Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 00:00

Saint Sylvain, Evêque de Gaza, martyr (+ 311)

C'était un homme doux et pacifique qui servit l'Eglise comme prêtre durant de longues années. Evêque de Gaza, Palestine, il refusa de se cacher durant les persécutions de l'empereur
Dioclétien.

Parce qu'il refusait de renier sa foi, il fut soumis à de nombreuses tortures et envoyé dans les mines avec 40 autres chrétiens. Comme tous les condamnés aux mines, ils
eurent un oeil arraché et un pied brûlé avec un fer rougi. Quand ils furent jugés "inutiles", en raison de leur état physique, on s'en "débarrassa" comme on le faisait pour tous les condamnés aux mines.

Libéré plus tard, il ne tarda pas à y retourner, poursuivi par les foudres du gouverneur de la province. Celui-ci obtint ensuite qu'il soit décapité.

 

http://nominis.cef.fr/images/gallerie/sylvaindegaza.jpg

 

Source: (1), (2), (3)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 17:11

A l'occasion du 1700e anniversaire de la naissance de Saint Martin de Tours (316-2016), l'association Oriflammes organise une Grande procession en l'honneur de l'Apôtre des Gaules, "Spécial Tuteur de notre Royaume" (Louis XI), figure de l'Europe chrétienne, se voulant un témoignage de civilisation et de confiance en nos valeurs et notre histoire commune, samedi 21 mai à Paris. Le rassemblement est à 13h30 face à l'église Sainte Elisabeth de Hongrie, le départ à 14 heures.

 

De nombreuses paroisses et communautés rassemblées.

Paroisse Saint-Germain l’Auxerrois (Paris 1er) -Communauté latino-américaine catholique de Paris (Paris 1er) Centre Saint-Paul -IBP (Paris 2ème)- Paroisse Sainte-Elisabeth de Hongrie (Paris 3ème) Paroisse Notre-Dame des Blancs-Manteaux (Paris 4ème)-Aumônerie des Irlandais (Paris 5ème) Paroisse Saint-Eugène-Sainte-Cécile (Paris 9ème)-Mission hongroise de Paris (Paris 10ème) Mission roumaine de Paris (Paris 10ème)- Eglise Notre-Dame d’Egypte (Paris 10ème) Paroisse Sainte-Jeanne de Chantal (Paris 16ème)- Eglise Notre-Dame de Chaldée (Paris 18ème) Paroisse de Bazeilles (08)- Séminaire Saint-Vincent de Paul – IBP (28) Séminaire orthodoxe russe d’Epinay- sous-Sénart (91)

 

La fanfare royale d'Hanzinne venue de Belgique, le Paris and District Pipe Band, ainsi que le Choeur Montjoie-Saint-Denis accompagneront la procession.

1700e anniversaire de la naissance de Saint Martin de Tours - Grande procession à Paris
1700e anniversaire de la naissance de Saint Martin de Tours - Grande procession à Paris
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 00:00

Saint Philippe était de Bethsaïde, en Galilée, patrie de saint Pierre et de saint André.

Le Sauveur, dès les premiers jours de sa vie publique, le rencontra et lui dit : " Suis-Moi ! " 

Après la Pentecôte (fête de la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres, cinquante jours après Pâques), il alla prêcher dans les immenses contrées de l'Asie supérieure ; il évangélisa longtemps les Scythes, puis les Galates, les Phrygiens, et c'est dans la ville d'Hiérapolis, en Phrygie, qu'il confirma sa prédication par le témoignage de son sang

 

Un jour que le peuple offrait de l'encens à un gros serpent qu'il regardait comme une de ses divinités principales, Philippe, saisi de compassion, se jette à terre et supplie Dieu de délivrer ces malheureux de la tyrannie du serpent infernal. L'affreuse bête expire aussitôt. Le peuple se montrait disposé à accepter la doctrine d'un homme qui opérait de telles merveilles ; mais les magistrats et les pontifes s'emparèrent de l'Apôtre, le battirent de verges, le clouèrent à une croix et l'accablèrent de pierres. À sa mort, la terre trembla et plusieurs édifices s'écroulèrent.

 

Saint Philippe mourut dans un âge fort avancé puisque saint Polycarpe eut quelque temps le bonheur de converser avec lui.

 

Saint Jacques, appelé le Mineur pour le distinguer de Jacques le Majeur, frère de saint Jean, était né à Cana, en Galilée. Fils d'Alphée et de Marie, soeur, c'est-à-dire proche parente de sainte Vierge, il était de la tribu de Juda et cousin de Notre-Seigneur selon la chair.

 

La tradition affirme qu'il ressemblait au Sauveur, et que les fidèles aimaient à regarder en lui une vivante image de leur Maître remonté dans le Ciel. Jacques eut un frère, Apôtre comme lui, nommé Jude, et ses deux autres frères, Joseph et Simon, furent disciples de Jésus. 

 

Après la Pentecôte, quand les Apôtres se partagèrent le monde, Jacques se fixa à Jérusalem, pour la conversion spéciale des Juifs. Son autorité était très grande dans l'Église primitive, et, au concile de Jérusalem, c'est lui qui, le premier après saint Pierre, prit la parole. Il nous reste de lui une belle Épître. 

 

Les conversions nombreuses et éclatantes opérées par son ministère lui suscitèrent des ennemis. Les princes des Juifs le firent monter sur la terrasse du temple et lui dirent : "Juste, nous avons confiance en toi ; parle et dis-nous la vérité sur Jésus !"

Le saint Apôtre s'écria : "Pourquoi m'interrogez-vous sur le Christ ? Il siège dans les Cieux à la droite de la Majesté divine, et un jour Il reviendra sur les nuées du Ciel." La foule approuvait ces paroles ; mais les chefs, jaloux, précipitèrent le vieillard du haut du haut du temple. Brisé dans sa chute, il mourut l'an 61, en priant pour ses bourreaux : "Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."

 

Nous avons de lui une Epître qui a le titre de Catholique ou Universelle, parce qu'elle ne fut point adressée à une Eglise particulière, mais à tout le corps des Juifs convertis qui étaient dispersés dans les différentes parties de l'univers.

 

PRATIQUE. Pardonnez à vos ennemis, priez pour vos persécuteurs.

  

 

Sources:

 

(1) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 121 ; (2)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 14:00

Le plan B des mondialistes est d'ignorer le sens d'un vote des Anglais pour un Brexit (sortie de l'Angleterre de l'Union européenne, protectionnisme, retour des identités, des frontières et des souverainetés), d'en renverser complètement le sens et d'en faire, au contraire, l'occasion d'un nouvel internationalisme libre-échangiste sous domination anglo-saxonne ! Ce plan B des mondialistes, analysé de Pauline Mille pour Reinformation.Tv, pourrait être élargi à l'ensemble des pays européens dont les volontés exprimées seront contournées. 

Brexit ou le Plan B des mondialistes : l'occasion d'un nouvel internationalisme ?

Si le Royaume-Uni quitte l’UE suite au référendum du 23 juin, une majorité de Suédois voudra emboîter le pas aux Britanniques, selon un nouveau sondage d’opinion.



Submergée par les migrants, la Suède a perdu son enthousiasme pour l’UE, l’Union européenne. Un sondage le montre : en cas de Brexit, ses habitants choisiraient le Suexit. Amenant de proche en proche la fin de l’UE. Le mondialisme a trouvé un plan B : une nouvelle zone de libre échange planétaire.

L’UE survivra-t-elle au Brexit ? C’est la question que se posent très sérieusement les commentateurs britanniques, en particulier l’éditorialiste influent du Spectator, Fraser Nelson. Les derniers sondages les y poussent. A l’automne 2015, selon un sondage d’Eurostat portant sur la moitié des 28 Etats membres de l’UE, cinq d’entre eux considéraient leur qualité de membre comme une mauvaise chose et neuf une bonne. Parmi les plus satisfaits le groupe Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Irlande, et parmi les moins le groupe Tchéquie, Autriche, Italie, Grèce. Au milieu, l’Angleterre (49 % de satisfaits) et la France (53 %). Aujourd’hui, l’indice de satisfaction des Suédois est passé de 59 % à 39 %, selon une mesure de l’institut TNS Sifo.

 

La Suède refuse les migrants, les partisans du Brexit aussi


La raison de ce désenchantement est connue de tous : le pays, bon élève d’Angela Merkel, est submergé de migrants. En proportion de sa population, elle en a accueilli plus que l’Allemagne ou l’Autriche, et son ministre de l’intérieur, soutenu par toute la classe politique, a planifié sur plusieurs années des retours massifs par charters. Le nombre de graves incidents provoqués par des « réfugiés », l’assassinat sauvage par une bande d’entre eux d’une jeune bénévole, Alexandra Mezher, a révulsé la Suède. L’UE est devenue synonyme d’invasion, d’islamisme, de risque terroriste. Le mondialisme, qui a parfaitement mesuré cette grogne représentative du malaise européen, change son fusil d’épaule et organise un plan B au cas où son usine à gaz bruxelloise éclaterait.

Ses dirigeants les plus subtils ont rejoint le camp du Brexit en tablant que, selon la théorie des dominos, le départ du Royaume Uni entraînera celui d’autres pays nordiques, la Suède en premier. D’où l’importance des derniers sondages dans ce pays et l’argumentation de Fraser Nilson, qu’il faut examiner avec soin.

 

Si la Suède suit le Brexit, c’est la fin de l’UE ?


A la question, la Suède doit-elle rester dans l’UE ou la quitter, 44 % des sondés répondent rester, 32 % partir et 24 % ne savent pas. Mais, en cas de Brexit, les résultats changent du tout au tout : 36 % estiment que la Suède doit quitter l’UE, et le camp des rester et celui des ne sais pas recueillent chacun 32 % des intentions. Hier, un tel résultat aurait été utilisé en Grande Bretagne par les opposants au Brexit, sur le thème, si nous partons, c’est la fin de l’UE et des haricots. Aujourd’hui, c’est l’inverse, et c’est là que l’analyse du Spectator devient passionnante.

Pour Fraser Nilson en effet, « d’autres pays animés d’un esprit ouvert au mondialisme (globally-minded) sont las du protectionnisme et de l’insularité de Bruxelles. Les partisans des réformes en Suède (…) voient dans la Grande Bretagne leur principal allié pour tenter de mettre fin au protectionnisme (une récente étude montre leur alignement à 89 % sur nos vues, qui s’élève aussi à 88 % chez les Néerlandais et les Danois) ». Sa conclusion est que si les Anglais abandonnent la partie, la Suède les suivra.

 

La fin de l’UE sera l’occasion d’un plan B pour le mondialisme


Nilson y voit une occasion « fascinante » et un nouvel argument pour les partisans du Brexit. « Loin d’être isolationnistes, nous serons les pionniers d’une nouvelle alliance ouverte au mondialisme de pays qui n’en peuvent plus d’avoir à discriminer les biens, services et personnes qui ne sont pas Européens ». Ainsi le Brexit placera « la Grande Bretagne en tête d’un nouvel internationalisme ». Extraordinaire aveu, et contradiction extraordinaire. Le mondialisme a son plan B, qui ressemble trait pour trait à l’intention de Winston Churchill en 1951 : puisque l’UE ne marche pas, que les Européens n’en veulent pas, on en revient à une association plus lâche de libre échange qui s’intègrera dans l’ensemble des traités transatlantiques ou transpacifiques, satisfera le commerce international de la même façon et véhiculera aussi l’humanisme anglo-saxon.

 

Avec ou sans UE, le mondialisme se moque des peuples


Voilà pour l’aveu. La contradiction, elle, est si criante qu’elle en devient indécente. Ce qui est reproché à l’UE, ce n’est pas d’être l’antichambre du mondialisme, c’est d’être trop européenne, et de défendre encore trop, si peu que ce soit, les Européens. Le cri de la Suède, comme celui de tous les pays d’Europe, est : assez d’immigration, rétablissez les frontières. Et la conclusion du Spectator tend au contraire à créer une alliance des pays ouverts au mondialisme pour mettre fin à la discrimination contre les Non-Européens. On croit rêver. On ne rêve pas. Quand le mondialisme ne peut plus nier les faits, il inverse les interprétations, et il se sert du sursaut des peuples pour faire avancer son projet jusqu’à la fin. Il y a toujours un nouveau plan B. C’est vrai aujourd’hui du Brexit et de la Suède, c’est vrai avec ou sans l’UE, ce sera vrai pour la France demain.

 

Pauline Mille

 

Source: La Suède tentée de suivre le Brexit : la fin de l’UE, plan B du mondialisme, Pauline Mille, Reinformation.Tv

Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 00:00

http://nominis.cef.fr/images/gallerie/josephartisanpiexii.jpgLa fête de saint Joseph, travailleur, a été fixée au 1er mai par le pape Pie XII en 1955. Le monde du travail prend une conscience grandissante de son importance et c'est le rôle de l'Église de lui enseigner toute sa dignité. Cette fête de saint Joseph est une triple fête patronale : fête de l'Église, fête de la famille et du foyer, fête du travail.

La présence de Jésus dans l'atelier de Nazareth enseigna à saint Joseph le prix des heures pénibles, et le dur labeur accepté comme une réparation pour le mépris de l'homme des lois de Dieu, a acquis grâce au Christ, une valeur rédemptrice. Artisan avec Dieu créateur, frère de travail de Jésus-Ouvrier, associé avec Lui au rachat du monde, saint Joseph n'attirera jamais trop les regards et la prière de notre siècle.

C'est pourquoi l'Église, s'inspirant de la Tradition qui baptisa autrefois quantité de fêtes païennes pour les doter d'un contenu chrétien tout nouveau, plaça la fête civile du travail sous le puissant patronage de saint Joseph. Ouvrier toute sa vie, qui mieux que lui rendit grâces à Dieu le Père en son labeur de chaque jour ? C'est ce modeste artisan que Dieu choisit pour veiller sur l'enfance du Verbe incarné venu sauver le monde par l'humilité de la croix. (1)

 

Au XIII° siècle déjà, le roi de Castille, Alphonse X le Sage, avait déjà associé dans un de ses chants la beauté de Marie et celle du mois de mai ; au siècle suivant, le bienheureux dominicain Henri Suso avait, durant l'époque des fleurs, l'habitude de tresser des couronnes pour les offrir, au premier jour de mai, à la Vierge.

 

En 1549, un bénédictin, Seidl, avait publié un livre intitulé "Le mois de mai spirituel", alors que saint Philippe Néri exhortait déjà les jeunes gens à manifester un culte particulier à Marie pendant le moi de mai où il réunissait les enfants autour de l'autel de la Sainte Vierge pour lui offrir, avec les fleurs du printemps.

 

Un peu plus tard, les jésuites recommandaient que, la veille du premier mai, dans chaque appartement, on dressât un autel à Marie, orné de fleurs et de lumières, devant quoi, chaque jour du mois, la famille se réunirait pour réciter quelques prières en l'honneur de la Sainte-Vierge avant de tirer au sort un billet qui indiquerait la vertu à pratiquer le lendemain.

 

Cette dévotion mariale s'est perpétuée de part le monde jusqu'à aujourd'hui. (2)

 

Sources: (1), (2)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 06:02

Une image de la Sainte Vierge, restée intacte, est devenue un symbole de consolation.

La Madone plus forte que le séisme en Équateur le 16 avril

Cette photo qui a fait le tour du monde suscite la stupéfaction. Il s’agit d’une simple vitrine renfermant une image de Notre-Dame de la Lumière, restée intacte après le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé l’Équateur le 16 avril.

 

Tout autour, ruines et destructions

 

La photo de la Sainte Vierge qui circule sur les réseaux sociaux a été prise à l’école Leonie Aviat dans la paroisse de Tarqui, à Manta, très fortement touchée par le séisme. Comme l’ont déclaré divers membres de la communauté des Oblats de saint François de Sales, l’image de la Sainte Vierge intacte a suscité l’émerveillement alors que l’école dans laquelle elle se trouvait a été totalement détruire.

 

Comment une image de la Madone, si fragile, a-t-elle pu résister à un tremblement de terre ? Telle est la question que tous se posent. Pour beaucoup, il n’y a pas de réponse, mais cette image rescapée pourrait symboliser une sorte de triomphe dans un contexte de dévastation totale, et devenir une icône de consolation.

 

Un miracle alors que tout semblait perdu

 

Au cours des derniers jours, le travail inlassable des secouristes et des bénévoles équatoriens a permis de sauver la vie de nombreuses personnes restées coincées sous les décombres. Trois jours après le séisme, y compris dans la ville de Tarqui où s’est produit le miracle de l’image de la Sainte Vierge, trois personnes ont pu être extirpées vivantes, selon ABC. Ce sauvetage est dû aux pompiers de Quito qui, le même jour, ont également sauvé deux personnes dans le centre de la capitale.

 

À Tarqui, trois personnes ont pu être extirpées des décombres du marché au bout de 32 heures, dont un homme connu sous le nom de Don Segundo. Un autre sauvetage extraordinaire a eu lieu dans la ville côtière de Pedernales, épicentre de la catastrophe, où un homme de 65 ans a été sauvé par la police nationale, ainsi qu’un autre de 82 ans qui, resté en état de choc, a perdu la parole.

 

Une des premières rescapées

 

Vingt heures après le séisme, toujours à Pedernales, une petite fille coincée dans les ruines d’un immeuble a pu être sauvée. « Tout va bien », ont dit les secouristes dès qu’ils ont vu qu’elle était vivante.

 

Source : La Madone plus forte que le séisme en Équateur, Aleteia, 29 avril 2016

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 00:00

Le champenois Robert de Molesme, entré à 15 ans chez les bénédictins de Moutier-la-Celle dans l'Aube, est très vite remarqué. A peine son noviciat terminé, il fut nommé prieur. Les bénédictins de Tonnerre ayant voulu l'avoir comme Père Abbé, il accepta, mais ces moines qui sont allés le quérir, ne veulent pas de la réforme austère qu’il préconise. Les ayant trouvés très relâchés et surtout peu réformables, il prit congé d'eux et revint à Moutier.

Non loin de là vivent sept ermites ; après de multiples péripéties, il accepte de devenir leur supérieur et les installe dans des huttes dans la forêt de Molesme, près de Laignes, en Côte d'Or. Leur genre de vie, fait de solitude et de silence, impressionne les voisins. Chacun s’ingénia à aider ces moines vertueux. Mais l’abondance des donations tourne la tête à bien des religieux qui ne voient plus le besoin de travailler, ni de tant d’austérités. Les recrues et les dons affluent, les huttes disparaissent, un monastère se construisit. Incapable de restaurer la discipline, Robert les quitte, triste, mais les dons cessèrent en même temps.

Les moines sont décontenancés. Robert ne revenant pas, on en réfère au Pape. Robert est sommé de reprendre sa place. Il revient, mais les bons sentiments des frères ne durent qu’un an. Robert s’en va définitivement avec six de ses moines. Avec, saint Aubry et saint Etienne Harding, vénérant la Vierge Marie, il s’installe à Cîteaux, se promettant de vivre la Règle de saint Benoît dans toute sa pureté et sa rigueur.

 

Les trois fondateurs de Citeaux : Robert, Aubry et Etienne Harding. Cette peinture commémore et décrit la fondation en 1098, montrant les trois fondateurs vénérant la Vierge Marie

 

Ainsi naquit l'Ordre cistercien en 1098. Mais les moines de Molesme ne s’en tiennent pas là. Une deuxième fois, le pape est consulté. Celui-ci lui intime l'ordre de reprendre la tête de son monastère. Il obéit et revient, après 14 mois, dans son abbaye, confiant Cîteaux à un frère très observant. Il a la consolation de voir ses moines revenus à de meilleures dispositions. Il gouvernera pendant 9 mois, jusqu’en 1110. Il mourut ainsi en paix.

Deux ans après sa mort, saint Bernard entre à Cîteaux. Nous fêtons aussi aujourd'hui la Saint Pie V.

 

L'Ordre cistercien devra son considérable développement à saint Bernard de Clairvaux (1090-1153).  

« Plus j’avance dans la connaissance de mon "moi", plus je m’approche de la connaissance de Dieu. » (Saint Bernard)

 

Sources : 1, 2, 3, 4

 

 
L'art cistercien est en accord avec leur spiritualité : il doit être une aide pour le cheminement intérieur des moines. En 1134, lors d'une réunion du Chapitre général de l'ordre, Bernard de Clairvaux qui est au sommet de son influence, recommande la simplicité dans toutes les expressions de l'art (Source : Jean-François Leroux-Dhuys, « Art cistercien, architecture cistercienne », Histoire et Images médiévales n°12 (thématique), Les cisterciens, février-mars-avril 2008, p. 37).
 
Dès lors, les cisterciens vont développer un art dépouillé et souvent monochrome.
 
 
Du XIe au XIIIe siècle une véritable révolution industrielle s'opère dans l'Occident médiéval. Elle est portée par la monétarisation croissante de l'économie depuis l'introduction du denier d'argent par les carolingiens au VIIIe siècle, qui permet l'introduction de millions de producteurs et de consommateurs dans le circuit commercial.
 
Moulin hydraulique de Braine-le-Château XIIe siècle
 
Pour augmenter encore cette productivité les paysans investissent dans des équipements qui l’améliorent, fournissant des charrues, construisant des moulins à eau en remplacement des meules à bras, des pressoirs à huile ou à vin en remplacement du foulage. Ce phénomène est attesté par la multiplication des moulins, des routes, des marchés et des ateliers de frappe de monnaie dans tout l’Occident dès le IXe siècle.
 
 
Les abbayes sont souvent le fer de lance de cette révolution économique
Les progrès se transmettent entre abbayes par le biais de manuscrits ou par le déplacement de moines. Les frères convers, dont une partie vit en dehors de l'abbaye dans les "granges", participent à la diffusion des améliorations techniques auprès des populations locales : les cisterciens sont des vecteurs de première importance dans la révolution industrielle du Moyen-Âge. 
Si les Cisterciens savent innover, ils utilisent aussi parfois des techniques très anciennes. De nombreuses églises cisterciennes bénéficient d'une excellente acoustique qui n'est pas due au hasard : plusieurs (comme Melleray, Loc-Dieu, Orval...) utilisent la technique des vases acoustiques décrite par Vitruve, ingénieur romain du 1er siècle av. J.-C. ; des études contemporaines ont démontré que ces vases, répartis dans les murs et les voûtes, amplifient le son dans la gamme de fréquences de la voix des moines ; et d'autres procédés réduisent l'écho. (Source)
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 00:00

Sainte Catherine naquit à Sienne en 1347. Dès l'âge le plus tendre, elle fit le voeu de virginité, et ne montrait de goût que pour la prière et la mortification. Ses parents, qui voulaient la marier, s'y prirent de toutes les manières pour rompre sa résolution, la contrariant dans ses exercices de piété, et la chargeant des soins les plus pénibles du ménage. Bien que vertueux, ils se firent longtemps ses persécuteurs et entravèrent, autant qu'il leur fut possible, sa vocation religieuse. Catherine, soumise et obéissante, sut se créer une solitude intérieure, où elle trouvait toujours son Bien-Aimé, dont rien ne pouvait l'empêcher de jouir.

 Enfin les préventions cessèrent, et on lui permit d'entrer dans le tiers ordre de Saint-Dominique. Ce fut alors que ses austérités n'eurent plus de bornes, et qu'elle s'éleva à cette sublime contemplation dont on voit la preuve dans ses écrits, et mieux encore au milieu des vertus héroïques qu'elle pratiqua.

Sa charité pour les pauvres, sa patience dans les calomnies dont on payait ses services, son ardeur et son talent pour la conversion des pécheurs, son zèle pour la paix de l'Eglise et des Etats, en firent la gloire de son ordre, l'ornement de son pays, et la merveille de son siècle. Pour elle, toujours supérieure à sa réputation par son humilité, elle préférait la couronne d'épines du Sauveur à tout le reste.

Dans une de Ses apparitions, le Sauveur ôta le coeur de la poitrine de Sa servante et mit le Sien à sa place. Une autre fois, elle reçut les stigmates du divin Crucifié. Souvent, au moment de la Communion, l'Hostie s'échappait des mains du prêtre pour voler vers la bouche de Catherine. Sa vie entière fut un miracle.

Dieu permit qu'elle exerçât une immense influence sur son époque, et qu'elle contribuât pour beaucoup à la cessation du grand schisme d'Occident.

Catherine écrivit au Pape, alors en Avignon, une lettre brûlante où elle le pressait de revenir à Rome. Elle alla même le chercher. Lorsque la chrétienté occidentale fut divisée entre plusieurs papes, elle soutint Urbain VI et déploya des trésors d'activité et de diplomatie pour rassembler l'Eglise autour de lui.

Elle voyagea inlassablement comme médiatrice dans le nord de l'Italie et le sud de la France. Pourtant cette activité débordante n'était pas le tout de sainte Catherine. Ce n'était que la face apparente d'une intense vie mystique, avec des extases durant lesquelles ses disciples, émerveillés, copiaient les prières qui s'échappaient de ses lèvres.

Cette sainte nous a laissé des ouvrages qui paraîtront précieux à quiconque estime le langage de la vraie piété. Ce sont six traités en forme de dialogues, un discours sur l'annonciation de la très-sainte Vierge, et trois cent soixante-quatre lettres qui portent l'empreinte de son génie supérieur.

Son "Dialogue" sur la Divine Providence, qui est aussi un des classiques de la langue italienne, retrace ces entretiens enflammés avec le Christ. Ils auraient été composés en cinq jours d'extase, du 9 au 14 octobre 1378. 

Les peines qu'elle se donna pour le bien de l'Eglise la conduisirent au tombeau à l'âge de trentre-trois ans, le 29 avril 1380. Dieu la favorisa, pendant sa vie, de la connaissance des choses cachées.

 

Catherine avait une grande vénération pour sainte Agnès de Montepulciano (1268-1317).

 

Appartenant au tiers-ordre dominicain, cette fille de Saint Dominique est patronne de l’Italie. Elle a été proclamée docteur de l'Eglise en même temps que Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582) le 4 octobre 1970 par Paul VI (titre que l’Église d’Angleterre lui reconnaît aussi), et co-patronne de l'Europe par Jean-Paul II en 1999, avec sainte Brigitte de Suède (1302-1373) et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (1891-1942) : 

 

"Sainte Catherine entra avec un regard sûr et des paroles de feu dans le vif des problèmes sociaux et politiques qui ont déchiré l'Europe de son époque." (Jean Paul II, Lettre apostolique Spes aedificandi, 02/10/1999)


Sainte-Catherine de Sienne est la patronne des infirmières. Elle est invoquée par les personnes qui craignent de subir un échec.

 

Sources: 

(1) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 120; (2), (3), (4), (5)

Les saints du jour (29 Avril )

BATONI POMPEO GIROLAMO / The Ecstasy Of St Catherine Of Siena

 

-----------------------------------

. "Arrachez donc les ronces des péchés mortels et plantez des vertus" (Sainte Catherine)

. "Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits" (Sainte Catherine)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 14:20

Le 14 juillet 2013, François déclarait pour la première fois "la reprise est là". Le 14 juillet 2014, il répétait mot pour mot le même mantra : "la reprise est là".

 

Le 14 juillet 2015, de nouveau, François affirmait "la croissance, elle est là" (in Le Figaro, 14 Juillet : Hollande s'affiche en protecteur de la nation, Par Jim Jarrassé , Hayat Gazzane Mis à jour le 15/07/2015 à 07:58 Publié le 14/07/2015 à 14:33) Mais le 14 août 2015, un moins plus tard, Le Figaro titrait : Croissance zéro : «Ce chiffre est une douche froide» (Par Damien Durand Publié le 14/08/2015 à 10:25)

 

Brandissant aujourd'hui une "baisse des défaillances d'entreprises", le président a répété son mantra favori. Malheureusement, toujours rien en vue côté "inversion de la courbe du chomage", mais un record battu de nouveau en décembre 2015.

"La reprise est là" : François Hollande, le 28 avril 2016

Pôle emploi recensait 3,58 millions de chômeurs en fin d'année, en hausse de 2,5 % sur l'année. La seule "reprise" en 2015 est en fait une progression de la croissance de 1,1% . Or, pour parler de reprise réelle, créatrice d'emplos, il faudrait plusieurs mois consécutifs de croissance au-dessus de 1,5%.

"La reprise est là" : François Hollande, le 28 avril 2016
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 00:00

Au IIe siècle, mariée à saint Vital, personnage consulaire, Valérie mourut martyre à Ravenne alors que son mari périssait martyr lui-aussi à Milan (Italie) (1)

 

Vital était un militaire né à Milan, père de saint Gervais et de saint Protais, martyrs. Il fut condamné à mort pour sa religion par le juge de Ravenne, brûlé vif, après avoir été étendu sur le chevalet, et avoir souffert divers autres genres de tortures. On lit dans ses Actes, que Valérie, sa femme, retournant de Ravenne à Milan, fut mise à mort par une troupe de paysans auxquels elle refusa de se joindre dans la célébration d'une fête impie et licencieuse. (2)

 

Mosaïque de San Vitale

  Mosaïque de San Vitale

 

Sources:

 

(1), (2) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 118.

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 19:26

Nous présentons ici le documentaire filmé d'Armel Joubert des Ouches pour Reinformation.Tv, "Révolution française : Silence sur le génocide", augmenté d'un certain nombre de citations des génocidaires, trouvées dans les ouvrages du professeur Xavier Martin consacrés à la "Révolution française".

Révolution française : silence sur le génocide vendéen

La France n'a pas commis de crime contre l'Humanité, la France n'a pas commis de génocide.

Nicolas Sarkozy, Discours du 9 mars 2007

Au moins 180.000 personnes déportées, tuées, assassinées. Des centaines de prêtres, des religieux, mais avant cela, pour la plupart, des paysans, car ce sont les paysans qui, les premiers, se révoltent contre la République naissante. 180.000, c’est le nombre minimum de victimes des guerres dites « de Vendée ». Il y aura aussi plus de 200.000 soldats républicains tués dans les combats.

 

La République construite dans le sang

 

Il y a 227 ans. Ce qu’on appelle, à tort, la Révolution française, éclate à Paris. Une manœuvre de quelques centaines de personnes au départ, afin de renverser la Monarchie.

En 1789, selon le mot de Camille Desmoulins, il n’y avait pas dix républicains avoués en France.

Jacques Bainville, Histoire de France

Les révolutionnaires parviennent à étendre les incidents au pays tout entier. Incidents qui se transforment peu à peu en guerre civile. Un bain de sang. Des milliers de familles sont victimes de la barbarie qui est en train de se mettre en place. En fait, c’est une idéologie nouvelle que Robespierre, Danton et d’autres sont en train d’imposer, par la force, au peuple de France. Parce que l’Eglise est persécutée (on impose aux prêtres la constitution civile du clergé) – les prêtres refusent de prêter serment. Parce qu’ils s’opposent à la levée en masse de 300.000 hommes que la Convention, le nouveau pouvoir en place à Paris, impose afin de combattre l’Autriche catholique, les Vendéens se révoltent.

 

Jean Jacques Rousseau et la tyrannie

 

« Si le peuple pense mal, il faut changer le peuple ».

 

C’est, en une phrase, toute la pensée de Rousseau. Il est indéniable que son « contrat social » comportait en germes le socialisme et la tyrannie qui se préparait dans le pays. Le 1er octobre 1793, la Convention décrète l’extermination « de toute la Vendée ».

Révolution française : silence sur le génocide vendéen

Il y aura le général républicain Turreau et ses colonnes infernales. Jean Baptiste Carrier et les noyades par millier. Il y aura aussi les massacres des Lucs-sur-Boulogne où 564 personnes, hommes, femmes, enfants seront assassinés par les Bleus des généraux Cordellier et Crouzat.

Massacre-aux-Lucs-sur-Boulogne--28-fevrier-1794-.jpg
 

Le 28 février 1794, aux Lucs sur Boulogne, 110 enfants âgés de moins de 7 ans furent massacrés. (Cf. Marie Auguste Huchet, "Le massacre des Lucs-sur-Boulogne et le martyrologue du curé Barbedette, 1983)

 

Les Républicains, une fois entrés dans le village, rassemblèrent la population devant l'église. Les villageois n'étaient guère en mesure de se défendre, la population comptait principalement des vieillards, des femmes, des enfants. Matincourt choisit de ne pas faire de quartier ; il souhaita que l'opération se fasse en économisant le plus de cartouches possibles. Les soldats firent entrer la population dans l'église jusqu'à ce que l'église s'avérant trop petite pour pouvoir contenir toute la population, les Républicains mirent leur baïonnette au canon, chargèrent et massacrèrent toutes les personnes restées à l'extérieur. Les portes de la chapelle furent refermées, emprisonnant les civils à l'intérieur. L'église fut incendiée et des tirs de canons provoquèrent son éboulement.

Le 28 février 1794, c'est le jour du grand massacre aux Lucs : le républicain Chapelain, marchant à la suite des assassins du général Cordelier, ceux-là même qui venaient de ravager la petite bourgade, notait dans son carnet-journal : « Aujourd'hui journée fatigante, mais fructueuse. Pas de résistance. Nous avons pu décalotter, à peu de frais, toute une nichée de calottins qui brandissaient leurs insignes du fanatisme. Nos colonnes ont progressé normalement. »

Le massacre des Lucs, ressemble au drame d'Oradour sur Glane. Dans la chapelle, plus de 500 noms sont gravés sur des plaques de marbre blanc. Ils furent brûlés vifs. Des familles entières ont péri. La chapelle Notre Dame du Petit Luc est un endroit bien émouvant, où chaque nom nous rappelle qu'en ces lieux l'homme s'est vautré dans l'ignominie. Et cette ignominie a vu la naissance de la république dite "française".

Les colonnes infernales avaient pour mission de détruire les rebelles et les soldats les poursuivaient à travers toute la campagne.

« J'ai fait fûreter les fossés, les haies et les bois. C'est là que je les ai trouvés blottis, tout a été passé par le fer. » (général Grignon, chef de la 1ère colonne).

Les gens qui étaient restés dans les villages n'étaient pas mieux traités : incendiés avec leurs maisons, ou fusillés, ou tués à coups de sabre et de baïonnettes, pour épargner la poudre et pour faire durer le plaisir.

Les tueurs étaient des tortionnaires qui coupaient des membres et des têtes, éventraient les victimes et les torturaient.

Il y aura enfin le massacre dans la forêt de Vezin, près de Chanteloup-les-Bois où seront tuées près de 2.000 personnes.

A chaque fois que les Français chantent la "Marseillaise", ils chantent leur propre élimination, puisque 80% des guillotinés étaient des petites gens.

 

La Révolution française ne fut par seulement une tentative d ‘« épuration » de la Vendée, mais une épuration d’une partie du peuple de France opposé à la République.

Ce qui constitue une République, c'est la destruction totale de ce qui lui est opposée.

Saint-Just à la Convention, 8 ventôse an II, 26 février 1794 : dans ses Oeuvres complètes, publ. A Kupiec et M. Abensour, Paris 2004, p. 659 ; et Arch. Parlem., 1ère série, t. 85, p. 517., col. 1.

Si nous nous purgeons, dit sous peu son collègue Garnier de Saintes, c'est pour avoir le droit de purger la France. Nous ne laisserons aucun corps hétérogène dans la République.

Garnier de Saintes aux Jacobins, 16 germinal an II, 5 avril 1794 : Aulard, La Société des Jacobins, Recueil de Documents..., t. 6, Paris, 1897, p. 47.

La Convention nationale est sublime dans ce moment ; elle vomit de son sein tout qui s'y trouve d'impur.

Couthon, Propos du 29 messidor an II, 17 juillet 1794 : cité de seconde main d'après M. Braconnier, notice « Couthon », dans A. Soboul, dir., Dictionnaire de la Révolution française, Paris, p. 310.

Purgeons, purgeons à jamais le pays de cette race infâme (…). Purgeons, mes amis, saignons jusqu'à blanc. » (Il faut) purger, saigner jusqu'au blanc cette génération vendéenne.

Francastel, Lettre des 22 et 20 décembre 1793 in Xavier MARTIN, Droits de l'Homme et la Vendée, éd. DMM, Bouère, 1995, p. 60.

Oui, nous devons l'avouer, nous faisons répandre beaucoup de sang impur, mais c'est par humanité, par devoir.

Lettre de Fouché à la Convention, 27 décembre 1793 : cité de seconde main d'après A. Gérard, op. cit., p, 25.

L'antidote pour contrer l'assassinat et le meurtre chanté à chaque Marseillaise, l'antidote pour repousser le maléfice de ce qui reste une louange et un chant du mal, c'est de prier et de réciter un Ave Maria, en exorcisme de l'esprit de la Révolution.

Les "décapitations [...] concernent pour 28% des paysans, pour 31% des artisans et des ouvriers, sans doute pour plus de 20% des marchands ... 8 à 9% des nobles, pour 6 à 7% des membres du clergé..."

René Sédillot, Le Coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1984, p. 24

Lire: La république destructrice

 

Marseille et Lyon, mais aussi la Bretagne étaient entrés en résistance. Ils s’étaient battus pour Dieu et pour le Roi de France. Symbole de leur résistance, un cœur surmonté d’une croix rouge marqué de la devise « Dieu le Roy ».

Révolution française : silence sur le génocide vendéen
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 22:35

Nous étions sur Christ-Roi le 27 novembre 2015 parmi les premiers à dénoncer les accointances maçonniques du groupe des "Brigandes" suite à leurs critiques hystériques contre les jésuites (rendus coupables de tous les maux), et une video d'un entretien du groupe intitulée "Radio Brigandes III - Novembre 2015 - Franc-maçonnerie, la blanche et la rouge" (description : "entretien avec Marianne, chanteuse leader des Brigandes, et Antoine, représentant du Comité de Salut Public, sur le thème de la Franc-Maçonnerie et du Christianisme. Interview et révélations d'un franc-maçon chrétien".

 

Ce soir cette chose est à présent reconnue par les sites Medias-Presse Info et Le Salon Beige qui relaient l'étude publiée ce même jour 26 avril par Rivarol (internet). Un autre site internet avait mis en garde le 17 avril dernier :

 

Nous mettons en garde tous les naïfs de la droite nationale, qui soutiennent ce chœur sans rien savoir de la manipulation et du message gnostique habilement diffusé.

 

Nous demandons aux organisateurs de manifestations catholiques (par exemple, le défilé à Jeanne d'Arc, le 8 mai prochain), de ne pas promouvoir les Brigandes, en raison du message anti-chrétien qu'elles propagent.

 

Enfin, nous exhortons les Brigandes à se soustraire à cette détestable influence gnostique et anti-chrétienne, et à recentrer leur chœur sur la vraie Foi et sur les vrais combats.

 

17 avril 2016

 

(Source)

 

L'association catholique "Civitas", ayant été informée, a annoncé aujourd'hui dans un communiqué avoir déprogrammé le concert du groupe qui devait être donné lors du défilé en l’honneur de Sainte Jeanne d’Arc le 8 mai prochain. (Source)

 

Voilà donc une bonne chose de faite.

 

C'est en effet une demande expresse de l'Eglise dans une Bulle apostolique - frappée de l'infaillibilité du Pape Clément XII, In Eminenti de 1738, où le Pape Clément XII parle en tant que successeur de Saint Pierre, en vertu de son "plein pouvoir apostolique"-, de

 

ne pas "propager", "entretenir", "recevoir chez soi", "y être inscrits", "entretenir de quelque manière que ce soit" "les dites sociétés de francs-maçons", "et cela sous peine d'excommunication." "Une constitution valable à perpétuité." (Les Enseignements originaux des Papes sur la franc-maçonnerie, De 1717 à nos jours, Pierre Tequi éditeur, Saint-Céneré 1998, p. 15-17.)

 

La Bulle apostolique In Eminenti constitue encore aujourd'hui le droit canonique en vigueur sur la franc-maçonnerie.

 

Nos craintes se révèlent dans toute leur ampleur :

 

"Notre méfiance déjà éveillée fut confirmée par le témoignage d’une lectrice qui, devant l’engouement général du milieu nationaliste et/ou traditionaliste pour ce groupe, voulait nous mettre en garde contre ce qu’elle dénonce comme une imposture. Et ce qu’elle nous révéla s’avéra infiniment pire que ce que nous subodorions. Elle dénonçait Les Brigandes comme les adeptes d’une secte satanique appelée La Nation libre dont Joël Labruyère était le gourou, une secte dont elle se serait échappée. Nous voulions d’autres témoignages : trois autres anciens adeptes ou compagnons de route de la secte acceptèrent de parler." (Source)

 

"... Il est membre du Caïn Ordo Draconis, présidé par Joel Labruyère.

 

Cette référence à Caïn est plus qu'intrigante, car dans la Genèse, Caïn est le frère meurtrier d'Abel.

 

La référence au Dragon est effrayante.

 

Il s'agit très probablement de loges démoniaques." (Source)

Publié par Ingomer - dans Christ-Roi
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 19:42
Boris Le Lay condamné à deux ans de prison ferme pour appel à la résistance à l'islamisation

Le publiciste nationaliste breton a été condamné à deux ans de prison ferme.

Lire aussi : Boris Le Lay : « Nombre de récidivistes, de violeurs ou de braqueurs s’en sortent avec des peines plus légères » Interview exclusive de Boris Le Lay à Breizh Info

 

"Liberté pour la dissidence !", Yann Vallerie, Boulevard Voltaire, 24/04/2016

25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 18:06

Le traité transtatlantique (TTIP ou Tafta) est l'achèvement du processus révolutionnaire de 1789 qui s'est effectué "sans le consentement du peuple, et souvent même contre le peuple", a vu la prise du pouvoir par quelques-uns, la ploutocratie (pouvoir de l'argent), pouvoir d'une minorité. Il constitue (s'il devait être voté en l'état) un pas supplémentaire vers le cauchemar maçonnique de la "république universelle". Il donne le pouvoir aux "firmes privées", c'est-à-dire aux plus riches, leur octroie des droits exorbitants et élimine toute barrière fiscale, sociale et/ou environnementale, le tout agrémenté de droits de poursuites contre les Etats récalcitrants. Au nom de la "liberté" et du "libre échange", ils tuent la liberté et le commerce libre.

 

Lire : Les enjeux du Traité transatlantique (Pierre Hillard, Pierre-Yves Rougeyron, Jean-Claude Martinez, Maurice Gendre)

 

A l'heure où les oligarques nous parlent de "gouvernance mondiale" et autre "Nouvel Ordre mondial", c'est donc contre cet ordre anti-démocratique mondial, dangereux pour la santé et l'environnement, que la Fédération des producteurs bovins (FNB) s'élèvent.

Très inquiète en effet de la perspective de ce traité de libre échange avec les Etats-Unis, chantres de l'élevage intensif, elle appelle ce lundi le président Hollande à résister à un accord (transatlantique) "déséquilibré".

La FNB dénonce "cette tentative de passage en force contre l'avis des peuples d'une Europe au gré des vents", écrit Le Parisien qui rapporte l'information.

Les producteurs bovins dénoncent "un accord déséquilibré qui va à l'encontre des intérêts économiques de l'Union européenne et des exigences de ses populations", alors que le président américain Barack Obama effectue en ce moment une tournée européenne pour pousser les négociations entre l'UE et les USA sur cet accord de libre échange.

Le président de la fédération, Jean-Pierre Fleury, joint par l'AFP, insiste:

Pourquoi s'embarquer dans un traité de libre-échange avec les Etats-Unis alors qu'on n'a toujours pas réglé les problèmes de distorsions de concurrence au sein de l'UE?" notamment avec l'Allemagne et l'Espagne. "Comme on ne sait pas régler le problème on va au devant du suivant.

La FNB appelle donc le Président de la République, qui devait retrouver M. Obama en Allemagne lundi, à "refuser toute précipitation au moment où l'Europe ne parle plus d'une seule voix :

Les producteurs de viande bovine ne doivent pas être sacrifiés sur l'autel du libéralisme" ajoute-t-elle en réclamant de nouveau "l'exclusion de ce secteur du champ de négociations.

Les producteurs français redoutent "la confrontation du modèle national, relativement familial, en pâture et sans hormone de croissance, avec le modèle américain intensif et industrialisé des "feed lots" de plusieurs dizaines de milliers de têtes."

 

Lire : Mille vaches et pas mal d'hypocrites

 

Outre le Tafta, la FNB dénonce aussi le traité négocié avec le Canada et celui en cours avec le Mercosur, le grand marché sud-américain, gros producteur de viande bovine, alors que la consommation de viande rouge a baissé de 27% en Europe au cours des dix dernières années.

Traité transatlantique : la fédération des producteurs bovins appelle à résister

Source: TTIP: les producteurs français de viande bovine appellent à résister, Le Parisien, 25 Avril 2016, 14h00 | MAJ : 25 Avril 2016, 14h00

 

25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f7/Stmark.jpg/221px-Stmark.jpg

Église d'Orsanmichele de Florence: statue de saint Marc par Donatello (1411)

 

Saint Marc était probablement de la race d'Aaron; il était né en Galilée. Il semble avoir fait partie du groupe des soixante-douze disciples du Sauveur; mais il nous apparaît surtout dans l'histoire comme le compagnon fidèle de l'apostolat de saint Pierre avec Barnabé à Chypre et en Asie Mineure.

Saint Irénée de Lyon écrivait vers 180 : « Marc, le disciple et l'interprète de Pierre, nous transmit lui aussi par écrit ce que prêchait Pierre ». (Adversus Haereses, III Prologue).

C'est sous l'inspiration du chef des Apôtres et à la demande des chrétiens de Rome qui désiraient avoir par écrit ce que saint Pierre leur avait enseigné de vive voix,
qu'il écrivit l'Évangile qui porte son nom. L'Evangile de Marc est le plus ancien. Des fragments de cet Evangile  retrouvés à Qumran prouvent qu'il est antérieur à 68, voire à l'an 41 selon certains historiens.

 

Origène et saint Jérôme prétendent que c'est lui que le chef des Apôtres appelle son fils.

Marc reçut de saint Pierre la mission spéciale d'évangéliser Alexandrie, qui était après Rome la ville la plus célèbre de l'univers, l'Égypte et d'autres provinces africaines. Il s'y forma en peu de temps une église fort nombreuse et si fervente que ses nouveaux fidèles, à l'exemple de ceux de Jérusalem, ne faisaient qu'un coeur et qu'une âme.

Les païens endurcis s'en alarmèrent, et résolurent la mort du saint évangéliste et cherchèrent tous les moyens de s'emparer de lui. Marc forma un clergé sûr et vraiment apostolique, puis échappa aux pièges de ses ennemis en allant porter ailleurs la Croix de Jésus-Christ. Quelques années plus tard, il eut la consolation de retrouver l'Église d'Alexandrie de plus en plus florissante.

La nouvelle extension que prit la foi par sa présence, les conversions nombreuses provoquées par ses miracles, renouvelèrent la rage des païens. Il fut saisi et traîné, une corde au cou, en criant qu'il fallait mener ce boeuf à Bucoles (Alexandrie), qui était
un lieu près de la mer, plein de rochers et de précipices. Le saint fut traîné pendant tout le jour. La terre et les pierres furent teintes de son sang, et l'on voyait partout des lambeaux de sa chair. Tandis qu'on le traitait si cruellement, il remerciait Dieu de ce qu'Il l'avait trouvé digne de souffrir. Le soir, après ce long et douloureux supplice, on le jeta en prison, où il fut consolé la nuit venue, par l'apparition d'un ange qui le fortifia pour le combat décisif, et par l'apparition du Sauveur Lui-même.

Le lendemain matin, Marc fut tiré de prison; on lui mit une seconde fois la corde au cou, on le renversa et on le traîna en poussant des hurlements furieux. La victime, pendant cette épreuve douloureuse, remerciait Dieu et implorait Sa miséricorde. Enfin broyé par les rochers où se heurtaient ses membres sanglants, il expira en disant: "Seigneur, je remets mon âme entre Vos mains."

Ses reliques furent
conservées dans une petite chapelle du petit port de pêche de Bucoles proche d'Alexandrie où il avait souffert le martyre.

Il
devint le saint patron de Venise avec son lion comme symbole de la ville. Marc était venu évangéliser la région par bateau et avait fait naufrage dans la lagune qui allait donner naissance en 452 à Venise.

Sources :

(1) Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950,
(2) Les saints du jour.

(3) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 115.
(4)
Wikipedia (source à prendre avec prudence)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 18:58

Beaucoup de personnes (même catholiques !) se laissent convaincre de ce qu'ils entendent dans les medias. Voici un texte du Père James Manjackal qui contient TOUS les elements pour repondre. Il date de 2010, et pour actualiser le Pape François a défendu notre Eglise. Il a dit à quel point "les cas d'abus sont terribles parce qu'ils laissent des blessures très profondes". Il a affirmé aussi que son prédécesseur Benoît XVI "a été extrêmement courageux", qu'il a "ouvert une voie", et a ajouté: "L'Eglise a tant fait sur cette voie. Peut-être plus que n'importe qui d'autre. Les statistiques sur le phénomène de la violence contre les enfants sont impressionnantes, mais elles montrent également clairement que la grande majorité des abus viennent de l'environnement familial et des voisins".

 

L'Eglise catholique "est peut-être la seule institution publique à avoir réagi dans la transparence et la responsabilité. Aucune autre n'a fait plus (que l'Eglise). Et pourtant l'Eglise est la seule à être attaquée."

COMMENCEZ D’ABORD PAR ENLEVER LA POUTRE QUI EST DANS VOTRE OEIL

ET QUE CELUI QUI EST SANS PECHE JETTE LA PREMIERE PIERRE

Pédophilie : la réponse de l'Eglise

Par Père James Manjackal M.S.F.S. Munich le 6 Avril 2010

 

En ces jours l’information sensationnelle et bouleversante dans le monde des médias, c’est le scandale de l’Eglise Catholique concernant la maltraitance des enfants par son clergé. L’attaque par les médias et les journalistes consiste à dépeindre le Pape Benoît et l’Eglise Catholique qu’il conduit, comme « l’épicentre de la violence sexuelle sur les jeunes. » Dans ce petit article je tiens à expliquer aux lecteurs ce qui se passe dans le monde aujourd’hui, comment le Pape et l’Eglise sont blâmés et ridiculisés et ce qu’ils font dans le monde actuel. Ceux qui ignorent ce qui se passe de nos jours dans le monde - particulièrement depuis la révolution sexuelle qui s’est installée dans notre société dans les dernières années du deuxième millénaire - pourraient penser que le Pape, le chef de l’Eglise catholique, les évêques et prêtres célibataires proches de lui, sont à blâmer pour tous les scandales sexuels dans le monde et particulièrement ceux de pédophilie.

 

« L’abus physique et sexuel des enfants et des jeunes est un fléau mondial ; ses manifestations couvrent un large éventail qui s’étend depuis la caresse des professeurs jusqu’au viol par les oncles ! »(George Weigel, First Things Magazine, March 29th. 2010). La révolution sexuelle qui s’est répandue dans toutes les couches de la société, a perverti et dégradé la dignité humaine en détruisant toutes les formes de valeurs morales et les fondements éthiques de la vie. Tout ce que les gens considéraient comme moralement bon jusque récemment, n’est maintenant plus bon ! Il n’y a pas si longtemps encore, c’était moralement bon pour un jeune homme ou une jeune fille d’être chaste ou vierge, maintenant cela est considéré comme anormal et malsain. De même, pour les couples mariés, c’était une obligation morale pour un couple de rester fidèle l’un à l’autre dans les liens du mariage, maintenant c’est considéré comme une atteinte à la liberté personnelle. Auparavant, l’avortement était considéré comme un assassinat d’enfant maintenant il est approuvé et légalisé partout comme une normalité. Autrefois, l’homosexualité et le lesbianisme étaient qualifiés de perversion, maintenant ce sont des gens normaux dans notre société ! Il y a très peu de temps aussi les personnes âgées étaient respectées, elles recevaient la compassion, l’amour et les soins, mais maintenant la société veut s’en débarrasser par l’euthanasie. C’était normal également que les enfants soient nés après le mariage, mais maintenant la majorité des enfants, particulièrement dans les pays occidentaux, sont nés hors mariage. Le nombre d’hommes et de femmes vivant ensemble avec des relations sexuelles, sans aucune forme de mariage, civil ou religieux, est en augmentation. Il en est de même quant au nombre des unions entre homosexuels ou lesbiennes. La masturbation, le sexe avant le mariage, la fornication, l’adultère, le sexe libre, le concubinage, la prostitution, le divorce, l’avortement, l’homosexualité, l’euthanasie, la pornographie, les boutiques érotiques et de sexe, les hôtels et maisons pour la pédophilie, etc. … sont devenus comme quelque chose de normal et acceptable dans la « société moderne et permissive d’aujourd’hui. »

 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé quarante deux millions d’avortements sont officiellement signalés chaque année ! Les avortements sont principalement le résultat de vies licencieuses et immorales. Le taux de divorces dans les pays occidentaux est environ de 70%. Depuis ces cinq dernières années, plus de la moitié des enfants nés dans les pays occidentaux, sont nés de mères célibataires. L’industrie pornographique gagne 2.500 euros par seconde en Europe. A chaque seconde, 28.000 utilisateurs réguliers visitent les sites internet pornographiques. Chaque année l’industrie pornographique gagne plus de 75 milliards d’euros. L’abus sexuel d’enfants, « la pédophilie » est la conséquence « normale » d’une société moralement malade et permissive comme celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui et dans laquelle le « sexe » lui-même en tant que pur instrument de luxure et de plaisir, est anormalement valorisé par les institutions publiques et privées. Selon l’étude du Secrétaire Général de l’ONU sur la violence contre les enfants (2006), 150 millions de filles et 75 millions de garçons de moins de 18 ans sont contraints de subir des rapports sexuels et de la violence sexuelle chaque année et pour la plupart d'entre eux par leurs parents, leurs proches et éducateurs. Environ 10-15% de tous les enfants européens sont victimes de maltraitance. 1,8 million d'enfants sont contraints à la prostitution et la pornographie, et 1,2 millions d'enfants sont vendus comme esclaves pour le travail des enfants y compris les victimes du tourisme sexuel, spécialement populaire en Europe. Le taux de pédophilie par les homosexuels est plus important que tout autre dans la société.

 

L'Église catholique est la seule institution, avec le Saint-Père le Pape à sa tête, ses Évêques et prêtres comme ses messagers, qui se bat constamment bec et ongles et sans aucun compromis, contre l'ignominie morale, la dépravation et la dégradation dans la société humaine. Il est certain que le démon de l’immoralité qui pervertit la société humaine essaie de salir le Pape et l’Eglise par la calomnie et la diffamation et ceci afin d’éliminer la voix du Pape et de l’Eglise qui est en réalité la voix du Maître. L’esprit d’antichrist, celui qui détruit l’œuvre du Christ, est actuellement au travail dans le monde. Le Pape actuel, Benoît XVI, comme ses prédécesseurs, a averti, et ceci à maintes reprises, des dangers de l’esprit de modernisme, du sécularisme et du relativisme. Une façon de pensée antichrétienne grandit de jour en jour dans le monde. Elle consiste à croire que la vie humaine n’est pas sacrée et que par conséquent il n’est pas nécessaire de défendre la vie dans le ventre de la mère ; le mariage n’est pas simplement et intrinsèquement l’union entre un homme et une femme, donc les unions entre personnes de même sexe doivent être considérées comme normales ; Le sexe et la sexualité sont un besoin pour tout homme et chacun devrait être libre de les utiliser comme bon lui semble ; la religion ne devrait pas dicter ses règles à la conscience humaine, hommes et femmes, etc. Pour atteindre ces objectifs et d’autres également, la voix de Jésus qui s’exprime dans l’Eglise à travers le Pape et le clergé, doit être réduite au silence ! Tout le monde sait que l’Europe est en train de retirer toute la culture et les racines chrétiennes ! D’où l’attaque actuelle contre l’Eglise et le Pape, campagne habilement et frénétiquement planifiée par Satan afin de diffamer le nom du Pape et celui de l’Eglise dans le monde d’aujourd’hui. Il y a même des appels téléphoniques au Vatican provenant d’Autriche, d’Allemagne, d’Angleterre et d’Irlande, demandant au pape de démissionner. Certains ont même osé réclamer son arrestation ! Ne laissez pas Satan et tous ceux qui sont contaminés par ses tactiques, penser qu’ils peuvent intimider et museler le Pape et l’Eglise. Jusqu’à la fin des temps, le Pape et l’Eglise lutteront contre l’Esprit d’antichrist et l’esprit d’immoralité et la victoire finale sera celle de l’Eglise.

 

Demeurant fidèle et authentique à la voix de son maître, l’Eglise, par ses Papes, ses Evêques et ses Prêtres, préconise, propage et favorise la sainteté de vie, particulièrement en ce qui concerne la pureté sexuelle, basant les enseignements sur de solides valeurs morales et éthiques provenant des lois naturelles et divines. Toujours et partout l’Eglise courageusement proclame haut et fort : « La volonté de Dieu pour l’humanité est la sainteté de vie, par conséquent tout être humain doit s’abstenir de toute forme d’immoralité » (I Th 4 : 3). L’esprit que souffle l’Eglise sur ceux qui croient en Jésus Christ est un esprit de sainteté et de pureté, et par conséquent les Chrétiens tout particulièrement sont appelés à la sainteté de vie (I Th 4 : 7-8). Dans ce contexte il est facile de comprendre pourquoi l’esprit d’impureté et d’impiété est en train d’entrer en guerre, comme un lion rugissant, contre l’Eglise et le Vicaire du Christ. Il est temps pour l’Eglise de discerner et connaître les esprits d’impureté et d’antichrist qui infestent l’humanité et d’être équipée pour lutter contre eux avec courage et audace.

 

Il est vrai que l’esprit d’impureté s’est infiltré dans la vie de quelques ecclésiastiques dans l’Eglise Catholique et qu’ils sont maintenant la proie des journalistes et des médias. Les Papes récents étaient conscients de cela, et sans cacher les choses ils ont fait de leur mieux pour corriger, réprimander et même dans une certaine mesure punir ces personnes. Le Pape actuel, Benoit XVI, met toujours en évidence la nécessité d’une culture exempte d’abus sexuel. Même avant de monter à la Papauté, il était déterminé à nettoyer l'Église de « la crasse » (le discours de Ratzinger à Subiaco le 1?r. Avril 2005). Le Pape Benoît a cherché énergétiquement et efficacement à nettoyer l'Église des diverses tendances et pratiques corrompues qui s’y sont glissées. Dans les 50 dernières années des prêtres ont été accusés pour 3000 cas d'abus d'enfants déclarés, bien qu’ils n’aient pas tous été reconnus coupables et passibles de condamnation. Charles J. Scicluna promoteur de justice de la congrégation pour la doctrine de la foi (qui est comme un procureur général au Vatican, responsable des affaires criminelles) dit que de ces 3000 cas, 60% sont des actes d’éphébophilie, 30% sont des cas de relations hétérosexuelles et seulement 10% sont véritablement des cas de pédophilie ; cela signifie seulement 300 cas sur un total de 500.000 prêtres dans le monde ce qui fait seulement 0.06 %. Selon le Professeur Philippe Jenkins (auteur de « La pédophilie et les prêtres, anatomie d’une crise contemporaine – Oxford University Presse ») le problème de pédophilie dans le clergé catholique est moins important que dans les autres confessions chrétiennes et autres religions dans le monde. Par exemple, selon le rapport publié par Luigi Accatoli, sur les 210.000 cas de violence sexuelle en Allemagne depuis 1995, seulement 94 appartiennent à des personnes ou des institutions de l'Eglise catholique. En Autriche, sur 510 cas, seuls 17 se rapportent aux membres du clergé catholique. Par l'exagération et le mensonge une "panique morale" artificielle est créée, spécialement à l’Occident, sur la pédophilie du clergé catholique. Les politiciens et la presse essaient de ramener l'Église à l'Europe médiévale, à l'époque de la révolution française, afin de la détruire. Selon Jenkins – la force de la propagande ininterrompue sur le problème de la pédophile est l'un des moyens de propagande et de harcèlement utilisé par les politiciens dans leur tentative de briser la puissance de l'Eglise catholique allemande en particulier dans les domaines de l'éducation et des services sociaux.

 

La plupart des cas de pédophilie du clergé datent des années 60 ! C'était l’époque où des universités catholiques aux Etats-Unis et en 'Europe ont développé un enseignement erroné sur la sexualité humaine et la théologie morale. Peut-être que quelques-uns parmi les séminaristes de cette époque ont été influencés par cet enseignement et ont agi de façon indigne. Le Pape Jean-Paul II s’est fermement opposé à cette corruption, annulant l'autorisation d’enseigner de certains enseignants dans les séminaires et les universités. Il faut savoir que les prêtres d'aujourd'hui et les ministres de l'Église sont recrutés parfois dans des familles éclatées et parfois même dans des familles qui ont des antécédents immoraux. La période longue et fastidieuse de la formation n’a pas nécessairement complètement supprimé tous les défauts de leur personnalité sur le plan spirituel et moral bien que ce soit là le but recherché par leurs supérieurs qui les ont guidés dans la compréhension des Saintes Ecritures et des enseignements de l’Eglise, saturés de prières, méditations et vie sacramentelle. La pédophilie est un trouble psychologique de la personnalité ; c’est un intérêt sexuel pour les enfants qui n’ont pas encore atteint l’âge de la puberté. La psychanalyse reconnaît le pédophile généralement comme un homme typiquement immature qui veut “donner de l’amour” à un petit garçon, amour qu’il n’a pas reçu lui-même dans son enfance. Il fait une identification narcissique avec l’enfant, le voyant comme une version idéalisée de lui-même, et se perçoit lui-même comme donnant le même amour qu’il aurait aimé recevoir de la part de son propre père. Ainsi le pédophile ne peut pas comprendre qu’il inflige un préjudice émotionnel à la personne en question, et dans son subconscient il pense qu’il fait quelque chose de bien. (Problème de la pédophilie. 5 Novembre 1998 à Narth).

Il n’y a donc rien d’étonnant si une petite minorité du clergé catholique a des mauvaises tendances à l’homosexualité, la pédophilie ou d’autres comportements immoraux, même si celles-ci sont à déplorer, à retirer et qu’il faille y renoncer. Le Pape Benoît a agi sans aucune tolérance, sans aucun compromis contre tout ce qui a terni l’honneur et la dignité du sacerdoce et l’intégrité des victimes de violence sexuelle. Il a pris des mesures rapides lorsque le problème de pédophilie a commencé à apparaître dans certains diocèses des USA et en Irlande. Dans une des ses lettres à l’Eglise en Irlande, le Pape a appelé « traîtres » ceux qui sont coupables d’abus et a annoncé une inspection rigoureuse dans les diocèses, séminaires et organisations religieuses. Quand il était le Préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi, il a inclus ces abus dans la liste des péchés graves et exhorté les Evêques à soumettre ces cas au Vatican.

 

A ce stade, nous devrions connaître la signification de l’Eglise. L’Eglise est à la fois humaine et divine. L’Eglise est fondée par Jésus-Christ, le saint et unique Fils de Dieu, sur le fondement des apôtres qui marchaient avec lui. Grâce à la réception des divers sacrements, l’Esprit Saint garde les membres de l’Eglise comme les concitoyens des Saints (Ep 2 : 19-22). Mais en même temps, les membres de l’Eglise vivent ici sur terre, ils sont de chair et de sang avec toutes leurs faiblesses et fragilités et ils cherchent à être saints avec la grâce reçue dans les sacrements et la prière liturgique. Les membres de l’Eglise sont appelés à être saints, mais aujourd’hui ils se battent et luttent contre Satan, la chair et le monde et sont sur le chemin de la sainteté. Ainsi, l’Eglise sur terre n’est pas la communion des saints mais c’est la communion de ceux qui sont appelés à être saints et qui deviennent des saints ! Il faut savoir que les prêtres et les ministres de l’Eglise sont également partie intégrante de cette Eglise – la maison de Dieu.

Qu’en est-il des 99,4 % de prêtres catholiques qui ne sont pas accusés de scandale sexuel ? Ils sont les témoins de la sainteté de l’Eglise Catholique grâce à la pratique de leur célibat, et les Journalistes et médias dans le monde n’ont rien à dire sur eux. La sainteté des prêtres catholiques par la pratique du célibat est l’axe et l’épicentre pour toute l’humanité pour recevoir la puissance et la grâce de vivre une vie moralement bonne ; et c’est là la force de l’Eglise Catholique. Il y a une histoire qui raconte qu’une fois une petite statue est tombée du dôme d’une grande cathédrale et les journalistes ont pris des photos et fait des reportages sur ce sujet et ont mis des informations sensationnelles dans tous les journaux, magazines, télés, etc. Ils en parlent avec une profonde tristesse, mais ont oublié de dire que 999 belles et grandes statues étaient encore debout sur la même coupole ! Les prêtres catholiques qui vivent une vie sainte par la pratique du célibat connaissent la puissance de celui-ci et ils la font rayonner sur ceux parmi lesquels ils travaillent les amenant à la sainteté de vie.

 

Voici 37 ans que je suis prêtre Catholique et j’ai prêché la parole de Dieu dans 97 pays et sur les 5 continents ; Chaque semaine j’ai une retraite ou convention pendant 4 ou 5 jours. Dans tout mon travail pour le Seigneur et Son Eglise, je sens et fais l’expérience de la puissance du célibat dans ma vie. Toute mon énergie sexuelle est abandonnée à l’action et l’onction de l’Esprit Saint qui la sublime en énergie surnaturelle pour vivre et travailler pour Jésus et Son royaume. Durant mes 34 dernières années de ministère de prédication, je n’ai jamais été confronté à l’accusation de quiconque ayant été abusé ou violenté par un prêtre Catholique ; mais plusieurs fois j’ai pleuré sur les cas d’enfants qui ont été abusés sexuellement par leurs parents ou leurs proches.

 

Il est dommage que les autres confessions du christianisme qui ont enlevé la vérité de l'Eglise, qui est colonne et support de la vérité et se sont séparés de l'Eglise Mère pour leurs propres intérêts égoïstes, sont maintenant en train de condamner les fautes de l'Église Catholique avec une attitude non chrétienne. Déjà nous avons vu qu'il ya plus de pédophiles et abus sexuels dans ces églises que dans l'Église Catholique. Et ils disent que tout cela est à cause du célibat des prêtres dans l'Eglise Catholique. Des millions et des millions d'enfants maltraités dans le monde ne sont pas abusés par des prêtres catholiques, mais par des gens mariés, et même par leurs propres parents. Il faut savoir que de nombreux pasteurs de ces églises ont divorcé de leurs épouses, ils ont officiellement légalisé l'avortement, le divorce et les unions homosexuelles. Qu'est-ce à dire! Ils n'ont pas seulement des femmes prêtres, mais ils ont des prêtres et des évêques lesbiennes. Ce sont eux qui tentent d'enlever l'écharde dans les yeux de l'Eglise catholique oubliant la poutre qui se trouve dans leurs propres yeux. Aujourd'hui, le Christ interroge la conscience de ceux qui accusent l'Eglise catholique : « Que celui d'entre vous qui est sans péché Soit le premier à lui jeter la première pierre » (Jn 8: 7).

 

Pendant ce temps de purification, l'Eglise doit être consciente de ce que dit la Bible «Soyez sobres et veillez. Votre adversaire le diable, comme un lion rugissant, rôde cherchant qui dévorer. Résistez-lui, fermes dans la foi, sachant que c’est le même genre de souffrance que subit la communauté des frères, répandue dans le monde » (I P 5: 8-9). « Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes.» (Ep 6: 12). Mais elle ne craint pas les agressions de l'ennemi parce que Jésus le Seigneur et Chef de l'Eglise est là pour se battre avec elle. La promesse que Jésus avait faite au premier Pape Pierre, reste toujours valable et la même pour le Pape aujourd'hui, « Eh bien ! moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans le cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié.»(Mt 16, 18-19). Jésus a fondé l'Eglise Catholique, avec le Pape à sa tête, et lui a donné les clefs du royaume de Dieu, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. Quand les soldats ont crucifié Jésus, ils ont pensé que Son histoire était terminée, mais ce n'était seulement que le commencement de l'histoire.

 

L'humiliation dans laquelle l'Eglise Catholique a été traînée par le mensonge et la calomnie des journalistes et des médias dans le monde se terminera bientôt, la véritable Eglise du Christ, l'Eglise Catholique, va triompher à nouveau comme la lumière du monde pour répandre la lumière et la grâce sur tous ceux qui vivent dans l'ombre du péché et les ténèbres, spécialement dans les péchés d'immoralité, de sorte que les êtres humains créés à l'image et à la ressemblance de Dieu qui est sainteté et bonté, puissent à nouveau briller par une vie sainte grâce aux enseignements de la Bible et de l'Église.

 

Source: http://www.jmanjackal.net/fra/frapaed.htm

Merci à un de nos lecteurs qui nous a transmis ce texte du Père James Manjackal

Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 12:22

Méfions-nous du phénomène Macron qui souhaite réactiver le clivage "entre progressistes et conservateurs" :

 

"A mes yeux, le vrai clivage dans notre pays (...) est entre progressistes et conservateurs, c'est ce clivage que je veux rebâtir maintenant et je ne veux pas attendre 2017" pour cela, déclare le ministre de l'Economie dans une interview qui doit être diffusée dimanche sur Arte. (1)

 

Emmanuel Macron conclut :

 

"Je veux pouvoir construire une action commune avec toutes les bonnes volontés qui croient à ce progressisme pour le pays."

 

Seul hic, plus personne ne croit dans ce "progressisme" car précisément la Révolution est morte. C'est ce qu'explique dans une conférence le 3 octobre 2011 au CUM de Nice l'historien Patrice Gueniffey, analysant la vie politique française :

 

"La chute du communisme en 1989-1991 a entraîné celle du mythe de la Révolution française en tant qu'annonciation d'une future révolution. 

 

... [C]haque année ou presque nous avons droit à une sorte de mise en scène de la Révolution, mais à laquelle en réalité les acteurs ne croient pas ou croient de moins en moins. ...

 

 

[C]e qui s'est effondré surtout avec le communisme c'est la croyance à un sens de l'histoire, la croyance que l'histoire aurait un sens (le "progressisme" de Macron. NdCR.), croyance qui avait occupé une place centrale dans la culture occidentale et pas seulement communiste, depuis plus de deux cents ans, puisqu'elle était née au XVIIIe siècle.

 

Cette croyance avait pris des formes très différentes. Pour les uns, c'était le mouvement irrésistible de la civilisation. Demain serait forcément meilleur qu'hier. C'était pour les autres l'inéluctable triomphe de la Raison, l'ignorance, la bêtise, les préjugés finiraient par disparaître de la surface de la terre... D'autres voyaient ce sens de l'histoire dans le progrès moral et scientifique (pensons à Pasteur, par exemple). Et puis d'autres le concevaient sous la forme de l'espoir de l'avènement d'une société sans classes, et sans différences de fortune. Mais partout, et chez tous, des Lumières aux libéraux, des libéraux à Marx et de Marx à ses rejetons, c'était chez tous la même foi dans l'histoire et dans une histoire qui était ordonnée, au moins tendanciellement, au progrès. L'Occident était porté par cette croyance que demain serait meilleure qu'hier. Et la philosophie libérale de l'histoire et son rejeton matérialiste, marxiste, se sont écroulés en même temps, il y a une vingtaine d'années.

 

 

Aujourd'hui, chacun se rend compte, chacun d'entre vous se rend compte, que l'histoire continue, qu'elle va continuer d'une manière indéfinie, mais personne ne peut lui donner un sens ou personne ne peut dire dans quelle direction elle va.

 

... Cette crise est aussi une crise politique. Si les classes moyennes ont été jusqu'à une époque assez récente aussi bien traitées qu'elles l'ont été dans les pays occidentaux, c'était pour des motifs essentiellement politiques, puisqu'il s'agissait avant tout de les empêcher de basculer du côté des Rouges. Et la conséquence quasi immédiate de la fin de la Guerre froide, a été précisément que l'économie s'est émancipée par rapport à toute possibilité de contrôle politique. Et cet affranchissement de l'économie (qui est nouveau dans l'histoire) a fait naître à son tour un sentiment aujourd'hui dominant dans nos sociétés occidentales, l'idée que l'Etat, et que la volonté politique sont absolument impuissants face aux intérêts. Et aussi bien, le sentiment que les individus sont aliénés à l'économie, sans aucun moyen de peser sur la réalité des choses, et a fortiori de la transformer. Bref, ce qui domine, ce sont des sentiments de fatalité. Et ce qui a disparu c'est la croyance à l'efficacité de l'action politique qui se trouvait au coeur du message délivré par la Révolution française. Et plus généralement par l'histoire de l'avènements de nos Etats démocratiques. En effet, la Révolution française avait porté cette croyance à l'efficacité de la politique à un point de paroxysme. Elle avait cru que la volonté humaine a une efficacité illimitée, c'est-à-dire que l'on pouvait absolument tout changer (le volontarisme en politique. NdCR.) Les évènements se sont alors chargés de montrer qu'en réalité en politique on ne peut pas tout faire, que les choses résistent, ne se laissent pas faire sans limites." (Fin de citation)

 

Pour résumer, le "en marche" d'Emmanuel Macron signifie en marche vers quelque chose qui est mort, le "progrès". Chacun en effet peut voir le résultat de deux siècles de progrès et de progressisme en France :  un tonneau des danaïdes de la dette qui ne cesse de se remplir, pendant que des écarts de richesses jamais atteints dans l'histoire de l'humanité atteignent des records, une classe de riches de plus en plus riches et une classe de pauvres de plus en plus pauvres, des écarts de richesses de plus en plus importants, une mortalité au plus haut depuis l'après-guerre, une France tiers-mondisée dont le PIB est dépassé par d'anciens pays en développement comme l'Inde ou le Brésil. Et chacun voyant le résultat de deux siècles de "progressisme" ne croit plus dans l'efficacité de la politique et dans le volontarisme en politique.

 

Enfin, quelle différence entre le projet Macron "rebâtir le clivage progressistes conservateurs" et la volonté d'une certaine frange de la droite "nationale" qui souhaite elle aussi réactiver le clivage droite gauche ? Derrière c'est toujours le révolutionnaire diviser pour régner contre le peuple, toujours au profit d'une Oligarchie protégée par des armées de policiers.

Emmanuel Macron veut rebâtir le clivage entre progressistes et conservateurs

Notes

 

(1) Macron : "La gauche aujourd'hui ne me satisfait pas", Francetv info avec AFP, Mis à jour le 23/04/2016 | 23:36, publié le 23/04/2016 | 20:43

 

Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 18:50

Bien que l'"Action française" soit une organisation royaliste orléaniste, nous informons nos lecteurs que, selon un article du Point, Robert Ménard et Marion Maréchal-Le Pen se rendront à un colloque de l'Action française le 7 mai, sur le thème "Je suis royaliste. Pourquoi pas vous ?". Emmanuel Macron a été invité.

"Ce qu'il faudrait à ce pays, c'est un roi" (Charles de Gaulle). Ils nous ont volé notre Souveraineté, reprenons-la ! Démissionnant du "Gouvernement provisoire de la République française" en 1947, le général de Gaulle déclarait :

 

"Ce qu'il faudrait à ce pays, c'est un Roi." (1)

Marion Maréchal-Le Pen va rendre visite à l'Action française

 

La députée du Vaucluse n'est pas la seule élue invitée. Emmanuel Macron a lui aussi été convié, notamment en raison de ses propos sur "la figure du roi".

 

Voilà une visite qui devrait faire des vagues au sein du Front national. Marion Maréchal-Le Pen, députée frontiste du Vaucluse, rendra visite à l'Action française, le mouvement royaliste et nationaliste de Charles Maurras. Elle participera effectivement à l'un de ses colloques le 7 mai prochain. Thématique de l'événement : « Je suis royaliste. Pourquoi pas vous ? »

Le programme détaille les nombreuses questions qui seront posées aux intervenants et donc à la nièce de Marine Le Pen : « Quel régime politique pour redresser la France ? », « Le peuple est-il vraiment souverain ? », « Que sont devenues les promesses de 1789 ? » et « La France n'aurait-elle pas besoin d'un roi ? ».

 

« La République ne prime pas sur la France »

 

Sur le site du colloque, on peut lire des citations de l'élue, et notamment une qui explique sa présence. « Qui n'a pas vibré au sacre de Reims et à la Fête de la Fédération n'est pas vraiment français », avait-elle dit lors d'un meeting à Toulon en décembre dernier pendant les régionales. Mais c'est une autre de ses phrases qui attire l'attention et qui a dû rendre fou de rage son très gaulliste et républicain collègue Florian Philippot. « Il y a des monarchies qui sont plus démocratiques que certaines républiques. Je ne comprends pas cette obsession pour la République. Pour moi, la République ne prime pas sur la France », lançait Marion Maréchal-Le Pen dans un entretien en juin 2015 à la revue Charles .

Elle ne sera, en tout cas, pas la seule à prendre la parole dans cette conférence organisée par l'Action française. Robert Ménard, le maire de Béziers, sera présent. L'Action française précise par ailleurs que le colloque ne sera pas composé que de royalistes. Ces derniers seront confrontés lors des débats à des républicains aussi.

 

Emmanuel Macron invité

 

Plus curieux encore, dans sa présentation du colloque, l'Action française cite Emmanuel Macron. À l'hebdomadaire Le 1 , le ministre de l'Économie s'avouait en juillet dernier presque plus royaliste que socialiste. « La démocratie comporte toujours une forme d'incomplétude, car elle ne se suffit pas à elle-même. Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n'a pas voulu la mort. La Terreur a creusé un vide émotionnel, imaginaire, collectif : le roi n'est plus là ! » expliquait le locataire de Bercy.

... L'Action française... a fait savoir sur Twitter que l'intéressé n'a pas encore répondu à l'invitation.

Robert Ménard et Marion Maréchal-Le Pen à un colloque de l'Action française le 7 mai

Robert Ménard et Marion Maréchal-Le Pen à un colloque de l'Action française le 7 mai

Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bc/Sv_Juraj_Fernkorn_Zg_0707.JPG/645px-Sv_Juraj_Fernkorn_Zg_0707.JPG

Saint Georges et le dragon, Anton Dominik Fernkorn, Zagreb, Croatie

 

Saint Georges (IVème siècle), Soldat, martyr, saint Patron des militaires (280-303 ap. J.-C.) naquit à Lydda, en Palestine; son éducation fut toute chrétienne. A l'âge de dix-sept ans, il embrassa la profession des armes comme son père, et bientôt sa beauté, sa distinction, son courage, l'élevèrent à la dignité de tribun militaire (commandant) dans la garde impériale.

Dioclétien ayant rallumé la persécution contre les chrétiens, l'indignation de Georges éclata en face même du tyran, devant lequel il exalta la grandeur du Dieu véritable et confondit l'impuissance des fausses divinités. Sa noble audace lui mérita le reproche d'ingratitude et des menaces de mort.

Georges profita de ses derniers jours de liberté pour distribuer ses biens aux pauvres et affranchir ses esclaves. Ainsi préparé aux combats du Christ, le tribun aborde l'empereur lui-même et plaide devant lui la cause des chrétiens.

"Jeune homme, lui répond Dioclétien, songe à ton avenir!



- "Je suis chrétien, dit Georges, je n'ambitionne ni ne regrette rien dans ce monde; rien ne saurait ébranler ma foi." Il est alors battu de verges, puis il subit l'affreux supplice de la roue, on le met dans l'intérieur d'une roue armée de tous côtés de pointes d'acier, afin de le déchirer en mille pièces : au sortir de ce supplice, il est entièrement guéri. Un ange descendit du Ciel pour guérir ses blessures.

 

Quelques jours après, le martyr reparaît plein de vie en présence de l'empereur, qui le croyait mort; il lui reproche de nouveau sa cruauté et l'engage à reconnaître le vrai Dieu. Trois jours il est abandonné sur un lit de chaux vive; on lui met ensuite des chaussures de fer rougies au feu, on lui fait avaler un poison très violent, on lui passe les pieds dans des entraves, on l'étend sur le pavé, on lui roule sur la poitrine une énorme pierre; On le suspend à un poteau pour l'éventrer à coups de lance.

 

Georges, par la grâce de Dieu, subit toutes ces épreuves sans en ressentir aucun mal; plusieurs païens même se convertissent à la vue de tant de merveilles. Reconduit de nouveau dans sa prison, l'athlète invincible de la foi vit en songe Jésus-Christ descendre vers lui:



"Georges, lui dit-Il en lui présentant une couronne de pierres précieuses, voilà la récompense que Je te réserve au Ciel; ne crains rien, Je combattrai avec toi demain, et tu remporteras sur le démon une victoire définitive."

 

Le jour suivant, Dioclétien tâcha d'ébranler le martyr par des flatteries:

 

"Conduisez-moi devant vos dieux," dit Georges. On l'y conduit, croyant qu'il va enfin sacrifier.

 

Parvenu devant la statue d'Apollon, il fait le signe de la Croix et dit: "Veux-tu que je te fasse des sacrifices comme à Dieu?"

 

La voix du démon répond: "Je ne suis pas Dieu; il n'y a de Dieu que Celui que tu prêches." Et en même temps la statue tombe en poussière. Le peuple s'enfuit épouvanté, et l'empereur vaincu, humilié et furieux, fait trancher la tête au martyr.

 

Sources : (1), (2) Mgr Paul Guérin, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Editions D.F.T., Saint-Etienne 2003, p. 247.

 

ENGLAND'S SYMBOLS ARE...FRENCH. Les symboles de l'Angleterre sont... Français.
 
St. GEORGE#1- "DELIVERER of THE CAPTIVE"

 

extrait du film "The Patriot",bataille US VS Anglais
Sur l'air du "St. George's Cross" (La Croix de St Georges) cet extrait du film "The Patriot", présente la premiere bataille du film entre americains et anglais. Dans le camp américain, des éléments français emmenés par le marquis de La Fayette et le comte de Rochambeau. Attention pour les enfants, images violentes.
 
Saint George in our hearts (Saint Georges dans nos coeurs)
 
 
 
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 06:01

Lors du Banquet Camelot du 25 juin 2015, Jean-Philippe Chauvin fait un bilan global du caractère antisocial de la république depuis son avènement.

Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 00:00

"Je ne cherche pas à comprendre afin de croire, mais je crois afin de comprendre. Car je crois ceci - à moins que je crois, je ne comprendrai pas. "


Saint Anselme est vraiment un homme européen :

        il est né en Italie,
        il a ensuite été abbé du Bec, en France,
        et il est ensuite devenu archevêque de
Cantorbéry, en Angleterre.
Par sa culture, en tant qu'éducateur, et en tant que prêtre, c'était un Européen.

Anselme naquit à Aoste, en Piémont. Sa pieuse mère Ermengarde lui apprit de bonne heure à aimer Dieu et la Très Sainte Vierge; mais, privé du soutien maternel vers l'âge de quinze ans, poursuivi dans sa vocation religieuse par un père mondain et intraitable, il se laissa entraîner par le monde.

Las d'être la victime de son père, il s'enfuit en France, et se fixa comme étudiant à l'abbaye du Bec, en Normandie. Là il dit à Lafranc, chef de cette célèbre école: "Trois chemins me sont ouverts: être religieux au Bec, vivre en ermite, ou rester dans le monde pour soulager les pauvres avec mes richesses: parlez, je vous obéis." Lafranc se prononça pour la vie religieuse. Ce jour-là, l'abbaye du Bec fit la plus brillante de ses conquêtes. Anselme avait vingt-sept ans.

Quand bientôt Lafranc prit possession du siège archiépiscopal de Cantorbéry
, il fut élu prieur de l'abbaye, malgré toutes ses résistances; il était déjà non seulement un savant, mais un Saint. De prieur, il devint abbé, et dut encore accepter par force ce fardeau, dont lui seul se croyait indigne.

 

Sa vertu croissait avec la grandeur de ses charges. Le temps que lui laissait libre la conduite du couvent, il le passait dans l'étude de l'Écriture Sainte et la composition d'ouvrages pieux ou philosophiques. Bien qu'il n'ait jamais suffisamment personnalisé ses vues pour être chef d'école, Anselme, convaincu que la foi elle-même pousse à une compréhension rationnelle plus intelligente (fides quaerens intellectum), est le véritable fondateur de la pensée et de la méthode scolastiques défendues par Abélard et couronnées par Thomas d'Aquin.

 

On lui attribue la première formulation de la preuve ontologique de l'existence de Dieu qui sera reprise par Descartes et critiquée par Kant. Ayant défini Dieu comme "l'être tel que rien de plus grand ne peut être pensé", Anselme argumente que, si on affirmait que Dieu n'existe pas en réalité mais seulement dans notre pensée, comme idée, il serait possible de penser un être plus grand, qui aurait les mêmes caractéristiques mais qui, lui, existerait non seulement comme idée dans notre pensée, mais aussi en réalité. Et cet être serait Dieu, conformément à la définition initiale : l'être tel que rien de plus grand ne peut être pensé. Ainsi, en niant l'existence de Dieu tel que défini, on admet implicitement son existence, et donc on se contredit, on est "insensé". Et Anselme de conclure qu'il est raisonnable de croire en Dieu et que foi et raison sont compatibles. Il soutient qu'il est possible de concilier la foi et les principes de la logique et de la dialectique.

Il reprend de Platon l'idée que celui qui connaît la vérité connaît Dieu

Sa définition la plus courte de la vérité est :

« La vérité est la rectitude qui seule est compréhensible par l’esprit (veritas est rectitudo mente solo perceptibilis)».

La rectitude rapportée à l’homme signifie selon lui que l’homme tout entier - avec sa pensée, son comportement, et sa volonté - se tourne vers l’éternel fondement qui est Dieu, et qu’il s’engage dans l’être juste qui rend possible la rencontre avec la vérité.

La foi est un don et un point de départ et aucun argument rationnel ne peut la renverser et la détruire, ni lui nuire. La raison vraie conduit nécessairement aux vérités de la foi. Celui qui cherche à comprendre si Dieu existe, peut comprendre ce principe parce qu’il se trouve dans son intelligence. Si l’on admet à présent que ce qui est plus parfait n’est pas seulement pensé mais qu’en plus, il existe en réalité a priori, alors doit exister nécessairement "ce qui est tel qu’on ne peut rien penser a priori de plus parfait". Saint Anselme étend l’argument en constatant que, d’après la définition de départ de Dieu la non-existence d’un tel être est inconcevable, car ce qui existe nécessairement, est plus parfait que quelque chose dont la non-existence peut être pensée, et qui existe donc par contingence. L’argument de Saint Anselme fut âprement discuté tout au long du Moyen Age.

 

Dans le Proslogion il définit Dieu comme : « ce qui est tel qu’a priori rien de plus grand (de plus parfait) ne peut être pensé ». Selon sa théologie, la connaissance, bien que nécessaire pour croire, n’est ni l’origine ni l’achèvement de la foi, car, à son tour, elle doit se transformer en amour et en contemplation de Dieu (Monologion). Mais c’est dans le Proslogion qu’Anselme pense atteindre ce but par l’argument de la preuve ontologique. Cette " preuve " est au point de départ de la controverse sur l’existence de Dieu qui traversa la philosophie jusqu’à Hegel et la théologie jusqu’à K. Barth (Dictionnaire Encyclopédique Larousse, 1979).

 

La prière toutefois passait avant tout le reste; l'aube le retrouvait fréquemment à genoux. Un jour le frère excitateur, allant réveiller ses frères pour le chant des Matines, aperçut dans la salle du chapitre, une vive lumière; c'était le saint abbé en prière, environné d'une auréole de feu.

Forcé par la voix du Ciel, le roi d'Angleterre, Guillaume, le nomme archevêque de
Cantorbéry en 1093; Anselme refuse obstinément; mais, malgré lui, il est porté en triomphe sur le trône des Pontifes. Huit mois après, il n'était pas sacré; c'est qu'il exigeait comme condition la restitution des biens enlevés par le roi à l'Église de Cantorbéry. Le roi promit; mais il manqua à sa parole, et dès lors Anselme, inébranlable dans le maintien de ses droits, ne fut plus qu'un grand persécuté.

 

En qualité de primat d'Angleterre, il s'attaque à la corruption du clergé et à l'invasion du pouvoir laïque, au point de se trouver en conflit avec le roi Guillaume II "le Roux".

Obligé de fuir, il traversa triomphalement la France, et alla visiter le Pape, qui le proclama hautement "héros de doctrine et de vertu; intrépide dans les combats de la foi." Quand Anselme apprit la mort tragique de Guillaume dans une partie de chasse, il s'écria en fondant en larmes: "Hélas! J'eusse donné ma vie pour lui épargner cette mort terrible!" Anselme put revenir en Angleterre, vivre quelques années en paix sur son siège, et il vit refleurir la religion dans son Église.

 

Sources : (1), (2), (3), (4), (5), (6)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 08:17

Réveil tardif pour Alain Finkielkraut au sujet de la "république" : "J'ai été expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie c'est du bobard, ce pluralisme c'est un mensonge", a-t-il déclaré à propos du mouvement "Nuit debout" largement popularisé par la classe politico-médiatique et qui occupe la Place de la République.

L'expédition aura été de courte durée. Alors qu'il venait d'arriver place de la République à Paris "pour écouter" les revendications des participants au mouvement "Nuit debout", qui dure depuis maintenant plus de deux semaines, Alain Finkielkraut a rapidement été pris à partie

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent que le philosophe polémique a notamment été accueilli samedi 16 avril par des manifestants qui lui ont lancé "casse-toi" ou encore "facho". "Saloperies", "fascistes", "pauvre conne" peut on entendre Alain Finkielkraut répondre avant de quitter les lieux (voir les vidéos ci-dessous).

Interrogé par le "Cercle des Volontaires" alors qu'il quittait la place de la République, Alain Finkielkraut a expliqué qu'il ne venait "même pas pour intervenir ou faire valoir [ses] idées" mais seulement pour "écouter". "On a voulu purifier la place de la République de ma présence", a-t-il estimé en présence de sa femme. "Je pense que s'il n'y avait pas eu de service d'ordre, je me faisais lyncher".

 

"J'ai été expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie c'est du bobard, ce pluralisme c'est un mensonge", a encore regretté le philosophe (voir la vidéo ci-dessous).

Source: VIDÉOS. Alain Finkielkraut a fait un tour à "Nuit debout" mais ça ne s'est pas bien passé, Rédaction du HuffPost, Publication: 17/04/2016 08h42 CEST Mis à jour

17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4f/Papa_Aniceto_cropped.jpg/180px-Papa_Aniceto_cropped.jpg

Saint Anicet était originaire de la Syrie.  Il gouverna l'Église sous Marc-Aurèle, et succéda, sur le trône pontifical, à Pie Ier. Il était le dixième pape depuis saint Pierre.

Il arrivait à la tête de l'Église en des temps difficiles. C'était le moment du Gnosticisme dont les chefs étaient Valentin et Marcion. Cette hérésie avait été apportée à Rome par une femme nommée Marcelline, qui fut cause de la perte d'un grand nombre d'âmes. Outre les pernicieuses doctrines qu'ils enseignaient, en se donnant pour chrétiens, ils rendirent la religion odieuse par leur vie désordonnée et leurs actions infâmes.

Saint Anicet s'opposa aux progrès de l'hérésie de toute la force de son autorité et de sa doctrine et Dieu, en même temps, le consolait par l'arrivée de plusieurs saints personnages. 

C'est sous son pontificat que saint Justin vint passer quelque temps à Rome et y composa cette seconde apologie de la religion chrétienne qui lui valut le martyre.

La cinquième année du règne de Marc-Aurèle, Anicet reçut la visite de saint Polycarpe, évêque de Smyrne, en Asie, et ancien disciple de saint Jean l'Évangéliste, qui venait le consulter sur la question de la célébration de la fête de Pâques, question qui ne fut décidée que sous le pape Victor.

Saint Anicet et saint Polycarpe ne purent s'entendre, mais cela ne troubla en rien leur bonne harmonie, et ils se séparèrent après s'être donné le baiser de paix ; ils ne devaient plus se revoir qu'au ciel où le martyre les conduisit tous deux. Avant le départ de saint Polycarpe, Anicet lui ayant fait célébrer les saints Mystères, il avait parlé au peuple assemblé : sa parole avait converti grand nombre d'hérétiques, et l'insolence de Marcion avait été confondue par cette parole si connue de saint Polycarpe : "Je te connais pour le fils aîné de Satan."

 

C'est aussi vers l'an 157 qu'Hégésippe, juif converti, vint à Rome, et sur les ordres d'Anicet, composa une histoire de l'Église, dont il ne reste aujourd'hui que des fragments conservés dans Eusèbe. Cette histoire avait pour titre "Commentaire sur les Actes des Apôtres", et s'étendait depuis la Passion jusqu'au pontificat d'Anicet.

 

On attribue à ce pape un décret adressé aux évêques de France qui défendait aux clercs de porter les cheveux longs. Il ordonna aussi qu'un prêtre ne pourrait être sacré évêque que par trois autres prélats, comme le Concile de Nicée l'a aussi défini plus tard, et que pour le Métropolitain, tous les évêques de sa province assisteraient au sacre. Saint Anicet fit cinq fois les ordres au mois de décembre, et ordonna dix-sept prêtres, quatre diacres et neuf évêques pour divers lieux. Il vécut dans le pontificat huit ans, huit mois et vingt-quatre jours. Il reçut la couronne du martyre pour la foi du Christ, et fut enseveli sur la voie Appienne, dans le cimetière qui fut depuis appelé de Calliste.

 

Comme on le voit, on sait peu de chose des actions de saint Anicet. Nous vénérons en lui, aujourd'hui, une des glorieuses assises de la maison de Dieu. Il a gouverné l'Église de Jésus-Christ au milieu des tempêtes : nous le prions pour qu'il demande à Dieu de se lever et de commander à l'orage qui gronde toujours.

Père Giry, Vie des Saints, Paris, Victor Palmé, 1875.

 

Sources : (1), (2)

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b1/BJLABRE1.jpg/260px-BJLABRE1.jpg

 

Saint Benoît-Joseph Labre (1748-1783)

 

Benoît-Joseph Labre naquit à Amettes, diocèse d'Arras, et fut l'aîné d'une famille de quinze enfants. Âgé de douze ans, il fut reçu chez son oncle paternel, curé d'Érin, pour faire ses études en vue du sacerdoce. 

 

Après la mort de son oncle, Benoît-Joseph passa chez son oncle maternel, vicaire de Conteville, où il ne fit que grandir dans la mortification et la prière. Son attrait était toujours vers le Saint-Sacrement devant lequel il s'abîmait des heures entières en contemplation. 

 

Il y avait longtemps que Benoît-Joseph aspirait à une vie plus parfaite : "Être prêtre est bien beau, disait-il ; mais j'ai peur de me perdre en sauvant les autres." 

 

Il finit par vaincre les résistances de ses parents et entre chez les Chartreux, espérant y trouver sa voie définitive. Il se trompait, car la Providence permet qu'il soit bientôt renvoyé par ses supérieurs, comme n'ayant pas la vocation de cet Ordre. La pensée de la Trappe, qu'il avait eue d'abord, lui revient ; on ne l'y accepte pas. 

 

Ballotté de nouveau entre la Chartreuse et la Trappe, il est forcé de s'adresser enfin à Sept-Fonts.

Ses scrupules, ses peines d'esprit et une maladie sérieuse donnent bientôt lieu à son renvoi; son aspect inquiétant le fait prendre pour un voleur... Libéré de prison, il part à Saint-Jacques de Compostelle puis va vivre dans une caverne d'Aix-en-Provence.

 

Toute sa réponse à tant d'épreuves était : "Que la Volonté de Dieu soit faite !" C'est alors que Dieu lui inspire cette vocation de pèlerin-mendiant qui devait le mener droit, par les chemins les plus ardus de la pénitence, à une éminente sainteté. 

 

Il n'aura plus de relations suivies avec personne, vivra en solitaire au milieu du monde, ira toujours à pied, cherchera tous les lieux consacrés par la dévotion. Il sera revêtu d'un habit pauvre et déchiré, qu'il ne changera point.

 

Un chapelet à la main, un autre au cou, un crucifix sur la poitrine, sur les épaules un petit sac contenant tout son avoir, c'est-à-dire son Nouveau Testament, l'Imitation de Jésus-Christ et le Bréviaire : tel on verra Benoît-Joseph dans ses continuels pèlerinages. 

 

La pluie, le froid, la neige, la chaleur, rien ne l'arrête ; il couche le plus souvent en plein air, il vit de charité, au jour le jour, sans rien réserver pour le lendemain ; il ne prend que la plus misérable et la plus indispensable nourriture, et se fait lui-même pourvoyeur des pauvres. Souvent il est le jouet des enfants et de la populace ; il est regardé comme un insensé ; il souffre tout avec patience et amour.

 

 Rome, Lorette, Assise et une multitude d'autres lieux saints sont l'objet de sa dévotion. A Rome, dans les ruines du Colisée, il s'installe une cabane. Ses visites quotidiennes à l'église Notre-Dame de Lorette attirent l'attention du sacristain qui lui trouve un emploi chez un marchands d'objets de piété. Il meurt et devient le plus populaire saint de France en Italie.

 

 

Sources: (1), (2) Saints et Saintes de France, Des premiers martyrs à nos jours, Hatier, Renens (Suisse) 1988, p. 88, (3)

 

Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 09:59

La campagne officielle du référendum sur la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne commence aujourd'hui. Les principaux partis politiques et plusieurs des plus importants employeurs du pays se sont prononcés en faveur du maintien dans l'UE.

 

Le Premier ministre David Cameron mène le camp du maintien dans le bloc des 28 en défendant le "statut spécial" du Royaume-Uni au sein de l'UE qu'il a négocié en février avec ses partenaires européens. Cameron répète depuis que le pays sera plus riche et plus fort en demeurant au sein de l'UE. 

 

En matière d'immigration, il a obtenu une clause de sauvegarde de sept ans sur certaines aides sociales pour les nouveaux migrants, qui permet de limiter les versements selon une échelle graduelle. Un système sera également mis en place pour indexer les allocations familiales au niveau de vie du pays où vivent les enfants. Cela s'applique aux nouveaux demandeurs mais peut être étendu aux bénéficiaires actuels à partir de 2020. En matière de souveraineté, il s'est assuré d'une exemption pour le Royaume-Uni sur "l'Union toujours plus étroite", qui doit être inscrite dans les traités si l'opportunité de leur remaniement se présentait. Le "carton rouge" est présent sous condition d'une alliance de 55% des votes alloués aux parlements nationaux, ce qui le rend compliqué en pratique. Sur le principe de subsidiarité, Cameron a indiqué qu'il prévoyait de prendre de nouvelles mesures pour protéger la souveraineté britannique. En matière de gouvernance économique, Cameron revendique avoir obtenu des protections pour la City contre toute discrimination des pays utilisant la monnaie unique, estimant que l'UE reconnaissait "pour la première fois" qu'elle avait plusieurs monnaies. Mais le vocabulaire du texte reste vague: les institutions de l'Union "faciliteront la coexistence entre plusieurs perspectives". Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a de son côté insisté que l'accord n'accordait aucun veto à Londres en matière de décision. En matière de compétitivité et de libre-échange, Cameron s'est vu accordé moins de charges administratives, la libre-circulation du capital, des biens et des services: une partie qui n'a jamais été problématique, la "compétitivité" étant une priorité de la Commission Juncker... (1)

 

Le gouvernement Cameron a envoyé un livret pro-UE aux Anglais, qui le détourne en papier toilette ou brûlé, en le commentant. (2)

 

Brexit, ou pas ? Le Royaume-Uni doit-il quitter l'Europe ? David Cameron, pro-UE, a envoyé dans les foyers anglais un livret intitulé "L'Union européenne est la meilleure décision pour le Royaume-Uni". 16 pages… une petite facture de neuf millions de livres, et un contenu qui va dans le sens de celui du gouvernement, selon MetroNews.

 

Les eurosceptiques accusent David Cameron de financer cette "propagande" avec de l'argent public. Et s'en donnent à cœur joie, en postant des photos montrant le livret utilisé comme papier toilette, en le brûlant, en le commentant.

 

Toujours sur Twitter, d'autres internautes incitent à renvoyer le livret à l'envoyeur, via le hashtag #postitback. Sans timbre, histoire que David Cameron paie la facture.

 

Une pétition, intitulée "Empêcher David Cameron de dépenser l'argent du contribuable pour financer des dépliants pro-UE" a déjà dépassé la barre des 200.000 signataires.

 

La commission électorale britannique a désigné ce mercredi les deux campagnes officielles qui vont s'opposer jusqu'au 23 juin: "Vote Leave", le camp officiel en faveur du Brexit, face à "The In Campaign" pro-UE. Une désignation officielle qui leurs donne le droit de dépenser chacun un maximum de 7 millions de livres (8,7 millions d'euros), tandis que les autres groupes n'auront le droit de dépenser qu'un maximum de 700.000 livres chacun.

 

Dans le camp favorable à une sortie du pays de l'UE, emmené par le très populaire maire conservateur de Londres Boris Johnson, on compte persuader les Britanniques qu'ils pourraient avoir un avenir radieux en s'épargnant les formalités administratives européennes.

Sources

 

(1) Ce que David Cameron voulait et ce qu'il a obtenu dans l'accord avec l'UE, AFP, Publication: 20/02/2016 09h06 CET Mis à jour: 20/02/2016 09h53)

David Cameron envoie un livret pro-UE aux Anglais qui le détournent

(2) Brexit au Royaume-Uni : David Cameron édite un livret pro-UE et se fait lyncher par les internautes, MetroNews, Mis à jour : 15-04-2016 10:30 - Créé : 15-04-2016 10:27

Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article