, Daesh n’a rien à voir avec l’islam, parce que l’islam veut dire Salam, paix.” C’est avant tout un mensonge linguistique. Ce mot peut signifier salut, paix, soumission, etc. Islam veut dire soumission, ce qui suppose la soumission à Dieu. (…) Dire que cela n’appartient pas à l’islam est un mensonge. La réalité, c’est que l’État islamique est 100 % musulman. Que cela ne plaise pas aux musulmans et à leur sens de l’honneur, cela veut dire que celui qui dit cela n’est pas musulman, c’est une personne modérée  mais juridiquement, il est musulman. (…) On ne peut pas dire que l’islam est égal à la violence. Mais on ne peut pas dire le contraire : qu’il n’y a pas de violence dans l’islam. Il y a de la violence. »

 

La convivialité avec les musulmans suppose l’évangélisation

 
Et de conclure : « Voilà la situation telle qu’elle est, mais l’expérience prouve que l’on peut vivre ensemble, dans la paix et la tolérance. C’est ce qu’il nous faut recréer aujourd’hui : aider les musulmans à vivre ensemble comme frères. (…) Il nous appartient de donner un autre modèle de coexistence, de fraternité, et de dire où nous l’avons appris : dans l’Évangile, et de Jésus. Si tu veux être parfait, va, suis Jésus. Voilà notre mission. »
 
Une mission d’évangélisation, donc. Voilà pourquoi le P. Samir Khalil ajoute : « On pourrait changer beaucoup de choses si l’on se disait : bien, Dieu a envoyé les musulmans en Europe. Ils sont aujourd’hui peut-être près de 15 millions. Que faisons-nous pour leur faire connaître l’Evangile ? C’est-à-dire quelque chose qui dépasse l’islam et l’être humain ordinaire. L’Evangile, c’est le maximum. Pourquoi ne le transmettons pas ? Jadis, nos pères traversaient les mers, affrontait le martyre, ils étaient tués, etc. (…) pour gagner un musulman à l’Evangile. Aujourd’hui je n’ai pas besoin de traverser la mer. Ils viennent. Alors, tenter de les marginaliser… c’est un crime. Cela n’est pas admissible. Il s’agit de les accueillir, et de leur dire : “Je te donne ce que j’ai de plus beau, l’Évangile.” Et si quelqu’un découvre que l’Évangile est en vérité la chose la plus belle, je l’invite à devenir chrétien. Mais c’est une invitation, rien de plus. »
 
On peut s’interroger sur l’efficacité de cette démarche face au nombre des musulmans et à l’agressivité de l’islam en Europe, et à sa tendance à se marginaliser – à constituer une communauté à part – lui-même. Mais dire qu’il n’y a pas d’autre salut que leur conversion – avec la grâce de Dieu – est sans doute la seule réponse véridique au drame du tsunami migratoire.

 

Anne Dolhein

 

Reinformation.tv

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 07:45
Julien Dray : L'"enjeu", "c'est que la république doit permettre la naissance de cet islam libre"

Ces gens sont fous. Neufs jours après l'attentat de Nice, tout l'"enjeu" pour le socialiste Julien Dray, invité de RMC ce matin (1), c'est de continuer ce qui a été fait pendant trente ans. Ce n'est pas de sécuriser les Français, c'est que la république permette de créer un "islam libre" !

 

"Toute la bataille qui est enjeu, c'est que la république doit permettre la naissance de cet islam libre."

 

On aimerait savoir si Julien Dray est un théologien musulman pour savoir quelle est la bonne version de l'islam, et pour quelles raisons un politique dit "laïque" se permet d'appeler à créer un "islam libre" en France ?

 

Conseiller régional socialiste d'Île-de-France, une des figures de la gauche qui a longtemps été le monsieur sécurité du parti socialiste, Julien Dray était interrogé par Apolline de Malherbe.

 

"Le jeudi 14 juillet au soir sur la Promenace des Anglais (à Nice), six policiers nationaux sur la zone piétonne, deux véhicules et aucun véhicule en travers de la chaussée, les véhicules étaient garés le long de la voie, ce dispositif vous paraît-il suffisant ?", demande Apolline de Malherbe.

 

"Il y aura certainement, et c'est une nécessité à mon avis, à regarder les choses. Il n'ya pas de système parfait. Il y a eu des failles forcément, puisqu'il y a eu attentat", a répondu Julien Dray.

 

(A partir de la 5e minute dans le podcast) "On a les outils suffisant dans notre constitution, dans notre droit pour faire face ?",  demande justement Apolline de Malherbe.

 

Lire : Attentats : De l'impuissance de la laïcité "ouverte" ou "stricte"

 

Réponse de Julien Dray : "Ils (les terroristes) veulent que nous changions. Ils veulent que nous abandonnions la république. Ils veulent que ce que nous sommes, c'est-à-dire ce pacte républicain, où chacun est considéré comme un citoyen par-delà ses croyances, soit rompu. Ils veulent qu'on en revienne à des communautés et à la guerre des communautés, parce qu'ils veulent devenir les chefs d'une communauté pour briser ce pacte républicain. Et ce n'est pas un hasard s'ils s'attaquent le plus (à la France), si le pays qui est le plus ciblé, c'est la France, parce que c'est un modèle dans lequel progressivement et avec difficultés, est en train de naître un islam libre, un islam qui s'émancipe de la tutelle salafiste. Et c'est là, toute la bataille qui est enjeu, c'est que la république doit permettre la naissance de cet islam libre", répond cet idéologue militant communiste trotskiste dans sa jeunesse, co-fondateur en 1984 avec Harlem Désir de SOS-Racisme, l'officine gauchiste qui monta et instrumentalisa les communautés immigrées contre le reste de la population pendant des années, avec le résultat que nous voyons aujourd'hui !

 

Lire : "Réforme de l'islam de France" : Un Conseil des ministres "particulier" (Manuel Valls) où des financements pour construire des mosquées et la formation des imams sont envisagés

 

De quoi se mêle Julien Dray ? De religion ? Tout le monde pensait qu'on était dans une république "laïque" où l'Etat ne se mêlait pas des affaires religieuses ? Et si l'on demandait au grand-prêtre de la franc-maçonnerie de prêcher sa religion ailleurs, dans ses loges par exemple (2) avec une application stricte de la laïcité ?

 

"Il y a la tentation raciste. On a vu un certain nombre de scènes, de témoignages, de Niçois d'origine arabe qui ont été pris à partie sur la promenade des Anglais, est-ce qu'elle n'est pas en train de se déliter cette société?", demande Apolline de Malherbe.

 

"Justement, ce n'est pas elle (la société) qui est en train de se déliter, c'est nous tous. Parce que si on perd cette bataille-là, nous serons aussi perdants.

 

[A partir de 12:50 dans le podcast] "Quelqu'un comme Patrick Calvar qui est le patron du renseignement français disait avant même l'attentat de Nice : 'La confrontation entre l'ultra-droite et le monde musulman est inéluctable" (3), demande Apolline de Malherbe.

 

Réponse de Julien Dray : "Entre l'ultra-droite et le monde musulman, mais entre ces deux pôles-là il y a la république. Et c'est pour cela qu'elle ne doit pas s'abandonner. C'est pour cela que quand on me dit que pour sauver la France, il faut abandonner la république, je dis non. Pour sauver la France, il faut défendre la république."

Julien Dray : L'"enjeu", "c'est que la république doit permettre la naissance de cet islam libre"

Toujours les mêmes recettes d'il y a trente ans et qui nous ont conduit là où nous en sommes ! Il faudra expliquer à Julien Dray que si la république est "laïque" (ce que l'on peut accepter compte tenu que c'est le Christ qui a inventé la laïcité), la France, elle, est catholique ! Pour sauver la France il faut donc renouer avec les principes qui l'ont fondée, les assumer et en être fiers.

Julien Dray : L'"enjeu", "c'est que la république doit permettre la naissance de cet islam libre"

Il faudra enfin expliquer à Julien Dray et aux socialistes que toutes les personnes inquiètes de la progression de l'islam en France ne sont pas nécessairement de droite, et encore moins de l'"ultra-droite" !... C'est cet aveuglement qui perdra les islamo-gauchistes.

Notes

 

(1) RMC : 22/07 - L'invité de Bourdin Direct : Julien Dray, date Vendredi 22 Juil 2016 09:26:07

(2) Julien Dray est franc-maçon, affilié au Grand Orient de France (Liste des signataires de l’appel Pour un nouveau combat féministe du Grand Orient de France sur son site officiel. Source)

(3) Le patron de la DGSI prédit une confrontation entre "l'ultra droite et le monde musulman", Marianne.net, Mardi 12 Juillet 2016 à 10:00;

Auditionné dans le cadre de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, dont le rapport est rendu public ce mardi 12 juillet, le patron de la DGSI Patrick Calvar se montre inquiet. "[U]ne confrontation entre l’ultra droite et le monde musulman" lui paraît "inéluctable".

 

22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 00:00
Sainte Marie Madeleine

Sainte Marie Madeleine

Marie Madeleine, soeur de Marthe et de Lazare, était d'une famille distinguée de Béthanie. Après la mort de ses parents, Marie avait reçu en héritage le château de Magdala, en Galilée, d'où lui vint le surnom de Madeleine, et elle y vivait dans le luxe et les plaisirs au point qu'elle devint le scandale de toute la Galilée, et qu'on ne la connut bientôt que sous le nom de la Pécheresse. En punition de ses débordements, elle fut possédée du démon jusqu'au jour où le Sauveur, lui remettant ses péchés, la délivra de la domination de Satan.

Dieu avait fait naître en ce coeur coupable le désir de voir Jésus; ce désir devait être son salut, car le Sauveur voulait donner en Madeleine un exemple frappant de Sa miséricorde infinie en même temps que de la plus parfaite pénitence. C'est elle qui, ayant un jour suivi le Seigneur chez Simon le Pharisien, versa sur les pieds de Jésus un vase de parfum précieux, les arrosa de ses larmes et les essuya avec ses cheveux, et qui entendit ensuite cette parole:

"Beaucoup de péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a beaucoup aimé."

Nous la rencontrons, depuis lors, très souvent dans l'Évangile; elle contemple Jésus et L'écoute, dans la maison de Béthanie, pendant que sa soeur Marthe s'occupe seule du service de la maison: "Marie, dit le Sauveur, a choisi la meilleure part." Une autre fois, dans les derniers jours de sa vie, Jésus voit Madeleine répandre un parfum délicieux sur cette tête divine qui bientôt sera couronnée d'épines. Elle accompagne le Sauveur au sommet du Calvaire, assiste à Sa mort et à Sa sépulture, et bientôt reçoit l'une des premières visites du Christ ressuscité: "Marie!" S'écrie le Sauveur. Et Marie, reconnaissant Jésus, Lui répond dans une effusion d'amour: "O mon Maître!"

Peu après, les Juifs endurcis, fatigués de ses exhortations et de celles de Marthe et de Lazare, les exposèrent sur la mer par une tempête, dans une pauvre barque sans rames ni voiles. La nacelle voguait à la garde de Dieu, et vint aborder, après quelques jours, au rivage de Marseille. Les pieux disciples du Christ firent là de nombreuses conquêtes.

Quant à Madeleine, elle s'enfonça dans les montagnes sauvages et solitaires et fut transportée par les anges dans une grotte appelée depuis
la Sainte-Baume, où elle mena une vie plus angélique qu'humaine, favorisée des grâces les plus merveilleuses, ne vivant que de la Sainte Communion, soupirant et versant des larmes de pénitence et d'amour.

(Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.
Basilique de Saint Maximin

Au pied de la montagne dans le Var et aux portes des Bouches du rhône, la basilique Sainte Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, achevée en 1532 est le plus important exemple de style gothique en Provence.

Dans la tradition chrétienne médiévale, après avoir débarqué aux Saintes-Maries-de-la-Mer, Sainte Marie-Madeleine aurait occupé pendant trente ans une grotte du massif de la Sainte-Baume (départements des Bouches-du-Rhône et du Var),
près de Marseille, pendant qu'elle évangéliseait la Provence, de nombreuses années dans le dénuement et l'abandon le plus total, on dit qu'un ange venait lui apporter à manger. A sa mort, elle aurait été ensevelie dans la crypte de la basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Une église y a été élevée et les reliques de Sainte Marie Madeleine y sont conservées, ainsi que dans la basilique de Saint-Maximin.
Chaque année, les Dominicains qui entretiennent ce lieu organisent une fête le jour de sa fête, le 22 juillet, et une procession avec les reliques a lieu du couvent jusqu'à la grotte, sous forme de chemin de croix. On gravit la montagne et arrivés en haut, avant les dernières marches dans le virage, on se trouve devant une scène de l'Evangile: la croix de Jésus et celles des deux larrons, avec la Vierge Marie, Saint Jean et Sainte Marie Madeleine au pied de la croix de Jésus, d'un réalisme saisissant et émouvant; et juste avant de pénétrer dans la grotte, on se trouve devant Sainte Marie Madeleine pleurant au pied de la croix. Ce pèlerinage en souvenir de celle qui a tant aimé Jésus et a radicalement changé de vie est très porteur et nous plonge 2000 ans en arrière...
La basilique est mondialement connue pour son orgue, magnifique témoin de l'école française, ayant conservé l'intégralité de ses 2960 tuyaux d'origine. En juillet 1971 André Stricker (1931-2003) y donne un récital "Des fils de Bach à Beethoven" d'où est extrait ce choral de Buxtehude: "Wie schön leuchtet der Morgenstern", d'aprés l'hymne de 1599 de Philipp Nicolai dont Bach tirera sa cantate du même nom.
 
Saint Louis est allé en pélerinage à la Sainte Baume. Il semble qu'il se soit beaucoup intéressé à la vie de Marie-Madeleine.
Marie-Madeleine ou Myriam ou Maya qui signifie aussi goutte d'eau de mer.
 

Saint Jean-Paul II, dans sa lettre apostolique Mulieris dignitatem, a mis en relief le rôle particulier de Marie de Magdala. Elle est la première témoin du tombeau vide au matin de Pâques, la première à rencontrer le Christ ressuscité, et la première à lui rendre témoignage devant les Apôtres. C'est pour cela qu'on l'a même appelée "l'apôtre des Apôtres". Pour Jean-Paul II, cet événement est révélateur de la volonté du Christ de transmettre la vérité divine aux femmes, sur un pied d'égalité avec les hommes.

 

Un décret publié le 10 juin 2016 par la Congrégation du culte divin a élevé la mémoire de Marie de Magdala le 22 juillet au rang de fête dans le calendrier liturgique.

 

Lorsque Jésus lui dit : "Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père", c’est à toute l’Église que cette invitation s’adresse, pour qu’elle entre dans une expérience de foi capable de dépasser toute appropriation matérialiste et toute compréhension humaine du mystère divin. Ces mots ont une portée ecclésiale et constituent une leçon pour les disciples de Jésus afin qu’ils ne cherchent pas les certitudes humaines ou les titres mondains, mais la foi dans le Christ vivant et ressuscité. Voilà pourquoi la célébration liturgique de cette femme a désormais le même caractère festif réservé à la célébration des apôtres dans le calendrier romain afin qu’elle soit un modèle pour toute femme dans l’Église.

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 17:19

Les casseroles s'accumulent au-dessus de la tête de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Il y a eu les "actes de torture" au Bataclan, "certaines choses" qui "n'ont jamais été dites" (Rapport Georges Fenech, p. 9.), y aura-t-il maintenant certaines images de l'attentat de Nice qui ne seront jamais montrées au public ? Les accusations de "complotisme" pleuvent sur les journalistes indépendants (à lire un peu plus bas dans l'article).

 

A quoi servent les caméras publiques financées avec l'argent des contribuables pour leur sécurité (nous a-t-on dit) si lorsque survient un attentat, les autorités gouvernementales demandent aux agents de la commune de détruire les images et les videos ?

 

De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d'ailleurs les agents en charge du dispositif n'ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».

 

Une réquisition judiciaire urgente a été envoyée au centre de supervision urbain de Nice mercredi 20 juillet. Le parquet de Paris évoque un souci «d'éviter la diffusion non contrôlée de ces images».

 

Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l'article R642-1 du Code pénal leur demandant l'effacement «complet» de 24 heures d'images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l'attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet. (1)

 

Attentat de Nice: Incroyable mais vrai, la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d'images

Et après cela, nous apprenons dans le même temps que le Premier ministre Manuel Valls trouve "insupportable la remise en cause permanente de la parole de l'Etat, du préfet, des policiers" ! (2)

Attentat de Nice: Incroyable mais vrai, la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d'images

C'est que la situation devient explosive pour le gouvernement. Un article du Figaro titre : "Attentat de Nice: l'Intérieur a-t-il menti sur la sécurisation de la promenade des Anglais?"

 

Selon Le Figaro aujourd'hui, "aucun policier national n'était présent à l'entrée de la zone piétonne de la promenade des Anglais. Les voitures de police stationnées sur place rendaient possible le franchissement de la Prom', contrairement à ce qu'avait assuré Bernard Cazeneuve. ... Quelques jours après l'attentat de Nice qui a fait 84 morts, les soupçons sur les failles de sécurité s'accumulent." (3)

 

Hier soir, le quotidien Libération a publié une enquête :

 

"Contrairement à ce qu’a affirmé le ministère de l’Intérieur, l’entrée du périmètre piéton de la promenade des Anglais n’était pas protégée par la police nationale le 14 juillet au soir. Ce manque de transparence entame la confiance dans l’exécutif." (4)

Attentat de Nice: Incroyable mais vrai, la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d'images

Selon cette enquête de Libération, aucun policier national n'était présent à l'entrée du périmètre de sécurité au moment où le terroriste Mohammed Lahouaiej-Bouhlel a foncé dans la foule au volant d'un camion de 19 tonnes. L'information est d'autant plus polémique qu'elle contredit la déclarations du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la préfecture des Alpes-Maritimes, selon laquelle la police Nationale sécurisait l'accès au lieu du drame.

 

On peut en effet se demander comment un soir de 14 juillet un camion a pu emprunter la voie d'accès de la Promenage des Anglais et y rouler ? Est-ce "complotiste" de se poser la question?

 

Sur Christ-Roi, nous nous félicitions de voir enfin la grande presse faire son travail. Se pourrait-il qu'une partie de l'élite oligarchique se coupe de l'autre pour rejoindre le peuple ? Un autre article de Libération explique en effet :

 

"Ce qui nous interroge, ce sont les arrangements avec la réalité, l’absence de transparence et donc de responsabilité des services de l’Etat. Ne rien cacher des erreurs commises, pour ne plus les commettre à nouveau, est un devoir. Et une nécessité démocratique : mettre un couvercle sur ce qui s’est passé à Nice - pour ne pas dire cacher - n’est guère rassurant. Cela génère fantasmes, rumeurs et théories du complot." (5)

 

Disant avoir reccueilli de nombreux témoignages, le quotidien, photographies à l'appui prises avant le drame, montre que seuls deux agents municipaux étaient présents à l'entrée de la promenade des Anglais, placés au milieu de la chaussée derrière deux barrières de sécurité. Revêtus d'un gilet jaune, en charge d'assurer la déviation de la circulation et un contrôle visuel, ils sont postés au milieu de nombreuses voitures. Une source proche du dossier précise que leur véhicule était stationné à proximité dans le sens longitudinal, permettant à Mohamed Lahouaiej Bouhlel de s'engouffrer dans la Prom'. Aucune trace d'effectifs de la police nationale dans ce périmètre, tous ayant été «relevés aux alentours de 20h30 par leurs collègues municipaux», poursuit Libération. En fait, ils ont été relevés à 21 heures. Aucune voiture de police nationale n'est donc plus présente à l'entrée du point d'accès Gambetta, explique Le Figaro.

 

Ainsi, suite à ce genre d'articles et d'enquête, Libération n'a pas tardé à être assimilé à un journal "complotiste" par Bernard Cazeneuve, qui, "piqué au vif, dans la nuit de mercredi à jeudi", "a fait un communiqué pour «s' indigner des contre-vérités» de Libération".

 

Bernard Cazeneuve accuse Libération de complotisme (Le Figaro, Attentat de Nice: l'Intérieur a-t-il menti sur la sécurisation de la promenade des Anglais, 21.07.2016)

Bernard Cazeneuve accuse Libération de complotisme (Le Figaro, Attentat de Nice: l'Intérieur a-t-il menti sur la sécurisation de la promenade des Anglais, 21.07.2016)

A l'accusation de "complotisme", Libération a publié une réponse:

 

"Un communiqué de près d’une page et demie envoyé à 1 heure du matin, des accusations de «contre-vérités» interrogeant la «déontologie» de notre travail, qui emprunterait, d’ailleurs, «aux ressorts du complotisme». … Pourtant, sur le fond du dossier, Bernard Cazeneuve et la préfecture des Alpes-Maritimes confirment intégralement nos informations. Et donc, par ricochet, leur propre manque de transparence.

 

... A 22 heures, au «point d’entrée du camion» sur la zone piétonne, au niveau de l’intersection avec le boulevard Gambetta, seuls deux policiers municipaux sont présents et ne sont pas «en renfort» des équipages de la police nationale, qui ont été relevés plus d’une heure auparavant.

 

Concernant le positionnement «de véhicules bloquant l’accès à la chaussée», c’est faux également. Au niveau du premier barriérage tenu par la police municipale, la fin de la circulation automobile est délimitée par des barrières métalliques et des plots rectangulaires. Seul un véhicule municipal est positionné sur la chaussée, insuffisant pour fermer l’accès. 400 mètres plus loin, là où sont positionnés les premiers effectifs de la police nationale, leurs véhicules ne bloquent pas non plus la chaussée. Ils sont en réalité garés sur le bas-côté, «permettant l’accès des piétons», comme le note le ministre de l’Intérieur dans son communiqué nocturne.

 

Le 16 juillet toujours, sur le perron de l’Elysée à l’issue d’un Conseil de défense restreint, Bernard Cazeneuve assure d’abord que la «police nationale était présente et très présente sur la promenade des Anglais». Libération n’a pas contesté ce point, citant les effectifs tout au long de la soirée (85 policiers nationaux à 19 heures, 89 à 20 heures, 92 à 21 heures et 64 entre 22 heures et 23 heures). Puis, le ministre de l’Intérieur évoque le «franchissement du barrage par le camion» et assure que «des véhicules de police rendaient impossible le franchissement de la promenade des Anglais. C’est par les trottoirs et de façon très violente que ce camion a réussi à pénétrer».

 

A quoi le ministre de l’Intérieur fait-il allusion ? Ce barrage, contourné par le trottoir, est celui de Gambetta, là où le camion pénètre dans la zone piétonne. Puis, Cazeneuve décrit des véhicules de police disposés en travers de la chaussée, rendant même «impossible» le passage du camion. Le ministre commet la même erreur que la préfecture, comme nous l’expliquions ci-dessus. (6)

Attentat de Nice: Incroyable mais vrai, la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d'images

Alors que la responsabilité du ministère de l'Intérieur dans la sécurisation de la promenade des Anglais à Nice est interrogée par Libération, l'opposition réclame une enquête indépendante pour faire la lumière sur la gestion du gouvernement. (7)

 

. Attentats : les Niçois, premiers à réagir par une vive colère à la responsabilité du gouvernement

Sources

 

(1) Attentat de Nice : quand la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d'images, Le Figaro, Par Eugénie Bastié , Paule Gonzales Mis à jour le 21/07/2016 à 18:14 Publié le 21/07/2016 à 17:28

(2) Nice: Valls juge «insupportable» la remise en cause de l'Etat, Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 21/07/2016 à 16:44 Publié le 21/07/2016 à 16:42

(3) Attentat de Nice: l'Intérieur a-t-il menti sur la sécurisation de la promenade des Anglais?, Le Figaro, Par 5 auteursMis à jour le 21/07/2016 à 17:24 Publié le 21/07/2016 à 00:17

(4) Sécurité à Nice. 370 mètres de questions, Libération, Par Grégoire Biseau , Sylvain Mouillard, (à Nice) , Willy Le Devin et Ismaël Halissat, (à Nice) — 20 juillet 2016 à 21:21

(5) Sécurité à Nice : Bernard Cazeneuve devra s'expliquer, Libération, Par Johan Hufnagel — 20 juillet 2016 à 21:21

(6) Attentat de Nice : la réponse de «Libération» à Bernard Cazeneuve, Libération, Par Sylvain Mouillard, à Nice , Willy Le Devin et Ismaël Halissat, à Nice — 21 juillet 2016 à 12:06 (mis à jour à 12:58)

(7) Nice : la droite réclame une enquête, Le Figaro, Par Marc de Boni Mis à jour le 21/07/2016 à 17:26 Publié le 21/07/2016 à 09:53

21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 00:00
Saint Victor de Marseille, soldat et martyr (+ 303)

Le culte de ce militaire romain est très ancien puisqu'on construisit en 415, à Marseille, un monastère portant son nom. Il aurait été un brillant officier, mais il refusa de trahir le Christ. Saint Victor naquit vers le milieu du IIIè siècle, d'une noble famille de Marseille. Ses parents en firent un chrétien, et quand il fut en âge de choisir une profession, il choisit le métier des armes, où il servit les empereurs avec honneur et vaillance.

Le co-empereur Maximien, les mains encore fumantes du sang de la légion thébaine, et de celui de plusieurs autres martyrs qu'il avait répandu en divers provinces des Gaules, vint à Marseille, où il y avait une église florissante.


Victor ayant appris l'arrivée de l'empereur à Marseille pour persécuter les chrétiens, au lieu de cacher sa foi, il sentit s'accroître en lui son zèle pour la défendre. Il parcourait hardiment les rangs de ses compagnons chrétiens pour les encourager à ne pas faiblir. Jour et nuit il se rendait de maison en maison, exhorter les fidèles à souffrir généreusement pour Jésus-Christ; il allait même accompagner les martyrs jusque dans leurs supplices, pour les fortifier dans le combat suprême.


Trahi par son zèle, il fut chargé de chaînes et conduit à l'empereur lui-même. Maximien employa successivement les promesses et les menaces pour l'engager à sacrifier aux dieux; le Saint, inébranlable, confondit le tyran en démontrant la vanité des idoles et la divinité de Jésus-Christ. L'empereur crut qu'une grande humiliation pourrait triompher de Victor; il le fit traîner par les pieds et poursuivre par les coups et les huées de la populace païenne. Après ce premier tourment, Victor répondit aux nouvelles questions: "Je suis chrétien, je méprise vos dieux et je confesse Jésus-Christ." A ces mots, on l'étendit sur un chevalet, et son corps fut affreusement déchiré.

Pendant ce supplice, Jésus-Christ lui apparut la Croix à la main, en lui promettant une immortelle couronne, et cette vision adoucit le sentiment de ses douleurs. La nuit suivante, dans sa prison, il fut visité par les Anges. Trois gardiens, frappés de voir le cachot resplendir d'une miraculeuse clarté, se convertirent, furent baptisés et reçurent le martyre avant Victor lui-même. Trois jours après, Maximien rappela Victor devant son tribunal et lui ordonna d'adorer une idole de Jupiter. Victor, saisi d'horreur, poussa l'autel avec son pied et le renversa ainsi que l'idole. Le tyran, pour venger son dieu, fit couper le pied au vaillant chrétien. Victor offrit ce membre à Jésus-Christ comme les prémices de son sacrifice. Ensuite il fut placé sous la meule d'un moulin pour être broyé, mais la machine se brisa; il fallut, pour achever la victime, lui trancher la tête. En ce moment, une voix céleste fit entendre ces paroles: "Victor, tu as vaincu!"

Victor figure au propre du diocèse de Marseille comme fête patronale de la ville.

 

PRATIQUE. Ayons constamment les yeux fixés sur Dieu, notre souverain bien.

Sources : (1)
Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 202; (2); (3); (4); (5)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 00:00
Sainte Marine, ou Marguerite ou Marina, vierge et martyre († début IVe s.)

Martyrologe Romain : À Antioche de Pisidie, sans doute au début du IVe siècle, sainte Marine ou Marguerite, dont on rapporte qu’elle consacra son corps au Christ par sa virginité et son martyre. (1)

 

Marguerite d'Antioche de Pisidie ou sainte Marine ou sainte Marina (morte vers 305) est une vierge martyre du IVe siècle. C'est une sainte fêtée le 20 juillet.

 

Convertie au christianisme, elle fait vœu de virginité, repousse les avances du gouverneur romain Olybrius et refuse d'abjurer sa foi.

Sainte Marguerite et le dragon, peinture, Titien (v. 1565)

Sainte Marguerite et le dragon, peinture, Titien (v. 1565)

La légende veut qu'elle fut avalée par un monstre, dont elle transperça miraculeusement le ventre pour en sortir indemne au moyen d'une croix. C'est pourquoi on la représente généralement "hissée sur le dragon". Pour Jacques de Voragine dans la Légende dorée, elle l'aurait piétiné et vaincu ainsi. Le dragon symbolise le diable et le paganisme.

 

Son martyre se poursuit et elle meurt décapitée.

 

Sainte Marguerite est choisie par la dévotion populaire comme protectrice des femmes enceintes.

 

Elle est, avec saint Michel et sainte Catherine d'Alexandrie, l'une des trois saints qui apparaissent à sainte Jeanne d'Arc et lui confient sa mission. (2)

 

C'est sainte Jeanne d'Arc qui donna une existence historique à cette martyre inconnue qui aurait été originaire d'Antioche et qui fut très populaire au Moyen Age. (3);

 

En Orient, elle est connue sous le nom de Sainte Marine. (4)

 

Attributs: les perles, le dragon et la croix.

 

Théotime *, homme érudit, a écrit sa légende

* Ce Théotime aurait été, dit-on, témoin oculaire des faits rapportés ici. Un bréviaire espagnol les raconte aussi sous le nom de Sainte Marine qui serait la même que Sainte Marguerite (Cf. Bivar sur Dexter).

 

Marguerite, citoyenne d'Antioche, fut fille de Théodose, alias Edesius, patriarche des gentils. Elle fut confiée à une nourrice; et quand elle eut atteint l’âge de raison, elle fut Baptisée et c'est pour cela qu'elle était grandement haïe de son père.

 

Parvenue à l’âge de quinze ans, elle gardait un jour, avec d'autres jeunes vierges, les brebis de sa nourrice, quand le préfet Olibrius, passant par là et voyant une jeune personne si belle, s'éprit d'amour pour elle et lui dépêcha ses esclaves en disant:

« Allez et saisissez-vous d'elle: si elle est de condition libre, je la prendrai pour ma femme ; si elle est esclave, j'en ferai ma concubine. »

 

Quand elle eut été amenée en sa présence, il s'informa de sa famille, de son nom et de sa religion.

Or, elle répondit qu'elle était noble de naissance, Marguerite de nom, et Chrétienne de religion.

Le préfet lui dit : « Les deux premières qualités te conviennent fort bien, savoir : que tu sois noble, et que tu sois réellement une très belle marguerite; mais la troisième ne te convient; pas, savoir: qu'une jeune personne si belle et si noble ait pour Dieu un crucifié. »

 

« D'où, sais-tu, répondit Marguerite, que Le Christ a été crucifié ? » Olibrius reprit : « Je l’ai appris des livres des Chrétiens. »

Marguerite lui dit : « Puisque tu as lu le châtiment et la gloire de J.-C., pourquoi rougirais-tu de croire un point et de rejeter l’autre? »

 

Et comme Marguerite avançait que J.-C. avait été crucifié de son plein gré pour nous racheter, et qu'elle affirmait qu'il vivait maintenant dans l’éternité, ce préfet en colère la fit jeter en prison; mais le lendemain, il la fit appeler en sa présence et lui dit : « Jeune fille frivole, aie pitié de ta beauté, et adore nos Dieux pour que tu sois heureuse. »

 

Elle répondit: « J'Adore celui devant lequel la terre tremble, la mer s'agite, et toutes les créatures sont dans la crainte. »

Le préfet lui dit : « Si tu ne m’obéis pas, je ferai déchirer ton corps. »

 

Marguerite répondit : « J.-C. s'est livré à la mort pour moi; eh bien ! Je désire aussi mourir pour Lui. »

Alors le préfet la fit suspendre au chevalet; puis il la fit battre d'abord avec des verges, ensuite avec des peignes de fer, si cruellement, que ses os étaient dénudés, et que le sang ruisselait de son corps comme de la fontaine la plus limpide.

Sainte Marguerite, Charité Paradisiaque - Peinture Simon Vouet - Baroque

Sainte Marguerite, Charité Paradisiaque - Peinture Simon Vouet - Baroque

Or, ceux qui étaient là pleuraient et disaient : « O Marguerite, vraiment nous avons compassion de toi, en voyant déchirer si cruellement ton corps. Quelle beauté tu as perdue à cause de ton incrédulité! Cependant il en est temps encore, crois, et tu vivras. »

 

Elle leur répondit : « O mauvais conseillers, retirez-vous, et vous en allez ; ce tourment de la chair est le salut de l’âme », et elle dit au préfet : « Chien impudent et lion insatiable, tu as pouvoir sur le corps, mais J.-C. se réserve l’âme. »

 

Or, le préfet se couvrait la figure avec sa chlamyde, car il ne pouvait supporter la vue d'une telle effusion de sang.

Il la fit ensuite détacher et ordonna de l’enfermer dans une prison, où une clarté merveilleuse se répandit.

 

Pendant qu'elle était dans son cachot, elle pria Le Seigneur de lui montrer, sous une forme visible, l’ennemi avec lequel elle avait à combattre ; et voici qu'un dragon effroyable lui apparut ; comme il s'élançait pour la dévorer, elle fit un signe de Croix, et le monstre disparut : ou bien, d'après ce qu'on lit ailleurs, il lui mit sa gueule sur la tête et la langue sur le talon et l’avala à l’instant; mais pendant qu'il voulait l’absorber, elle se munit du signe de la Croix; ce qui fit crever le dragon, et la vierge sortit saine et sauve.

Mais ce qu'on rapporte du dragon qui la dévora et qui creva est regardé comme apocryphe et de peu de valeur.

Statue de Ste Maguerite d'Antioche en l'église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Fouesnant. Photo de Moreau.henri

Statue de Ste Maguerite d'Antioche en l'église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Fouesnant. Photo de Moreau.henri

Le diable vint encore pour tromper Marguerite, en prenant une forme humaine. A sa vue, elle se mit en Prières, et après s'être levée, le diable s'approcha d'elle et lui prenant la main : « Tout ce que tu as fait, lui dit-il, est bien suffisant : ne t'occupes plus donc de ma personne. »

 

Mais Marguerite le prit par la tête, le jeta par terre sous elle; et lui posant le pied droit sur le crâne, elle dit : « Sois écrasé, superbe démon, sous les pieds d'une femme. »

 

Le démon criait : « O bienheureuse Marguerite, je suis vaincu ! Si un jeune homme l’avait emporté sur moi, je ne m’en serais pas préoccupe ; mais me voici vaincu par une jeune fille et j'en suis d'autant plus affligé que ton père et ta mère ont été mes amis. »

 

Alors elle le força à dire pour quel motif il était venu. Il répondit qu'il était venu pour lui conseiller d'obéir aux avis du président:

Elle le força encore à dire pourquoi il employait tant de manières pour tenter les Chrétiens. Il répondit qu'il avait naturellement de la haine contre les hommes vertueux, et bien qu'il en fut souvent repoussé; il était acharné à les séduire : et comme il était jaloux, à l’égard des hommes de la félicité qu'il avait perdue, sans pouvoir la recouvrer, il n'avait cependant pour but que de la ravir aux autres.

 

Et il ajouta que Salomon renferma une multitude infinie de démons dans un vase, et qu'après sa mort ces esprits malins jetaient du feu de ce vase; les hommes, dans l’idée qu'un grand trésor y était renfermé, le brisèrent: et les démons qui en sortirent remplirent les airs.

 

Quand il eut dit ces mots, la vierge leva le pied et lui dit: « Fuis, misérable », et aussitôt le démon disparut.

Marguerite resta rassurée; car puisqu'elle avait vaincu le chef, elle aurait sans aucun doute le dessus sur le ministre.

Sainte Marguerite - église paroissiale Saint-Germain et Saint-Louis - Laz (Finistère)

Sainte Marguerite - église paroissiale Saint-Germain et Saint-Louis - Laz (Finistère)

Le lendemain, le peuple étant rassemblé, elle fut amenée en la présence du juge, et comme elle refusait avec mépris de sacrifier, elle fut dépouillée, et son corps fut brûlé avec des torches enflammées; de telle sorte que tout le monde s'étonnait qu'une fille si délicate pût supporter autant de tourments.

Ensuite il la fit lier et jeter dans un bassin plein d'eau, afin que ce changement de supplice augmentât la violence de la douleur : mais à l’instant la terre trembla et la jeune fille en sortit saine, à la vue de tous.

 

Alors cinq mille hommes crurent et furent condamnés à être décapités pour le Nom de J.-C.

Le préfet, dans la crainte que les autres ne se convertissent, fit de suite couper la tête à Sainte Marguerite.

Elle demanda alors un instant pour prier : et elle pria pour elle-même, pour ses bourreaux, et encore pour ceux qui feraient mémoire d'elle et qui l’invoqueraient avec dévotion, ajoutant que toute femme en couches qui se recommanderait à elle enfanterait heureusement : et une voix se fit entendre du Ciel qui dit qu'elle pouvait être certaine d'avoir été , exaucée dans ses demandes.

 

Elle se leva ensuite et dit au bourreau : « Frère, prends ton épée et me frappe. » D'un seul coup il abattit la tête de Marguerite, qui reçut ainsi la couronne du martyre.

 

Or, elle souffrit le 16 des calendes d'août; ainsi qu'on le trouve en son histoire. On lit ailleurs que ce fut le 3 des ides de juillet.

 

Voici comment parle un Saint de cette Sainte vierge: « La Bienheureuse Marguerite fut remplie de la crainte de Dieu, douée de justice, revêtue de religion, inondée de componction, recommandable, par son honneur, et d'une patience insigne; on ne trouvait en elle ; rien de contraire à la Religion Chrétienne; haïe par son père elle était aimée de N.-S. J.-C.

Sources: (1); (2); (3); (4)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 19:32
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 18:34

Ce qui nous paraît indigne c'est la récupération politique de chaque attentat par le gouvernement (propagande que l'on peut qualifier de "Charlie") avec un appel à l'union nationale qui devient un appel à la soumission nationale.

 

Or, après l'attentat de Nice, un peuple en France refuse de se soumettre. Déstabilisation du Proche-Orient, immigration, sécurité, gestion du terrorisme musulman, les Niçois, peuple fier et courageux, ne s'en laissent pas compter et sont les premiers en France à réagir avec une vive colère à la responsabilité du gouvernement.

Nice, blason. D'argent, à une aigle de gueules, au vol abaissé, membrée, becquée et couronnée d'or, empiétant trois monts de sable (alias de sinople), issants d'une mer d'azur.

Nice, blason. D'argent, à une aigle de gueules, au vol abaissé, membrée, becquée et couronnée d'or, empiétant trois monts de sable (alias de sinople), issants d'une mer d'azur.

Le temps des Charlie est fini

 

Lundi midi, des dizaines de personnes se sont réunies près du Palais de la Méditerranée à Nice, à l'endroit où le terroriste présumé a été tué jeudi après avoir ôté la vie à 84 personnes. Elles y ont craché et déversé des ordures.

 

Lundi midi, quelques instants après la minute de silence, pendant laquelle le Premier ministre Manuel Valls a été copieusement hué et sifflé par la foule, les Niçois ont pu approcher le lieu du drame. Et nombreux sont ceux qui se sont arrêtés, là où Mohamed Lahouaiej Bouhlel, ce Tunisien de 31 ans auteur du massacre, a été abattu par les forces de l'ordre.

 

À hauteur du Palais de la Méditerranée, à l'endroit où il a été stoppé dans sa folie meurtrière, des dizaines et des dizaines de badauds ont déversé des détritus. Élus aux larmes ou en colère, ils ont lancé des pierres, des canettes vides et des papiers sur le sol, où figure en lettres rouges l'inscription "Assassin". D'autres plus virulents n'ont pas hésité pas à cracher sur le bitume, encore marqué par le sang du terroriste présumé, et a extériosé leur mal-être en l'insultant. (1)

Un peu auparavant, Valls a été hué et sifflé aux cris de "assassins", "démission".

Après la minute de silence la foule en colère rassemblée sur la Promenade des Anglais a copieusement sifflé le premier ministre Manuel Valls à son arrivée, puis à nouveau à son départ aux cris d’« assassins ! » et de « démission ! »

 

La foule de plus de 40 000 personnes, a fait éclater sa colère aux cris de « Assassins! » et « Démission! » lorsque Manuel Valls est apparu à la tête d’un cortège de plusieurs ministres sous les huées et les sifflets. Une vive colère très peu appréciée par Valls qui s’est retourné vers Christian Estrosi et Eric Ciotti les deux élus LR régionaux pour les appeler à être « forts » pour résister à l’extrême droite, suivant le témoignage de BFMTV. Manuel Valls, offusqué de cette légitime colère, l’a déclarée « indigne ».

 

Les Niçois n’arrivent pas à comprendre comment un camion de 19 tonnes a pu faire des repérages plusieurs jours de suite sous l’œil des caméras de surveillance sur le parcours de la Promenade des Anglais sans éveiller l’attention des forces de sécurité. Ils ne comprennent pas davantage comment cet énorme camion a pu pénétrer sans encombre sur la zone entièrement « piétonisée » durant le feu d’artifice.

 

C’est la première fois en France que la population réagit par une vive colère à un attentat islamique en mettant en cause les autorités. Jusque-là la population assommée avait suivi toutes les consignes lancées par le gouvernement qui avait bénéficié consécutivement d’une montée dans les sondages. Il serait juste qu’enfin les responsables de la guerre au Moyen-Orient, ceux qui ont depuis des décennies encouragée l’immigration islamique et qui ont favorisé l’installation de l’Islam en France répondent enfin de leurs actes devant la population française. Il est tout aussi salutaire que la population réagisse enfin. (2)

Sources:

 

(1) Attentat de Nice : les passants crachent et déversent des ordures à l'endroit où le terroriste a été abattu, Lci tfs1, par Yohan Roblin, le 18 juillet 2016 à 13h06

(2) Manuel Valls copieusement sifflé à Nice au cri de « Démission » et « Assassins », Medias-presse.info, in Politique / by Emilie Defresne / on 18 juillet 2016 at 17 h 29 min

19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 13:38

Mis à jour le 20 juillet 2016 14:42

Une altercation aurait éclaté en raison de la tenue vestimentaire des victimes, selon Europe 1…

 

Dans des circonstances qui restent encore floues, un homme de 37 ans a blessé à l’arme blanche une femme et ses trois filles dans un village de vacances de Laragne (Hautes-Alpes), selon une source proche de l’enquête citée par l’AFP.

 

Selon Europe 1, l’agression serait consécutive à une altercation à propos de la tenue vestimentaire des victimes, une mère et ses trois filles âgées de 9, 12 et 14 ans. « Le motif de l’agression est très flou », a déclaré à l’agence de presse Raphaël Balland, procureur de la République de Gap.

 

Le suspect, en vacances avec sa femme et ses enfants

 

La mère de 46 ans et ses trois filles ont été conduites à l’hôpital, a précisé une source proche de l’enquête. L’une des filles se trouve en état d’urgence absolue, a-t-elle ajouté. L’homme a été placé, lui, en garde à vue, précise l’AFP.

 

L’agression a eu lieu au village vacances famille (VVF) de Lagrand, tout proche de Laragne. Le suspect, un homme de 37 ans, originaire de la région parisienne, a pris la fuite après avoir donné plusieurs coups à l’arme blanche à ses victimes mais a été rattrapé par les gendarmes qui l’ont placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de recherches de Gap.

 

Il était en vacances avec sa femme et ses enfants au VVF de Lagrand tout comme les victimes, selon une source proche de l’enquête. (1)

 

"Le motif de l'agression est très flou", a déclaré à l'AFP Raphaël Balland, procureur de la République de Gap. "Aucune parole à connotation religieuse n'a été prononcée" a par ailleurs précisé une source proche de l'enquête. (2)

 

D'après TF1, l'agresseur présumé, Mohamed B., âgé de 37 ans, aurait agi pour un motif religieux. Il leur aurait en effet reproché leur tenue trop légère. La mère et sa fille de 14 ans ont été grièvement blessées et transportées par hélicoptère à Gap pour y être hospitalisées. Le pronostic vital de la deuxième fillette, âgée de 8 ans, est engagé, son état de santé étant jugé très inquiétant par les médecins. L'état de santé du troisième enfant n'est pas jugé inquiétant. Selon TF1, il est inconnu des services de renseignements et n'est pas fiché S. (3)

 

L'agresseur présumé, "Mohamed B., âgé de 37 ans, aurait agi possiblement pour un motif religieux. Il leur aurait en effet reproché leur tenue trop légère. Le procureur de la République de Gap a cependant indiqué à l'AFP que le motif de l'attaque était encore "très flou". La mère et sa fille de 14 ans ont été grièvement blessées et transportées par hélicoptère à Gap pour y être hospitalisées." (4)

 

Add. Aucun écho dans les grands media et les autorités qui cachent les faits :

 

[P]lusieurs témoins affirment qu'il les a bel et bien agressées en raison de leur tenue légère. C'est Chantal, la meilleure amie de la femme poignardée, qui le raconte. Elle était présente au moment de l'agression. Selon elle, l'homme est arrivé, a ordonné immédiatement aux filles de se vêtir. C'est l'heure du petit déjeuner et il fait alors 26 degrés. Toujours selon Chantal, face à leur incompréhension, les insultes sont arrivées et les coups de couteau ont commencé à pleuvoir.

 

Mardi soir à l'heure du dîner, au milieu des tablées de vacanciers, il était difficile d'imaginer qu'une telle agression avait eu lieu le matin même. Malgré tout, tous décrivent un homme très religieux dans son comportement depuis les quelques jours qu'ils le côtoyaient. Ils parlent aussi de son épouse, voilée intégralement. (5)

 

 

Sources :

 

(1) Hautes-Alpes: Un homme blesse à l'arme blanche une femme et ses trois filles dans un village de vacances, 20 Minutes, Publié le 19.07.2016 à 13:02, Mis à jour le 19.07.2016 à 13:44

(2) Hautes-Alpes: un homme blesse à l'arme blanche une femme et ses trois filles dans un village de vacances, France3-regions.francetvinfo.fr

(3) Hautes-Alpes : un homme blesse à l'arme blanche une femme et ses trois filles, Le Point, Source AFP Modifié le 19/07/2016 à 14:35 - Publié le 19/07/2016 à 13:42 | Le Point.fr

(4) INFO TF1. Une mère et ses trois filles violemment agressées à coups de couteau pour leur tenue trop légère, Lci-Tf1, par Georges Brenier, le 19 juillet 2016 à 12h42 , mis à jour le 19 juillet 2016 à 13h06.

(5) Après l'agression d'une mère et de ses trois filles, stupeur dans le village de vacances, Europe 1, 10h05, le 20 juillet 2016

 

 

19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 13:29
L'État islamique revendique l'attaque à la hache dans un train allemand

VIDÉO - Quatre personnes ont été grièvement blessées lundi soir en Bavière par un jeune réfugié afghan, qui vivait dans un foyer pour mineurs isolés. Un drapeau de l'EI a été retrouvé chez l'agresseur, abattu par la police.

 

Un réfugié afghan de 17 ans a blessé grièvement quatre passagers d'un train à coups de couteau et de hache avant d'être tué par la police, lundi soir en Bavière. L'attaque s'est produite vers 21h15 à bord d'un train régional assurant la liaison entre les villes de Treuchlingen et Würzburg. Il a agi quatre jours après l'attentat de Nice, revendiqué par les djihadistes de l'État islamique, qui a fait 84 morts.

 

Mardi, l'État islamique (EI) a publié un communiqué pour revendiquer l'attentat via son agence Amaq (la même qui avait revendiqué l'attaque de Nice). «L'auteur de l'opération exécutée à coups de hache en Allemagne est l'un des soldats de l'État islamique. Il a effectué son opération en répondant aux appels incitant à frapper les pays de la coalition qui combat l'État islamique», affirme Daech dans son communiqué.

 

C'est la première fois que le groupe djihadiste, qui a revendiqué plusieurs attentats sanglants dans le monde, s'attribue la responsabilité pour une attaque en Allemagne. Comme pour la récente tuerie à Nice en France, l'EI affirme que cette attaque constitue une réponse à ses appels pour mener des attaques dans des pays participant à la coalition internationale effectuant des frappes contre les djihadistes en Syrie et en Irak.

 

La veille, peu après l'attaque, Joachim Herrmann, le ministre de l'Intérieur allemand, jugeait prématuré d'évoquer le mobile de l'agresseur, qui vivait selon lui dans un foyer pour réfugiés mineurs non accompagnés d'Ochsenfurt, près de Würzburg. Un drapeau de l'EI a été retrouvé au domicile de l'agresseur.

 

«L'agresseur semble être un Afghan de 17 ans ayant vécu un certain temps à Ochsenfurt. Il s'est attaqué soudainement aux passagers à l'aide d'un couteau et d'une hache, blessant grièvement plusieurs personnes. Certaines sont maintenant entre la vie et la mort», a dit le ministre.

 

La police a fait état de quatre blessés graves - deux seraient dans un état critique - et d'un blessé léger. D'autres passagers sont en état de choc. Le jeune homme, qui a pris la fuite lorsque le train s'est arrêté en gare de Würzburg, a tenté ensuite de s'en prendre aux policiers, qui ont dû ouvrir le feu, a poursuivi Joachim Herrmann.

 

Selon plusieurs chaînes de télévision, l'auteur des faits aurait crié «Allah akbar» (Dieu est grand) en passant à l'acte, mais l'information n'a été confirmée ni par le ministre lui-même ni par la police.

 

En mai dernier, un homme de 27 ans armé d'un couteau avait attaqué des passagers dans une gare de la région de Munich, tuant l'un d'entre eux. Les médias locaux avaient d'abord avancé la piste islamiste, et rapporté que cet Allemand de 27 ans avait crié «Allah Akbar». Finalement, la piste terroriste avait été écartée, car l'homme était atteint de troubles psychologiques.

 

L'Allemagne, qui a accueilli plus d'un million d'immigrés en 2015, n'a pas connu d'attentat islamiste d'envergure, mais les forces de l'ordre assurent en avoir déjoué beaucoup. Les agressions de la Saint Sylvestre à Cologne et dans le reste de l'Allemagne, commises en majeure partie par des migrants, avaient déjà fragilisé la position de Merkel.

 

 

Source: L'État islamique revendique l'attaque à la hache dans un train allemand, Par lefigaro.fr , AFP, AP, Reuters Agences Mis à jour le 19/07/2016 à 12:58 Publié le 19/07/2016 à 08:09

 

Publié par Ingomer - dans Allemagne
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 17:00
"Les droits de Dieu et de l’homme s’affirment ou disparaissent ensemble" (Saint Jean-Paul II)

On ne peut pas ignorer que ce fut la négation de Dieu et de ses commandements qui créa, au siècle passé, la tyrannie des idoles exprimée à travers la glorification d’une race, d’une classe, de l’Etat, de la nation, du parti, au lieu du Dieu vivant et véritable.


C’est précisément à la lumière des évènements tragiques du vingtième siècle que l’on comprend comment les droits de Dieu et de l’homme s’affirment ou disparaissent ensemble.

Saint Jean-Paul II, message au cardinal Antonio María Javierre Ortas à l'occasion du congrès pour le 1200ème anniversaire du couronnement de l'empereur Charlemagne, 16 décembre 2000

Source : Les droits de Dieu et de l’homme s’affirment ou disparaissent ensemble..., Vexilla Galliae, Publié dans Ipse dixit, le lundi 18 juillet 2016

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 16:46
L'aigle roumain retrouve sa couronne

"Un homme grand vêtu de sombre, revient sur sa terre natale. Il est accompagné de sa femme, leur fille et leur gendre les accueillent à l'aéroport. Michel et Anne sont des exilés. Comme tous ceux qui ont connu ce malheur, ils sont bouleversés. L'homme au visage austère verse des larmes. La foule le presse, et l'acclame. Elle le tient pour roi. De fait, c'est Michel Ier de Roumanie, roi légitime selon l'histoire et le droit, qui revient dans sa patrie en compagnie de la reine Anne, après cinquante ans d'une vie de proscrit..." (La vertu du Roi Michel par Bertrand Renouvin - décembre 1997).

 

 

 

L'aigle roumain retrouve sa couronne

Aujourd'hui le roi et la reine doivent être fiers que leur pays retrouve enfin son identité royale. Il y a un an, la Commission de la Chambre parlementaire roumaine avait donné son accord pour que soit étudié par les députés roumains un projet de loi qui remplacerait le blason actuel de la République par celui de l'ancienne monarchie roumaine qui était surmonté d'une couronne. Le député Grégore Craciunescu, à l'origine du projet, entendait rendre hommage au message politique du roi Michel.

Le 16 février 2016, le Sénat approuve le projet de loi modifiant les armoiries nationales (110 voix sur 176). Le projet de loi est adopté le 8 juin 2016 par la Chambre des députés (262 voix sur 412). Les nouvelles armoiries prévoient de placer une couronne royale sur la tête de l'aigle et de remplacer le blason au centre d'un manteau héraldique, symbolisant ainsi "la souveraineté nationale de l'Etat roumain, indépendant, unitaire et indivisible". Les autorités publiques ont jusqu'au 31 décembre 2018 pour changer les drapeaux et les tampons.

Présent sur le blason des pays roumains depuis le XIVe siècle, l'aigle d'or avait été coiffé d'une couronne au début du XXe siècle pour symboliser la royauté. Le régime communiste avait banni ces armoiries pour les remplacer par un blason mélangeant l'étoile rouge, des épis de blé entourant un paysage montagneux et boisé au milieu duquel se dressait un puits de pétrole. En 1992, le retour aux anciennes armoiries avait été décidé par le Parlement, sans toutefois que l'on ne retrouve la couronne sur la tête de l'aigle. Ce retour au blason de la royauté a été décidé à l'occasion du centième anniversaire de la Grande Union. C'était en 1918 et la Transylvanie était officiellement rattachée aux deux autres principautés roumaines : la Valachie et la Moldavie.

Eric Muth

 

 

 

 

 

Source: Armoiries de la Roumanie : l'aigle roumain retrouve sa couronne, Vexilla Galliae, Publié dans Europe / international, le lundi 18 juillet 2016 par Eric Muth

 

 

Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 16:11
Manifestation massive pour le 98ème anniversaire de la mort de Nicolas II et de sa famille

Massive manifestation pour le 98ème anniversaire de la mort de Nicolas II (le dernier tsar de Russie assassiné par les barbares révolutionnaires) et de sa famille :

 

Une information passée totalement inaperçue dans les médias français: des dizaines de milliers de monarchistes russes ont défilé sur 20 kilomètres, dans la nuit du 16 au 17 juillet 2016, en direction de Iekaterinbourg afin de commémorer le 98ème anniversaire de l'exécution de la famille impériale :

Manifestation massive pour le 98ème anniversaire de la mort de Nicolas II et de sa famille

La manifestation a été d'une telle ampleur que diverses chaînes de télévisions russes (http://www.ntv.ru/video/1297022/) ont couvert l'événement.

 

Un tiers des russes souhaiterait la restauration de la monarchie selon un sondage daté de 2013. Le gouvernement russe a ouvert des négociations, il y'a peu, avec les membres de la famille impériale et les deux prétendants au trône ( la Grande-duchesse Maria Romanov et le Grand-Duc Dimitri VI Romanov), afin de convenir avec eux d'un statut officiel dans le pays.

 

D'autres photos de cette manifestation sont disponibles sur la Conférence monarchiste internationale en suivant ce lien : https://www.facebook.com/groups/monarchiste/

 

(Source: Frederic De Natal, Vexilla Galliae facebook)

Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 09:18

Une guerre ce n'est pas beau, il y a des dommages collatéraux, des "injustices". Ceux qui nous parlent de "guerre contre l'islamisme", hier étaient ceux qui disaient être "Charlie"... Un hasard sans doute... avec l'"esprit Charlie", esprit d'"unité" derrière le gouvernement Valls et Hollande, esprit de soumission devant le Leviathan... Esprit d'irresponsabilité du politique... même devant Dieu...

 

Il est clair que ces Charlie là, gavés, raffinés et propres sur eux, qui nous parlent à présent de "guerre" ne feront pas cette guerre sale... Ou ne la feront que derrière leurs plateaux de télévision ou... sur Tweeter... comme Manuel Valls... Un premier ministre particulièrement immature qui tweete des dessins pour les bisounours et des images festives de concert en réponse... Les terroristes tremblent de peur :

Les Charlie veulent la "guerre à l'islamisme", ils ne la feront pas, d'autres la feront à leur place !

 

Lire "[Vélléité] Deux ans de combat de Valls contre le terrorisme (mais seulement sur Twitter…)".

 

Manuel Valls combat férocement le terrorisme en parlottes et communications oiseuses depuis deux ans (sur Twitter…). [Quelques commentaires en bleu cyan. NDLR.]

 

Bilan :

 

2014

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

24 sept. 2014 Effroi devant la barbarie. Soutien de la Nation tout entière à la famille d’Hervé Gourdel. La France ne cèdera jamais. MV
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

24 sept. 2014 La stabilité du Moyen-Orient et la sécurité du monde sont menacées par le groupe terroriste Daech
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

24 sept. 2014 Il nous faut être implacable contre le terrorisme. C’est l’objectif du plan présenté par @bcazeneuve. #DiscoursIrak

 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

6 oct. 2014 Discussion fructueuse au 10 Downing St sur nos politiques nationales et sur le défi terroriste. Merci @David_Cameron
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

22 nov. 2014 L’action des troupes françaises porte ses fruits, avec des coups majeurs infligés aux terroristes. #FiersdelaFrance

 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

23 nov. 2014 Avec le Président nigérien Issoufou. Déterminés dans la lutte contre le terrorisme et mobilisés pour le développement
 
 
7 janvier 2015, Charlie Hebdo

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

7 janv. 2015 #JeSuisCharlie

 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

8 janv. 2015 La seule réponse à la barbarie, c’est ce cri universel de la France, ce cri de liberté.
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

13 janv. 2015 En trois jours, 17 vies ont été emportées par la barbarie. #hommage

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

Il a pété un câble ce jour là, clairement…

13 janv. 2015 Ces rassemblements sont la plus belle des réponses. #hommage

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

13 janv. 2015  L’état d’esprit du 11 janvier est un message d’unité. Je veux que nous fassions bloc ! #hommage
“Esprit” pour de nouvelles lois sécuritaires donc ?

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

13 janv. 2015 Il faut aller plus loin. Le ministre de l’Intérieur m’adressera des propositions de renforcement. #hommage

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

21 janv. 2015 Le combat contre le terrorisme, le djihadisme, l’islamisme radical sera une lutte de longue haleine. #antiterrorisme

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

21 janv. 2015 425 millions d’€ de crédits d’investissement, d’équipement et de fonctionnement en 3 ans pour renforcer la lutte contre le terrorisme.
 
21 janv. 2015 Au cours des 3 prochaines années, 2680 emplois supplémentaires seront consacrés à la lutte contre le terrorisme. #antiterrorisme

Chouette, c’est clairement la bonne façon de lutter contre les racines du terrorisme…

 

2015

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

16 févr. 2015 Recueillement à l’ambassade du Danemark après les actes terroristes de #Copenhague: #vierdanskere —nous sommes Danois

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

21 févr. 2015 La lutte contre le terrorisme, menace directe sur la sécurité de l’Europe, en discussion avec les sociaux-démocrates.
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

7 mars 2015 Horrifié devant l’abjecte attaque terroriste perpétrée cette nuit à Bamako. Soutien au Président Keïta. Nous ne cèderons jamais. MV

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

18 mars 2015 Peine immense. La barbarie ne l’emportera pas. Avec les Tunisiens, le monde doit dire non à l’horreur du terrorisme islamiste. MV #Tunis

Non ! Non ! non ! (c’est bon là ?)

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

28 mars 2015 J’apprends avec une grande émotion le décès d’une 4ème compatriote, victime du terrorisme à Tunis. La France ne cédera jamais. MVmanuel valls twitter terrorisme velléitaire

2 avr. 2015 Horrifié face à la barbarie qui a frappé les étudiants de Garissa. Nous sommes avec le Kenya contre le terrorisme. MV

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

22 avr. 2015 Face à la menace terroriste sans précédent, il faut nous mobiliser avec lucidité et une très grande détermination. 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

2 juin 2015  Pour mieux faire face à la menace terroriste, nous avons amplifié les moyens de nos services. #PJLRenseignement

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

26 juin 2015 Le (sic.) menace et l’horreur aveugles des terroristes n’épargnent aucune nation. Mes pensées à la victime en #Isère et aux victimes en Tunisie. MV
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

15 sept. 2015 Daech est plus qu’une organisation terroriste : c’est un nouveau totalitarisme qui dévoie l’Islam.  #Syrie

C’est cool d’avoir un premier ministre islamologue…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

15 sept. 2015 Nous ne changeons pas de stratégie. Nous ne changeons pas de cible. Nous luttons contre le terrorisme. #Syrie

C’est bien de ne pas se mettre à le soutenir, du coup – genre en étant amis avec les Saoudiens et les Quataris…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

15 sept. 2015 La France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical. Ce sera long mais nous l’emporterons. #Syrie
10 oct. 2015 Face à l’horreur, soutien et solidarité aux familles des victimes de l’attentat d’#Ankara. Ensemble contre le terrorisme.
Tous ensemble, tous ensemble…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

12 nov. 2015 Horreur et effroi face à l’attentat islamiste qui vient de frapper durement Beyrouth. Solidarité avec le peuple libanais. MV
 

13 novembre 2015, Paris

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 nov. 2015 Nous sommes en guerre. Nous prenons donc des mesures exceptionnelles. Et cette guerre, nous la gagnerons.
22 000 retweets, ça laisse songeur…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 nov. 2015 Je comprends que les Français puissent avoir peur, mais nous devons être forts et faire face avec nos valeurs.
 
manuel valls twitter terrorisme velléitaire

18 nov. 2015 Notre ennemi, sachons le nommer : c’est l’islamisme radical Et c’est debout, ensemble, unis, que nous le détruirons

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

19 nov. 2015 Nous sommes en guerre ! Une guerre nouvelle –extérieure et intérieure– où la terreur est le premier but et la première arme. #AttentatsParis
 
C'est drôle j'avais plutôt l'impression que c'était Valls qui faisait la guerre aux Français à l'extérieur et à l'intérieur selon la bonne vieille méthode jacobine (voir remarque précédente)...

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

19 nov. 2015 Face à la menace, nous rendons l’état d’urgence plus efficace : assignations à résidence, perquisitions, fermeture des mosquées radicales.

 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

19 nov. 2015 Parce que la menace terroriste est là, que nous devons protéger nos concitoyens, agir avec efficacité, l’état d’urgence doit être prolongé.

 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

20 nov. 2015 En prolongeant l’état d’urgence, l’Assemblée et le Sénat envoient un message très fort : nous sommes unis face au terrorisme. MV
Message qui semble donc avoir particulièrement terrorisé les terroristes…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

19 nov. 2015 Ne nous y trompons pas : un totalitarisme a frappé la France non pas pour ce qu’elle FAIT, mais pour ce qu’elle EST.

 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

25 nov. 2015 Face au totalitarisme islamiste, la France mènera une guerre implacable. Nous frapperons fort, nous frapperons juste. Et nous gagnerons.
 
 
2016

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

9 janv. Un an après, notre douleur est intense. Mais toute aussi intense est notre détermination contre la haine et le terrorisme. MV #HyperCacher

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

16 janv. En frappant le #BurkinaFaso, les terroristes ont de nouveau frappé le monde. Ensemble nous répondrons et nous vaincrons.

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

19 janv. Profonde tristesse car Leila Alaoui, c’était l’engagement, la culture, le talent. Tout cela, les terroristes ne pourront jamais l’abattre.

L’année commence bien, avec le parrain de Daech :

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

21 janv. Lutte contre le terrorisme, développement économique: avec @Ahmet_Davutoglu, renforçons le partenariat franco-turc !
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

1 févr. À Bruxelles avec @CharlesMichel pour intensifier la coordination franco-belge contre le terrorisme.

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

16 févr. Prolongation de l’état d’urgence : unité, détermination et esprit de responsabilité des parlementaires face au terrorisme. MV

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

7 mars #BenGuerdane : dans son combat contre le terrorisme, la Tunisie reste debout. La France est plus que jamais aux côtés du peuple tunisien. MV

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

13 mars Attaque ignoble à #GrandBassam : la France est solidaire du peuple ivoirien. Face au terrorisme, une même détermination : ne jamais céder !

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

13 mars La France condamne l’abject attentat terroriste d’Ankara. Elle apporte son soutien aux familles et proches des victimes.

Dure journée niveau imagination le 13 mars…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

22 mars 13 novembre à Paris, 22 mars à Bruxelles, la France et la Belgique ensemble face au terrorisme.
Un Premier Ministre qui tweete des dessins donc…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

23 mars L’Europe, unie, aux côtés de la Belgique, rend hommage aux victimes des attentats terroristes de Bruxelles.
 

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 juin Magnanville : solidarité de toute la Nation aux policiers. Refuser la peur, combattre le terrorisme.

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

28 juin Horrifié par l’attentat barbare à l’aéroport d’#Istanbul. La France avec les Turcs contre le terrorisme.

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

2 juil. Dacca : la France est aux côtés du Bangladesh et des Nations touchées par cet odieux attentat. Tous unis contre le terrorisme.
 
 
14 juillet 2016, Nice

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 juil. Très fier de toutes nos forces de défense et de sécurité qui s’engagent pour la liberté. Bon à tous ! MV

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 juil. Magnifique autour du chef italien Daniele Gatti. Un festif et populaire.

On sent bien le Premier Ministre d’un pays “en guerre”…

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 juil. La ville de Nice frappée par le terrorisme le jour de notre Fête nationale. Immense douleur, le pays est en deuil. Les Français feront face.

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

14 juil. On a voulu atteindre l’unité de la Nation. La France doit rester fidèle à l’esprit d’unité du 14 juillet.
“On” est décidément pas gentil du tout…

À suivre, pour de nouveaux coups de menton…

P.S. je suis méchant, Hollande avait fait un nouvelle proposition forte le 13 juillet :

manuel valls twitter terrorisme velléitaire

13 juil. @fhollande a souhaité la création d’une médaille manifestant l’hommage de la Nation aux victimes du terrorisme
 
Et pourquoi pas un Club des victimes de Daech aussi ?

Épilogue : conseils

Si vous aussi, comme Manuel Valls, vous voulez lutter contre le terrorisme sur Twitter, je vous propose donc une synthèse des éléments de langage :

  • d’abord, de l’émotion : effroi, peine immense, horrifié face à la barbarie, grande émotion, odieux, immense douleur…

  • puis de l’union : solidarité, tous unis, tous ensemble, soutien, aux cotés du peuple…

  • puis de l’action : condamne, dire non à l’horreur, mobiliser, soutien…

  • puis des promesses qui ne mangent pas de pain : implacable, debout, détermination, “nous gagnerons”, “nous vaincrons”, “nous ne cèderons jamais”…

  • et n’oubliez pas de prendre d’être prudent pour qu’on ne vienne pas vous casser la figure : “lutte de longue haleine”,  “ce sera long”, “d’autres innocents perdront leur vie”…

nice-119

Et donc, finalement :

world trade center 11 septembre

 

Source : Les Crises.fr

 

Cela nous rappelle d'autres guerres...

 

D'autres devront faire leur sale guerre à leur place...

 

Et ils la perdront...

 

Charlie gavés, raffinés et droits de l'hommistes, ils seront incapables de mener la guerre de survie....

Les Charlie eux-mêmes, traîtres et collabos depuis toujours, ne leur donneront pas les moyens de gagner leur "guerre" ...

 

Ils leur mettront des bâtons dans les roues...

 

Du chaos devra surgir leur Ordre nouveau... Ha mais là c'est "complotiste"...

 

A moins qu'un grain de sable cette fois ne vienne se mettre dans la machine satanique ?

 

A côté de leur "guerre", une autre se joue, celle des vrais Français et de la France de toujours qui ne tombera pas dans leur piège diabolique. Il faut d'abord se réarmer moralement et spirituellement. S'attaquer aux racines du terrorisme c'est en finir avec leur "laïcité" décadente et immorale.

Publié par Ingomer - dans Christ-Roi
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 08:38
"Le monde emploie tous ses efforts pour changer l’axe autour duquel il doit tourner" (Mgr Bernard Fellay)

[V]oici que désormais le monde emploie tous ses efforts pour changer l’axe autour duquel il doit tourner. Et il est évident pour les catholiques, comme pour ceux qui ne le sont pas, que la Croix n’est plus cet axe. Paul VI l’a très bien dit, c’est l’homme (Cf. Discours de clôture du concile Vatican II, 7 décembre 1965).

 

Aujourd’hui le monde tourne autour de cet axe, selon lui, définitivement établi : la dignité de l’homme, sa conscience et sa liberté. L’homme moderne existe pour lui-même. L’homme est le roi de l’univers. Il a détrôné le Christ. Il exalte sa conscience autonome et indépendante jusqu’à dissoudre même les fondements de la famille et du mariage.

 

La Fraternité Saint-Pie X s’oppose depuis toujours à cette entreprise de déconstruction de l’univers – tant de la société politique que de l’Eglise.

 

Pour remédier à ce désordre universel, le Bon Dieu a suscité un homme, un chrétien, un prêtre, un évêque. Qu’a-t-il fait ? Il a fondé une société – société hiérarchique – dont le principe et la fin sont précisément l’antidote au désordre universel : le sacrement de l’Ordre. Le but de la Fraternité Saint-Pie X continue d’être non seulement le remède actuel à la crise, mais aussi par là-même le salut de tous ceux qui y coopèrent. Elle veut absolument garder la rectitude doctrinale, théologale et sociale fondée sur la Croix de Jésus-Christ, sur sa Royauté, sur son sacrifice, son sacerdoce, principe de tout ordre et de toute grâce. Mgr Marcel Lefebvre a combattu toute sa vie pour faire triompher ces vérités fondamentales. Il nous incombe à l’heure présente de redoubler d’efforts, en intensifiant le même combat sur les mêmes principes.

 

Nous ne sommes ni des conciliaires : ils nient que la Croix du Christ soit l’axe du monde, ni des factieux : ils rejettent la nature sociale de l’Eglise. Nous sommes une société de prêtres de Jésus-Christ, de l’Eglise catholique.

 

Est-ce vraiment le moment de la restauration générale de l’Eglise ? La Divine Providence n’abandonne pas son Eglise dont le chef est le Pape, vicaire de Jésus-Christ. C’est pourquoi un signe incontestable de cette restauration sera dans la volonté signifiée du Souverain Pontife de donner les moyens de rétablir l’ordre du sacerdoce, de la foi et de la Tradition, – signe qui sera, de surcroît, le garant de la nécessaire unité de la famille de la Tradition.

 

Christus regnat,

Christus imperat,

Deo gratias,

Amen.

 

+ Bernard Fellay

Anzère, le 28 juin 2016,

en la vigile des saints Apôtres Pierre et Paul

 

Source: Déclaration du Supérieur général à tous les membres de la Fraternité Saint-Pie X

à l'issue de la réunion des supérieurs majeurs, à Anzère (Valais), le 28 juin 2016, La Porte Latine

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 00:00

Saint-Frederic-eveque-et-martyr----838-.jpgPetit-fils de Radbod, le roi des Frisons. Les uns le font naître en Frise, d'autres en Angleterre. Son éducation est confiée aux soins de Saint-Ricfrid, l’évêque d’Utrecht. Ordonné prêtre, sous-diacre puis diacre, il est surtout réputé pour s’infliger de sévères mortifications. Il avait préalablement refusé par humilité son élection par le clergé diocésain et le peuple de Frise qui le connaissait et l’aimait particulièrement pour son ardeur pastorale et ses talents de prédicateur. C’est pourquoi l'empereur Louis le Pieux dut intervenir en personne pour lui demander d’accepter la charge épiscopale qui était vacante depuis la mort de l’évêque Ricfrède (Ricfrid). En 820, il succède à Saint-Ricfrid comme évêque d’Utrecht.

À la demande de l’empereur, il tente de remettre de l’ordre dans le relâchement des mœurs qui affecte son diocèse et avec l’aide de Saint-Odulphe, il poursuit la mission d’évangélisation des païens du nord d’Utrecht. Il lutta contre les paganismes locaux (notamment ariane) et s'opposa spécialement à l'usage des mariages entre consanguins, "mariages incestueux". 

L'évêque jouait un grand rôle auprès de l'empereur jusqu'au jour où ce dernier se remaria avec la jeune
Judith de Bavière. Très impliqué dans les problèmes familiaux de la famille impériale, il s’attire la haine de l’impératrice
, à qui il reproche son immoralité et ses débauches. Judith donna un fils à Louis en 823, le futur Charles le Chauve, et intrigua pour qu'il obtienne sa part d'héritage. D'où les guerres entre les fils et leur père. 

Frédéric visita sans relâche tous les habitants de son diocèse pour prodiguer soin et réconfort matériel et spirituel, particulièrement sur l’île de Walcheren, où régnait la plus grande immoralité. Pour assurer la pérennité de son œuvre il composa une profession de foi résumant l’enseignement de l’Eglise sur la Sainte Trinité.

Il souscrit au concile de Mayence qui clarifia alors la discipline du mariage chrétien.

 

Saint-Frederic-eveque-et-martyr----838-.gif

 

Alors qu'il venait de célébrer la messe dans l'église de Maestricht, saint Frédéric a été assassiné sur ordre de l'impératrice. Le 18 juillet 838, frappé à mort, il eut le temps de pardonner à ses meurtriers.

Dicton : "A Saint Frédéric, tout est vert, tout est nids, plantes, bêtes et puis gens, tout sourit".

Représenté vêtu pontificalement. Attribut : épée plongée dans la poitrine.

 

 

Sources: (1); (2); (3); (4); (5)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 16:12

L’islam terroriste a donc choisi un 14 juillet, qui marque l’anniversaire des premiers actes d’une autre Terreur, plus ouvertement anti-catholique mais apparentée à celle que subit la France aujourd’hui dans sa haine du Christ et de ce qu’Il représente. "Ce seul fait devrait faire comprendre que la « laïcité » maçonnique et républicaine, héritière de la Terreur, n’est pas apte à protéger la France de ce type d’ennemis.

Anne Dolhein

"Le massacre de Nice est venu apporter un démenti cinglant aux assurances lénifiantes du pouvoir. Narguant François Hollande, qui venait d’affirmer à l’occasion de son discours du 14 juillet la levée de l’état d’urgence, puisque tout allait tellement mieux, le fou d’Allah a prouvé qu’un tueur de masse peut passer entre les filets de la police, état d’urgence ou non. Hollande est discrédité, mais s’accroche à son poste.

 

... [I]l est sûr qu’en érigeant la dépravation des mœurs en principe de gouvernement et d’éducation, l’Occident maçonnique ne se donne pas les moyens de résister...

 

Alors, que faire ?" (1)

Attentats de Paris 13 novembre 2015 - Communiqué de revendication des attentats de Paris par Daesh, le 14 novembre 2015 - 20Minutes

Attentats de Paris 13 novembre 2015 - Communiqué de revendication des attentats de Paris par Daesh, le 14 novembre 2015 - 20Minutes

Le Communiqué de revendication des attentats de Paris par Daesh, le 14 novembre 2015 vise "la France croisée". (2)

 

"Les attentats visent les chrétiens, la réponse doit être chrétienne

 

Les armes du chrétien sont d’accès immédiat et gratuit, à la portée de chacun. Elles se nomment prière, pénitence et abandon à Dieu, et ce sont des armes de reconstruction massive, ou encore des munitions indispensables dans un combat qui ne saurait rester horizontal. Notre Dame de Fatima disait la force du chapelet. On sait le rôle du Rosaire à la bataille de Lépante

 

Prière et pénitence pour le pays, prière et pénitence pour le repos de l’âme des victimes, pour leurs proches aujourd’hui dans une peine indicible : seule une France à genoux peut espérer sortir de l’horreur où la haine de Dieu l’enfonce", explique Anne Dolhein.

 

Il est certain que les musulmans ne se convertiront pas à la laïcité décadente ni à l'érection de la dépravation des mœurs en principe de gouvernement et d’éducation...

 

 

Les partisans de la laïcité, eux-mêmes, sont perdus et divisés, ils n'offrent pas une réponse unanime à l'islam terroriste

 

Deux camps s'affrontent à l'intérieur des partisans de la « laïcité », d'un côté, les partisans d'une laïcité "ouverte", favorables à ce qu'une place soit faite aux religions instituées. De l'autre, ceux qui appellent à une lecture stricte de la tradition laïque républicaine, au nom de la lutte contre les communautarismes. Deux camps irréconciliables, ainsi que l'a montré la polémique qui a éclaté au sein même de l'Observatoire de la laïcité à l'occasion de la publication de ses propositions.

 

Dans un avis adopté en janvier 2015 à une très grande majorité de ses 23 membres, cet observatoire rattaché à Matignon et présidé par l'ancien ministre socialiste Jean-Louis Bianco a fait onze préconisations, comme le "développement effectif de l'enseignement laïque du fait religieux dans les établissements scolaires", moyennant une formation des enseignants, ou "le soutien à la création d'établissements privés de théologie musulmane" et "l'instauration de conseillers humanistes" en prison pour faire barrage à "tout discours extrémiste".

 

Trois membres de l'observatoire engagés dans le camp d'une laïcité stricte se sont étranglés en lisant le document final. L'ancien ministre PS Jean Glavany, la sénatrice PRG Françoise Laborde et Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République, ont dénoncé des "propositions pour l'essentiel angéliques et pusillanimes, cosmétiques dans le meilleur des cas, tandis que certaines sont clairement anti-laïques et évidemment inacceptables pour la République". "Voilà encore une nouvelle avancée vers la liberté religieuse plutôt qu'une affirmation de la laïcité", a pesté auprès de l'AFP Patrick Kessel, qui, avec les deux autres frondeurs, a bien failli claquer la porte de l'observatoire.

 

Patrick Kessel fait partie de ces figures laïques qui estiment, par exemple, contre l'avis du gouvernement, qu'un texte législatif est nécessaire pour compléter ceux existants, notamment concernant les signes religieux, dont le voile islamique, après la bataille juridique de la crèche Baby-Loup. "Il n'y a pas de négociation possible sur les valeurs de la République, comme l'égalité homme-femme. Quand on dit ça, aussitôt, on nous dit islamophobes, ce qui est absurde : nous sommes pour la liberté absolue de conscience, nous sommes voltairiens", dit cet ancien grand maître du Grand-Orient de France. (3)

 

Il va de soi que les solutions proposées par les républicains partisans de la laïcité "ouverte" ou "stricte" comme le "développement de l'enseignement laïque du fait religieux dans les établissements scolaires", une formation des enseignants... aux frais des Français, "le soutien à la création d'établissements privés de théologie musulmane", "l'instauration de conseillers humanistes" en prison pour faire barrage à "tout discours extrémiste" ou inversement, "un texte législatif" supplémentaire "pour compléter ceux existants sur les signes religieux, dont le voile islamique", ne seront pas d'un grand secours contre le musulman terroriste qui un jour ou l'autre voudra passer à l'acte... Seuls une morale puissante, une religion puissante, un état catholique chrétien fier de son passé et de son histoire, une éducation et un enseignement chrétien pourra retenir ses coups.

"Une riposte sans pitié" (4) demande Alexis Brézet dans le Figaro

 

"Drôle de guerre, en vérité! Nous laissons nos frontières (nos lignes, diraient les soldats) ouvertes à nos ennemis. Les agents recruteurs du djihad prêchent impunément leur idéologie de haine dans des mosquées financées par l'ennemi. Les «traîtres» partis combattre en Syrie sont soumis à un simple stage de «déradicalisation». Quant aux «fichés S», susceptibles de se constituer en «cinquième colonne», ils gambadent dans la nature au motif qu'ils «n'ont encore commis aucun crime»…

 

La guerre, quelle guerre? Mais nous vivons comme si nous étions en paix! L'état d'urgence n'empêche ni les manifestations syndicales ni les rassemblements festifs, dont certains prétendent sans rire qu'ils sont «la meilleure réponse à l'État islamique»… Le président de la République lui-même semble ne pas y croire: il a tranquillement annoncé, le 14 Juillet, la fin de l'état d'urgence et l'allégement du dispositif «Sentinelle», avant de faire machine arrière toute dans la nuit, quand la tragique réalité l'a rattrapé…

 

Car les soldats du califat, eux, ne font pas la guerre à moitié. Ils viennent jusque dans nos bras «égorger nos fils et nos compagnes», et nous offrons la protection de nos lois à ceux-là mêmes qui veulent nous détruire! Jamais dans l'Histoire un ennemi n'a bénéficié d'autant de complaisance de la part de celui qu'il combat.

 

Cet aveuglement volontaire n'a que trop duré. Pour gagner la guerre, il faut la mener sans demi-mesure ni pusillanimité. Et pour donner à ceux dont c'est la mission quelque chance de l'emporter, il nous faut réarmer. Réarmement militaire et policier, bien sûr. Réarmement législatif, partout où cela est nécessaire. Réarmement moral, surtout, pour surmonter collectivement ce syllogisme pervers drapé dans les oripeaux du «vivre ensemble» qui prétend disqualifier, en France, toute action un peu énergique contre les racines de l'islamisme radical au motif que «ce serait faire le jeu des terroristes». Comme si nous les combattions mieux en tendant notre cou à leur couteau! Comme si le plus sûr chemin vers des affrontements intercommunautaires n'était pas précisément la démission de l'État, seul détenteur de la force légitime, et seul garant de la paix civile…

 

Évidemment, pour venir à bout de l'hydre islamiste il n'existe aucune arme miracle. Nous n'écarterons jamais tout risque d'attentat. Est-ce une raison pour ne pas tout tenter? Bien sûr, cette guerre qui nous a été déclarée sera longue et difficile. Nous essuierons sans doute d'autres défaites. Raison de plus pour ne pas perdre davantage de temps. Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, Nice… C'est maintenant qu'il faut agir si nous voulons un jour interrompre la sinistre litanie."

Conclusion

 

La laïcité, "ouverte" ou "stricte" est autant impuissante à empêcher les attentats du terroriste islamiste, que les principes horizontaux républicains décadents montrent leur impuissance.

 

Face à une religion hérétique et terroriste, il nous faut une religion, la vraie religion, la seule religion qui a su vaincre l'islam et rejeter l'invasion. Le "réarmement moral" qu'il nous faut est un réarmement spirituel. Toute riposte armée, militaire et/ou policière - sans réarmement spirituel - et en conservant la "laïcité" décadente est vaine.

 

Saint Michel, secourez la France.

 

Vive Dieu, vive le Roi, vive la France.

 

 

Notes

 

(1) Attentat islamiste de Nice : que faire ?, Reinformation.Tv, Anne Dolhein, 16 juillet 2016 16 h 05 min·

(2) Attentats de Paris: Pourquoi la France est-elle la principale cible de Daesh?, 20 Minutes, Publié le 15.11.2015 à 20:08, Mis à jour le 15.11.2015 à 20:08

(3) Après les attentats : la laïcité, jusqu'où ?, Le Point.fr (avec AFP), Modifié le 19/01/2015 à 16:25 - Publié le 19/01/2015 à 15:12 | Le Point.fr

(4) Une riposte sans pitié, Le Figaro, Par Alexis Brézet Mis à jour le 15/07/2016 à 21:37 Publié le 15/07/2016 à 20:45